Partagez | 
 

 Ce soir, c'est le soir !

Aller en bas 
AuteurMessage
Lazare Ryldenheim
Humain
avatar

Nombre de messages : 133
Âge : 817
Date d'inscription : 10/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Ce soir, c''est le soir !   Sam 16 Mai 2009 - 15:40

La suite du Rp du Port militaire de Diantra ?


Dernière édition par Lysandre le bateleur le Dim 17 Mai 2009 - 20:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lazare Ryldenheim
Humain
avatar

Nombre de messages : 133
Âge : 817
Date d'inscription : 10/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ce soir, c'est le soir !   Sam 16 Mai 2009 - 15:44

Sur le pont, on s'affairait. Le glorieux bâtiment royal part en patrouille. L'objectif : longer les côtes de Langehack et de la Diantrane, traquer la racaille pirate. Le but recherché est simple ; il faut rappeler au monde la présence de la Marine royale, qui, tel un phénix, était sur le point de renaître de ses cendres. Et patrouiller aux alentours, montrer l'oriflamme claquant sous les vents doux de la mer olienne était un excellent moyen d'annoncer ce retour sur la scène maritime, qui coûterait tant de souverains au Trône.

S'acquittant avec une négligence peu à propos de la mission sacrée qui lui a été confiée, Lysandre le bateleur, à présent officier capitaine Delacouture, s'amusait à jouer un air sur un pipeau qu'il avait taillé quelques jours auparavant, alors qu'il dépensait sa solde dans un bordel dans les faubourgs de Diantra. Un capitaine bien étrange que le capitaine Delacouture. Un homme bienveillant et intelligent, s'il en est, mais terriblement dissolu. Son sens de la discipline ne s'appliquait qu'aux autres, bien qu'il soit impitoyable, et sa tenue tenait plus souvent de celle du brigand que d'un servant du trône haut placé. Il avait certes fait un effort en présence du seigneur amiral, mais la fermeté que l'on attendait d'un capitaine de la Marine Royale n'était pas encore très présente.

Il n'est point besoin de s'appesantir sur la société qu'il dirige. Sa coterie, composée d'une poignée de sous-officiers, de soldats et de matelots, était de la pire des engeances, sûrement d'anciens pillards des mers d'Eris qui s'étaient fatigués du discours révolutionnaire des Comtes de Meca. L'élite du bateau considérait d'un oeil mauvais ces fréquentations peu communes, trop vulgaires, qui ne faisaient pas honneur au sire capitaine.

Mais on lui pardonnait ses errements, car il était un officier généreux, qui savait parler et commander. Sans oublier qu'il était cuisinier acharné, un vrai cordon bleu. Ce brun-là pouvait préparer un festin avec deux harengs pas frais et un sachet de sel. Et puis c'était tant mieux. La noblesse se rappelait que les temps étaient durs, que cette situation ne durerait pas. Bientôt, la flotte retrouverait un peu de son éclat, et les gens de l'espèce de Lysandre Delacouture, c'est-à-dire les petites gens, les parvenus et la racaille, retrouveraient la place qu'il leur sied vraiment, c'est-à-dire sous les ordres d'un noble.


Dernière édition par Lysandre le bateleur le Dim 17 Mai 2009 - 20:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lazare Ryldenheim
Humain
avatar

Nombre de messages : 133
Âge : 817
Date d'inscription : 10/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ce soir, c'est le soir !   Sam 16 Mai 2009 - 16:05

Lysandre n'ignorait pas ces circonvolutions, malheureusement fort réalistes. Un jeune aristocrate (un comte !) avait été nommé Amiral de la flotte royale. Ce dernier, il n'était pas de doute, saurait bientôt redonner à la Marine tout l'éclat qu'elle se doit d'avoir. Mais pour avoir de l'éclat, il faut des bateaux. Et pour avoir des bateaux, il faut de l'or. Et bientôt, les créanciers de la couronne demanderont leur dû, les armateurs voudront leur or, et le roi et l'Amiral commenceront à vendre les titres de capitaine. Tout se monnaie dans ce monde, surtout lorsque les cassettes de l'Etat crient famine.

Lysandre, aussi compétent et agréable qu'il puisse être, serait bientôt dégradé au rang de second, obéissant à quelque fils de famille trop content de diriger un trois-mâts pour chercher à en comprendre les mystères, à en connaître l'équipage. "Lysandre, mon bon, ne peut-on pas aller plus vite ?", "Lysandre, mon brave, pourquoi la brise ne se lève-t-elle pas ?", "Lysandre, très cher, j'ai encore souillé ma chambre, voulez-vous bien vous occuper de ce problème ?".

Ces hypothèses ne plaisaient pas du tout à notre ancien pirate. Il sentait quand le vent tournait, c'est d'ailleurs pour cela qu'il était resté en vie si longtemps dans le monde dangereux du milieu et des dettes de jeu. La dégradation n'était cependant pas inévitable. Il pouvait travailler plus dur et plaire plus fort aux huiles de la Marine royale. Un zèle honnête et quelques années d'humiliation... Voilà qui n'était pas pour séduire Lysandre, qui avait découvert une solution bien plus expéditive et avantageuse.

Pourtant, il hésitait encore un peu. L'Amiral de la Marine royale semblait, à défaut d'être un marin chevronné, un homme d'une certaine noblesse, qui lui offrait des perspectives pour le moins alléchantes. Peut-être que l'honnêteté paierait, en fin de compte ? Le capitaine mâchait ces réflexions, se creusait les méninges, tanguant entre deux extrêmes.


Dernière édition par Lysandre le bateleur le Dim 17 Mai 2009 - 20:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lazare Ryldenheim
Humain
avatar

Nombre de messages : 133
Âge : 817
Date d'inscription : 10/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ce soir, c'est le soir !   Sam 16 Mai 2009 - 17:24

Le soleil d'été tapait tant qu'il pouvait sur les fronts des matelots harassés qui, malgré leur peau tannée, malgré la fraicheur des cales, suaient à grosse goutte. On n'était plus très loin des côtes à l'entour de Missède lorsque le soleil commença à décliner. Pour se détendre d'une première journée fort difficile, les officiers se retrouvèrent dans la loge du capitaine, où une table surchargée trônait. Sur le lourd bois d'érable, un immense poisson artistiquement orné de légumes et de condiments siégeait en seigneur.

L'état major, agréablement surpris, demanda en quel honneur un tel faste était déployé. Lysandre fit un geste évasif, accompagné d'un sourire satisfait. Il les somma de s'installer, sinon le premier plat refroidirait et l'on prendrait du retard sur les autres. Alors il ne répondrait plus de rien ! Les officiers et sous-officiers s'installèrent en riant et commencèrent à manger, curieux de savoir de quoi il en retournerait.

Lysandre n'ouvrit la bouche qu'au deuxième plat, qui se composait de poissons moins gros et moins nobles, mais alliés aux saveurs suaves de fruits rares et sucrés. Il se leva, son verre d'argile à la main, et tous firent silence (sans pour autant cesser de déguster ce plat si exotique).

"Mes amis, vous vouliez connaître le pourquoi d'un tel souper. Eh bien sachez que ma fonction de noble capitaine de la Marine Royale risque de prendre bientôt fin." Tous les regards se tournèrent vers le capitaine, et les mâchoires se figèrent, béantes et encore pleines de peaux et de chairs de poisson.

Ce fut l'amiral qui annonça la chose. Aux mots de son supérieur, Lysandre, pour le moins présomptueux, cria à quelques-uns de ses sous-officiers d'aller noyer les marins sous un flot de vin. Il leva alors son verre, rejoint par un état major soulagé quoique appréhendant la situation, portant un toast au seigneur amiral.

Le troisième plat balaya les doutes, et un flot de vin vint noyer les dernières réticences des officiers les moins disposés à l'égard de cet ancien pirate qui à présent les commandait. C'était un requin-sabre, encore jeune, mais assez grand pour contenter toute la tablée, qui, aux effluves que dégageaient le puissant carnassier, passait outre les codes de politesse, se nourrissant comme le faisaient les matelots, en riant et blaguant, félicitant parfois leur capitaine, qui les remerciait d'un geste, les gratifiant d'un sourire sibyllin, narquois et jovial à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
Gilrad D'Islaïl
Humain
avatar

Nombre de messages : 53
Âge : 26
Date d'inscription : 11/04/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ce soir, c'est le soir !   Ven 22 Mai 2009 - 9:11

...


Dernière édition par Gilrad D'Islaïl le Dim 14 Juin 2009 - 14:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lazare Ryldenheim
Humain
avatar

Nombre de messages : 133
Âge : 817
Date d'inscription : 10/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ce soir, c'est le soir !   Ven 22 Mai 2009 - 17:51

Malheureusement, la soirée ne se termina pas sans histoire. L'état major, constitué des officiers de la Pourfendeuse des vents et des capitaines et seconds des deux bâtiments qui accompagnaient le vaisseau amiral, buvait et ripaillait tout son soûl, fêtant, pour certains, la promotion de ce nouveau commodore pour le moins sympathique, noyant, pour d'autres, la détresse de voir un homme du peuple prendre du galon dans la Marine royale, connu pour ses commandeurs et ses seigneurs. Sur la Pourfendeuse comme sur les deux autres bateaux, on festoyait sans modération, bien qu'une frange du vaisseau amiral feintait l'ivresse et touchait à l'alcool avec un entrain moins affirmé que le reste du temps. On aurait pu penser qu'il se manigançait quelque chose, si l'alcool d'Arétria n'embrumait pas autant les esprits des marins, qui, profitant à fond de la générosité de la noblesse de mer, donnaient tout son sens à "se mettre une cuite".

Alors que l'on commençait à être plein des bonnes choses, les officiers commencèrent à sentir leurs membres s'engourdir. Certains tentèrent d'émettre un son, mais ils étaient, pour la plupart, déjà paralysés. Etait-ce le vin ? Etait-ce la nourriture ? Que leur arrivait-il ? Bientôt, pas un seul homme de la salle ne fut exempt de cet engourdissement qui plongea tout l'état-major dans une torpeur délétère. La paralysie s'était abattue sur l'état-major.

Bloqués, les capitaines ne criaient plus, bien qu'ils essayaient, vainement, d'ouvrir la bouche pour en faire sortir quelque cri d'alarme. Un silence forcé régnait à présent dans le château arrière. Cependant, la porte donnant sur le pont s'ouvrit soudain. L'obscurité alentour vomit une poignée de marins, armés et, pour certains, couverts de sang. Les premiers portaient l'épée mise à nue, et les derniers apportaient des chaînes de forçats... Celles-là même que l'on réservait aux pirates. Une fois la pièce pleine de ces félons armés qui commençaient à ferrer l'état major, l'un d'entre eux s'approcha de Lysandre et versa dans sa gorge une mixture à la liquidité douteuse.
Revenir en haut Aller en bas
Lazare Ryldenheim
Humain
avatar

Nombre de messages : 133
Âge : 817
Date d'inscription : 10/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ce soir, c'est le soir !   Dim 31 Mai 2009 - 13:02

[Bon j'propose ça pour pas qu'on finisse ce Rp dans un mois. Gilrad, tu l'acceptes ou pas. Je supprimerai si tu le souhaites.]

Lysandre se releva quelques instants plus tard. Il fit quelques mouvements souples pour détendre ses membres et se dirigea vers la compagnie d'officiers, qui avait été mise aux fers. S'accroupissant devant le seigneur amiral, il prit une profonde respiration et un air contrit.

"Pardonnez ces manigances, sire amiral, et croyez bien que je regrette d'avoir à déserter alors que vous veniez de me nommer commodore, mais j'ai excité mes compagnons pendant des semaines. Je ne pouvais pas faire avorter ce projet. Pas maintenant. Si seulement vous m'aviez nommé quelques jours plus tôt, j'aurai pu tempérer leurs ardeurs ! Mais à présent, ils imaginent l'odeur du sang et de la liberté, et rien ne pourrait se mettre sur le chemin, pas même moi. Ils auraient pris cette nomination pour une trahison. "Il nous a vendu pour un titre !", penseraient-ils, et je n'aurais plus été le meneur de cette kabbale, mais une de ses proies. La machine est lancée, et si c'est moi qui l'ai initié, plus personne ne peut l'arrêter. "Qu'un seul tienne et tous les autres suivront", disait un amiral de l'ancien temps à propos des mutins. Non, seigneur, cette folie ne peut pas connaître de marche arrière, et seule la répression la plus sévère pourrait enrayer la fièvre qui a pris mes camarades. Pas de guérison possible, pas d'échappatoire."

Il claqua des doigts en disant "Tankra !", et d'un petit panier sortit
un énorme singe à l'allure patibulaire. Il grimpa sur la table en trois
pas longs et agiles, et prit dans sa main griffue celle de Lysandre.
Ceci dit, il fit un geste vers le groupe de pirates, qui bâillonèrent
puis recouvrèrent les têtes des officiers de sacs grossiers.

"Si
l'un arrive à parler ou s'agitre, Tankra commencera à vous frapper
jusqu'à ce que le bruit s'arrête. C'est une myynark assez violente, et
ses crocs ont déjà goûté à la chair humaine. Je vous conseille donc
d'être sages en sa présence."


Il se dirigea ensuite vers
Turpius, un officier qui semblait faire partie de la mutinerie. Ils
chuchotèrent tous les deux un instant.
"Les hommes sont prêts ?"
"Oui.
Ils veillent et attendent le signal. On leur a donné les armes de
l'arsenal, et ils seront les premiers au poste de combat... Les autres
attendent de voir la flèche enflammée. Tu ne crois pas que c'est une
folie ?"

"Trop tard pour penser à ça.
Les autres navires sont privés de leur tête et leurs équipages sont
pour la plupart inexpérimentés et soûls. Et puis, ils ne s'attendront
jamais à être attaqués par le vaisseau amiral. Prépare-toi à réveiller
l'équipage dès qu'on aura tiré les premiers projectiles."


***

Les deux navires de la flotte royale ne réagirent pas tout de suite. Peu éloignés les uns des autres, ancrés non loin du vaisseau amiral, ils subirent le tir des balistes, suivi de peu par les traits sinistrement efficaces des scorpions, ces énormes arbalètes réparties sur deux étages de la cale de la Pourfendeuse. Mais alors que les engins du navire se remplissaient à nouveau d'aciers et de rocs, se préparant à mordre leurs proies vulnérables et inertes, les cris fusèrent sur les ponts encore déserts des adversaires. Alarme ! Alarme !

Les cales vomissaient des matelots partagés entre la gueule de bois et la panique, cherchant l'ennemi et les chefs pour les guider, tandis que sur la Pourfendeuse, les hommes de Lysandre s'introduisaient dans le plus grand fracas à l'intérieur du vaisseau, criant sur les marins encore endormis, qui se réveillaient en sursaut et dans le même état que leurs compagnons des autres bateaux. Alarme ! Alarme !

Les moussaillons saisissaient dans la plus grande urgence les armes qu'on leur tendait (des arcs et des carquois, exclusivement), se bousculant sous les aboiements de sous-officiers tout rouges, qui gueulaient à fendre gueule. Toi sur le pont, toi aux scorpions, toi aux balistes ! Alarme ! Alarme !

On était attaqué, les pirates s'en étaient pris à l'amiral et s'étaient saisis des autres navires. Pas de temps à perdre ! On posera les questions plus tard, quand on aura sauvé sa peau ! Les cris, la fureur, le sang qui vient fouetter les soldats encore endormis par les alcools, tout excite et tout hurle dans la cale. On monte sur le pont, on ahane et on prie. Certains pleurent : les plus jeunes sont perdus, on les piétine presque dans la cohue. Sur les bâtiments ennemis, une foule s'agite, l'acier clair brille sous la lune. Dieux ! Les officiers avaient raison ! Alarme ! Alarme !

Lysandre est là, protégé d'une poignée de gorilles, à côté d'une baliste, qui crie encore plus fort que les autres. Vengeance pour l'amiral ! Mort aux félons ! Feu sur tout ce qui vive ! Quelques jeunes restent prostrés, contemplant ce formidable capitaine tentant de défendre l'honneur de la Marine royale de deux navires pirates ; les autres n'ont pas cette faiblesse, et déjà les soldats aident à la manoeuvre des scorpions, bandent leurs arcs et se promettent de vendre chèrement leur vie. Alarme ! Alarme !


Dernière édition par Lysandre le bateleur le Sam 6 Juin 2009 - 13:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lazare Ryldenheim
Humain
avatar

Nombre de messages : 133
Âge : 817
Date d'inscription : 10/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ce soir, c'est le soir !   Ven 5 Juin 2009 - 16:55

[Voilà. Plus de double posts. Gilrad n'a qu'à faire un post différent quant à l'événement, je supprimerai alors la seconde partie du texte ci-dessus. A moins que je trouve son Rp grosbill ou de mauvaise foi.]


Dernière édition par Lysandre le bateleur le Sam 6 Juin 2009 - 12:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gilrad D'Islaïl
Humain
avatar

Nombre de messages : 53
Âge : 26
Date d'inscription : 11/04/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ce soir, c'est le soir !   Ven 5 Juin 2009 - 18:36

...


Dernière édition par Gilrad D'Islaïl le Dim 14 Juin 2009 - 14:03, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lazare Ryldenheim
Humain
avatar

Nombre de messages : 133
Âge : 817
Date d'inscription : 10/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ce soir, c'est le soir !   Sam 6 Juin 2009 - 0:56

[Poste une fois par semaine et après on en parle, ok ?

PS : J'considère que ton perso peut pas faire grand-chose, étant donné qu'il est paralysé et qu'il est ligoté. Je pense pas avoir fait un post qui soit irréaliste, de mauvaise foi ou qui te coupe le pied sous l'herbe, puisque ton personnage a été mis chaos temporairement et que les événements qui suivent ne peuvent être modifiés par les actes de l'amiral. A présent, j'vais adopter la même attitude que toi : si le Rp ne va pas, le Staff me demandera de le supprimer/modifier.
PPS : Comme tu peux le constater, je manque de façons. Mais c'est parce que tu m'es devenu antipathique depuis que tu as joué au GB et qu'ensuite tu as fait traîner un Rp que je n'ai pas envie de voir se prolonger.]
Revenir en haut Aller en bas
Letha
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 8990
Âge : 23
Date d'inscription : 13/03/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Ce soir, c'est le soir !   Sam 6 Juin 2009 - 7:33

:modoon:
Le principe d'un RP est un échange a tour de rôle de postes Rolling Eyes On ne peut faire de double post que lorsque le premier dépasse la limite de caractère autorisés, ce n'est pas possible Wink Donc inutile de poster deux, trois, quatre fois d'affiler. C'est vrai que Gilrad n'a pas grand chose à dire et à faire mais Lysandre tu ne peux pas répondre à tout tout le temps.
Si vous le souhaitez, recommencez ce topic ( bien sur vous pouvez récupérer vos posts ) et si il y a un problème, on ne poste pas sur le lieu RP mais on s'envoit un MP Wink

D'ailleurs en parlant de ça je suis a votre disposition pour une explication par MP ou MSN ou tout simplement pour trouver une solution Wink
Revenir en haut Aller en bas
Lazare Ryldenheim
Humain
avatar

Nombre de messages : 133
Âge : 817
Date d'inscription : 10/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ce soir, c'est le soir !   Mar 9 Juin 2009 - 13:37

[Bon, je suis passé outre ton Rp aberrant et m'appuie sur le lancé de dés qu'Hannibal a opéré et qu'on a tous les deux acceptés.]

La Pourfendeuse ne bougeait pas. Ses hommes se contentaient de recharger les armes de siège que hébergeait le vaisseau amiral. L'ancre n'avait pas été levé, le bateau était inerte. Seuls ses hommes s'affairaient de partout. Bientôt, une pluie de flèches plut des deux côtés, et de nouveaux les scorpions crachèrent leurs immenses traits. Si la première salve avait fait mouche sur l'un des deux navires de l'escadre, qui commençait déjà à se gorger d'eau, la seconde sut rappeler au second, d'abord épargné par la morsure des sorcupions, la supériorité de l'acier projeté sur la coque en bois d'un bateau.

Les équipages étaient désemparés, mais tenaient bon. Ils faisaient de leur mieux. Cependant, privés de leur tête et dans une situation à laquelle personne n'était préparée, ils ne pouvaient pas agir avec une grande efficacité. Il y eut même un temps de flottement avant de décider d'attaquer à l'arme de siège un bateau qui accueillait les officiers de trois bateaux et, pis, le sire amiral en personne. On finit par armer les armes, mais les pirates faisaient toujours feu sans discontinuer, et le second bateau, le seul encore opérationnel, l'autre s'enfonçant peu à peu dans la mer sombre, connaissait à son tour des difficultés liés à l'écoulement des eaux.

Les deux navires avaient levé l'ancre et tenté un rapprochement vers le vaisseau amiral, qui se cantonnait à une immobilité meutrière, mais il était trop tard, et les bateaux de la flotte royal, chargés de la protection de l'Amiral et de la fleur de la Marine, avaient échoués. Ils sombraient à présent dans les eaux impénétrables et paisibles de la mer olienne. Sur la Pourfendeuse, on criait de joie. Le sang battait, faisait palpiter le coeur, mais les marins se permettaient un soupir de soulagement, tandis que les plus endurcis comptaient les cadavres. La récolte était maigre pour Kyria, et c'était tant mieux.

Les marins se serraient la main, se tapaient l'épaule, d'autres jetaient leurs armes pour une accolade. Tous semblaient s'enthousiasmer à l'idée d'avoir défait les pirates et leur complot, ne pensant pas aux soldats de la Couronne qu'ils avaient envoyé par le fond, ces innocents et, surtout, ces camarades, ces servants du roi. Des représentants du souverain. Lysandre allait vite les détromper.

"Messieurs... Messieurs," entama-t-il, levant les bras et s'appuyant sur le garde-fou du château-arrière, "approchez, messieurs !" L'équipage se réunit, curieux d'entendre le discours de cet homme si brave qui avait protégé le royaume d'une attaque de corsaires.

"Marins, aujourd'hui, vous venez, pour certains, de vivre votre première bataille. C'était une bataille froide, prompte et meurtrière. Mais c'était avant tout une bataille détestable, une bataille de félon. Car, voyez-vous, messieurs, vous, tous autant que vous êtes, vous venez de couler deux navires de la Marine royale remplis à ras bord d'hommes du roi. Vous venez de prendre part à une mutinerie et avez, pour cela, attaqué les soldats royaux. Vous êtes, tous autant que vous êtes, des meurtriers, des hommes qui ont porté atteinte à Sa Majesté.

Oui, vous avez vécu cette bataille du côté des pirates, et non du côté du roi. Vous nous avez aidé à envoyer par le fond ces bâtiments qui ne faisaient que se défendre contre des corsaires ayant pris le vaisseau amiral."
Il continua à expliquer la situation à des marins médusés. Certains semblaient interdits, d'autres voyaient leur visage se figer dans un rictus haineux. Tous étaient prostrés par cette déclaration. Ils avaient aidé des pirates, ils avaient tué pour leur compte... Ils étaient maintenant marqués par le sceau de l'infamie. Lysandre souligna plusieurs fois ce fait, puis fit une proposition à l'équipage.

Quiconque voudrait partir pour se livrer à la justice du roi ou devenir déserteur le pourrait. Bientôt, des barques arriveraient, et ils pourraient repartir avec. Les côtes n'étaient pas loin. Ils pourront quémander la clémence du roi, bien que ce dernier n'était pas réputé pour être quelqu'un de très ouvert. Un meutre involontaire sur un représentant du roi restait un meurtre. Alors une hécatombe comme celle de cette nuit... S'ils ne voulaient pas voir puis subir la réaction de Sa Majesté, ils pourraient alors rejoindre Lysandre et parcourir les mers, libres comme peuvent l'être les pirates. Leur vie serait celle des aventures, du butin et des batailles.

La foule de marins resta figée un instant. Certains semblèrent être pris de beaux sentiments et pensèrent reprendre le bateau à Lysandre pour se faire pardonner auprès du roi. Mais lorsque ces derniers purent apercevoir différents marins sourire sinistrement, serrant avec force leurs épées, ces braves abandonnèrent cette idée. Les épées et autres poignards semblaient être monopolisés par les sympathisants de Lysandre.

Le pirate, pendant le temps de réflexion des marins, fit un geste à l'un de ses hommes. Ce dernier enflamma une flèche et tira cette dernière vers les étoiles. Bientôt, trois barques firent leur apparition, arrivant des côtes. La côterie de Lysandre serait alors au complet. Les pirates montèrent, aidés par leurs frères d'armes, et on dit aux marins qu'il était temps de faire un choix. Les plus loyaux (ou les moins malhonnêtes) montèrent au bord des barques, la mort dans l'âme, et commencèrent à s'éloigner du vaisseau.

Ceci fait, Lysandre réunit à nouveau son équipage près de lui et ordonna aux nouveaux venus de prouver leur loyauté à leur capitaine en abattant ces ennemis. Ces derniers allaient prévenir les autorités, et si on les laissait faire, dans quelques jours, la moitié de la flotte royale serait à leur poursuite. On plaça donc les nouvelles recrues au bord du pont et les exhorta à bander leur arc. Les pirates gueulaient à fendre gueule, et certaines recrues étaient au bord des larmes, priant pour que tout ne soit qu'un cauchemar. Un temps de flottement passa, puis l'un des nouveaux tira, suivi par le reste des hommes, qui avaient trop peur d'être considérés comme des traîtres et livrer à la rouerie de Lysandre.

Malgré le peu de distance, il fallut s'y prendre deux fois pour que les marins des barques cessent de s'animer. Le soir se terminait sur ce pacte de sang, irréversible. Le voyage pouvait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Lazare Ryldenheim
Humain
avatar

Nombre de messages : 133
Âge : 817
Date d'inscription : 10/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ce soir, c'est le soir !   Ven 12 Juin 2009 - 14:39

La nuit déjà avancée avait recouvré le silence tout relatif qui lui appartenait en temps normal. Venaient accompagner la brise légère du large le ronflement des matelots, le clapotis des vagues contre la coque, les pleurs de recrues qui ne pouvaient déjà plus supporter cette vie de vice et de trahison. On avait repris les armes et renvoyé les hommes dans les cales, où iraient dormir jusqu'à l'aube. Ensuite, le vaisseau continuerait sa route.

Dans le château arrière, on parlait de cette fameuse destination devant des officiers ligotés, paralysés, impuissants. Les féaux de Lysandre parlaient à voix basse de Méca, où tout était à prendre la bas. Ce dernier écoutait, assis dans la pénombre qui dominait tout l'arrière de la pièce, qui était chichement éclairée, les recommandations de tous ses lieutenants. Les renseignements affluaient. On connaissait du monde là bas. On amenait un bateau immense et l'Amiral de feu la flotte royale. On brillerait, on aurait des putains à moitié prix, et les meneurs feront sûrement des leurs le capitaine Lysandre, qui avait réussi un tel tour de force. De plus, leur amiral, le charismatique et légendaire Sepiida, avait disparu. D'aucuns racontaient qu'il avait été capturé par le roi, et depuis, les comtes de Meca devaient être à la recherche d'un nouvel Amiral.

A l'aube, comme prévu, on réveilla les hommes. La discipline était toujours aussi présente qu'avant, bien que l'on ne voyait pas les anciens officiers. Lysandre ne croyait pas qu'il fallait vendre l'ours avant de l'avoir écorché une bonne fois pour toute. Aussi l'équipage devrait faire montre de diligence, s'il ne voulait pas que le reste de la Marine le prenne en chasse. Les lieutenants de Lysandre ne s'inquiétaient pas pour ce fait, et le capitaine lui-même savait que son bateau était le plus rapidement de la flotte royale, voire de toutes les mers des Hommes. Cependant, se reposer sur ses lauriers aurait été une mauvaise idée.

Le bateau avait donc fait demi-tour, direction : Méca. Il faut revenir sur un point. On a dit qu'on ne voyait pas les anciens officiers, cependant, cela n'est pas tout à fait exact. Car, ligoté au gros mât, trônait avec une majesté toute douteuse l'un des anciens sous-officier de Lysandre. Nu et vulnérable, brûlé par le soleil et écorché par les dents acérées de Tankra, le singe de Lysandre, il semblait souffrir le martyre. Sur son torse souillé, on pouvait lire, inscrit dans ses chairs : FUYARD. On savait maintenant le sort que réservait le bateleur à ceux qui tenterait quelque chose de facheux.
Revenir en haut Aller en bas
Gilrad D'Islaïl
Humain
avatar

Nombre de messages : 53
Âge : 26
Date d'inscription : 11/04/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ce soir, c'est le soir !   Ven 12 Juin 2009 - 18:58

...


Dernière édition par Gilrad D'Islaïl le Dim 14 Juin 2009 - 14:06, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lazare Ryldenheim
Humain
avatar

Nombre de messages : 133
Âge : 817
Date d'inscription : 10/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Ce soir, c'est le soir !   Ven 12 Juin 2009 - 19:18

[Nous avons tous les deux acceptés les modalités de ce lancer de dés, nous avons également accepté la légitimité de son résultat. Tu as perdu le lancer, soit. Ca arrive. Tu remets en cause ce lancer de dés après l'avoir accepté, pour le meiller comme pour le pire, soit. J'en ai rien à branler. Tu accuses Hannibal de népotisme, soit. Là, j'pense qu'Hannibal saura mieux te répondre que moi. De plus je risque de perdre patience et devenir grossier.

PS : Hannibal est du staff.
PPS : Nous n'avons plus à faire appel au staff. Tout a été réglé au lancer de dés. Lancé de dés que tu as accepté. Donc j'laisse tomber la conciliation puisque t'as l'air d'être une mauvaise foi qui dépasse tout.
PPPS : Lis mes Rp, la prochaine fois que tu veux cracher ton fiel, ça fera peut-être plus sérieux.]

Edit : Toi on pourra vraiment dire que tu sais perdre avec élégance. Relis le mp d'Hannibal, et ne détourne pas ses propos. Mais enfin bref, June a confirmé la décision d'Hannibal. L'affaire est réglée une bonne fois pour toute.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce soir, c'est le soir !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce soir, c'est le soir !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» Ce soir, tous les musées sont gratuits !
» Allons au cinéma ce soir...
» UFC 124, ce soir... j'y serai devant ma TV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: OCÉANS :: Océans :: Mer Olienne-
Sauter vers: