AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chacun son tour[Fenris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1190
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Chacun son tour[Fenris]   Sam 5 Sep 2015 - 18:31

<< Trois elfes, trois idéauxLe pouvoir des mots >>


8e ennéade de Barkios
Printemps de la 8e année du 11e Cycle

Les étages inférieurs du Palais de Chêne avaient été pris d'un vent de panique au petit matin. Les premiers rayons du soleil avaient à peine troué l'épaisse canopée d'Anaëh lors du changement de quart. C'est alors qu'un constat étrange et inquiétant mis la relève sur le pied de guerre. Plusieurs gardes ne s'étaient pas présentés et demeuraient introuvable. Dans les minutes qui avaient suivies, un premier corps avait été découvert dans un jardin. Inconscient. Puis tout s'était accéléré.

Heureusement pour les militaires, la quasi-totalité du Palais dormait encore sur ses deux oreilles. On avait prévenu le Seigneur Limier, déjà au travail a cause d'étranges rapports sur une attaque à l'intérieur des terres. Une servante avait été retrouvée sans connaissance à l'étage de l'un des couloir des appartements. La présence et la santé des locataire avaient été discrètement vérifié. Puis un cri avait retentit dans les niveaux supérieur. Certains diplomates étaient sortis à toutes jambes de leurs chambres. Le capitaine des gardes avait dû rester pour les calmer. Le Seigneur Limier était monté dès que possible avec une petite équipe, pour finalement trouver l'origine du cri dans le bureau de la Protectrice.

Trouver la Protectrice dans son bureau en compagnie du druide Ëninril aurait put paraître normal malgré l'heure matinale... Si elle n'était pas assise sur le sol, blessée, couverte de sang et tenant son loup par l'encolure à deux pas d'un elfe aux cheveux noir en train de se vider de son sang sur le sol de bois vivant. Un elfe des Noss. L'homme était conscient mais lui aussi blessé. Il cria plus d'une fois avant qu'on ne s'en empare pour l’enchaîner dans une chambre.

Les habitants du Palais réveillé par les cris n'étaient pas si nombreux que cela mais faire lâcher prise a un diplomate n'est jamais chose aisée. Le Seigneur Limier et le Capitaine couraient entre les étage pour que la rumeur n'enfle pas. Démentant les hypothèses de blessure sérieuses sur la Protectrice et les différentes versions du coupable idéal.

Quelques minutes avaient suffis.

Le Seigneur Limier était encore en train de rassurer l'ambassadeur de Mera lorsque le Capitaine de la garde se pencha à son oreille. Il s'excusa rapidement auprès du diplomate, le dos raide, et parti précipitamment accompagné de son homme.

« Que sait-on ?
-Rien si ce n'est que la Conseillère Kaëlis a été réveillée en sursaut par une décharge magique. Quand le soigneur est revenu, Dame Yasairava et le druide étaient inconscients.
-Calimenthar l'emporte.
-Un mage guérisseur a été envoyé à leur chevet. »






Lorsque la Protectrice ouvrit les yeux, le soleil était encore haut. Par la fenêtre, on pouvait voir distinctement que la matinée n'était qu'à peine entamée d'une ou deux heures, mais les yeux ensommeillés d'Halya s'ouvrirent à peine un instant avant qu'elle ne tourne la tête pour éviter le soleil avec soupire d'aise. Personne n'était venu la réveiller. Aucune urgence. Elle étira ses bras nus dans la fraîcheur matinale. Cela faisait bien longtemps qu'elle ne s'était pas sentie aussi bien. Un murmure doux et lent la berçait. Elle sourit.

Les rêves de la nuit avaient été bien étrange. Elle ne s'en souvenait que par bribes, mais c'était suffisant. Et les impressions lui restaient avec une netteté ! Comme la Symphonie était belle. Elle n'avait jamais eu un rêve aussi vivant, aussi prenant.

Lorsqu'elle entrouvrit enfin les yeux, elle loucha sur son bras. Une fine cicatrice, nette et blanche, remontait de son poignet à son coude. Elle bougea les épaules, la tête, la jambe. Aucune douleur. Aucune faiblesse. Elle sourit au soleil. Ils s'étaient finalement décidés à faire appel à un mage ! Elle était débarrassée de toute cette affreuse convalescence ! Décidément, cette journée s'annonçait excellente !

Motivée pour se lever, elle se redressa sur un coude, découvrant une chemise blanche mal ajustée... et s'arrêta sur sa table de nuit. Une immense plume brune y trônait bien en évidence. Une Grande plume d'Aigle avec un reflet sombre vers la base du côté gauche.

Elle expira lentement en tendant la main vers la plume. La Symphonie bondissait autour d'elle. Tout était normal... non.

Elle n'avait pas rêvé.

La façon dont elle avait senti la Symphonie était réelle. Elle pouvait encore démêler les mélodies et percevoir quelques chants. Elle... Comprenait les grandes lignes sans avoir à se plonger corps et âme dans l'étude des lignes mélodiques.

Elle resta un instant interdite. Si c'était possible, alors... L'attaque de Voronwë avait eu lieue. L'Affrontement... Et le doute de sa prophétie pesait d'autant plus lourd...

Puis un léger mouvement la rappela au monde réelle. Elle n'était pas seule.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 


Dernière édition par Halyalindë Yasairava le Sam 10 Juin 2017 - 15:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 276
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Chacun son tour[Fenris]   Dim 6 Sep 2015 - 15:02

-Bonjour.

La silhouette dans l'ombre n'était autre que Fenris, bien confortablement installé dans un fauteuil. Le soleil perçant à travers les rideaux dans son dos l'avait probablement rendu invisible aux yeux fraîchement ouverts de la Protectrice. Il se pencha en avant afin de se démarquer de la pénombre. Son visage était calme, affichant un doux sourire qu'Halyalindë ne commençait à lui connaître que trop bien.
Cette plénitude n'était pourtant qu'une façade. La perturbation engendrée par les agissements de Voronwë lors de son arrivée avait perturbés la Symphonie suffisamment pour le tirer de son sommeil. Et les Dieux savaient qu'il avait le sommeil lourd depuis deux ennéades... Son corps étaient remis de ses blessures mais il lui manquait encore quelques litres de sang et l'anémie n'était pas sans le fatiguer, plutôt rapidement.
Une fois alerté, Fenris avait quitté sa chambre pour découvrir la servante qui avait été agressée dans le couloir menant à la chambre du jeune Nöldorion. Elle était assise sur un banc, une main sur sa tête douloureuse. Elle avait été prise en charge par un apprenti soigneur qui commençait tout juste à lui poser des questions sur son état. Plusieurs gardes passèrent, montant ou descendant de l'étage supérieur. Il en accosta un afin de lui demandé ce qu'il se passait. La description de l'intrus correspondait étrangement au Gardien Noss mais le cavalier ne voulut pas faire de conclusion trop hâtive. Il s'enquit ensuite de la situation de la Protectrice et on lui fit savoir qu'elle avait été raccompagnée à sa chambre pour être soignée.
Le temps de se laver et de se changer, Fenris se rendit aux appartements d'Halyalindë. Les soins étaient terminés, elle se reposait. Il demanda la permission de rester à ses côtés pour attendre son réveil, ce qu'on lui accorda sans mal. Bien peu nombreux étaient ceux qui ignoraient l'attention que la Protectrice lui avait porté alors qu'il jonglait entre l'ombre et la lumière. Il était évident que des liens, quels qu'ils soient, s'étaient créés entre eux. Il aurait été malvenu de lui refuser cette faveur.

Fenris avait attendu bien moins longtemps que son amie lorsqu'elle le veillait mais il trouvait la situation ironique, même sil s'en serait passé. Il avait vu apparaître les signes du réveil de son amie depuis un moment et avait choisi de la laisser se tirer elle-même du sommeil.

-Comment vous sentez-vous ?

Le cavalier essayait de paraître le plus serein possible, même si l'inquiétude qui l'avait tenaillé pendant son attente le hantait encore. Fenris ignorait les détails mais il se doutait qu'après ce qu'elle venait de vivre elle avait suffisamment à faire avec ses propres sentiments sans avoir à se préoccuper de ceux du noble.
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1190
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Chacun son tour[Fenris]   Dim 6 Sep 2015 - 16:46

Sur un fond de lumière crue, me visage souriant de Fenris se dessina peu à peu. Elle sourit à son tour. La présence de Fenris était indiscutablement apaisante malgré toutes les pensées et les souvenirs qui hurlaient en essayant de retrouver un ordre cohérent sous le crâne d'Halya. D'une façon diffuse, elle avait plus ou moins l'impression qu'il l'avait aidée quand elle était face à cette flaque de sang qui revenait de façon incompréhensible dans son esprit…Le fait qu'il semble si calme permettait d'autant plus facilement de s'accrocher à une certaine sérénité.

Ne sachant trop quoi dire, elle fit simplement écho au salut de son ami. Les murmures de la symphonie étaient toujours là, comme essayant de s'emparer de son attention malgré elle.

-Comment vous sentez-vous ?

-Bien. Étonnamment bien... Depuis combien de temps suis-je endormie ?

Certains morceaux de la scène retrouvaient lentement leur chronologie. Son réveil. Ëninril. L'intrusion de Voronwë. Le combat. Puis un amoncellement de courts instants sans suite. La rage, le dégoût, la peur. La blessure de Randil. La voix du druide et Anaëh.

Mais tout ça était encore un peu emmêlé dans un étrange sentiment qu'elle n'arrivait pas à définir. Ce que la Symphonie lui disait tout bas peut-être...

-C'est étrange... J'ai l'impression de sortir d'un nuage de coton. C'est comme si au lieu de regarder ce qu'il se passe dehors depuis l'intérieur d'une pièce, je venais d'ouvrir la porte. Tout me semble plus... net. Et puis je les comprends mieux...

La réalisation la heurta comme une tonne de brique. Elle n'entendait pas la Symphonie de manière plus forte ou plus détaillée... Elle la comprenait. Elle comprenait ce langage sans avoir à s'immerger totalement dans l'écoute, sans avoir à tendre l'oreille et a interprété chaque mouvement. C'était comme si les instruments qu'elles entendaient s'étaient changés en véritables voix.
Ce n'était sûrement qu'un changement mineur qu'elle aurait pu atteindre a force de persévérance... Ou bien un véritable bon en avant, un cadeau comme elle n'en recevrait pas deux fois dans une vie. Elle en avait les larmes aux yeux et ravala un rire.

-Je comprends la Symphonie, Fenris.

Elle tenta de lui prendre la main. Le pauvre ne devait pas comprendre grand chose à ce baratin. Elle était sensible à la Symphonie depuis longtemps, il le savait. C'était en grande partie grâce à leur deux dons qu'ils s'étaient tiré de leur mésaventure plus ou moins vivant... Surtout celui du cavalier en réalité. Mais elle aurait été bien en peine d'expliquer ce qui avait changé de façon posée.

Elle essaya de se calmer en repassant des bribes de sa propre matinée dans sa tête. Peu de choses avaient un sens à partir de l'arrivée de Voronwë, mais elle ne retenait qu'à grand-peine son rire et ne pouvait pas s'empêcher de sourire de toutes ses dents.

-Désolée.... C'est confus... Kÿria soit remercier mille fois ! Mais... je dois avouer que beaucoup de choses restent floues... Les seules choses dont je me rappelle sont un combat, une sorte de légende ou de prophétie... et l'arrivé du Gardien Voronwë...

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 276
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Chacun son tour[Fenris]   Mer 9 Sep 2015 - 9:56

-Bien. Étonnamment bien... Depuis combien de temps suis-je endormie ?

Fenris sourit. L'idée qu'elle était loin d'avoir atteint son propre record lui effleura l'esprit et l'amusa.

-Peu de temps, rassurez-vous. Vous aviez besoin de vous reposer.

Mais le sourire du cavalier disparut alors qu'il constatait que son amie n'allait pas aussi bien qu'elle le prétendait. Il l'observa silencieusement tandis qu'elle manifestait un certain trouble. Un trouble qui semblait venir d'elle... et à la fois de l'extérieur d'elle-même.
Après quelques instants, elle exprima ce qui la perturbait mais cela n'éclaira pas d'avantage l'épéiste qui n'était pas sûr de savoir où elle voulait en venir. D'ailleurs, il était clair qu'elle non plus... Si Fenris était arrivé à son niveau de maîtrise de son don pour la Symphonie, cela lui avait pris des années. Aussi ne pouvait-il comprendre le sens de ce que la Dame tentait d'expliquer... Jusqu'à ce qu'elle se fasse plus explicite.

-Je comprends la Symphonie, Fenris.

Le cavalier en resta figé durant quelques instants. Comment était-ce possible ? Ils avaient déjà évoqué leur façon de percevoir le chant d'Anaëh et d'interpréter ce qu'ils entendaient ou ressentaient et il savait son amie bien loin de maîtriser pleinement cet art. Elle avait besoin de concentration pour parvenir à déceler l'essentiel du message mais cela n'allait pas plus loin. Comment pouvait-elle si soudainement comprendre la Symphonie ? Cela ne pouvait avoir de lien avec les évènements de la matinée. Il devait donc y avoir autre chose... Une chose qu'il lui faudrait découvrir, mais pas tout de suite.
Pour l'heure, Halyalindë cherchait la main de son ami. Celui-ci se rapprocha et la saisit délicatement. Au-delà de cette situation nouvelle qui le perturbait, il était bien évidemment heureux pour elle et il le lui fit savoir par un sourire. Tout ce qui concernait le lien d'un elfe avec la Symphonie était un cadeau et il bénissait silencieusement Kÿria que la Protectrice en ait bénéficié. Emprisonnant avec douceur la main d'Halie dans les siennes, il lui fit savoir quels étaient ses sentiments à ce sujet, appuyant un peu plus son regard souriant.

-Désolée.... C'est confus...

Libérant une de ses mains, Fenris se mit debout et fit un pas vers la table de chevet qui se trouvait près de lui. Il servit un verre d'eau qu'il tendit à son amie, sans pour autant l'interrompre ni rompre le contact de ses doigts sur ceux de la Dame. Lorsqu'elle eut finit, il l'invita à boire quelques gorgées.

-N'essayez pas de faire plusieurs choses à la fois. Vous devez apprendre à distinguer ce qui vient de votre mémoire et ce qui vient de la Symphonie. Focalisez-vous sur les éléments les uns après les autres.

Fenris avait dû retenir sa main libre de s'avancer vers les cheveux de la Protectrice pour écarter une mèche de son visage. Il était submerger par l'envie de se comporter de manière tendre, caressant ses joues de velours, glissant ses doigts dans sa toison rousse, amenant sa main sur son cœur... l'étreignant avec douceur dans ses bras pour lui permettre de reprendre pieds. Il fallait dire que le cadre intimiste était si propice à la tendresse... Seuls dans les appartements de la Dame, les rideaux à demi tirés, elle venant de se réveiller et troublée par les derniers évènements... Mais le cavalier se contraignit à chasser ses pensées de sa tête. Pour l'heure, il n'était qu'un ami et le moment était assez mal choisit pour lui avouer ses sentiments naissants.
Debout devant Halyalindë, il poursuivit de sa voix douce et rassurante, cherchant à la guider dans ce nouvel art de la scission entre son esprit et celui de la forêt.

-La Symphonie peut vous dire comment Voronwë est entré mais ça je le sais déjà. Pourquoi est-il venu ?

Fenris avait l'avantage d'avoir déjà en sa possession toutes les informations qu'Anaëh pouvait lui communiquer. Chercher à savoir ce que la Protectrice savait afin de compléter le tableau était un bon moyen de l'aider à faire la différence entre ce qu'elle avait vécu et ce que les arbres avaient perçu.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1190
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Chacun son tour[Fenris]   Mer 9 Sep 2015 - 16:52

Elle n'avait pas vraiment enregistrer la réponse de Fenris à sa première question mais le contact de sa main l'aidait à ne pas se perdre totalement dans ses propres pensées. Si les choses ne passaient plus aussi rapidement dans son esprit, un brouillard persistait bel et bien.

Elle accepta le verre avec gratitude tout en essayant d'écouter attentivement le Cavalier. Elle était trop décontenancée pour avoir faim ou soif mais quelques gorgées d'eau lui firent un bien fou… Et elle se figea juste une seconde en se repassant les paroles de son ami. Différencier ses propres souvenir de ce qu'elle avait entendu par la Symphonie… Elle fronça les sourcils.

-Attendez… Il est possible de confondre des souvenirs réels avec la Symphonie ? Je n'ai jamais…

« eu ce genre de problèmes. »
« entendu parler d'une telle chose. »


Oui… Logique… Sa réflexion était stupide. Mais c'était… Différent… et un peu effrayant. Son hilarité retomba immédiatement. Comment pouvait-on se souvenir aussi intimement de choses que l'on avait pas vécue ? C'était un cadeau merveilleux, mais elle n'était pas vraiment sûr de pouvoir gérer ça en plus du reste… Non. D'abord il fallait qu'elle en ait le cœur net.

Assise, ses doigts jouèrent un instant sur le verre. Elle prit une grande inspiration et serra légèrement la main qui tenait la sienne en relevant la tête.

-Que je me focalise sur une chose à la fois c'est bien cela ?

Dans les fait ce n'était pas si compliquer. Elle était même plutôt doué pour ignorer complètement certains faits ou souvenirs. Il fallait retrouver chaque chose à la fois… Mais par ou commencer ? Où était le début ?

Elle allait encore se perdre dans le fouillis mental mais Fenris la guida de nouveau. L'arrivée de Voronwë. Oui… Son arrivée. Il était arrivé en blessant quelqu'un. Il n'avait pas tué, mais il avait blesser, rampant comme un verre, n'hésitant pas à semer la douleur sur son passage sans avoir conscience de la difficulté de sa propre situation.

-Oui. Il est arrivé en blessant quelqu'un. Il n'a pas tué, mais il fait souffrir quelqu'un pour arrivé jusqu'à mon bureau, les gardes me l'ont dit. Ça c'est clair.

Mais pourquoi ? Pourquoi avait-il fait le chemin jusque là ?

Il y avait le combat et son regard fou. Le manque d'air et la compassion. La dégoût et sa présence agressive qui avait fait attaqué Randil.

-Et Randil ?!

Le loup, allongé au bord du lit se leva d'un bon pour dévoiler sa présence et mettre la tête sur le matelas. Il était là et il allait bien, Kÿria soit louée… Halya aurait put s'étonner du fait que le même animal qui avait failli emporter le bras d'un soigneur quelque ennéades plus tôt avait laisser Fenris l'approcher sans broncher, mais le fait qu'il aille bien était tout ce qu'elle demandait pour l'heure.

Elle se reprit en reportant son attention sur Fenris et ses yeux si paisibles… Une chose à la fois.

-Hmm… Le but de Voronwë….

Son but. Qu'avait-il dit… Qu'avait-il sous-entendu ?

-Ëninril était là. Le Gardien était arrivé juste après pour se battre. Il est venu seul. Logiquement... il devait être là pour le druide. J'ai reçu une lettre d'Ëninril il y a quelques temps qui expliquait que Voronwë et lui s'étaient… querellés.

Elle évita soigneusement de mentionner le Baar'Ane. Déjà que les informations se bousculaient sous son crâne, le moment n'était pas venu de disserter sur des rumeurs.

-J'aurais pourtant jurer qu'il m'en voulait personnellement… ajouta-t-elle en se souvenant d'un regard.



HRP:
 

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 276
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Chacun son tour[Fenris]   Mer 9 Sep 2015 - 21:18

-Attendez… Il est possible de confondre des souvenirs réels avec la Symphonie ? Je n'ai jamais…

A peine avait-elle posé la question que la Protectrice s'arrêta. Fenris lut dans son regard qu'il n'avait pas besoin de lui expliquer et eut un sourire satisfait. Elle avait compris d'elle-même. Le lien qui unissait le cavalier à la Symphonie lui permettait de la comprendre non pas avec son esprit mais avec son cœur. Aussi se retrouvait-il confronté à un problème similaire : savoir différencier ses propres émotions de celles transmises par la forêt. Sans l’œil avisé de son précepteur, on aurait pu croire que Fenris-enfant agissait soit de manière étrange soit par instinct et il aurait pris toute sa vie ces fameux sentiments pour siens.

-Oui. Il est arrivé en blessant quelqu'un. Il n'a pas tué, mais il fait souffrir quelqu'un pour arrivé jusqu'à mon bureau, les gardes me l'ont dit. Ça c'est clair.

Fenris pouvait déjà voir la confusion dans cette première réponse. Elle ne répondait pas à sa question et apportait des éléments qui ne lui appartenaient pas. Une seule personne de blessée ?... Cela ne correspondait pas à la version qu'il lui demandait. Il posa sur elle un regard insistant.

-En êtes-vous sûre ? Demanda-t-il avant de marquer une pause et de reprendre. Voronwë a assommé plusieurs gardes et une servante pour arriver jusqu'à vous.

Les yeux de l'elfe ne quittèrent pas ceux de son amie tandis qu'il s'arrêtait volontairement sans lui donner plus d'éléments de réponse. Elle devait à présent comprendre que ces souvenirs n'étaient pas les siens. C'était ce que la Symphonie lui disait. En réalité, plusieurs personnes avaient été blessées mais les arbres se souciaient avant tout de leur congénère malmené par les dagues du Noss.

Mais l'attention d'Halyalindë se portait déjà sur autre chose tandis qu'elle évoquait le nom de son loup. Ce dernier manifesta alors sa présence, répondant à l'appel de sa maîtresse. L'animal, pourtant très protecteur, ne semblait pas percevoir Fenris comme une menace, le laissant s'approcher de la Dame et même la toucher sans montrer de réaction agressive. Ce que le cavalier ne s'expliquait pas vraiment.
Voulant amener son amie à se concentrer de nouveau, Fenris fut pris de l'envie de faufiler ses doigts dans les cheveux de la rouquine pour les passer derrière son oreille puis de glisser lentement jusqu'à son menton pour attirer son regard dans le sien. Mais il s'arrêta à quelques millimètres à peine de la chatoyante chevelure, se rendant compte de l'audace de son geste. Heureusement pour lui, la Dame avait le regard tourné vers Randil et ne l'avait pas vu. Il retira alors sa main pour laisser son bras pendre dans le vide et choisit d'attirer son attention autrement. Serrant légèrement les doigts qu'il tenait toujours, il chercha à la ramener à lui.

-Halie ?... Quelle était ma question ?

Sa voix était toujours aussi douce. Il cherchait simplement à la remettre sur la voie, ce qui fonctionna à merveille.

-Hmm… Le but de Voronwë….

Il l'écouta la suite avec attention, découvrant enfin quelques éléments du puzzle qu'il ne possédait pas. Ainsi donc, Voronwë venait régler ses comptes avec le druide. Les deux personnages étant si différents l'un de l'autre, il n'était guère étonnant qu'ils ne parviennent pas à s'accorder. De plus, si Fenris qualifiait son frère aîné d'impulsif et d'excessif, le Gardien était bien pire encore. Il n'était d'ailleurs pas sûr qu'il puisse être canalisé autrement que par la force.

-Ses griefs envers Ëninril doivent être graves pour qu'il s'introduise au cœur même d'une cité dans le seul but de régler ses comptes. Quant à vous, que vous voulait-il ?

Cette fois, ses questions faisaient volontairement appel à des éléments qu'elle seule devait connaître afin de l'aider à se concentrer sur sa mémoire individuelle. Il reviendrait plus tard sur la Symphonie.
Une chose après l'autre avait-il dit. C'était le meilleur moyen de les différencier.
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1190
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Chacun son tour[Fenris]   Jeu 10 Sep 2015 - 2:23

Les yeux de Fenris semblaient insisté, appuyé sur ce qu'il venait de dire. Voronwë avait assommé plusieurs personne avant d'arriver jusqu'à elle. Mais pourtant... Elle fronça les sourcils et tenta de se repasser plusieurs fois le film. Elle était inquiète. C'était normal. Elle voulait être sûr que Voronwë n'avait tuer personne. Et Killen était là. C'est lui qui lui avait répondu. Ou alors était-ce tout au début ? On lui avait dit...

Mais dans ses recherches, son esprit s'était une fois de plus enfuit avant qu'elle trouve la réponse. Et cela n'avait rien pour être rassurant.

C'est peut-être un peu pour cela qu'elle se concentra encore davantage lorsque Fenris la rappela gentiment à l'ordre. En quelques secondes, il avait prouvé qu'elle était incapable de faire la différence entre ce qu'elle avait entendu et ce qu'elle avait vécu. Son manque d'attention et de concentration, sûrement dû autant au choc qu'elle avait reçu à la tête qu'au chamboulement plus profond dont Ëninril avait été l'instigateur, rendait les choses encore plus difficile à démêler.

Elle avait répondu aussi clairement que possible cette fois. Elle s'était même aidée de faits irréfutables. Elle avait enfin son début de fait, clair et précis. Mais la remarque de Fenris fit mouche.

-Vous avez raison... Il aurait put tendre un piège à Ëninril. C'est un chasseur après tout. S'il a assommé plusieurs gardes, il aurait put l'abattre comme il aurait put abattre chacun d'eux. S'introduire jusqu'ici... ça n'a aucun sens s'il ne voulait pas expressément que je sois là. Killen a sûrement vu ce qui s'est passé et on pourra savoir comment il est rentré pour...

La main de Fenris semblait à nouveau brûlante. Un détail si infime avait pourtant de quoi lui faire chaud au cœur. Elle se souvenait de l'angoisse qu'elle avait ressenti en se rendant compte que l'anémie et la fatigue l'avait épuisé au point de le vider de toute chaleur...
Elle détourna les yeux, cherchant le fil de ses pensées.

-Pardon. Si Voronwë s'est introduit ici, c'est sûrement parce qu'il voulait quelque chose de particulier. Alors...

Quoi ?

Il avait dit quelque chose en entrant. Non. Ce n'était pas ça. Mais le reste était flou. Décousu. Elle se souvenait vaguement de son sang coulant sur le sol, imbibant le bois. Cette sensation horrible et indélébile lui collait à la peau. Mais elle devait se concentré sur ce qu'elle avait vu à ce moment là. Seulement ce qu'elle avait vue.

Et elle avait vu Voronwë pleurer.

Ses yeux s'arrondirent de surprise et retrouvèrent ceux de Fenris.

-Il m'a imploré.

Il était là. Dans une flaque de son propre sang. Il était à terre. Prostré.

-Il me demandait de l'aider... mais j'étais furieuse. Parce que ce qu'il me demandait...

Que demandait-il ?
Tout en remontant la piste, elle comprit que tout cela était intrinsèquement lié au Baar'Ane. Qu'il s'agisse d'une folie de Voronwë ou d'une créature existante, cela n'avait pas d'importance. Lui la pensait réelle. C'était ça !

« Vous ne comprenez pas! J'ai besoin de vous pour le vaincre! J'ai besoin de votre force pour m'aider! »


-Il me demandait mon aide pour vaincre... Un monstre lié à sa Noss, termina-t-elle encore à la volée. Quelque chose qui a pour unique but la destruction. C'est risible... Je n'aurai jamais cru à quelque chose comme ça. Mais... Une prophétie.

Il avait parlé d'une prophétie !
Assurant de nouveau la prise sur la main de Fenris, Halya chercha l'assurance de son regard pour continuer.

-Cette chose terrorise tout le monde. Heureusement elle est tranquille maintenant. Mais il disait connaître un moyen de le vaincre. Il disait qu'une vieille Prophétie existait dans son clan. Un Noss n'aurait pas mentit là-dessus. Personne ne s'amuserait à bafouer la parole de Kÿria ou de l'un de ses Ëalas, n'est-ce pas ?

Comme elle l'avait fait avec Ëninril, elle cherchait une réponse tranchée. Quelqu'un qui lui dise que tout était faux, qu'elle puisse en finir une bonne fois pour toutes.

« je ne suis plus le même à présent! Nous devons nous unir ou je ne sais pas si je pourrai le dominer la prochaine fois! »
« Me ferez-vous l'honneur de porter mes enfants?"


-Il a dit que nous devions... nous devions nous... unir pour en venir à bout.

Elle avait détourner les yeux sur sa dernière phrase. Sur son visage, une grimace de dégoût se disputait avec une expression troublée. Autour d'elle, des murmures de compassion et de mépris lui rappelaient sans qu'elle n'y prête même attention, que cet homme était destructeur né. Ce qu'il avait fait était impardonnable. Mais il était maintenant blessé et défait. Libre de sombrer plus profond encore.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 276
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Chacun son tour[Fenris]   Sam 12 Sep 2015 - 16:47

Fenris avait lui aussi senti la différence de température entre leurs mains. Il remarqua la brusque réaction d'Halie lorsqu'elle se fit cette réflexion et lui adressa un sourire. Oui, il se portait mieux, même si son corps n'avait pas encore tout à fait retrouvé sa chaleur d'autrefois. Les vêtements chaud, les heures passées au soleil et les couvertures d'hiver qui couvraient encore son lit aidaient grandement. Toutefois, il n'était pas encore en mesure de supporter la vie sous la tente pas plus que les rudes entraînements quotidiens. Et pour cause : monter l'étage qui le séparait de la Protectrice suffisait à l'essouffler.

Halyalindë semblait très perturbée et ne parvenait pas à maintenir sa concentration sur une même idée plus de quelques secondes. L'exercice qu'il lui proposait n'avait déjà rien d'aisé en soi mais sa rencontre avec Voronwë et l'agression dont elle avait été victime ne favorisait nullement sa concentration.
Doucement, Fenris reprit le verre et le posa sur la table de chevet. Puis il attira son siège pour venir s'installer en face d'elle. Une fois assis, il saisit délicatement sa seconde main et plongea son regard dans le sien afin de lui permettre d'ancrer son esprit sur quelque chose de concret.

Les idées de la Protectrice finirent par s'éclaircirent et elle conserva le même sujet durant quelques minutes. Il était assez surprenant qu'un Noss aussi imbu de lui-même et extrémiste comme l'était le Gardien s'abaisse à quémander de l'aide à une citadine. Cela n'avait que peu de sens...

-Il disait qu'une vieille Prophétie existait dans son clan. Un Noss n'aurait pas mentit là-dessus. Personne ne s'amuserait à bafouer la parole de Kÿria ou de l'un de ses Ëalas, n'est-ce pas ?

Fenris haussa les sourcils dans une expression d'incertitude.

-Jusqu'ici, je ne pensais pas un Noss capable d'user de dagues pour grimper à un arbre. Soyez prudente avec ce qu'il vous dit et ne le prenez pas pour argent comptant.

Si les Noss était plutôt imprévisible aux yeux des non initiés, c'était pire encore dans le cas de Voronwë. Le cavalier savait cerner assez rapidement les gens mais il aurait été incapable d'anticiper les actes de cet elfe et encore moins de juger de la sincérité de ses paroles.

-Vous en a-t-il dit d'avantage sur cette fameuse prophétie et sur la raison qui l'a poussé à faire appel à vous en particulier ?

Fenris ignorait si la chose était réellement à prendre au sérieux pour l'instant et cherchait à amener son amie à lui dire tout ce qu'elle en savait. Sans doute Ëninril serait-il plus à même de les aider sur ce sujet. Il connaissait bien mieux cette branche de leur peuple et aurait peut-être les moyens de se renseigner pour eux. Après tout, il semblait avoir tissé des liens avec Halyalindë suffisamment importants pour qu'il lui confie ses craintes concernant le Gardien.

-Il a dit que nous devions... nous devions nous... unir pour en venir à bout.

Le cavalier n'était pas sûr de comprendre le sens de cette phrase et fronça légèrement les sourcils.

-Vous unir ? Savez-vous ce qu'il entendait par là ?

En essayant d'analyser les différents éléments que la Protectrice venait de porter à sa connaissance, Fenris se remémora le Conseil militaire auquel Voronwë avait assisté. Il s'était alors comporté de manière très étrange, refusant d'un seul bloc toute aide proposée à l'intérieur et à l'extérieur d'Anaëh avant de finalement tout accepter avec pour seule condition le respect de la forêt et de ses frontières. Il se souvenait de son regard lorsqu'il avait menacé de tuer les humains qui oseraient s'enfoncer dans les bois et la remarque de la Reine de Naelis à propos de la chose malveillante qui vivait en lui...

-Pensez-vous que le monstre dont il parlait ait un rapport avec l'être qui sommeil dans son esprit ?
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1190
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Chacun son tour[Fenris]   Sam 12 Sep 2015 - 21:10

Enfin on lui donnait ce qu'elle demandait : une raison de ne pas croire ce que disait Voronwë. Il était vrai qu'il n'y avait rien d'habituel, de prévisible ou respectueux dans ces actes. Alors pourquoi sa parole serait absolue ? Cette prophétie ne pouvait être qu'un mensonge prononcé dans le but de sauver sa vie au moment ou il sentait la fin arriver.

Elle ne devait pas le croire simplement sur un mot jeter alors qu'il se vidait de son sang. Mais contrairement à ce qu'elle pensait, l'affirmation de Fenris ne parvint pas calmer totalement le doute qu'avait instillé Ëninril en omettant de répondre. Cette histoire pouvait être totalement fausse... comme elle pouvait être totalement vrai.

Aussi, lorsque le cavalier lui demanda d'expliquer ce qu'elle avait déjà eu du mal à dire sans lâcher ses mains, elle se sentit curieusement mal à l'aise. Sur le moment, elle se souvenait surtout de sa colère. Elle ne parvenait pas à retrouver précisément sa propre réaction, ce qu'elle avait répondu ou ressenti. Mais les quelques paroles dont elle se souvenait la mettait sur une voie qu'elle aurait préféré ignorer.

Elle s'accorda quelques instants de plus pour essayer de se souvenir de quelque chose d'autres. Quelque chose qui aurait put infirmer ce qu'elle pensait. Mais rien ne vint.

-Je pense qu'il parlait autant d'une aide mentale que d'une union charnelle.

Elle n'avait pas envie de dire ces mots. Pas comme ça. Elle parlait d'une voix clair et calme mais sa gorge était nouée et elle ne parvint toujours pas à regarder Fenris dans les yeux. Mais elle avait besoin d'éclaircir les choses, de les laisser sortir avant d'exploser. Le cavalier tentait de l'aider, elle avait une totale confiance en lui... Et elle ne pouvait pas imaginer lui cacher quelque chose de ce genre.

-Je ne me rappelle plus si c'était lié, où même s'il était sérieux, mais il m'a littéralement demandé de porter ses enfants... C'est ridicule, soupira-t-elle. J'ai l'impression d'être je ne sais quel trophée.

Que ce monstre soit réel ou une simple invention de son esprit, Voronwë avait sûrement besoin d'aide mais la Symphonie jugeait ses actes avec colère et crainte, entraînant Halya à le considérer de la même façon. Quant à l'idée de se donner à lui, elle était parfaitement révulsante.  

Il fallait que cette prophétie ne soit qu'une invention de son esprit malade.

-Pensez-vous que le monstre dont il parlait ait un rapport avec l'être qui sommeil dans son esprit ?
-...

Cette fois Halya ne put cacher son étonnement. Elle savait que Fenris avait une bonne mémoire et un esprit affûté, mais il ne cessait décidément pas de la surprendre. Le laisser dans l'ignorance ne servait à rien...

-La chose qu'il pense être dans son esprit est le Baar'Ane. Je ne sais pas exactement ce que c'est ni si  elle existe vraiment, après tout cela ne pourrait être que l'invention suffisamment convaincante d'un esprit brisé, mais d'après Ëninril, il semblerait qu'il cherche la destruction. Et qu'il soit capable de... prendre le pas sur le Gardien.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 276
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Chacun son tour[Fenris]   Mar 20 Oct 2015 - 11:26

A présent, Halyalindë semblait avoir réussi à figer son esprit sur ses souvenirs en se détournant de ce qu'elle percevait via la Symphonie. Chaque nouvel élément qu'elle apportait était inconnu du cavalier qui l'écoutait avec attention. Au moment de parler de l'union des deux elfes, Fenris ne put que percevoir le trouble chez son amie qui se refusait à le regarder. Une fois encore, il ne sut comment interpréter son geste, ignorant sa raison profonde. S'il avait été un homme moins averti, il aurait pu aisément prendre cela pour une marque de la réciprocité de son affection mais il était prudent et ne croyait qu'en ce qui lui apparaissait comme limpide. C'est pourquoi il préféra ne porter aucune conclusion sur cet évènement.

-Sa proposition est étrange à plus d'un titre. Du fait de sa soudaineté et de son incongruité.

Il était vrai que cette demande sortait de nulle part... Rien ne laissait à penser dans ses gestes antérieurs qu'il pourrait en arriver à lui soumettre une telle requête. De plus, il voyait mal un Noss aussi radical accepter de mélanger son sang avec celui d'une citadine, même si celle-ci ne l'était qu'à moitié.

-Peut-être a-t-il simplement voulu vous déstabiliser. Si c'est le cas, vous ne devriez pas y accorder tant d'importance pour l'instant.

Fenris restait toujours aussi doux dans ses paroles. Il ne voulait pas lui commander ce qu'elle devait faire, seulement lui apporter son aide. Cette partie de son récit semblait la perturber alors qu'elle avait assisté à bien pire durant ce bref entretien. Sa blessure et celle de Randil en étaient la preuve. Aux yeux du cavalier, il s'agissait d'un élément mineur qui ne devrait pas entrer dans l'équation pour le moment.

Halyalindë lui parla finalement du Baar'Ane et son discours le laissa quelque peu songeur. Il prit une minute de réflexion avant de répondre.

-Il y a réellement quelque chose qui l'habite, ce n'est pas une invention. Quant à savoir si c'est bien ce "Baar'Ane" et ce dont il s'agit... C'est la remarque de la reine de Naelis au Conseil qui m'a fait comprendre ce qu'il se passait. Je n'ai pas la capacité d'en apprendre davantage. J'ai beau rechercher dans ma mémoire, le nom de "Baar'Ane" ne m'évoque rien mais il n'y a que bien peu d'écrit sur les Noss et leur histoire. Du fait de ses origines et de ses capacités, Ëninril devrait être en mesure de vous aider à faire la lumière sur tout ceci.

Fenris observa son amie un instant. Elle était encore éprouvée par tout ceci et continuer à en parler n'était sans doute pas la meilleure chose à faire dans l'immédiat. Il lui adressa alors un sourire et se releva sans lâcher ses mains.

-Mais pour l'instant, vous avez besoin de vous changez les idées. Que diriez-vous d'un bain et d'un petit déjeuner ? Je n'ai pas encore mangé pour ma part. Et vous ?


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1190
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Chacun son tour[Fenris]   Jeu 22 Oct 2015 - 0:35

La déstabiliser... Oui... Si seulement.

Encore une fois Fenris devait avoir raison. Sa voix toujours calme aurait put être celle de Hwestalindë elle même tant elle paraissait sensée dans le fouillis de pensée et de souvenirs qui habitaient Halya.

-Oui. Vous devez avoir raison. C'est stupide. Se laisser atteindre par ce genre de stratégies grotesques... Je dois être plus surmenée que ce que je pensais, finit-elle avec un rire forcé.

Et pourtant... Il représentait quelque chose d'étrange, de révoltant, elle l'avait sentit jusque dans ses tripes. S'il était fou, il était d'autant plus dangereux. Et si c'était belle et bien une prophétie, que pourrait-elle faire contre les desseins des dieux ? Gérer les blessures physiques, la douleur, la tension, c'était facile, mais se retrouver face a quelque chose de supposé inéluctable était tout à fait différent. Surtout quand le mépris et le malaise de la Symphonie appuyaient ses doutes.

Quant au Baar'Ane, elle avait vu trop d'esprits dérangés et ce qu'ils pouvaient engendré pour être aussi affirmative sur son existence, même si en son fort intérieur, les explication de Fenris étaient parfaites. Elle l'écoutait attentivement comme il le lui avait demandé. Elle ne faisait toujours pas elle-même la différence entre sa propre mémoire et les murmures qui l'entouraient mais il lui semblait avoir l'esprit un peu plus clair. Au moins elle en avait l'impression...

Le cavalier avait aussi mis facilement le doigt sur ce qui retournait particulièrement son amie.

-Ëninril ne m'a pas répondue...


Elle allait replonger dans toutes les possibilités que représentaient le silence du druide mais quelqu'un semblait en avoir décider autrement. La proposition du cavalier était tentante mais avec le problème de Voronwë, avait-elle vraiment le temps de se disperser ?

-Fenris... Honnêtement je n'ai pas la moindre idée de ce que je pourrais faire pour éviter que l'intervention de Voronwë ne prenne des proportions incontrôlables. Vous vous rendez mieux compte que moi des mélanges dans ma mémoire. J'arrive à réfléchir un peu plus posément, je vous en remercie, mais il faut que j'arrive à trouver une solution et rapidement. Voronwë est un chef de clan . S'il lui arrive quelque chose, les conséquences pourraient être dramatiques. Et je ne suis même pas sûr de ce qu'il s'est produit dans mon bureau... Alors je ne sais pas si prendre du temps pour me distraire est vraiment raisonnable.

C'était exactement cela. Elle ne savait pas. Elle avait beau réfléchir, tenter de garder son esprit focalisé pour suivre une pensée cohérente, elle se retrouvait perdue devant la complexité de la situation. Elle nageait dans un océan d'incertitude risquant de se transformer en tempête d'incohérence au creux de laquelle murmuraient des centaines de voix dans lesquelles elle ne se reconnaissait que trop. Sans oublier le mal de crâne qui ne tarderait pas à se mettre de la partie si elle continuait de forcer comme ça si peu de temps après une commotion.

Au lieu de s'acharner et de rester bloquée devant un obstacle infranchissable, une pause lui aurait sûrement été salutaire. Mais quand on est perdu, difficile de prendre une décision.

HRP:
 

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenris Nöldorion
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 276
Âge : 30
Date d'inscription : 12/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  212 ans (797 années du 10ème cycle)
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Chacun son tour[Fenris]   Jeu 31 Déc 2015 - 14:25

-Fenris... Honnêtement je n'ai pas la moindre idée de ce que je pourrais faire pour éviter que l'intervention de Voronwë ne prenne des proportions incontrôlables. Vous vous rendez mieux compte que moi des mélanges dans ma mémoire. J'arrive à réfléchir un peu plus posément, je vous en remercie, mais il faut que j'arrive à trouver une solution et rapidement. Voronwë est un chef de clan . S'il lui arrive quelque chose, les conséquences pourraient être dramatiques. Et je ne suis même pas sûr de ce qu'il s'est produit dans mon bureau... Alors je ne sais pas si prendre du temps pour me distraire est vraiment raisonnable.

La réponse de la Protectrice ne le surprit pas vraiment. Il commençait à la connaître suffisamment pour savoir qu'elle n'était pas des plus raisonnable. Alors savoir qu'elle voulait retourner dans le feu de l'action après cette violente expérience n'avait rien d'étonnant.
Peut-être n'avait-il pas présenté la chose sous le bon angle.

-Vous distraire est une façon comme une autre de vous faire penser à autre chose le temps que vous repreniez quelques forces. Vous reconnaissez vous-même vos difficultés, pourquoi ne pas prendre le temps de comprendre ce qu'il s'est passé avant de vouloir aller plus loin ? Eninril peut certainement vous y aider.

Fenris lui adressa un sourire réconfortant. Il ne souhaitait pas voir son amie s'embarquer à nouveau dans cette histoire alors que son esprit n'était que confusion. Certes, il n'existait pas de "bonne" décision mais uniquement des décisions les plus adaptées possibles en fonction de la situation et des intervenants. Hélas, Halyalindë n'était même pas sûre de saisir tous les éléments du problème. Pire encore, elle était émotionnellement impliquée (car il ne doutait pas que l'affaire l'avait plus que largement touchée).

-Voronwë est certes un chef de clan mais il vous faut être sûre du passé pour prendre des décisions appropriées. Loin de moi l'idée de me montrer moralisateur mais je pense que la précipitation ne sera pas votre alliée pour régler cette histoire.

A son habitude, Fenris estimait qu'en tant qu'ami il pouvait tenter de raisonner la Protectrice mais il savait que leur amitié étant bien jeune son avis pouvait être mal accueilli. Il espérait toutefois que la Dame entende raison et remette l'affaire à plus tard, lorsqu'elle serait plus apte à prendre des décisions. L'urgence de l'affaire nécessitait certes d'agir vite mais la vitesse chez les elfes était une notion très relative... Après tout, n'était-il pas urgent de gérer le problème de régence en Anaëh ?...

Affichant un nouveau sourire, le cavalier hésita à clôturer la conversation en allant donner quelques consignes pour que soient préparés le déjeuner et le bain de la Protectrice. Il souhaitait la protéger mais pas contre son gré. Malgré leur mésaventure, ils n'étaient pas assez proches pour cela.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1190
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Chacun son tour[Fenris]   Mer 13 Jan 2016 - 21:11

La précipitation... Oui elle était empressée, mais elle ne se précipitait pas, pourquoi les gens ne voyaient jamais la différence ?

-Oui je suppose... Je suppose que quelque chose ne s'est pas passé comme prévu... alors il devrait au moins pouvoir me dire quoi.


Elle réfléchit encore un moment. Tout ça lui paraissait tellement fou. Si elle avait du mal à mettre ses idées au clair... Sur la durée... Quelle effet aurait la Symphonie sur elle... Et pour Voronwë... Non il n'y avait pas de bonne solution...

Avec un soupire, elle rendit les armes.

-Très bien. Je suppose qu'un petit-déjeuné ne peut pas me faire de mal...

Elle jeta de nouveau un coup d'oeil vers la fenêtre.

-J'ai.. juste une question. Est-ce que vous avez entendu quelqu'un pleurer pendant que nous discutions ?


La question pouvait paraître étrange mais.. C'était comme une intime conviction... Elle avait décidément du se faire plus mal au crâne qu'elle ne le pensait. Mais quitte à avoir les idées embrumées, autant essayé de

-Vous pourriez me laisser une seconde, histoire que je ne passe pas la journée en chemise ?

Une fois le jeune homme sorti de la pièce, elle se débarrassa de ses couvertures. Sa tenue était décidément TRES légère. Bien trop, même pour un petit déjeuné. Elle attrapa un pantalon et une tunique propre. Alors que chaque pensé faisait naître une question de plus, transformant sa propre tête en champ de bataille, chaque geste qu'elle faisait maintenant était un véritable bonheur. Presque plus aucune douleur. Juste des cicatrices. Le guérisseur avait du se faire violence... Et pour Randil l'ai laissé approché, cela ne pouvait être que celui qui s'était déjà occupé d'elle durant sa convalescence, ou Kaëlis.
Essayant de faire un peu le vide au lieu de faire le tri, elle se concentra sur ses geste, leur fluidité leur précision, la sensation du tissus sur sa peau. Oh, ce n'était rien de bien extraordinaire mais cela l'encrait un peu au lieu de se laisser partir à la dérive... Et de continuer à entendre ces pleurs.

Randil rôdait, de plus en plus à cran. Elle ne le ménageait pas ces derniers temps... et avec tout le travail qu'elle abattait, il était de plus en plus souvent seul. A croire qu'il n'était plus ce qui avait le plus d'importance dans sa vie... Elle secoua la tête pour éviter de penser a cela. Tous les elfes étaient important dans sa position. Si seulement elle avait un moyen de neutraliser Voronwë sans sa Noss ? Mais pour ça ils auraient du comprendre... Ses propres guerriers devraient sortir d'un endoctrinement de plusieurs milliers d'années. Autant dire que c'était impossible.

Comme l'avait très justement fait remarqué Fenris, Voronwë était un chef de clan. Jamais ils ne considérerait leur gardien comme faillible. D'autant plus si le Baar'Ane n'était pas une invention...

Elle s'arrêta en serrant les lacets de son col.

C'était ça. Il fallait d'un côté le rendre faillible et de l'autre frapper dans la brèche. Ëninril pourrait l'aider. Oui, Fenris avait raison. Pas dans le sens auquel il pensait pas il avait mille fois raison.

Quand au reste...

Souvenirs propres ou non, elle ne pouvait pas laisser une occasion pareille de prendra l'ascendant. Il était dangereux, et plus elle restait loin de lui, plus il penserait l'avoir blessée. Elle avait toujours son instinct... Et celui de Randil.

Elle enfila rapidement le reste de ses affaires et glissa par la porte, cherchant Fenris des yeux.  En passant, elle attrapa sa man quelques seconde, un sourire rayonnant sur le visage.

-Vous aviez parfaitement raison ! Merci ! Je n'en aie pas pour longtemps. Je dois y aller maintenant. Nous déjeunerons après, d'accord ? Je suis désolée.


Elle pressa ses doigts entre les siens avant de quitter prestement la salle.

Il fallait qu'elle règle ça maintenant. D'une manière ou d'une autre.


<< Trois elfes, trois idéauxLe pouvoir des mots >>

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chacun son tour[Fenris]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chacun son tour[Fenris]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chacun son tour...! Bito, à toi de jouer.
» Chacun son tour. :gnii:
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Ardamir :: Ardamir (Cité)-
Sauter vers: