Le Deal du moment : -53%
GACHI Batterie Externe 26800mAh
Voir le deal
24.94 €

 

 Après deux longues années… [PV Macabre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Fineldor Elwëndrion
Elfe
Fineldor Elwëndrion

Nombre de messages : 48
Âge : 32
Date d'inscription : 01/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  799 ans
Niveau Magique : Maître.
Après deux longues années… [PV Macabre] Empty
MessageSujet: Après deux longues années… [PV Macabre]   Après deux longues années… [PV Macabre] I_icon_minitimeMar 13 Nov 2018 - 18:43

Il est des êtres que l'on ignorait jamais rencontrer. Il est des retrouvailles que l’on ne sait comment appréhender. Et en chaque nouvelle rencontre, on ne peut prédire ce qu’il en sera.

Académie de magie Aëlandir, onzième année du onzième cycle.



La grande cité d’Anaëh, cis en son cœur, centre d’arts et de savoir. Siège des hautes instances, elle est aussi et surtout un lieu de passage pour celles et ceux cherchant connaissances, conseils et aide en de nombreux domaines. Et parmi les maints ouvrages qui la constitue, l’académie de magie est sans nul doute le plus réputé. Ses hauts murs parcourus de maintes plantes sauvages semblent dominer les visiteurs à leur entrée, comme pour les prévenir de la grandeur du lieu dans lequel il pénètre, comme pour les inciter au respect, devant la grande voûte qu’ils s’apprêtent à franchir. Cela faisait des années déjà qu’il n’avait pas passé cette porte. Et pourtant, ce lieu était l’un de ceux où il avait passé le plus de temps dans son existence. Cette vaste académie l’avait vu grandir. Depuis sa venue à ses débuts d’apprentissage de la magie, jusqu’à sa maitrise et la décision de ses maitres de le laissait voler de ses propres ailes. Il avait tant de souvenirs. Il cherchait à les ignorer, mais l’être qu’il était ne le pouvait totalement. Ils étaient une part de lui-même. Et on ne pouvait nier ce que l’on était.

Arrivant d’un pas décidé au pied des marches, son rythme diminua lorsqu’il commença à les gravir, comme à chaque fois. Comme un moment solennel et nostalgique. Et lorsqu’il arriva en haut, il décida de se diriger vers les lieux d’études sans le réaliser. Le vaste hall résonnait de ses pas. Nombres d’élèves, le voyant passer, ne savaient s’ils avaient affaire là à une illusion. Mais c’était bien lui. Le Haut-Conseil devait probablement durer plusieurs jours, et en ses instants libres, il avait décidé de revenir ici. Pour ses études ? Sans doute. Pour une autre raison ? Peut être. Tous ceux qui le croisait hésitaient, ne sachant s’il fallait le saluer, l’ignorer. Lui n’en avait cure, se contentant de saluer parfois d’un signe de tête, plus appuyé pour les professeurs qu’il reconnaissait parfois. Son esprit était occupé de maintes questions, et pourtant étrangement vide et calme. Comme si tous les soucis qui l’habitaient avaient fuis, effacés par des souvenirs d’antan. Tous… ou presque.

Avançant au milieu des hautes colonnades, chaque pas lui rappelait tant. Son arrivée, mené par son maitre Gwelryn Ap’Deldir Alvën, dans ce lieu merveilleux qui l’avait fasciné dès le premier regard. Maitre Delmerin l’accueillant, acceptant de lui enseigner, avec ses confrères, les savoirs et maitrises de l’Art. Ses premières années comme apprenti. Tant de bons souvenirs. Des frayeurs et des échecs, des réussites et de la fierté. A ces souvenirs, les pas semblèrent s’accélérer légèrement, le visage se fit plus impérieux et sûr. Oui, il avait été parmi ces élèves qui promettaient tant.

Ses souvenirs de la première fois où il entendit la Symphonie. Ce chant dont il ne comprenait que peu, mais qu’il savait être le chant et la voix de Kÿria elle-même. L’Anaëh était le plus beau de tous les chefs d’œuvres de cette terre. Nul ne pourrait jamais l’égaler. Tethien se voulait être en harmonie avec celle-ci. Loin de certaines cités qui détruisaient pour remplacer, la belle cité sur le lac avait elle su faire cohabiter pierre et nature, ouvrage de la Mère et de ses enfants, en une parfaite harmonie. Et c’était dans cette même harmonie qu’il espérait qu’un jour, tous les enfants de l’Anaëh se regrouperaient, comme les frères et sœurs qu’ils étaient.

Et puis il y eut ces terribles épreuves. Faces aux sombres, lors de leurs assauts contre la belle Alëandir. Il se souvint de sa première bataille, de sa colère qui le submergea. Face à ce peuple immonde qui tentait de détruire l’Anaëh. Il se souvint de cette terrible haine, qu’il usa à travers l’Art, au point d’ôter la vie par sa puissance. Il se souvint de la douleur, de l’amertume. Il s’était juré maintes choses alors. Son visage se fit plus dur en pensant à ses serments.

Il se souvint de la perte de maitre Gwelryn. Tragique événement, dont on ne su jamais ce qui en fut responsable. Ce simple souvenir suffit presque à lui tirer une larme, alors qu’il passait sous une grande arche, menant à des alcôves plus petites situées le long d’un grand couloir.

Son esprit revint aux sombres. Eux qui lui avaient causé tant de torts. Mais pas seulement à lui-même. Son peuple avait souffert. Nombre des siens avaient trépassés ou réduits en esclavage. Il savait ne pouvoir tous les sauver. Mais il en avait sauvés certains. Ils avaient même pris certains risques insensés pour l’une d’entre elle…

Il choisit la première libre qu’il trouva, et vint y poser un gros ouvrage. Alors qu’il s’installait, il ignorait qu’une personne l’observait. Qu’il n’était pas seul. Que bientôt le destin allait ajouter une nouvelle page à son histoire. Pour le meilleur ou le pire, cela dépendrait de ses choix. Car il se disait toujours maitre de sa propre destinée…
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Fossoyeur
Fossoyeur
Macabre

Nombre de messages : 368
Âge : 32
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 153 ans (née en 863:X)
Niveau Magique : Arcaniste.
Après deux longues années… [PV Macabre] Empty
MessageSujet: Re: Après deux longues années… [PV Macabre]   Après deux longues années… [PV Macabre] I_icon_minitimeMer 14 Nov 2018 - 21:44

Dans un recoin de la bibliothèque, bien rares étaient ceux qui la voyaient. Assise à même le sol entre deux étagères, rien d'elle ou de ses vêtements ne dépassait de sa cachette. Sans même user de magie, les ombres l'entouraient et la paraient de son voile ténu. Pour la voir, il fallait se trouver non loin et face à elle.
Installée en tailleur, un livre était posé sur ses jambes. Il était si grand qu'il touchait presque ses genoux. Heureusement, il n'était guère volumineux, aussi ne pesait-il pas bien lourd sur elle et ses articulations n'en souffraient pas.

Même si elle n'aurait pas réagit à la douleur de toute manière...

Absorbé par le récit du mage dont elle lisait les lignes, elle ne prêtait aucune attention à ce qui l'entourait. Les allées et venues étaient monnaie courante dans cet endroit et aucun passant n'attirait son regard. A moins qu'il ne s'approche d'un peu trop près, comme si ses sens étaient demeurés en alerte alors que son esprit était ailleurs. L'instinct de survie était, chez elle, largement plus développé que chez la grande majorité des citadins.
Peut-être même plus que bon nombre de Noss.

Mais si c'était la seule chose que l'on trouvait étrange chez elle...
Elle avait certes plus ou moins intégré une classe de l'académie, personne n'avait essayé de se rapprocher d'elle pour autant. Elle n'assistait pas à tous les cours et en suivait bon nombre au travers de cours particuliers, voire en autodidacte lorsqu'il s'agissait de magie de l'ombre. Son précepteur essayait d'étudier avec elle le fonctionnement de cet Art si particulier aux yeux des Taledhels et si rare sur ces terres. La chose semblait pourtant si naturelle pour elle... Comme si cela faisait partie d'elle-même. C'était sans doute la seule chose qu'elle ne perdrait jamais de ses mésaventures parmi les drows.

Bien évidemment, le livre qu'elle lisait était en Oliyan. Sinon, comment aurait-elle pu en prendre connaissance sans l'aide d'Olorin, de Maliss ou de Neraën ? Elle préférait d'ailleurs lorsque ce dernier s'en chargeait, tant pour son bien-être que pour la qualité de ses traductions. En tant que mage... ancien-mage plutôt, il était plus à même de comprendre ce qu'il lisait et de le retranscrire sans avoir à feuilleter un dictionnaire tous les cinq mots.
Ce livre-ci racontait une expérience de magie qui avait apparemment mal tournée. Ce genre de sujet était aussi intéressant aux yeux de la petite elfe qu'une réussite. Peut-être plus... Car on cherche bien plus à comprendre ce qui n'a pas marché que ce qui fonctionne. Et cela révélait des détails que l'on aurait peut-être pas identifié autrement.

Un mouvement attira finalement l'attention de la jeune fille. Sans vraiment la regarder, elle suivit des yeux la femme qui passait devant elle. Cette dernière ne semblait pas l'avoir vue mais elle était venue bien trop près au goût de la mage des ombres, la tirant aussitôt de sa lecture. Alors qu'elle s'était éloignée, elle fixa quelques instants la direction qu'elle avait prise, comme pour s'assurer qu'elle ne risquait pas de revenir vers elle.
Une fois tranquillisée, elle releva la tête et observa les alentours afin de déterminer l'heure qu'il pouvait bien être. Elle perdait souvent la notion du temps dans cet endroit... Ses yeux parcoururent la pièce en quête d'une projection du soleil sur le sol ou bien un mur, passant rapidement sur les visages sans chercher à les regarder vraiment. Elle s'arrêta sur l'encadrement d'une fenêtre à peine touché par les rayons dorés, l'informant qu'elle avait encore largement le temps de poursuivre son ouvrage.
Mais avant même qu'elle ait eu le temps d'en arriver à cette conclusion, ses sourcils se froncèrent l'espace d'une seconde. Revenant sur ses pas, ses yeux se portèrent sur une silhouette bien connue mais à peine reconnue. Elle plissa les yeux pour l'étudier avec attention, ne sachant trop si elle rêvait ou s'il était bien réel. Il posa son livre et s'assit presque en face d'elle. S'il avait simplement tourné la tête, peut-être l'aurait-il vu.

Mais peut-être l'avait-il déjà vue avant de s'installer ?

La petite elfe n'avait plus de doutes. Elle ne rêvait pas. Il était bien là, attablé et prêt à lire comme si de rien n'était.
Elle ne l'avait pas vu pendant deux ans. Il n'avait répondu à aucune de ses lettres. Tout juste lui avait-il envoyé une inconnue pour s'occuper d'elle en direct.
Il avait sous-traité la tâche de veiller sur elle alors qu'elle était au plus mal. Et le revoilà ? Il n'avait même pas cherché à aller à sa rencontre. Savait-il seulement qu'elle était à Alëandir ? Elle avait eu le temps de voyager durant tout ce temps. Et de souffrir plus qu'elle ne l'aurait cru possible.

Ciryië ferma soudainement son livre, provoquant un bruit sonore des plus caractéristiques. Nombre de regards furent attirés par ce son venant soudain rompre le silence ambiant. Certains n'en découvrirent pas la source mais ne cherchèrent pas plus loin avant de replonger dans leur ouvrage. D'autres finirent par apercevoir cette frêle masse dans l'ombre et la dévisagèrent brièvement avant de l'ignorer. La petite elfe, quant à elle, fixait de manière insistante le seul qui éveillait en cet instant son intérêt. Si son expression était toujours aussi neutre, son regard était aussi rigide que la pierre.
Sans un mot et sans le quitter des yeux, elle se mit debout, abandonnant son livre contre l'une des étagères qui l'abritait. Si ses vêtements étaient les mêmes, son corps avaient changé et la rendait mal ajustée. La robe coupée pour une enfant, ne lui convenait plus vraiment. Non pas qu'elle ait grandit, ça non. Mais sa silhouette avait pris la forme d'un sablier, si bien que, si son visage ne trompait pas son monde, on aurait pu se rapprocher un peu plus de son âge véritable d'un seul regard.

S'il la regarda, elle ne changea pas d'expression pour autant.
S'il lui parla, elle n'eut aucune réaction. Elle resta là, figée pendant plusieurs secondes, avant de finalement s'avancer non pas vers lui mais vers la sortie opposée.

_________________
Citation :
Anorn : - Et tu sais, elle est assez particulière comme petite, mais je crois que je l’aime bien.
Arwain : - Pardon ? Ai-je bien entendu ?


Couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fineldor Elwëndrion
Elfe
Fineldor Elwëndrion

Nombre de messages : 48
Âge : 32
Date d'inscription : 01/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  799 ans
Niveau Magique : Maître.
Après deux longues années… [PV Macabre] Empty
MessageSujet: Re: Après deux longues années… [PV Macabre]   Après deux longues années… [PV Macabre] I_icon_minitimeSam 17 Nov 2018 - 17:18

Les lieux les plus inattendus sont parfois source d’émotions fortes. Et le calme apparent peut parfois receler bien des tempêtes en devenir. Et l’une d’entre elle commençait à se déchainer.

Il posa délicatement son ouvrage sur la table… et entendit le claquement sec d’un autre grimoire que l’on refermait violemment. Courroucé que l’on puisse ainsi traiter quelque savoir, ses yeux vert perçants se levèrent vers la source du trouble à la quiétude de ces lieux. Mais au lieu de la colère et des remontrances, ce fut un trouble profond qui s’empara de son être.

Car face à lui, dissimulée dans les ombres et pourtant plus visible que tout autre être ou chose en ces lieux, se tenait l’une de celles qui avait comptait, et qui comptait encore, plus que tout pour lui. Il ignorait encore pourquoi il avait agi de la sorte. Pourquoi elle et non une autre. Pourquoi ainsi. Pourquoi un tel attachement. Pourquoi tant de risques. Pourquoi avoir cédé de tels trésors pour elle. Pourquoi ? Nulle réponse à cette question, et sans doute aucune ne viendrait jamais. Car il est des choses qui ne s’expliqueront d’aucune manière, tant les êtres étaient si dissociables, tant chaque être était complexe au point de ne pouvoir être compris.

Elle était là. Assise en tailleur, elle se leva, posant l’ouvrage à côté. Son regard inquisiteur le fusillait du regard. Lui qui jadis avait promis de l’élever et de la protéger. Lui qui avait fait un serment. Désormais il n’était à ses yeux qu’un parjure. Beaucoup d’autres le voyaient ainsi. Mais en cet instant, aucun regard, aucun avis, aucun être ne comptait. Seul les yeux transperçant de cette petite elfe, vêtue d’une robe mal ajustée. Celle qu’il avait sauvé, qu’il avait connue si frêle et maigre, pareille à une enfant perdue et sans espoir. Dénuée d’amour, et de nombreux sentiments. Il avait patiemment cherché à lui faire redécouvrir l’existence. De lui faire accepter qu’elle ne fût plus esclave, mais bien libre. Il se voulait son percepteur, non son maitre. Mais au fur et à mesure il était devenu davantage. Il n’avait pas réussi à mettre un mot dessus, et pourtant celui-ci était bien simple. Car c’était bien comme un père qu’il s’était alors comporté. Patient, attentif, volontaire, il avait voulu tant lui apprendre.

Il se revoyait lui enseigner la magie. Lui ré apprendre à manger. Lui faire visiter les jardins. Elle qui ne comprenait pas qu’on puisse ainsi se nourrir. Qui se perchait dans les arbres par habitude, surveillant sans cesse les alentours. Qui ne comprenait que l’instinct auquel elle avait toujours fait appel. Tant de souvenirs qui revenaient, pour refluer sous la douleur et la confusion de cet instant.

Les quelques secondes où ils s’observèrent semblèrent une éternité. Une éternité où il se sentait tomber, dans un gouffre sans fin. Où il se voyait, agenouillé face à sa propre faute, face à sa culpabilité. Lui qui se disait honorable, qui était si sûr de lui. Il avait fauté. Il avait menti. Il était parjure. Face à lui se tenait l’incarnation de son mensonge, l’accusatrice de sa culpabilité. Juge et bourreau, son simple regard était en soi une sentence pire que bien d’autres. Quelques secondes… une éternité…

Sans un mot, sans un soupir, elle détourna le regard, se dirigeant vers la sortie la plus proche. Lui sortit de sa torpeur. La voyant s’éloigner, il ne chercha pas à l’arrêter, ni à aller vers elle. Il n’en avait pas le droit. Il ne pouvait pas. C’eut été pire encore que tout le reste. C’eut été la fin de son pêché, de son erreur.

D’une voix hésitante, d’une voix faible, à peine audible pour bien des êtres, mais assez pour celle qui avait toujours vécu de ses sens, il prononça quelques mots. De simples mots, rien de plus. Mais au-delà des mots, sa voix tremblait. Comme peu de gens l’avait connu. Comme aucun ne l’avait entendu depuis des ennéades. Lui qui était si sûr. Si fier. Sa voix vacillait.

« Pardonne-moi… »

Deux mots. Simples. Sans autre chose. Sans doute ne dirait-elle rien. Sans doute partirait-elle. Il la connaissait assez. De simples mots ne la toucheraient sans doute pas. Et puis… Elle en avait pleinement le droit.

Un père se doit à son enfant. S’il avait pu l’être, il avait fait une erreur qui à jamais lui avait fait perdre celle qu’il avait considérée comme sa fille. Pour cela, il n’avait nulle excuse, et n’aurait sans doute nul pardon.
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Fossoyeur
Fossoyeur
Macabre

Nombre de messages : 368
Âge : 32
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 153 ans (née en 863:X)
Niveau Magique : Arcaniste.
Après deux longues années… [PV Macabre] Empty
MessageSujet: Re: Après deux longues années… [PV Macabre]   Après deux longues années… [PV Macabre] I_icon_minitimeDim 18 Nov 2018 - 13:16

Deux mots furent prononcés. Presque aussi ténus que le silence. Mais elle les entendit, elle qui avait l'ouïe si fine. Et elle s'arrêta.
Cette voix, elle la reconnaissait. Elle savait que c'était lui. Deux ans qu'il ne lui avait pas adressé la parole. Pas même à l'écrit. Et c'était la première chose qu'il lui disait.

Demander pardon, elle connaissait. Elle avait déjà eu à le faire. Pour des choses qu'elle avait faites. Ou pas faites. Et si elle ne le demandait pas assez bien, elle en payait le prix. Son corps ne se souvenait plus de tout cela. Anorn avait achevé de tout effacer. Il ne restait plus que son esprit qui en conserverait à jamais une trace indélébile.
Cependant, elle avait appris à faire la part des choses. A faire la différence entre les traitements qu'elle avait subi et ce qui se faisait ailleurs. Pour cela, elle avait fini par comprendre qu'elle devait mettre de côté ni plus ni moins que tout ce qu'elle avait vécu, tout ce qu'elle connaissait, parce que sa vie était une exception. Tout du moins dans ce monde-ci.

Elle s'était arrêtée mais ne lui faisait pas face pour autant. Poings et dents serrés, elle jaugeait ses mots. Ce qu'elle devait en faire. D'aucun aurait pu croire qu'elle était la même qu'à son arrivée il y avait douze ans, ou qu'il y avait même deux. Mais quelques personnes étaient capables de remarquer le moindre petit changement, la moindre évolution dans son comportement ou dans son attitude qui démontrait une profonde amélioration de ce qu'elle était. L'enfant assassin d'un eldéen se muait lentement en jeune femme. Elle se révélait bien plus sensible que son visage ne le laissait transparaître, bien plus sociable que sa tendance à la solitude ne le laissait entendre. Il restait la barrière de l'expression, par les mots ou les émotions. Il fallait des années à n'importe quel être bien entouré pour acquérir cette maîtrise, on ne pouvait donc pas demander à une âme brisée d'y parvenir aussi rapidement que les autres.

La voix du Protecteur était différente. Moins forte. Moins stable. Mais elle était bien incapable d'identifier pourquoi.
Elle l'appelait Fideldor et ne prononçait pas mieux les noms elfiques aujourd'hui. Il n'y en avait qu'un sur lequel elle faisait un effort de diction, même s'il avait changé de prénom. Cet effort, elle ne le fournirait pas pour un homme qui l'avait presque abandonnée lorsqu'elle avait le plus besoin de lui.

-Où étiez-vous ?

Le timbre de sa voix n'avait pas changé. Il était toujours assez grave même s'il appartenait encore à une jeune fille plus qu'à une adulte. Quant à ses petits accros, ils ne provenaient plus de ces années de silence auxquelles ont l'avait contrainte. Ils avaient disparu depuis bien longtemps. Non, ceux-là étaient le témoignage de la colère et de la peine qui lui serraient la gorge autant que ses mains dont les doigts devenaient rapidement plus blancs encore par le manque d'apport sanguin.

_________________
Citation :
Anorn : - Et tu sais, elle est assez particulière comme petite, mais je crois que je l’aime bien.
Arwain : - Pardon ? Ai-je bien entendu ?


Couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fineldor Elwëndrion
Elfe
Fineldor Elwëndrion

Nombre de messages : 48
Âge : 32
Date d'inscription : 01/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  799 ans
Niveau Magique : Maître.
Après deux longues années… [PV Macabre] Empty
MessageSujet: Re: Après deux longues années… [PV Macabre]   Après deux longues années… [PV Macabre] I_icon_minitimeMer 21 Nov 2018 - 7:53

Le silence était parfois un refuge, parfois un aide. En cet instant, le lourd silence n’était qu’un brouillard, une brume qui s’enroulait autour de lui, comme pour l’étouffer. Comme pour lui reprocher, pour le présent comme le passé, et peut être pour l’avenir. Le silence, pesant, écrasant de tout son poids son esprit déjà terrassé.

Il n’avait guère d’espoir qu’elle l’écouta. Pourtant, elle s’arrêta, au seuil de la porte. Toujours de dos, ne daignant pas l’observer. Sans doute ne voulait-elle pas regarder celui qui avait fait connaitre bienveillance avant errance. Protection avant abandon. Amour avant parjure. Elle sera des poings, cela ne lui échappa guère. Elle semblait légèrement différente physiquement. Son corps avait manifestement reprit le dessus. Mais de son esprit, il ignorait tout. Parce qu’il l’avait voulu. Et parce qu’il ne l’avait pas voulu, désormais il ne savait pas. Même si ce n’était pas sa réelle intention, ca n’en était pas moins la conséquence de ses actes.

Il n’avait prononcé que deux mots, d’une voix peu assurée. Il n’attendait guère de réponse, encore moins qu’elle le pardonne. Pourtant, il avait un mince espoir. L’espoir de reprendre son existence comme autrefois. Le pourrait-il réellement ? Non… Bien sûr que non. La confiance était brisée. Il avait été mis à l’épreuve, et avait échoué. Ce n’eut pourtant pas été si difficile. Mais il s’était laissé submerger, et avait oublié.

-Où étiez-vous ?


Ces quelques mots résonnèrent en lui comme un ouragan. Il y avait si longtemps qu’il n’avait plus entendu cette voix. Toujours la même. Il ne l’avait pas oubliée. Il s’en souvenait. Mais ces mots là étaient chargés de colère et d’amertume. De tant de reproches. Reproche… c’était bien là un mot qui lui venait sans cesse. Qui tourbillonnait tel un ouragan dans son esprit. Son corps entier semblait trembler de ces quelques mots. Comme un arbre tremblant sous la tempête. Cherchant à résister, mais ne pouvant éviter de plier sans se rompre.

Que devait-il répondre ? Que pouvait-il répondre ? Il ne pouvait le dire… mais il le devait. Alors, que faire en pareil instant. Ne pas contourner la question. Cela ne ferait que détruire le mince lien qui restait. Il était si ténu. Si faible. Un simple choc pouvait le rompre à tout jamais. Tel un filin d’argent que les ténèbres voudraient détruire. Une maigre lueur qui vacillait mais luttait encore. Des ténèbres gorgées de colère et d’amertume. Une lueur alimentée par l’espoir. Et peut être le pardon ?

« Je… »

Les mots semblaient bloqués. Comme incapables de sortir d’eux même. Il n’arrivait pas à parler. Son esprit était… embrouillé. Pourtant, il avait toujours été fort. Fier. Et là, il ne pourrait parler alors qu’il le devait ? Ineptie. Il le ferait

« C’est… compliqué. »

C’était là tout ce qu’il avait à dire ? Si peu ? Elle ne s’en contenterait pas. Ces simples mots étaient une insulte pour elle. Non, il fallait plus.

« Ce serait si long en cet instant. Je puis te dire que j’étais dans le palais de Tethien. Occupé. Mais je n’aurais… jamais dû te laisser. »

Un aveu. Là encore le pardon ne viendrait pas simplement ainsi. Mais au moins disait-il ce qu’il avait sur le cœur. Ce qu’il pensait et ressentait. Le cœur a ses pensées que l’esprit ne peut ignorer. Et parfois les deux doivent ainsi s’exprimer.

« Tu peux ne pas me pardonner. Je ne saurais t’en vouloir. Je l’espère juste. Je ne peux effacer le passé. Je veux bâtir l’avenir. Et ne plus me… te tromper. »

Car il l’avait bien trompé. Malgré lui, il l’avait trompé. Et il ne se le pardonnait pas. Il ne se le pardonnerait jamais. Désormais, cette cicatrice, il la porterait, à jamais. Elle faisait parti de lui. Une blessure invisible, et pourtant plus profonde que la plupart de celles qu’il portait. Il savait combien perdre des êtres chers étaient douloureux. Et pourtant… pourtant ils les avaient laissés. Maitre, l’appelait-on. L’était-il réellement, pour tomber dans un tel piège, faire de telles erreurs ?

Il fit un pas vers elle. Pas davantage. Il avait peur. Peur qu’elle parte. Qu’elle disparaisse, à jamais cette fois. Elle qu’il avait trouvé entre les mains d’un esclavagiste. Pauvre petite elfe jadis. Il l’avait libérée. Et désormais il en était presque persuadé, il l’avait aimé. Non comme ceux de son peuple, auxquels il vouait un amour de Protecteur. Mais bien comme une part de sa famille. Comme… celle qui espérait qu’elle soit. Qui qu’elle soit.
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Fossoyeur
Fossoyeur
Macabre

Nombre de messages : 368
Âge : 32
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 153 ans (née en 863:X)
Niveau Magique : Arcaniste.
Après deux longues années… [PV Macabre] Empty
MessageSujet: Re: Après deux longues années… [PV Macabre]   Après deux longues années… [PV Macabre] I_icon_minitimeMer 28 Nov 2018 - 13:55

-C’est… compliqué.

Un mouvement de tête très bref anima l'être frêle. Compliqué... Comme si ce monde n'était pas déjà compliqué pour elle. Comme si ce qu'elle avait traversé pendant son absence n'était pas compliqué. Mais que pouvait-il en savoir. Même s'il avait lu ses lettres, il n'y avait jamais répondu. Si elle s'était bien volontiers mise à la lecture, comprenant tout le savoir qu'elle pouvait puiser dans les livres sur la magie, écrire lui était bien plus difficile. Il ne s'agissait plus que d'interpréter les signes inscrits sur le papier. Il fallait organiser ses idées, formuler des phrases, réfléchir à chaque mot avant de les coucher sur le papier, veiller à rester lisible, essayer de suivre une ligne imaginaire pour ne pas écrire en courbe... Au fil du temps, elle lui avait écrit des lettres de plus en plus courtes. Jusqu'à un jour, après Eteniril. Alors qu'elle passait ses journées à pleurer, le regard rivé à l'Est, incapable de manger ou de dormir sans faire de cauchemar. Elle avait reçu une visite au nom de Fineldor. Il avait donc toujours de l'intérêt pour elle. Enfin... C'était ce qu'elle avait pensé. Elle lui avait donc écrit une grande lettre où elle essayait d'exprimer toute la douleur qui était la sienne et... rien.
Pas une réponse.
Pas une réaction.
Même pas un ordre à ses gardes de la ramener.

Absolument rien.

Lui pardonner, non. Cela lui serait extrêmement difficile. Sa présence seule en Anaëh ne dépendait que de lui. De la confiance qu'il était parvenu à obtenir d'elle alors qu'elle n'était que le jouet totalement asservi d'un drow. Elle avait désobéi pour lui. Elle n'était pas rentrée. Elle avait accepté tant de choses... Qu'on la lave. Qu'on la soigne. Qu'on l'habille. Qu'on l'éduque. Toutes ces choses auxquelles elle n'avait pas droit et pour lesquels Don'dar pourrait la tuer s'il l'apprenait. Elle avait fait tout ça pour lui et, sans Neraën, elle aurait pu décider de lui tourner le dos tout comme lui en rentrant en Elda.

-Je n'existais pas... Je n'avais jamais demandé à exister. J'existe dans ce monde à cause de vous. Ça fait mal d'exister... Surtout dans un monde qui n'est pas le mien. Vous étiez... dans votre palais ?!

Elle refusait toujours de lui montrer son visage. D'autres auraient pu la croire lâche. Mais ces gens-là ne la connaissaient pas. Macabre n'avait peur que d'une seule chose : son maître. Si elle refusait de le regarder, c'est parce qu'il ne le méritait pas. Elle n'avait plus existé à ses yeux durant deux années... Il n'existerait plus pour elle aussi longtemps qu'elle serait en colère contre lui.
Sa réponse était loin de l'avoir calmée. Elle aurait pu comprendre s'il avait été forcé de se couper du monde, s'il avait eu une crise comme celle d'Eteniril à gérer, s'il avait été fait prisonnier, s'il était tombé dans un coma magique ou que savait-elle d'autre ?... Mais non. Ce n'était rien de tout cela. Tout ce temps, il était sagement chez lui. Ce n'était pas qu'il ne pouvait pas lui répondre, il ne le voulait pas. Il pourrait lui donner toutes les justifications du monde, aucune ne semblerait assez bonne pour expliquer son silence à présent.

_________________
Citation :
Anorn : - Et tu sais, elle est assez particulière comme petite, mais je crois que je l’aime bien.
Arwain : - Pardon ? Ai-je bien entendu ?


Couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fineldor Elwëndrion
Elfe
Fineldor Elwëndrion

Nombre de messages : 48
Âge : 32
Date d'inscription : 01/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  799 ans
Niveau Magique : Maître.
Après deux longues années… [PV Macabre] Empty
MessageSujet: Re: Après deux longues années… [PV Macabre]   Après deux longues années… [PV Macabre] I_icon_minitimeJeu 29 Nov 2018 - 20:19

Ses mots n'avaient en rien été rassurants, apaisants ou satisfaisants. Aussi ne fut-il guère étonné de voir la petite elfe rester ainsi, dos à lui. Crispée, sans aucun doute de colère et d'amertume. Compliqué... il lui avait dit que c'était chose compliqué. Mais avait-il seulement réfléchi ce qu'avait été ces deux longues années pour elle? Il s'était vaguement tenu informé, mais très peu, et en cet instant il n'aurait su en dire beaucoup. C'était ainsi qu'il s'était comporté. Quel glorieux tuteur il avait fait là. Et elle, abandonnée à elle même, il osait lui dire que ca avait été compliqué...

-Je n'existais pas... Je n'avais jamais demandé à exister. J'existe dans ce monde à cause de vous. Ça fait mal d'exister... Surtout dans un monde qui n'est pas le mien. Vous étiez... dans votre palais ?!

Réponse cinglante. C'était bien là celle qu'il avait laissé deux années auparavant. Elle ne cachait guère ses pensées, ni ne mâchait ses mots. Elle avait été autrefois une source agréable de franchise dans un univers où les mots revêtaient maints sens, cherchant les sens et contre-sens, les subtilités et les nuances, les sous-entendus et les différences. Elle qui avait toujours dit ce qui devait être, ce qu'elle pensait, sans doute ni interprétation. Elle qui osait penser comme elle vivait, parler comme elle pensait, et vivre comme elle parlait. Simplement, franchement et sans ambages.

Et pourtant, la vie lui était certes compliquée. Lorsqu'il l'avait recueillie, rachetée à un terrible marchand sombre, elle n'était rien. Rien de plus qu'une ombre. Une entité sans âme ni volonté, qui n'agissait que par obligation et par ordre. Mécaniquement, sans caprice ni envie. De cela il 'lavait arraché. Car il ne l'avait pas toléré. Il avait espéré pouvoir lui redonner goût à la vie, et pendant un temps il y était parvenu. Elle avait redécouvert tant de choses... le monde tel qu'il était, le soleil, la nature dont elle avait trop longtemps été coupée. Elle avait semblée revivre. Et alors, il avait disparu. Sans un mot, sans une excuse, sans rien d'autre qu'un vide sans fin, qu'elle avait sans doute eut le plus grand mal au monde à combler. Même s'il semblait, de ce qu'il savait, qu'elle s'était lié à d'autres depuis...

Elle avait mal d'exister, disait-elle. Oui, elle découvrait que toute vie, même la plus agréable en apparence, avait ses douleurs, ses troubles et ses cauchemars. Et lui, terrible maitre plus que paisible tuteur qu'il avait voulu être, avait disparu sur ce qui devait lui apparaitre comme un caprice. Etait-ce d'ailleurs tellement faux?
Il garda le silence un long moment. Puis se décida à répondre, priant ne pas faire preuve d'une nouvelle maladresse.

Je n'ai pas voulu t'imposer cette vie, je voulais te libérer, te faire goûter à une vie sans chaines ni contraintes. Il semble que j'ai échoué.
Oui, j'étais dans mon palais. Loin de tout et loin de tous. Isolé, si je puis dire. Et oui, je t'ai abandonnée. Je n'ai rien à dire pour me défendre, et rien qui ne puisse ramener ta confiance en moi. Celle-ci je l'ai perdue, et je pense que c'est là une bonne et dure leçon pour moi. Il semble que malgré mon âge, je commette encore des erreurs stupides...


Stupide. Voilà bien le mot qui décrivait le mieux ce qu'il ressentait. Il ne regrettait pas ce qu'il avait fait, mais la manière dont il l'avait fait. Pourquoi n'avait-il pas pu compter sur d'autres? Parce qu'il était persuadé de pouvoir être seul à y parvenir. Mais cela l'avait-il obligé à ne plus les voir? Non... cette décision là, il l'avait prise seule, en son âme et conscience.

Je ne serais pas étonné que tu me haïsses et que tu décide de ne plus jamais me voir. Tout ce que je souhaite c'est que tu trouves quelqu'un qui puisse t'aider, te guider et te protéger lorsque c'est nécessaire. Quelqu'un qui accomplira cette tâche mieux que je ne l'ai fais. Moi, je continuerai à veiller sur toi, de près ou de loin, en fonction de tes choix.

Sa tête sembla si lourde, son regard troublé. Sa voix semblait sûre, mais son cœur se serrait légèrement à ces seules paroles. Le choix lui reviendrait, et il le respecterait. Il n'avait plus le droit de lui imposer quoi que se soit. Plus jamais.

Sache que quoiqu'il arrive, désormais je ne cesserai de veiller sur toi. Jusqu'à ce que la mort m'emmène au delà de ce monde, et que la Mère me rappelle à sa création.

En prononçant ces paroles, il serra le prisme autour de son cou. Ce serment, il le tiendrait. Faillir serait la dernière faute qu'il se permettrait.
Revenir en haut Aller en bas
Macabre
Fossoyeur
Fossoyeur
Macabre

Nombre de messages : 368
Âge : 32
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 153 ans (née en 863:X)
Niveau Magique : Arcaniste.
Après deux longues années… [PV Macabre] Empty
MessageSujet: Re: Après deux longues années… [PV Macabre]   Après deux longues années… [PV Macabre] I_icon_minitimeDim 2 Déc 2018 - 20:18

La liberté qu'il lui avait offerte n'en était pas vraiment une... Elle était parfaitement consciente qu'elle appartenait toujours à Don'dar et que cette "liberté" n'était qu'illusoire. Pourtant, sans même s'en rendre compte, elle avait fini par se prêter au jeu. Elle avait accepté de vivre non plus pour un autre mais pour elle. Elle avait appris à écouter ses envies. Elle s'était liée avec d'autres êtres pensants autrement qu'avec des chaînes. Cependant, son esprit formaté l'empêchait toujours de se sentir appartenir à cette communauté. Elle évoluait dans ce monde mais seulement en marge. Elle n'arrivait pas à apprendre et intégrer leur langue ni leur us et coutume.
Alors oui, il lui avait apporté beaucoup. Un souffle d'air dans cette minuscule boîte noire dans laquelle elle était enfermée d'aussi loin qu'elle se souvenait jusqu'à cette intrusion dans la bibliothèque de Fineldor. Mais ce n'était qu'une très légère brise, un temps de repos avant que le jour fatidique où son maître la sifflerait ne survienne.

Il fit un vœu. Le vœu qu'elle trouve une personne pour faire ce qu'il n'avait pas su assumer jusqu'au bout. Le vœu qu'elle rencontre quelqu'un qui la protègerait, la guiderait... Alors qu'il prononçait ses mots, sa tête se releva très légèrement. Un visage lui vint aussitôt à l'esprit. Il aurait pu être celui de sa mère mais elle éprouvait de grandes difficultés à se lier à elle sans comprendre pourquoi. Olorin ? S'il était vrai qu'il veillait sur elle et essayait de l'aider autant que possible, il était bien loin d'égaler ce que Fineldor avait fait pour elle.
Non... C'était quelqu'un d'autre. Quelqu'un dont l'affection ne faisait aucun doute. Quelqu'un qui l'avait déjà faite souffrir mais dans le but de la protéger ou de remplir son rôle dans cette société. Quelqu'un qui ne lui promettait pas toujours ce qu'elle voulait parce qu'il savait qu'il ne pourrait pas tenir parole. Quelqu'un de plus sincère encore que son protecteur...

-Il y a quelqu'un. Répondit-elle presque à voix basse, dans ses pensées.

Quelques mots la tirèrent de ses réflexions. La tête à peine tournée vers lui, il ne pouvait voir son visage pas plus qu'elle ne le vit pas serrer son pendentif tandis qu'il lui faisait une nouvelle promesse. Elle ne le croyait plus. Pourquoi le ferait-elle ? Il avait déjà trahi sa parole une fois... Qu'est-ce qui l'empêcherait de recommencer ? Et pouvait-il vraiment toujours garder un œil sur elle ?

-Ce ne sont que des mots...

Des mots, oui. Elle les comprenait désormais. Certains l'avaient touchée. D'autres l'avaient blessée. Mais elle savait mieux que personne que les mots restaient des mots. Ils pouvaient traduire le font de la pensée comme mentir. Ils pouvaient être honnêtes ou vouloir vous tromper totalement. Elle croyait qu'elle pouvait se fier à lui... Elle croyait qu'il ne lui mentirait jamais...
Sans plus rien ajouter d'autre, elle avança de nouveau vers la porte mais, avant même de l'avoir atteinte, elle disparut tel un fantôme alors qu'elle quittait les rayons que le soleil projetait sur elle par l'encadrement d'une fenêtre.

_________________
Citation :
Anorn : - Et tu sais, elle est assez particulière comme petite, mais je crois que je l’aime bien.
Arwain : - Pardon ? Ai-je bien entendu ?


Couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fineldor Elwëndrion
Elfe
Fineldor Elwëndrion

Nombre de messages : 48
Âge : 32
Date d'inscription : 01/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  799 ans
Niveau Magique : Maître.
Après deux longues années… [PV Macabre] Empty
MessageSujet: Re: Après deux longues années… [PV Macabre]   Après deux longues années… [PV Macabre] I_icon_minitimeLun 3 Déc 2018 - 20:25

Il souhaitait réellement qu'un autre puisse la protéger. Car malgré sa défection, malgré son absence, il aimait toujours celle qu'il avait un jour extirpé des griffes des sombres. Qui sait ce qu'aurait pu être son avenir si cela n'était pas survenu. Et qui sait ce dont son avenir serait fait. Il est impossible de prédire toutes les possibilités. Le Protecteur espérait être de ceux qui la verraient grandir et s'épanouir. Oui, il espérait.

-Il y a quelqu'un

Ces quelques mots suffirent à le faire tressaillir. Ainsi elle avait trouvé quelqu'un d'autres. Une surprise, assurément pas. Une déception? Non plus. Juste une désillusion, sans doute. Et la sensation accrue d'avoir failli. Il aurait pu demander de qui il s'agissait. Mais il comprit et estima que garder le silence était plus sage. Il se contenta de l'observer. Elle lui faisait encore dos, sans se laisser perturber. Et lorsqu'il évoqua le fait de toujours la protéger, elle sembla davantage se crisper. Y croyait-elle vraiment? Avait-il pu la convaincre de sa sincérité? Ou le voyait-elle simplement comme un autre maitre qui ne savait que mentir et manipuler? Tout comme son ancien maitre sombre. Cette seule pensée suffit à crisper le Protecteur à son tour. S'était-il donc comporté comme la pire des espèces de cette terre? Ne valait-il pas davantage?

-Ce ne sont que des mots...

Et elle s'éloigna. Et disparu. Comme à son habitude. Petite être errant dans les ombres. Mais désormais bien plus sûre d'elle.

Ainsi elle fit son choix. Sans aucune surprise. Qu'avait-il espéré? Le pardon pouvait certes être chose aisée. Mais elle avait tant souffert par le passé. Tant enduré. Lui pardonner, alors qu'il l'avait abandonnée. Comment avait-il pu seulement l'envisager. Comment avait-il pu l'espérer? En son fort intérieur, il sentit quelque chose se briser. Il ne sut l'expliquer. Il ne voulait pas comprendre. Ainsi en était-il. Une punition, peut être. De qui? Qu'importait. Il avait payé.

Se tournant dans l'un des couloirs, il sortit de l'académie par une autre porte, plus petite, et s'éloigna du vaste bâtiment. Sa tête était basse, son pas perdu. Son visage semblait porter une étrange douleur. Ce ne fut que bien plus tard, dans les appartements où il résidait le temps de son séjour, que ceux qui en étaient proches purent apercevoir une puissante lumière aveuglante, suivie d'un long cri déchirant. Les deux s'éteignirent doucement, laissant le silence des ténèbres de nouveau emplir la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Après deux longues années… [PV Macabre] Empty
MessageSujet: Re: Après deux longues années… [PV Macabre]   Après deux longues années… [PV Macabre] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Après deux longues années… [PV Macabre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: ANAËH :: Terres d'Alëandir :: Académie de Magie-
Sauter vers: