AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chronique du Garkam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thorgrel Poing-de-Fer
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1623
Âge : 26
Date d'inscription : 07/05/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  169
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Chronique du Garkam   Mar 5 Juil 2016 - 21:23


PandémoniumLieu du RP : Quelque part dans la lande, cité de Neolias.
Date du RP : An 0 du 40ème cycle.
Circonstances du RP : Les récits du nain Nim Darmazion
Ambiance du RP : Rp Solo se déroulant loin dans le futur. Post-apocalyptique.



Nim DarmazionAge : 201 ans
Race : Nain
Description : Fils de Hugan lui même fils de Ogni. Survivant du Cataclysme, Défenseur de Neolias. Tueur de yéti, porteur de l'Étoile du Matin dit le Poing-Dragon.




Dernière édition par Thorgrel Poing-de-Fer le Mer 6 Juil 2016 - 22:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thorgrel Poing-de-Fer
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1623
Âge : 26
Date d'inscription : 07/05/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  169
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Chronique du Garkam   Mer 6 Juil 2016 - 22:48

Contexte


Miradelphia n'a aujourd'hui de semblable que le nom de la terre qu'elle représente.
Le temps à vu naître et mourir des royaumes, de toutes races et de toutes ethnies.
Aujourd'hui, il n'en reste rien, ou presque rien. Néanmoins, les souvenirs des derniers événements eux sont toujours bien vivaces dans les mémoires.


«...Les dragons avaient belle et bien défigurer le monde. Depuis leurs avènements au onzième cycle jusqu'à nos jours, ils furent utilisés aussi bien pour détruire que pour créer et ils nous utilisèrent en retour aussi bien, si ce n'est mieux.  Trente milles années de terreur distillées sous tout ses aspects.
Pourtant, tout cela me semble bien vint, bien loin maintenant.
J'en venais presque à regretter ma condition passé. Je me surprenais même dans les moments les plus difficile,  espérer secrètement le retour d'un de ses pétardeurs de magma. [La vie en serait plus douce].
Mais il n'en était rien, nous avions franchis une limite et impossible de faire marche arrière. Dans notre incroyable naïveté, notre infinie bêtise, de celle qui consiste à se croire aussi immuable que la roche, aussi puissant que le vent et aussi éternel que le temps, personne ne le vit arrivé. Tous bien trop occupés à se trancher une part de bidasse pour lever les yeux un instant.
[...]
Les hommes du Royaume d'Aelias* semblaient bien agiter en ce dernier mois d'été. Leurs croisades contres les centaures et drydelfe de la fôret de Frätenuï** s'éternisaient depuis une trentaines d'années maintenant. Bien que supérieurement équipé et doté d'un atout majeur -L'Incarnin Jurmungar-, les hommes ne gagnaient plus de terrain. Chaque mètre prit à l'ancienne pinède ce payait chère, en sang et en fer. Nous avions  donc prit pour habitude de ne plus sourciller d'un pouce à l'audition des nouvelles du front. Plus grande fut donc notre surprise quand on nous conta la mort du grand serpent.
l'Incarnin était mort, schouik, claps, floutch, finit.
Les demis-moreaux et les longues-oreilles avaient tendus piège à la Première Cohorte du Roi Minimus Maistrus. Semblerait t'il que la tellurie y ai joué rôle majeur. Quoi qu'il en était, du dragon ne restait qu'os ambréifié, réel statue de breuil trônant fièrement dans clairière.
Tout s'enchaîna relativement vite en suite.

Les Noirelfes du désert et les Sauriens des plaines marécageuses refoulaient  depuis trop longtemps leurs haines viscérales et au combien commune qu'ils vouaient aux Esclavagistes du Nord. Un cycle de domination humaine qui les réduisirent au statut très précis d'empileur de caillasse à la vie sans valeur. L'avaient t'ils bien cherché ? Peut être, sûrement même. Le vent ne tarda pas lui même à venir murmurer à leurs esgourdes et dans les ennéades qui suivirent, ils devinrent une épine de plus dans la bottes des royauteux, une épine du type tétanique. Révoltes et rébellions explosèrent de concert, née à l'extrême aval des frontières, dans les carrières de grès et de sel,  l'étincelle, (que dis-je),  le feu se propagea bien vite jusqu'aux chantiers faramineux des frontières d'extrême amont. Une double coup dur pour le vieux Minimus, cloîtrer dans sa tour de cristal, il céda les pleins pouvoirs à son seul et unique fils, Mininus Ier. [Avant (ou après) s'être défenestré pour finir fissa trois cents toises plus bas.]

Le jeune marmot à la toise blonde comme l'orpaille se retrouvait donc aux commandes de l'énorme hydre mourante qu'était devenu le Royaume des hommes. Désemparer semble t'il, il se tourna alors vers nous.
Nous, les nains de Madalor*-.
Mégalopole souterraine construite dans le Pic de Fhundar, évidé de son sommet jusqu'aux racines, unique et dernier bastion du peuple de la montagne. Une nation entière regroupez en un seul lieu, imprenable, indestructible. [Vous voyez, impossible de s'en empêcher]
Tout un monde dirigé et coordonné par le Haut-Thane Eurynok Barbefroide et le conseil des Thanes. Autant de viandard qu'il ne fallait, à mon sens, pas chercher à arnaquer...»


    * Terres s'étendant des massif des Wlans jusqu'aux cotes occidentales de la Mer Plate.** Antique forêt de la pointe Est et des îles de Mer Froide.*- Terres de l'Extrême Nord s'étendant d'Est en Ouest du Septentrion.
Revenir en haut Aller en bas
 
Chronique du Garkam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je souffre de bordelisme chronique et de flemingite aigue. [JAKE]
» [Alexandre Ruiz] "La chronique d'Alexandre Ruiz"
» Chronique de voyage d'un albinos.
» Garkam[forum mort]
» La chronique effrayante de Lucy ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Le Pandémonium-
Sauter vers: