AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un puzzle bien particulier à assembler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neïra "Fortune"
Humain
avatar

Nombre de messages : 81
Âge : 23
Date d'inscription : 25/08/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  Entre vingt et trente ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Un puzzle bien particulier à assembler   Mer 16 Mar 2016 - 22:27

Un cri d'oiseau dans le lointain qui lui vrilla le crâne. Neïra maugréa dans un demi-sommeil qui lui engourdissait l'esprit. Son crâne lui donnait l'impression d'abriter un joueur de cymbales. Elle n'avait pas pour habitude de forcer sur la boisson mais là, elle avait du y aller très fort. Elle essaya brièvement de fouiller dans sa mémoire sans parvenir à se rappeler de quoique ce soit qui remontait moins loin qu'au midi de la veille. Était-ce au moins bien la veille ?
Elle essaya de se cacher la tête sous les draps de son lit, gênée par la lumière du soleil -quelle heure pouvait-il bien être bon sang ?- qui passait à travers l'unique fenêtre de la chambre. Quand elle tira sur le tissu, elle perçut un grognement dont elle était presque certaine de ne pas être à l'origine. Il fallut deux bonnes minutes avant que l'information, décryptés par un cerveau qui lui faisait savoir à grand renfort de coups de burin dans la boîte crânienne qu'il n'était pas d'humeur à ce genre d'effort, ne la fasse se redresser d'un coup, manquant de peu s’assommer contre la tête de lui au passage.
Ses yeux firent un bref tour de la pièce, notant une chambre plus spacieuse qu'elle aurait pensé, un lit plus grand, pour finalement se poser sur une forme allongée avec elle sous le drap. La forme laissait penser à une femme et elle n'eut bientôt plus de doute quand son regard se posa sur la tête qui émergeait juste à côté d'elle, arborant une longue chevelure encore plus rousse que la sienne. Neïra sentit un courant d'air du côté de sa poitrine et baissa le regard sur ses seins nus. Elle souleva légèrement le drap et constata, avec un certain réconfort, qu'elle portait encore quelque chose en bas. Elle reporta son attention sur celle qui dormait encore -ou essayait juste de grappiller quelques minutes de sommeil comme elle quelques minutes plus tôt, difficile à dire- en se demandant comment tout cela avait bien pu se produire quand même. Bon sang, le peu qu'elle voyait d'elle ne lui rappelait rien du tout en plus !

Le cri d'oiseau retentit une nouvelle fois, bien plus proche que prévu. Neïra fit à nouveau le tour de la pièce du regard et remarqua cette fois une cage dans laquelle était enfermé un oiseau d'une vingtaine de centimètres au plumage noir et blanc agrémenté de quelques motifs turquoises, arborant une étrange crête sur le crâne et un bec tassé mais acéré. L'animal lui rendit le regard intrigué qu'elle portait dans sa direction avant de laisser échapper un nouveau cri, un peu plaintif.
Intrigué, Neïra se dégagea des draps et posa un pied à terre, ce qu'elle regretta instantanément en sentant le froid mordre sa peau. Elle poussa un cri de douleur et une flopée de jurons bien sentit qui ne tardèrent pas à réveiller sa 'compagne' d'un soir, désignons-la ainsi faute de meilleur mot pour l'heure. Attrapant son pied meurtri entre ses mains elle examina la plante de celui-ci, qu'une longue traînée sanglante décorait désormais. Elle porta un regard au pied du lit, où gisait une rapière sans fourreau, la lame tâchée de sang. Elle adressa encore quelques jurons à celle qui avait oublié de ranger ses affaires, quand elle sentit du mouvement derrière elle. Tout en se retournant elle s'adressa à l'inconnue :

« Ah, t'es enfin réveillée ? J'espère que mes hurlements alors que je me suis ouvert le pied sur un putain d'épée qui n'a aucune raison de traîner au sol ne t'ont pas dérangés ? Et tant que j'y suis, tu pourras peut-être m'expliquer pourquoi je suis à moitié nue dans le même lit que toi ? »

Un accueil un peu brutale, surtout si elle avait la même gueule de bois qu'elle, mais le combo casque de plomb et pied déchiqueté ne la rendait pas vraiment aimable. Et ce maudit piaf se mettait presque à gémir maintenant, poussant des cris de plus en plus insupportables.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

MessageSujet: Re: Un puzzle bien particulier à assembler   Ven 25 Mar 2016 - 2:50


"Mmmmmmmhhhh..."

Telles furent les premières paroles matinales de Qaspiel Kassandros, aussi connue sous le nom de "la tarée rousse qui s'est prise pour la gardienne d'Othar?" en Lourmel. Dormir sur un lit était terriblement différent de dormir dans une tente, dans un campement militaire. Qaspiel était capable de se réveiller au moindre appel, alerte ou ordre lancé par ses officiers, sur une tente. Mais dès qu'elle était dans un lit, le chœur d'un régiment tout entier n'aurait pas suffit à la faire bouger. Petit à petit, elle bougea, se mouvant légèrement sur le lit. Une personne stupéfaite faisait le tour de la chambre, mais elle l'ignora. Sûrement une aventure de la veille, pensa Kassandros, habituée à vivre cela à chaque fois qu'elle était à Thaar avec un surplus de solde entre les mains. Elle se gratta alors la fesse droite, avant de se rendre compte qu'un tissu s'interposait entre sa main et sa peau nue. Étrange. Peut-être avaient-ils été trop éméchés pour conclure. Cela arrivait.

C'est alors qu'elle entendit l'oiseau. Le cri sonnait un peu trop familier pour ses oreilles. Qaspiel se leva, entourant son corps avec le drap. Non pas qu'elle avait à cacher quelque chose, pensa-t-elle, mais peu importe. L'oiseau refit un bruit. Elle s'avança alors, manquant de trébucher sur son armure, qui traînait par terre, tandis que sa compagne hurlait sa douleur, ayant marché sur sa rapière qui était également pas loin du lit. J'ai eu tellement hâte de rejoindre le lit que j'ai jeté mon épée et mon armure en l'air et sauté dedans, constata-t-elle. Pas commun, pour quelqu'un qui a gardé son sous-vêtement.

L'autre femme lui pesta dessus. Pourquoi était-elle arrivée là, et pourquoi elle était à moitié nue.

"Mais j'en sais rien, moi,
fit-elle, l'haleine matinale en prime. Et si on est tombé dans le même lit, nus et complètement bourrés, ben je dirais qu'il y a une explication qui s'imposait d'elle-même, non ?"

C'est fou ce que les gens ne pouvaient assumer une amourette du même sexe. Oui, ce n'était pas commun à Thaar, et oui, c'était même probablement pas mal scandaleux. Mais quand même, il s'agissait de prendre ses responsabilité et pas accuser son partenaire de tous les mots quand-

Un autre cri d'oiseau. Qaspiel leva un doigt pour toute réponse, et se retourna aussi sec, plissant les yeux, comme pour s'assurer que sa vue d'ordinaire très bonne ne s'était pas trompée. C'était un oiseau assez peu commun à Thaar, douée d'une exceptionnelle longévité. Sa mère en avait un, d'ailleurs, et... Euh... Il ressemblait beaucoup à celui-là.

"Euh... Merde, on a un problème. Amrûn, c'est bien toi?"


L'oiseau arrêta de chanter, reconnaissant son nom. Qaspiel pinça sa lèvre inférieure, très ennuyée. Depuis le suicide de sa mère, il y a 80 ans de cela, le père de Qaspiel avait deshérité sa fille et s'était remarié, fondant ainsi la lignée tant rêvée. Les neveux de Qaspiel, héritant du témoignage de leur arrière-grand-père, gardaient un souvenir assez amer de leur grande-tante, niant brutalement tout rapprochement entre leur nom de famille et celui d'une mercenaire réputée pour brûler ses ennemis vifs. En tout cas, aussi longtemps qu'elle s'en souvient, l'oiseau avait toujours été dans le manoir. Qaspiel regarda par la fenêtre, ne reconnaissant pas la rue avec un certain soulagement. Au moins, ils n'avaient pas décidé de squatter la famille, ce qui était pas mal. Mais reste qu'ils se retrouvaient quand même avec leur héritage sous les bras, et de n'avoir aucune idée de comment il était parvenu en leur possession inquiétait la mercenaire au plus haut point.

"Euh... Excuse-moi, mais tu n'as absolument aucun souvenir de ce qui s'est passé hier soir? Parce que j'ai comme l'impression qu'on a fait des grosses conneries."




Revenir en haut Aller en bas
Neïra "Fortune"
Humain
avatar

Nombre de messages : 81
Âge : 23
Date d'inscription : 25/08/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  Entre vingt et trente ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un puzzle bien particulier à assembler   Ven 8 Avr 2016 - 22:32

« T'es pas mon genre ! »

Grogna Neïra quand l'inconnue lui suggéra qu'elles avaient conclus la veille. De fait, si se réveiller dans un endroit inconnu n'était pas une expérience unique dans la vie de la duelliste, c'était la première fois qu'elle le faisait en compagnie inconnue, féminine de surcroît, et dans un lit douillet. D'habitude c'était plutôt paillasse de prison, cale de vaisseau pirate ou ruelle boueuse. Non pas qu'elle se plaignait du changement, mais même dans cette situation elle arrivait à se blesser toute seule.
Elle était occupée à chercher de quoi se bander le pied, boitant légèrement à travers la chambre -elle avait repéré sa propre arme, à moitié plantée dans ce qui tenait lieu de commode, à la verticale- quand l'autre commença à s'adresser à l'oiseau, avant d'aller regarder à la fenêtre. Neïra avait réussit à mettre la main sur un morceau de tissu qui conviendrait le temps qu'elle se trouve un vrai guérisseur, quand sa compagne de chambrée -et plus- lui posa une question. Elle s'interrompit dans sa tâche pour essayer de se souvenir de la veille, mais seul un affreux mal de crâne lui revint en tête. Ça et une sensation de chaleur, mais pas celle qu'elle pouvait avoir lorsqu'elle avait abusé de l'alcool -ce qui avait vraisemblablement été le cas- plutôt de celle qu'on ressent à se tenir à côté d'un brasier.

« Il y avait un feu je crois. Et des conneries, j'ai comme l'impression qu'on en a faites un paquet si tu veux mon avis. »

Elle embrassa du regard la chambre. Maintenant qu'elle était pleinement réveillée, tout cela lui apparaissait comme un bordel sans nom. Outre leurs vêtements qui traînaient un peu partout et leurs armes abandonnées au petit bonheur, plusieurs objets de décoration avaient atrocement souffert : un miroir brisé était abandonné dans un coin, ses éclats renvoyant une multitude de reflets à la rouquine, chacun plus pathétique que les autres, avec ses cheveux en bazar, ses yeux bouffis et son teint cireux de lendemain de cuite, et un vase fêlé avait roulé dans un coin de la pièce, répandant sur son chemin les fleurs qu'il avait contenu et qui avaient manifestement été piétinées. De plus, les murs et les meubles les plus imposants portaient de nombreuses griffures, à n'en pas douter dues à des armes. Comme, par exemple, une rapière et un sabre.

« Tain c'est à croire qu'on s'est battues, puis qu'on a dormis ensemble. »

Étrangement, l'idée ne lui paraissait pas si stupide qu'elle en avait l'air au premier abord. Elle se leva et posa doucement son pied à terre pour clopiner un peu près de la fenêtre et jeter un œil à l'extérieur.

« T'as une idée d'où on est au juste ? Et au fait, tu t'appelles comment ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un puzzle bien particulier à assembler   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un puzzle bien particulier à assembler
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un onix bien particulier
» Un apprentissage bien particulier [Fe Jézabel Chapman]
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Motards Nobz, conseils pour assembler une bande
» Réfléchie bien !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: