AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un pas dans l'ordre. ( Solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyarra 'Louve Noire"
Humain
avatar

Nombre de messages : 458
Âge : 22
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Un pas dans l'ordre. ( Solo)   Mer 3 Aoû 2016 - 18:51

7e jour de la 8e Enneade de Verimios de l'an 8 du 11e cycle
Au 1er jour de la 9e Enneade de Verimios de l’an 8



« Trouver le Monastère de Rochenoire était un défi.
Nombreuse personne tenta de trouver ce lieu de culte, beaucoup périrent en raison de sa faune Hostile ou du climat hostile. La seule façon de trouver le Monastère était d’avoir la foi en soi-même et être éveillé pour trouver les repaires via les balises ou des marques du Culte.
Le culte vous teste déjà avant même de vous rencontrer.  Ils montraient déjà leurs sélections. LA faiblesse n’était pas permise.
J’en suis sûr que Kairn m’avait laissé pour me tester lui aussi. » Extrait du journal de Lyarra »


Après une longue journée de Chevauchée en train de trouver le fameux Monastère. Elle avait dû traverser diverse chemin, trouver les balises pour se repérer. A travers cette labyrinthe sauvage de la nature environnante, elle avait vue quelques cadavres. Le sang de Lyarra se glaça légèrement et remplie de peine pour ses courageux aventuriers. Le culte ne laissait pas la chance de se faire trouver facilement et pour trouver l’élite chez ces guerriers, il fallait des sacrifices. L’endroit était difficile à trouver, à connaitre accompagné par une faune hostile et climat peu accueillant. Déjà, elle sentait les prémices de ce qu’on attendait d’elle et on demandera beaucoup de son effort. Sa peur était mêlée à son envie de surmonter ces diverses difficultés.

Elle chevaucha pour arriver devant la grande porte du Temple. Un religieux était là en train de regarder la femme. Il ne fit aucune salutation, son regard montrait une profonde indifférence. Il était là se demandant ce qu’elle voulait la guerrière.

« Je souhaite intégrer l’ordre »
« Ce n’est pas fait pour une femme, vous pouvez repartir » répondit-il d’un air lasse
« Votre confrère kairn dit le contraire. »
« Oui, il cherche encore à attirer de nouvelle recrue, n’importe le sexe. Mais, ce n’est pas fait pour vous. Vous êtes une femme…Une femme pleure tout le temps…et servent juste à faire les taches domestique, soigner ou faire du travail manuel. La guerre est une affaire d’homme. »

Lyarra ne répondit pas. Elle cacha sa colère pour ne pas éveiller son caractère parfois compulsif. Néanmoins, son ton calme était cassant accompagné par un regard remplie de dureté.

« Je n’ai pas fait tout ce chemin, à voir des cadavres des éventuels futur initié pour rebrousser chemin. Vous avez des corneilles chez vous. J’en souhaite en devenir une. »

Il la regarda droit dans les yeux, esquissant un sourire. Il posa son regard sur sa longue chevelure ébène et haussa les épaules.
« Une corneille sont des hommes dans un corps de femmes. Elles ne sont pas des femmes issus de la noblesse, bourgeoisie avec de beau habits.  Vous jouez juste l’épéiste. Oh moins, ces femmes sont remplie de cicatrice. Je me doute que vous oui. »

Lyarra prit le choix de retirer le haut, se moquant de montrer sa nudité. Son physique musclé, montrer les diverses cicatrices issues de la dernière bataille d’Amblère et de sa vie passée. Sa silhouette musclée ne montrait pas la femme douce et une petite joueuse dans les milieux masculine. Le religieux la fixait droit dans les yeux, hochant un peu la tête
« Oh, vous cachez bien votre côté guerrier. Allez, je suis gentil, je vous laisse la chance de voir mon maitre recruteur. »
« Merci » remettant son haut en place et leva les yeux aux ciel

Le religieux souri de nouveau, il fit appel à un petit recrue. Le jeune homme arriva au pas de course et donna l’ordre de prendre le cheval et l’amener à l’écurie.

« Suivez-moi » fit-il d’un geste de la main.

Lyarra vit la porte s’ouvrir, l’homme en question disait une dernière chose

« Attendez-vous à être humilier. Vous allez souffrir, vous allez chier sur vous. On voudra vous faire peur et on n’acceptera pas de chichi. Que vous soyez femmes, on s’en moque. On n’aura pas de tolérance à l’égard de vous. Vous ferez votre toilette avec les hommes, vous serez nue en face d’eux. Ils vous regarderont avec intérêt pour certains etc… Pour les hommes se faire accepter est pas facile. Pour une femme c’est doublement difficile. Par contre, les hommes ne vous toucheront pas en guise de dignité et que nous sommes à cheval sur les règles.

Par contre, une fois intégré et que vous ayez le respect de vos camarades et du Maitre de maison. Vous aurez tout à gagner, en ayant quelque récompense en guise de vos efforts. Tout cela dépend de vous. »


Lyarra soupire et redit une nouvelle fois

« Je suis prête. J’ai un objectif et je sais pourquoi je suis venue ici. »

Un silence vint entre les deux. Lyarra suivait le religieux avant d’atteindre le bureau du Maitre chargé de recruter.


Dernière édition par Lyarra courevent le Mer 10 Aoû 2016 - 14:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lyarra 'Louve Noire"
Humain
avatar

Nombre de messages : 458
Âge : 22
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un pas dans l'ordre. ( Solo)   Mer 10 Aoû 2016 - 14:25

Elle était assise devant le maitre recruteur. Le maitre recruteur posa d’un geste ample la plume sur l’encrier. Ses yeux marrons se figèrent sur le regard bleuté de la guerrière. Il la cerné, détaillant les réactions de la nouvelle recrue. A force de côtoyer de nouvelles têtes, ils connaissait d’avance ceux qui rester dans le monastère et les autres…. Tout le monde était motivé…Cependant, il y’avait de prétendant,hélas, peu d’élu. C’était la loi de l’élite, la loi du monastère.
Ainsi, il était en face d’une femme. Il n’avait jamais compris cette raison extrême de prendre cette voie. Au grès des expérience, il savait que chaque femme avait une raison particulière de choisir ce chemin remplie d’embuche. Généralement, le maitre rercruteur côtoyait des femmes meurtries. Une part des femmes étaient détruites par les hommes donc elles décidèrent de devenir plus forte. Les autres avaient décidaient de s’émanciper totalement ou que la vie avait pousser à prendre ce choix. Il n’acceptait pas l’idée de voir ce « sexe faible » (diront certains membres du culte) de venir rentrer dans le Culte de ce dieu guerrier. Pourtant, quelques femmes méritaient un respect, voire une admiration. Parfois, les Corneilles étaient plus dangereuses que les hommes, voir plus fourbe que la gente masculine.
Il passa sa grosse main sur sa longue chevelure frisée pour ensuite se présenter convenablement.

« Je suis Marius, le maitre recruteur de ce monastère. Mon cher confrère m’a dit que vous souhaitez intégrer. En tout cas, vous avez trouvé notre monastère. Beaucoup n’ose pas car ils ont peur de leurs vies. Je tire mon chapeau. Si vous avez encore une occasion pour partir. N’hésitez pas. Une fois lancer dans ce choix, vous allez perdre une partie de vous-même, Madame. Vous êtes sûr d’y intégrer ? »


« Oui » répondit simplement la guerrière « je sais ce qu’il m’attend. »

« Bien, dans ce cas. Vous allez me déclinez votre nom, votre lieu de naissance. Votre parcours etc….

»
Lyarra déclina les informations formelles sur son identité. Puis, elle résuma brièvement son vécue et expliquait la raison de sa venue dans le temple d’Othar. La guerrière se montrait convaincante en résumant le passé de sa vie. Elle était très concise : Elle avait eu un père mercenaire, elle était formée, elle a connu des batailles…Etc… Rapide, concise et simple à résumé. Le reste de sa vie était une futilité. Au fond, les paroles n’allaient pas convaincre ; sa préférence était l’action.
Pendant ce temps, le recruteur résumait ses paroles sur son parchemin. Il notait les éléments le plus important : Elle était formée, elle connait la guerre et possède un enfant.

« Vous êtes dans un milieu à la majorité d’homme. Vous n’avez pas peur que les hommes vous regardent comme un objet ? Il ne faut pas se leurrer, dans le culte, la présence féminine est là mais reste peu nombreuse. Certains hommes ont des envies et vous subirez certains regards malicieux. Cela ne vous dérange pas ? »

Elle secoua la tête

« Vous m’avez dit que vous êtes une mère. Pourquoi avoir pris cette voie et ne pas vous occupez de votre enfant comme toute les autres mères ? Ce rôle vous conviendra mieux qu’être une guerrière. »


« Pourquoi ? Je n’ai pas choisi de base d’être mère. J’ai fait naitre cette enfant pour ne pas la tuer. Je l’aime mais je ne vais pas sacrifier tout en quoi je me suis entrainé pour une enfant. Je ne l’ai pas désirée au départ, mais je ne l’ai pas renié de la même façon. Je n’abandonnerai jamais en quoi j’ai toujours voulu être. »

Il hésita de comprendre la raison de laisser son enfant de côté. Ce sujet avait un grand intêret mais préféra de taire sa curiosité. Peut-être que sa nouvelle recrue ne voulait pas dire davantage. Il ne se douta pas que son enfant était plus une contrainte qu’une réelle joie. Cette femme était bien atypique…

« Pourquoi être guerrière ? Pourquoi Othar ? Pourquoi pas les autres cultes des autres dieux ? »
« J’ai de la fascination pour ce Dieu »
« En quel raison ? »
« Quand on désire quelque chose, on l’obtient par nos bras, notre détermination. Que ça soit bon ou mauvais, il est toujours là pour motiver une personne entreprenante. Ce dieu m’a beaucoup plus aidé dans ma vie que Néera que je vénère autant. Ce dieu correspond à mon caractère. Je ne supporte pas de ne pas être maîtresse de ma vie, d'accepter la condition qu'on n’impose. J'ai un idéal, un objectif. Je veux y arriver. Je veux être semblable à ce dieu. Si je dois sacrifier une part de moi même pour y arriver.....Je le sacrifierai. »

« Une femme ne sera jamais presque comme Othar. Othar est un homme et les femmes sont bien plus faibles que les hommes. Les corneilles sont la limite… »

« Une femme n’a pas la force d’un homme. Oui. Mais, elle a d’autre force. Ce n’est pas la force, la taille ou autre qui fait un guerrier. Mais, la technique et la logique qui fait le bon combattant. Je suis faible dans beaucoup de point, je suis forte dans d’autre points. » Posant ses yeux bleu sur le maitre recruteur.

Il leva un peu la tête, se grattant le bouc d’un regard songeur. Cette femme était un bon élément. Néanmoins, il voulait creuser plus sur cette guerrière. Il voulait la mijoter pour avoir une vision d’ensemble sur son caractère. Il remit une couche avec une mise en garde.

« Certains maitres vont vous mettre dans une posture délicate. Je vais être francs, on va vous détruire en premier lieu et on n’aura pas de compassion. Je ne vous cache pas que le culte va vous maltraiter, vous faire des choses qui vous feront du mal. On recherche l’excellence et pour y arriver, il faut détruire un individu pour faire un guerrier Ultime. Vous avez encore une chance de partir…si vous voulez. Ce n’est pas un milieu pour les femmes, sauf, pour des folles. »

« Je suis prête à prendre le risque »
« Vous êtes une folle » sourit-il« Que connaissez-vous de la guerre ? Le fait de tuer un homme. De lui hoter la vie. Au fond de nous, on réagit tous différemment. Quel était votre sentiment? »

« Mh…. » la jeune femme semblait réfléchir « Une part de moi voit ça comme un but premier de me protéger mais une autre part de moi prend plaisir à se sentir supérieur à quelqu’un. Le fait de tuer, porter une arme nous donne un pouvoir de prendre ou non la vie. Je suis à la foi effrayer comme exciter et…le plus étrange…J’ai un plaisir à souffrir, sentir mon corps se tordre car je me sens vivante. Je tue, j’ai peur mais je me sens en vie et dans le moment présent. J’aimerais avoir une vie calme mais je suis accroché à se plaisir de danger. C’est une drogue… »


Il écrivit les paroles de la guerrière et comprit instantanément. Elle prenait plaisir de se sentir en vie quand la mort était toute proche. Le pouvoir de choisir, de tuer, le plus grand pouvoir d’un homme. Au fond, dans ce culte, le fait de servir une arme avait pour but de garder cette envie insaisissable du danger. L’homme posa sa plume sur son encrier, il joignit ses mains et posa ses yeux sur celui de la guerrière.

« Avant d’être une initiée. Vous allez passer trois jours d’épreuves intenses. Vous voulez de la souffrance, vous allez être servit. Chaque épreuve sont notés. A la moindre faille, vous êtes éliminez. Vous serez constamment surveillée et je vous demande de vous donner à fond dans ses 3 jours. Madame Courevent, vous êtes une personne accroc à l’aventure. Vous serez servis mais sachez aussi les devoirs que vous devez faire pour le culte. Donnez-vous les moyens mais sachez que vous êtes une femme et vous devez donner bien plus qu’un homme. Vous serez conduit dans votre chambre, préparez-vous car vous allez être en enfer. »
il souria et se leva.

La guerrière se leva un homme, lui fit une belle révérence avant qu’un guide vienne chercher la guerrière. La porte se ferma, l’homme reprit chaque manuscrit en examinant chaque candidat. Il savait que ces derniers avaient réussie à trouver le chemin et démontrer une détermination. Mais, rien n’était prédit. Il s’amusa à imaginer qui sera vraiment pris. Curieusement, son regard tomba sur la fiche de Lyarra. La femme l’avait convaincue. Peu de mere laisserait son enfant de côté pour sa passion. Elle était une guerrière bien passionnelle dans son art. C’était une qualité mais il sentait aussi en elle une fragilité. Il voulait savoir plus mais il avait peur que le culte irait détruire une part d’elle. Mais, elle avait fait le choix et sera responsable de son acte et pas le culte…..
Revenir en haut Aller en bas
Lyarra 'Louve Noire"
Humain
avatar

Nombre de messages : 458
Âge : 22
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un pas dans l'ordre. ( Solo)   Dim 21 Aoû 2016 - 15:19

Le lendemain même, avant le levé de l’aube. L’ensemble des prétendant de l’ordre dormait dans la chambre. Discrètement, un initié déposa une pile d’habit à côté de la porte, puis, il disparut dans un profond.  Un maitre d’arme prit la place de l’initié. Il détenait de sa main droit une casserole métallique et de l’autre main une louche en métal. Puis, il tambourina les deux objets dans un bruit assourdissant. Tout le monde se réveilla en sursaut, Lyarra fut partie.et mit ses mains sur ses oreilles pour atténuer ce bruit métallique en train de vibrer dans son esprit. Bordel, ils avaient besoin de faire ça maudissant ce bâtard en train de rendre sourd ses futurs initiés. Lorsque les bruits de percussions prirent fin, sa voix rauque raisonna dans toute la pièce.

« On se lève ! Vous êtes trente ! Vous avez au total vingt-cinq tenue règlementaire. De ce fait, celui qui n’a pas de vêtement règlementaire en bas de la cour, il est éliminé d’office ! Vous êtes prévenue. Lorsque je partirais ! Dépêchez-vous de vous changer !! »


Dans un rythme effréné, tout le monde se leva et se jeta sur les premiers habits. Quelques-uns se bousculèrent, d’autres, se donnèrent des coups. Un homme poussa Lyarra, elle tentait de se frayer un chemin dans cette l’attroupement, se permettant d’envoyer un coup de coude discret en direction du nez d’un individu. Ce dernier gémissait et se tint le nez : Il pissait le sang…Ils étaient comme des pauvres rats en train de se battre pour celui prendrait les habits le plus rapidement que possible, sans aucune aide…sans aucune entraide…C’était déjà le meilleur gagne et le jeu de chance.

En tendant sa main, elle prit une tunique noir accompagné d’un pantalon de la même couleur. Elle se dépêcha pour sortir de cet amas d’hommes et quelques femmes. Elle l’enfila, elle vit quelques un en train de se battre pour avoir les dernier, notamment une fille contre un homme. Ce dernier prit les cheveux de la demoiselle, la claquant contre le mur. Lyarra se dépêcha de se vêtir, son premier réflexe était de frapper le genou, cassant le genou. La femme et Lyarra se regardèrent un moment, Lyarra prit le vêtement et l’envoya à sa concurrente. Puis, elle disparut pour rejoindre la cour intérieure
En bas, les premiers arrivés étaient alignés, les torches éclairaient discrètement la cour intérieure. Les piliers doriques encadré l’espace, le sol était sableux et les toits était simplement revêtus de tuiles. Les murs étaient peu décorés, hormis les armes accrochaient sur le mur. Une ligne délimitée par des pierres, les premiers arrivés étaient alignés se mettant en face de trois hommes vétues d’armure en cuir. Dans ce trio, un homme était mit en avant, il portait une longue cape rouge, sa chevelure noire tombait en bas de ses épaules. Sa barbe était très bien taillés en demeurant néanmoins long. Il était là, en train de regarder avec un regard fermé.

La guerrière s’aligna comme tout le monde. Puis, elle vit la fameuse fille qui était proche d’elle. Cette dernière lui lança un regard, son sourire témoignait une gratitude. La louve noire se contenta d’haussait les épaules. Au fond, elle se devait de ne pas trop aider, sinon, on finirait par l’éliminer. Elle sentit le froid caressait son dos, frissonnant par la même occasion. Il ne faisait pas chaud à Rochenoire en cette heure si matinale.

Les cinq derniers arrivèrent portant leurs vêtements d’hier. Deux femmes et trois hommes formaient ce groupe de perdant. L’homme brun rompa le silence et fit signe de partir.

« Trop mou, vous pouvez rentrer chez vous »

L’homme gardait son sang-froid. Il regarda l’ensemble des futurs initiés. Pendant une cinquième de minute, il ne fit aucune remarque, laissant échapper un petit vrombissement de sa bouche et un sourire narquois. Ses yeux marrons balaya l’ensemble de la troupe et rompit le silence.

« Mettez vous nue, il fait trop chaud. » ironisa l’homme avec un sourire narquois.

En quelques secondes, ils étaient tous nues dévoilant leurs nudités aux regards inquisiteurs de ses trois hommes avec l’avantage de voir gratuitement quelques demoiselles nues. C’était humiliant, dégradant et dure de se taire pour Louve Noire. Néanmoins, elle garda la tête haute….gardant une maitrise d’elle-même en affrontant le froid et l’humiliation.
Sous un foutisme totale, il prit un papier et fit sa présentation.


« Je m’appelle Conrad, je suis le Père-abbé de Rochenoire. Sachez ceci, mesdames et messieurs. Je serais pendant ses trois jures votre pire ennemi. Vous allez apprendre que nul orgeuil n’a sa place ici et je me fou totalement de vos avis. Si l’un de vos n’est pas content, vous pouvez partir. La porte est grande ouverte. »
Il laissa le silence en suspens, s’avança vers le premier homme du fil. Il fit le tour de la troupe analysant un à un. «  Sir chevalier Ronald de Mangrore, fils d’un père seigneur des terres Arétans. Tu es le sang d’un fils d’un père qui sert fièrement le Comte d’Arétan et le fier Marquis de Saint-Berthilde.N’est-ce pas ? » le jeune homme un peu rondelet regarda l’abbé père « Oui, Monsieur » Il esquissa un gros sourire, touchant un peu ses mamelles de graisses «  T’es gras, mon petit. Pour un chevalier, tu es bien misérable. Est-ce cela un chevalier Arétan ? Un minable petit buveur et un homme gras ? On me chante souvent la rusticité de ces gens de cette contrés et je vois juste un petit chevalier rondelet…  Les chevaliers ne sont rien d’autre que des minables qu’on donne des titres inutilement. » Le chevalier serra les dents et le Père abbé renchérit « Utilises bien ta graisse…Tu en auras besoin. » Il continua son chemin d’un air décontracté, regardant un à un et s’arréta devant une Rousse. Il sourit « Alors, ma grande, tu veux jouer aux garçons. Bien, je me demande ce que tu vas faire. J’espère que ton opulente poitrine ne va pas te gêner dans les épreuves. » et se figea devant Lyarra «  Voici, la sgardienne….la demoiselle qui a tué des drow. Aussi belle que la petite Rouquine…mais une mère qui abandonne son enfant. Quelle mère tu es…Une folle qui se lance dans un culte de guerre en abandonnant sa fille. Quelle mauvaise mère et éduqué par une Néérite….Tu détestes à ce point cette femme et ta fille pour l’abandonner à leurs sorts…Dis-moi, t’es une pourris comme femme non ? » La guerrière ne fit aucune remarque, son regard se posa sur le siens dans une grande froideur. Conrad souri amusément et continua son chemin.

Il se remit face à la troupe et balaya d’un geste de la main.

« C’est bon, c’est fini…vous pouvez allez-vous rendormir…J’ai vu vos visages, cela me suffit. »


Tout le monde repartit dans le lit s'attendant déjà aux prochaines épreuves....
Revenir en haut Aller en bas
Lyarra 'Louve Noire"
Humain
avatar

Nombre de messages : 458
Âge : 22
Date d'inscription : 26/07/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un pas dans l'ordre. ( Solo)   Ven 11 Nov 2016 - 20:10

Ainsi, les différentes épreuves allaient commencer. Les prétendent qui souhaitaient faire leurs places dans le monastère étaient aux aguets, préparaient mentalement pour suivre les différents obstacles pour méritait sa place dans le culte. La peur régnait dans le cœur de Lyarra, mêlée à une excitation de tester son courage, sa force et sa détermination. Elle ne pouvait plus faire la route arrière, sa nouvelle vie commençait ici et s’était préparait pendant tout le voyage.  

Le premier jour, les maitres utilisaient la nature pour créer un vaste marathon, exploitant les reliefs des montagnes avec son manque d’air et le froid qui pénétra la peau des futurs apprentis. Pour beaucoup, l’endurance n’était pas leur fort, pourtant, dans un combat, l’endurance était la plus importante. Les retardataires étaient peu à peu abandonnée par les maitres, ces derniers ne voulaient pas être gênés par ces fardeaux. La sélection était rude, la compassion n’avait pas sa place. Après des longues heures de marathon, le premier tri était fait. Pourtant, les maitres allaient demander plus. Chacun leur tout, il devait parcourir un vaste parcours d’obstacle, s’affranchir des murs de bois, ramper voir même se plonger dans la boue sentant le froid envelopper la peau. Ainsi, la louve noire arpenter ces montagnes d’obstacle, sentant peu à peu ses jambes s’affaiblir par tant d’effort. Elle était toujours surveillée par les maitres qui voler exploiter les moindres de ses faiblesses. La guerrière ne voulait pas laisser cette occasion de montrer la moindre de ces faiblesses. Elle se força, se donna au maximum d’elle-même pour réussir l’épreuve. Par la suite, elle réussit l’épreuve avec courage.

Le deuxième jour, à l’aube, une nouvelle épreuve, plus longue et plus rude les attendaient. Le matin jusqu’à l’après midi, les futurs novices devaient prouver leurs savoirs faire dans le maniement des armes. Ainsi, Lyarra était forcer d’affronter ces propres rivaux qui avait la même ambition qu’elle, devenir un membre du culte. Ainsi, elle affrontait l’un des adversaire, les balades d’épées étaient violentes, la forçant à usée diverse stratégie pour gagner un avantage. Elle n’était pas la meilleure, le combat était égal et parfois, elle se tournait au vice. On la força à se plier, elle sentit les douleurs des divers coups perfides mais la guerrière n’avait pas dit ses derniers mots. Par les râles des douleurs, par la violence des coups de lames et par des longues minutes d’intense combat…Elle avait su montrer ce qu’elle était capable de faire aux yeux des juges. Mais, rien n’était encore terminer, elle devait se mesurer aux combattant aguerrie du culte, par la suite, la chose était claire. Elle était bien faible par rapports à ses hommes qui étaient entrainée, déterminé et surtout d’une extrême violence. Elle se sentait bien faible, arrachant des cris de douleurs à chaque coup porter à son corps. Loin d’être défaitiste, elle se força à résister, tenter des attaques mais le combat était bien trop inégal et elle finissait peu à peu à perdre. Pourtant, à la fin, elle sentit des regards appréciateur de certains des plus froids maitres.

Les derniers jours, le groupe ne formait qu’une poignée. Une poignée d’hommes et de femmes secouaient, éprouvés mais à l’arrivée de leur dernier jour de test. Ils étaient à la fois excités, appréhendant tout de même ce dernier jour…Les maitres n’avaient pas fini et l’ultime test demeurait plus dangereux, plus fatiguant que les deux épreuves. Les maitres allaient tester leurs résistances mentales, ainsi, ils usèrent les vices les plus malsaines pour détruire, secouer leurs motivations. Ils étaient séquestrés, les placer dans des pièces noires. Les mots blessants affaiblissaient la morale de certains, suivis par les coups violents porter sur leurs corps secouaient. Des heures, des heures…ils ne finissaient pas de mettre à rue d’épreuve leurs morales. Lyarra était au même niveau que certains. Elle était fatigué, on ne cessait de rabaisser son morale. On ne cessait de la rabaisser, voir mettre de nouveau à nue son corps. Elle se demandait la raison de cet acharnement, mais, comprit rapidement que la vie n’était que souffrance et un jour, elle pourrait connaitre le pire. Arrêtez. Fuir…continuer ? Non, elle avancera comme elle avait toujours fait..
--
En arrivant devant la porte qui amenait dans une pièce sombre. Le grand maitre attendait patiemment devant. Un de ces sujet, se mit à lui ouvrir. LE grand chef rentra à l’intérieur et fixa tous ces prétendants. Son visage masquait toute masque d’émotion, mais, dans le fond, il avait pu voir pendant ses trois derniers jours les talents les plus profonds de chacun et trouver les bons éléments. Il ne restait que cinq, ils étaient peu mais ils savaient que les cinq futurs élèves seront des bons éléments pour son dieu…Il voulait l’élite de l’élite. Ces élèves s’étaient plier, s’adapter aux bases même de l’ordre…La rusticité..
Il les regarda, esquissant un sourire et fixa une corneille.

« Le test est terminé, ils méritent tous d’avoir du repos, de quoi manger et de prendre un bon bain. Toute épreuve, mérite récompense. »

« Bien, Chef »

« Faites en sortes de soigner leurs blessures. Ce soir, ils vont être intégrer à notre culte. » il adresse un dernier regard sur les élèves « Soyez fier de vous, vous méritez votre place parmi nous. Apprenez ceci, les épreuves ne sont rien en comparer des épreuves de la vie. Vous êtes encore de l’acier brut, il faut maintenant vous façonner, vous aiguisez…En tout cas, je vous souhaite la bienvenue et je vous encourage de vous donner tant d’hardiesse dans votre voie. »

Il s’éclipsa…laissant les cinq élèves dans leurs moments de répis….
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un pas dans l'ordre. ( Solo)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un pas dans l'ordre. ( Solo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Ordre des Templiers Noirs
» Let's go for Halloween ! [tous invités à participer !]
» Avocats du Dragon
» Come as you are.
» 03. Sing if you can...!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché du Médian :: Duché du Médian-
Sauter vers: