Partagez | 
 

 En manque de toi... [Hendrick/Aleth]

Aller en bas 
AuteurMessage
Aleth
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 155
Âge : 31
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 50 ans (née en 959)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: En manque de toi... [Hendrick/Aleth]   Jeu 12 Oct 2017 - 19:25

6ème jour de la 7ème ennéade de Favrius
An dix du XIème Cycle



Aleth n'avait pas connu autant d'effervescence dans la cité depuis la fête en l'honneur d'Arcam. Certes, elle n'en avait pas vu grand chose au final mais, de tous ses séjours à Naelis, il n'y avait jamais eu autant de vie dans les rues que ce jour-là. Cette soirée était une exception à la règle. L'armée allait bientôt lever le camp. Toutes les forces avaient été rassemblées ici avant le départ qui aurait lieu de lendemain. Des centaines d'hommes (et de femmes) partiraient à l'aube pour plusieurs ennéades, voire mois, de campagne. Alors, avant de s'embarquer là-dedans, tous ceux qui s'étaient engagés avec une permission exceptionnelle pour boire tout son saoul, se battre une dernière fois dans un duel amical, se trouver une charmante et éphémère compagnie... Bref, se faire plaisir de la manière qu'il souhaiterait. Les beuveries étaient même autorisées dans l'enceinte de l'armée, afin d'éviter que les rues de Naelis soit noyées.

Pourtant, certains préféraient un bon verre, assis à une table de la taverne du coin. Les plus proches de la base avaient été prises d'assaut et manquerait d'alcool avant la fin de la soirée. L'air y était étouffant tant il y avait de monde... En revanche, il y avait un lieu bien connu de l'ex-Sublime qui serait très certainement moins bondé. Il était plus connu des initiés que des touristes et bien plus loin dans la cité.
Le Sanglier d'Aduram.

Aleth ne savait pas vraiment pourquoi elle avait poussé Rodrigue jusque là-bas. Elle avait prétexté le calme et la bonne bière mais elle devait reconnaître espérait aussi y croiser son rôdeur... Elle n'aurait rien contre l'idée de passer quelques heures en sa compagnie, quitte à faire nuit blanche avant le départ. C'était le désert total pour elle depuis plus de deux mois maintenant. Elle ne s'était pas retenue pour lui, simplement le lieu où elle voyageait ne s'y prêtait guère. Mais elle peinait davantage à trouver du travail dans un pays de misogynes et elle ne s'était pas fait que des amis. Elle avait donc décidé qu'il était temps pour elle de rentrer et la proposition de la Comtesse de Missède de porter pour elle une lettre à la Reine de Naelis était l'occasion de rentrer, tous frais payés. Elle avait évidemment proposé à ses deux acolytes de l'accompagner. Eliott ne se l'était pas senti et avait préféré rester tandis que Rodrigue n'était pas contre l'idée de voir un peu de pays. Résultat, dès leur arrivée, ils avaient trouvé un boulot longue durée en devenant un peu les hommes d'armes à tout faire d'un puissant qui participait à la guère à venir. Pas mal pour un retour... Aleth en regrettait presque d'avoir momentanément quitté la région. Elle avait cessé de cacher ses oreilles pointues dès qu'ils avaient accostés et son compagnon de voyage n'avait pas été surpris de les découvrir. Si son regard s'y attardait parfois, c'était qu'il n'était pas encore habitué...

Vêtue plus en civil que d'habitude (malgré ses dagues et poignards savamment dissimulés çà et là), la mercenaire poussa la porte de la taverne. Déjà bien fréquenté d'ordinaire, l'établissement comptait deux ou trois fois plus de monde que d'habitude. Ils allaient galérer à trouver une table disponible, s'il y en avait une. Ils devraient peut-être se contenter d'un coin de bar. Ils firent le tour de la pièce, scrutant chaque recoin dans l'espoir de trouver au moins deux chaises libres. Ce qui était assez mal engagé... Aleth en profitait pour regarder les visages des personnes présentes. Elle reconnaissait quelques habitués mais pas celui qu'elle espérait trouver. Finalement, Rodrigue attira son attention.

-Eh, regarde là-bas.

La Sublime suivit la direction indiquée et découvrit une petite table et deux chaises seules contre un mur. Personne ne semblait en vouloir, ils auraient donc de quoi s'installer. Aleth allait emboîter le pas à son compagnon qui se dirigeait déjà sur place lorsque son regard fut attiré par le chahut qui avait lieu juste à côté de leurs places. Elle découvrit alors un petit groupe dont elle reconnut bien vite les visages. Les détaillant les uns après les autres, elle comprit qu'ils étaient en train de jouer au lancé de dagues sur une cible improvisée par le tavernier et qui n'était autre qu'une planche de bois sur laquelle il avait dessiné des cercles. Aleth avait beau regarder, elle ne trouvait pas celui qu'elle voulait alors elle suivit enfin Rodrigue, sans pour autant quitter le petit groupe du regard. Finalement, après quelques pas, elle vit une tignasse et une barbe bien connues... Il était assis sur une chaise près du mur, si bien que ses amis le cachaient à la vue des personnes extérieures au groupe. Il attendait son tour ou bien il était interdit de jeu. Elle savait que ses compagnons préféraient ne pas le défier lorsqu'ils étaient sûrs de perdre, chose qu'elle ne comprenait pas totalement.
Mais, s'il y avait bien un adversaire à sa hauteur dans cet établissement... C'était elle.

Alors que Rodrigue était arrivé et la regardait en se demandant ce qu'elle fabriquait, il la vit scruter un petit groupe près de lui puis s'en approcher discrètement. Positionné à quelques pas derrière celui qui allait tirer et que tout le monde chariait sans la voir, elle sortit quelque chose de sa ceinture et, d'un geste vif, lança quelque chose dans leur direction. La dague d'Aleth vint se planter au centre exact de la cible et tout le petit groupe de figea, estomaqué par la performance de leur compagnon.

Mais, la lame plantée dans le bois n'était en rien semblable aux médiocres couteaux dont ils se servaient. Elle était d'ailleurs reconnaissable entre mille...

-Vous visez toujours aussi mal, les gars.

Ils se retournèrent alors tour à tour pour découvrir la personne qui avait réalisé cet exploit et découvrir le visage bien connu de la demi-elfe. Lorsque le regard de la belle croisa enfin depuis du rôdeur, un fin sourire se dessina au coin de ses lèvres.

-Salut Hendrick.
Revenir en haut Aller en bas
Hendrick
Humain
avatar

Nombre de messages : 235
Âge : 22
Date d'inscription : 05/04/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  33 ans (ne éen 976)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En manque de toi... [Hendrick/Aleth]   Lun 23 Oct 2017 - 9:19

En cette période de l’année, alors que tous sortaient des brumes de l’hiver et fêtaient la venue du printemps, le Sanglier d’Aduram, à l’instar des tavernes de toutes les villes du monde, accueillait une foule de buveurs invétérés. La différence résidait dans le type de bière que proposait le tenancier : une bière ambrée, dont l’orge avait été semé au printemps dernier, récolté l’été, afin que la bière soit brassée en hiver. C’était donc une bière nouvelle, dont la légèreté rappelait sa saison de dégustation, et remplissait les cœurs de joie (et les ventres d’alcool).

A l’une des tables réservées aux habitués, un groupe de Nordiens bien connus de tous faisait ripaille comme tout un chacun. Il y avait là Gilles le Louche, Thierry la Frange, Esberth, Xavier Neuf-Doigts, et bien sûr, Tire-l’Oeil. Ce dernier avait proposé qu’ils jouent à lancer des dagues contre une poutre, une idée qui lui était venue aussi naturellement que sa première gorgée de bière. Le patron, cependant, avait préféré leur donner une cible de fortune, que de les laisser taillader sa magnifique poutre de chêne avec leurs rutilants canifs. La cible ainsi placée contre le mur était une planche de bois, sur laquelle il avait tracé quelques ronds concentriques, après qu’il eut prévenu que chaque dégât sur le mur d’à côté serait rajouté sur l’ardoise du fautif. Hendrick, lui, trouvait dès lors le challenge plus intéressant.

Chacun s’y mit, y allant de son adresse pour tenter de planter une dague dans le cercle du centre. Xavier Neuf-Doigts plaçait la barre haute, touchant à chaque lancer au moins un cercle, avec une violence inouïe. Gilles le Louche, dont le nouveau surnom semblait tendre plus vers Gueules-de-Bois, était plutôt doué lui aussi. Esberth n’avait rien d’un lanceur, et pourtant, il ne se débrouillait encore pas trop mal. Mais le plus mauvais d’entre tous n’était autre que Thierry la Frange, dont la lame se planta au-dessus de la planche, en plein dans le mur. Tous rirent un bon coup devant leur ami pataud, qui se contenta de grogner.

« Essaye un peu d’bander mon arc, avant de rire comme un bossu, Gilles ! »

Le petit homme ricana.

« Tant que j’sais bander autre chose, j’ai pas besoin de ton arc ! »

Et tous s’esclaffèrent, autant de la répartie de Gilles que de l’expression de Thierry. Il était désormais indéniable que dans quelques bières, ils en viendraient aux mains. Tout cela avant de se réconcilier autour d’une énième bière, bouclant ainsi le cycle.

Hendrick fit forte impression lorsqu’il se leva d’un bond, se saisit d’un couteau, et atteignit le centre parfait de la cible. Tous se turent et ouvrirent de grands yeux, sauf Xavier, qui était à la fois hilare et émerveillé.

« Comment tu fais ça ? »

L’archer croqua dans sa pomme, puis montra la cible du doigt.

« Je vise le milieu. »

L’homme aux neuf doigts gloussa de plus belle, tandis que tous les autres se regardaient pour se prononcer sur l’exclusion de Hendrick du jeu. Cependant, lorsqu’il se rassit, les réjouissances continuèrent, et les tours reprirent.

C’était à Thierry de lancer à nouveau. Les quolibets allaient bon train, l’empêchant de bien se concentrer. Il avait déjà insulté deux fois le Louche, et semblait jouer sa vie sur ce simple lancer. Il se concentra, regarda la cible, arma son bras. Une fine goutte de sueur coula le long de sa tempe, à moins qu’il ne s’agisse d’un peu de bière ayant voyagé à travers les airs depuis une chope bien agitée…

Quand il voulut lancer son bras, il entendit un ‘tchak’ caractéristique, et put voir avec une certaine satisfaction mêlée de surprise qu’il avait atteint son objectif. Il sourit, puis ne sourit plus. Il regarda sa main vide. Non, l’autre main. Elle, en revanche, avait toujours sur elle le couteau de lancer. Et sous les acclamations de tous ses amis, il ne comprenait vraiment pas ce qu’il s’était passé. Il fallut l’intervention de cette voix féminine pour l’arracher à sa contemplation, qui commençait à lui faire croire que c’était Néera en personne qui l’avait aidée à impressionner le Louche.

Hendrick sourit en la voyant approcher. Dès le moment où la dague avait touché le bois, et que le Nordien avait regardé en direction du lanceur, il l’avait reconnue. Tous, à vrai dire, avaient fini par la reconnaître, et la saluaient avec une chaleur à laquelle l’alcool contribuait beaucoup. Seul Hendrick se leva calmement, pour aller la rejoindre, plantant son regard dans celui des prunelles céruléennes de la demi-elfe.

« Salut, Diane. »

Les copains de l’archer se regardèrent tous les uns les autres, et Gilles, qui reprenait déjà sa chope pour la siffler d’une traite, dit soudain :

« Je crois qu’on a un truc à régler dehors les gars. Pas vrai, la Frange ? »

Thierry acquiesça.

« J’vais t’éclater l’museau, le Louche. »

Tous acquiescèrent doucement, avant de s’éclipser en chahutant un peu. Hendrick secoua la tête en souriant.

« Qu’est-ce qu’ils peuvent être cons... »

Cependant, il proposa une chaise à Diane, tout en remarquant du coin de l’oeil ce type étrange qui semblait la suivre. Il le regarda en pleine face, avant de tourner à nouveau son regard vers Diane.

« Ça fait longtemps que tu es partie. Bien trop longtemps à mon goût... »

Il désigna le gars du menton.

« Un ami à toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Aleth
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 155
Âge : 31
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 50 ans (née en 959)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En manque de toi... [Hendrick/Aleth]   Sam 11 Nov 2017 - 14:04

Diane... Il ne saurait peut-être jamais comment elle s'appelait mais elle aimait l'entendre prononcer son nom, quel qu'il soit. Cela lui rappelait toutes les nuits qu'ils avaient passé ensemble et où il usait de ce pseudonyme avec délectation. Souvenirs tous aussi délicieux les uns que les autres. Un léger sourire ornait son visage et elle ne le quittait pas de ses yeux pétillants tandis que ses compatriotes s’éclipsaient sans discrétion. De le revoir, elle n'avait plus qu'une idée en tête : Ne pas fermer l’œil de la nuit. Elle m'était ce désir soudain sur le compte du manque, ne réalisant pas que personne ne lui avait fait autant envie depuis son départ. Elle avait pourtant rencontré quelques hommes qu'elle aurait adoré croquer et, même si elle s'était retenue pour ne pas passer pour la catin de service aux yeux des péninsulaires, aucun ne lui avait fait autant d'effet qu'Hendrick en cet instant précis.

Elle ne réagit pas à sa réflexion sur ses amis. Elle avait passé plusieurs soirées avec eux et commençait à connaître les loustics. Il l'invita à s'asseoir et elle accepta.

-Je te l'ai dit, je peux partir à tout moment et j'ignore si et quand je reviendrai.

Un coup d’œil vers son compagnon mercenaire lui rappela son existence. Oups...
Aleth lui fit un signe afin de lui faire comprendre qu'elle le lâchait un peu. Rodrigue soupira en levant les yeux au ciel. Elle connaissait visiblement ce gars, même s'il lui donnait un autre nom que les deux qu'elle lui connaissait déjà, et elle avait besoin d'intimité. Il n'allait pas rester là à tenir la chandelle à distance, alors il rangea la chaise qu'il venait de tirer puis suivit la voie empruntée par les amis du rôdeur. S'ils étaient tous réduits à mettre les voiles pour les mêmes personnes, autant faire connaissance.

La Sublime fit de nouveau face à son amant.

-C'est un péninsulaire. Je suis sûre qu'il te plaira, c'est un mercenaire mais il a plutôt l'âme d'un soldat.

Aleth ne connaissait pas grand chose d'Hendrick, ignorant jusqu'à son métier, mais elle avait compris deux-trois choses le concernant. Il avait un esprit assez droit et n'aimait guère ceux qui faisaient le même métier qu'elle. Elle se demandait comment il pouvait avoir des sentiments pour elle avec tout de qu'il désapprouvait la concernant. Seulement, ils avaient un arrangement : ils continuaient à fricoter ensemble tant qu'il n'abordait jamais ce qu'il éprouvait pour elle. Elle savait que ça ne durerait qu'un temps mais en profitait tant que ça marchait.
Elle héla un serveur qui passait dans le coin et passa commande avant de revenir vers Hendrick.

-Mais tu n'auras pas le temps de discuter avec. On n'est là que depuis quelques jours et on a déjà dégoté un contrat. On repart demain.

Elle ne lui donnerait pas plus de détails. Elle n'avait jamais parlé avec lui de son travail. Il ignorait pour qui elle bossait, ce pour quoi on la payait et où elle allait. Jamais elle ne lui avait donné la moindre indication pouvant lui permettre de la trouver, que ce soit lui ou quelqu'un qui chercherait des renseignements en passant par lui. Il n'était qu'un élément isolé sur son parcours. Hendrick l'ignorait mais, en faisant ça, elle le protégeait autant qu'elle se protégeait elle-même.
Elle regarda autour d'elle et constater que les choses n'avaient pas tellement changée ici.

-Toujours à traîner dans ce bar ? Avec tout le grabuge que vous faites, je suis étonnée que le patron ne vous ait pas définitivement foutu à la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En manque de toi... [Hendrick/Aleth]   

Revenir en haut Aller en bas
 
En manque de toi... [Hendrick/Aleth]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Diaspora pèche par son manque d'organisation vrai ou faux
» Quand on manque d'argent .. [PV Yozora]
» Un lieu vous manque ?
» ♣. Gros manque de temps, mais énorme envie d'écrire. x) | Vétérante => Iris
» La vie trépidante d'une jeune fille en manque d'aventures...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Royaume de Naelis :: Naelis-
Sauter vers: