AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Envol du Dragon [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1336
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: L'Envol du Dragon [Libre]   Lun 13 Mar 2017 - 15:45

Ce qui paraissait n'être qu'une journée comme les autres devait prendre un tournant inattendu mais pourtant tant espéré à l'heure où le chevalier et son dragon entamèrent les exercices quotidiens qu'ils s'imposaient.
Certains jours auparavant, des progrès notables avaient eu lieu, mais la satisfaction d'un Arthur confiant se confrontait à la frustration grandissante d'un dragon que le sol retenait encore, mais il ne lâchait rien, insistait parfois tant que le chevalier devait l'arrêter par lui-même... Ce qui devenait plus difficile, car si le dragon n'avait encore que la taille d'un chien – quoique sa queue et ses ailes le rendaient autrement plus impressionnant –, il était bien plus puissant et difficile à gérer, mais une contrainte physique et une vague autoritaire à travers le Lien finissait généralement par lui faire entendre raison.

Ainsi vint ce jour... Depuis quelques temps, il n'avait plus bougé, s'installant à l'orée d'une clairière suffisamment longue et plane pour permettre au dragon d'avoir éventuellement de l'élan et de l'espace pour plusieurs des courts vols planés qu'il effectuait désormais, avant de rencontrer la route d'un arbre.
C'est un dragon qui n'avait pas encore mangé, ne voulant pas s'alourdir avant son premier vol, selon les recommandations indirectes d'un Monarth spectateur mais attentif, principale source de l'optimisme d'Arthur qui parvenait jusqu'au jeune, qui prit position à l'une des extrémités de la clairière, et il se lança. D'abord, les premiers essais ressemblèrent à ceux des jours précédents, mais curieusement, le chevalier ne décela cette fois aucune frustration jusqu'à présent, et pour cause, le dragon sentait quelque chose, et ce curieux sentiment, cette impression d'avoir mis la patte sur quelque chose concentrait ses efforts plutôt que de les gaspiller dans une colère que lui-même, sur l'instant, savait vaine.

Depuis l'autre bout de la clairière, il se relança, comme les jours précédents, dans l'autre sens, mais Arthur sentit un changement dans son attitude, quasi-imperceptible, mais pour lui qui l'observait depuis un certain temps, visible, et Monarth, discrètement, l'approuva. Un premier essai manqué, puis un second mais à chacun d'entre eux, il parvenait à planer et à s'élever un peu plus, et à chaque fois, la réception avait été bien mieux réussi que les lourdes chutes qu'avait pu connaître le dragon. Au troisième, il s'élança, battant puissamment des ailes, cela semblait maladroit, il n'était pas en maîtrise, mais il devait produire le plus gros effort possible dans ces premiers instants, et cette fois, il ne retomba pas, quelques battements d'ailes plus calme et il mettait encore davantage de distance entre lui et le sol...

Cette victoire, cette libération, car c'était de cela qu'il était question, de se libérer de l'emprise qu’exerçait ce sol maudit sur un être qui, dans son sang, dans tout ce qu'il avait de plus instinctif, n'aspirait qu'à s'en arracher et à voler, faire du Ciel son domaine et y affirmer son règne. Cette délivrance fut accueillit par le plus puissant cri qu'il ait jamais poussé, malgré sa taille, mais bien au delà du seul son, pour Arthur – autant que pour un Monarth qui mit à l’œuvre ses talents pour s'en prémunir – se fut la noyade. A travers le Lien s'était déversé l'émotion du dragon comme jamais aucune autre auparavant, de la joie, de la légèreté, un véritable triomphe gagnant le cœur et l'esprit des deux compagnons, et, dans une moindre mesure, du dräke.
Quelque part sous la vague, une idée simple mais lourde de sens, après cette instant, rien ne serait plus pareil. Le dragon volait, tandis qu'il décrivait son premier virage, peut-être instinctivement, peut-être aussi parce qu'il avait observé Monarth, dont il tentait, avec succès, de reproduire les manœuvres. Au-delà s'était produit des déclics... Le Lien s'était encore davantage renforcé, comme pour faire face à la déferlante qui l'avait traversé, et par lui, au delà de la joie immédiate, il sentit que le dragon avait prit en assurance, effaçant les doutes nés d'une frustration quotidienne, il volait, et cette seule idée le transportait, l'avait fait grandir.

Après quelques manœuvres et de longues minutes de vol, encore hésitante mais réussit, le dragon revint vers les deux compères, se laissant planer doucement, assuré, avant de retoucher le sol en trottinant jusqu'à eux. Il n'était pas aussi gracieux que les autres animaux terrestre, mais il paraissait moins maladroit qu'auparavant, osant presque se pavaner avec fierté et un soupçon d'arrogance justifié.

Puis, sans s'accorder plus de répit, il se relança, et avec moins d'élan et davantage de facilité, ou tout du moins, de contrôle, il effectua un second vol, plus long, plus audacieux, quitte à prendre des risques, il voulait s'épanouir dans ce qu'il entendait commander. Quelque chose semblait encore le retenir, d'une certaine façon. Et Arthur, à travers l'attitude du dragon comprit... Il avait donné de plus en plus de liberté au dragon, tout en lui imposant de revenir systématiquement à l'endroit où lui se trouvait... Ainsi accorda-t-il une nouvelle confiance au dragon, et il lui fit comprendre, avec l'aide de Monarth, qu'à présent, il était libre de voler et de chasser à sa guise, tout en gardant à l'esprit la prudence nécessaire, qu'il pouvait revenir vers eux quand il le voulait.Un piaillement approbateur accueillit cette pensée, et le dragon s'envola à nouveau, décrivant des cercles au-dessus des deux compagnons avant de s'éloigner.

Maintenant, Arthur pouvait reprendre en main sa vie... Maintenant commençait également le plus dur, car les humains n'ignoreraient pas longtemps la présence d'une telle créature, dès lors qu'elle chasserait à sa guise. Mais pour l'heure, il ne pouvait que se réjouir, porter par la victoire du dragon.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
 
L'Envol du Dragon [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un de plus sur l'île de Beurk...
» Eragon[Dragon,Libre]
» Dragon >> Libre >> Solitaire >> Femelle . Petit Hiver >> Libre >> Rivière >> mâle
» Obama en chute libre ...
» Maître Chem [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Marquisat de Sainte Berthilde-
Sauter vers: