AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roxane Amras
Humain
avatar

Nombre de messages : 712
Âge : 25
Date d'inscription : 16/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Mer 17 Mar 2010 - 20:44

Il avait terminé la joute et il en était sorti victorieux. La jeune fille s'était surprise à sauter de joie et à laisser échapper un cri de victoire, avant de se taire brutalement, consciente de s'attirer les regards des autres spectateurs. Avec un sourire timide, elle s'était échappée de la foule pour se diriger vers les coulisses. Elle avait envie de dire au revoir à Arthur... Le voir une dernière fois et lui dire combien elle était fière de lui, de sa performance. Il avait été un chevalier sur la lice. Il était chevalier dans l'âme.

Une petite silhouette en mante grise se faufila vers les chevaliers qui se reposaient sous leurs tentes en attendant les autres assauts. Elle aurait pu venir en aide aux blessés, cela aurait été facile, mais elle n'avait qu'une envie : féliciter Arthur.

Elle arriva devant la tente et repoussa son capuchon, libérant sa chevelure neigeuse et dévoilant ses grands yeux violets, ainsi que ses traits délicats. Difficile de trouver quelle était la race de cet ange blanc. C'était ainsi qu'Arthur l'avait appelé la première fois alors qu'elle lui avait sauvé la vie, dans le château assiégé.

Hardie, la jeune fille, repoussa un pan de la tente où se reposait Arthur après son combat.

- "Messire?"


Elle n'osait pas l'appeler Arthur... D'abord parce qu'il était là sous une autre identité et aussi parce qu'il était seigneur et elle une gueuse sans importance. Cela n'avait peut être pas d'importance en tête à tête... Mais devant tous ces gens, elle savait où était sa place...
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1352
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Mer 17 Mar 2010 - 21:04

Le premier engagement était passé, mais Jonas, maître d’arme et ami de la famille de Melasinir ne laissait pas au repos les serviteurs d’Arthur, tout du moins, les jeunes gens qui s’étaient portés volontaires pour cette aventure hors du commun.
Il vit alors cette silhouette approchée de la tente, se faisant discret afin de ne pas la pousser à partir, et quand il la vit dévoiler ses traits, malgré l’angle, il comprit de qui il s’agissait, souriant, aussi donna t’il une nouvelle instruction… Hors de question d’aller déranger Arthur en cet instant, et les corvées pour celui qui n’obéirait pas seraient tels qu’elles dissuadaient à l’audacieux de tenter le diable.

_______________________

A l’intérieur de la tente, se reposant, tout de même alerte, Arthur était toujours allongé sur la paillasse qui lui servait de lit, profitant de l’instant après le combat pour un repos qu’il méritait amplement. Son attention fut fixée sur le monde au-delà de l’avant-bras couvrant ses yeux quand il entendit le froissement de la toile qui composait la tente, quelqu’un était entré.
Il n’y eut qu’un mot, et surtout une voix… Il se redressa immédiatement, posant son regard émeraude sur la demoiselle, souriant, comme soulagé, resserrant sa main sur le mouchoir qui reposait encore un instant plus tôt sur son torse, ce cadeau qu’elle lui avait offert. Comprenant la raison de cette façon d’attirer l’attention si… protocolaire, il fit d’abord de même, se relevant.


- Je vous en prie, entrez-donc.

Il la vit entrer, l’invitant à s’asseoir, se mettre à l’aise car il ne se serait pas permit de la laisser debout, alors que pour lui-même, il prenait place après elle sur un tabouret, certes moins confortable, mais il ne souhaitait laisser à Roxane le confort.
Il se doutait que Jonas, attentif comme il était avait comprit, et qu’il prendrait les mesures nécessaire au bon déroulement de la suite, quel qu’elle soit.
Aussi reprit-il, la voix plus douce, calme et bien moins cérémonieuse.


- Cela faisait bien longtemps Roxane… Et merci beaucoup…

Se faisant, il lui montra le mouchoir… Mais plus que le cadeau, il lui signifiait sa présence, son soutien dans l’épreuve qu’il venait de subir. Certain aurait fait une bien plus grande démonstration, un débordement d’émotion, mais Arthur n’était malheureusement pas de ce genre là, pas dans ce domaine.
Revenir en haut Aller en bas
Roxane Amras
Humain
avatar

Nombre de messages : 712
Âge : 25
Date d'inscription : 16/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Mer 17 Mar 2010 - 21:33

La jeune fille sourit, hypnotisée par ce regard vert si particulier et si expressif. On avait sans doute du la voir entrer sous cette tente et on n'allait pas tarder à conclure que le chevalier inconnu se payait du bon temps avec une jeu prostituée. Cela ne la fit même pas rougir... Elle se fichait bien de ce qu'on pensait d'elle... Bientôt, elle serait morte. Plus de roxane... Plus de Leirn. Et surtout pas d'œufs.

A cette pensée, son regard se voila un instant, avant qu'elle ne sourit au chevalier qui lui demandait de s'asseoir galamment. Elle se sentait vivante en cet instant. Presque heureuse. Il faudrait qu'elle le remercie pour ça.

- "Merci."

Elle entra et retira sa mante pour s'asseoir. Elle était vêtue d'une robe à corsage, lacée sur sa poitrine menue et soulignait sa taille fine. ses cheveux blancs cascadaient dans son dos en une lourde masse soyeuse.

- "Bien longtemps oui, mais je suis heureuse de vous voir ici. Je l'espérais, je l'avoue, mais je ne pensais pas vous voir en lice. Je suis heureuse que vous ayez pris cette initiative. Et pour une première fois, vous vous débrouillez plutôt bien. Félicitations pour cette victoire! Pensez-vous que la faveur d'une dame, aussi modeste soit-elle, vous ai aidé? Si c'est le cas, vous m'en voyez ravie."

Elle sourit, presque enfantine, avant de reprendre, plus femme qu'auparavant :

- "Il me semblait que le vainqueur avait le droit à un baiser de la dame, non?"

Un baiser facétieux pour lui, qui revêtirait une toute autre symbolique pour la jeune fille. Un baiser d'adieu à un ami.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1352
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Mer 17 Mar 2010 - 22:01

Son regard se perdit à l’admirer, elle n’avait pas changé, c’était une évidence, mais elle lui apparaissait plus belle encore, car à ses yeux, elle représentait tant, un espoir, le renouveau, un sentier pour le pardon. Un instant, son regard se voila à cette pensée, car oui, il était question de pardon, responsable qu’il était des centaines de victimes du Siège de Diantra, de cette Guerre Civile. Il retrouva néanmoins la douceur et la joie de la savoir ici, devant lui à nouveau, elle qui lui avait tant apporté.

- Je vous remercie, mais je ne saurais en récolter tout les lauriers, je n’étais pas seul…

Il laissa un instant avant de préciser sa pensée, et répondre du même coup à sa question.

- Cette victoire, ma présence ici, je vous la dois entièrement… Enfin, également à Jonas, c’est certain, mais vous êtes celle qui m’a le plus offert…

Il aurait pu en rester là, mais il avait tilté sur le « aussi modeste soit-elle », aussi pensa t-il obliger de préciser une chose.

- La valeur d’une personne n’est pas dans quelques bouts de papiers, vous le savez aussi bien que moi.

Ce à quoi il sourit, amusé qu’elle mentionne son rang, elle n’était pas une gueuse, loin de là… Déjà Prêtresse de Néera, à ses yeux, elle était plus importante et plus précieuse que toute les courtisanes, de plus ou moins haut rang de la Cour de Diantra, qu’il avait pu rencontrer. Son sourire s’effaça pour laisser place à une surprise, pas désagréable, mais tout de même.
Un baiser… Il se doutait bien qu’on s’écartait d’une éventuelle tradition, mais il fut tout de même troublé. Il était certes un bon parti, il n’avait guère eu l’occasion de se laisser à ce genre de situation, dévoué qu’il était à sa tâche, et ne voulant pas briser un cœur en se laissant aller à ce genre d’histoire. Du moins, l’espérait-il… Roxane était une bouffée d’air frais dans un monde ritualisé et cérémonieux qu’était la noblesse, et il ne la voulait pas se pliant à ce genre de chose… Mais il l’imaginait mal s’obliger pour ce baiser, non.


- Et bien, la tradition est ainsi en effet…

Oui, il le savait, mais il ignorait de qui devait venir l’initiative, à vrai dire… Et si Arthur était un homme assuré dans la plupart des situations, il devait confesser que depuis sa rencontre avec Roxane, il était en territoire inconnu, ne sachant pas toujours comment il devait agir, ce qu’il lui fallait faire...

- Mais je ne veux pas que vous vous sentiez obliger par une tradition, Roxane.

Un moyen d’effacer quelques doutes, et pourquoi pas, écarter cette difficulté qu’était l’initiative dans une situation relativement inédite pour lui…
Revenir en haut Aller en bas
Roxane Amras
Humain
avatar

Nombre de messages : 712
Âge : 25
Date d'inscription : 16/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Mer 17 Mar 2010 - 22:32

- "Je ne vous ai offert qu'une petite étoffe. Je suis heureuse que vous l'ayez associée à moi et non à une admiratrice secrète."

Après tout, elle n'était quand même pas la seule femme qu'il connaisse n'est-ce pas? Cette étoffe aurait pu être à n'importe quelle dame, elle aurait pu aussi être tombée là par hasard... mais non, il l'avait identifié... Hasard heureux ou intuition, qu'importe. Cela lui faisait chaud au cœur.

- "Moi je le sais, oui, mais hélas, peu en sont conscients et je suis désolée de ne pas vous offrir une faveur qui soit davantage digne de vous."


Il était noble, issu d'une illustre famille. Elle n'était rien, qu'une petite prêtresse qui avait perdu la foi en sa déesse. Une traîtresse. Elle chasse ces pensées importunes de son esprit avant de proposer à Arthur un baiser sous couvert de la tradition. Il sembla géné, lui répliquant qu'elle n'était pas obligée.

- "Je ne suis contrainte en rien. J'aurais pu rester aux abords de la lice et ne pas venir vous voir. Mais j'avais envie de vous parler Arthur."

Sa voix s'était faite plus grave, de même que son regard. Elle se leva et s'approcha d'Arthur, portant une main fine sous son menton pour qu'il lève la tête vers elle et que leurs regards se croisent.

- "Vous avez gagné un baiser chevalier. Vous avez vaillamment combattu, voici donc votre récompense..."

Elle se pencha vers lui, effleurant ses lèvres des siennes, avant de souffler de nouveau :

- "Pour mon plaisir, si tu en doutais encore."


Et sa bouche se posa sur celle d'Arthur en un baiser léger mais profond, un brin désespéré. C'était un adieu, même s'il ne le savait pas... même s'il ne le saurait probablement jamais. Elle s'en voulait de ne pas lui dire la vérité. Mais il tenterait alors de la retenir, et ce n'était pas envisageable...
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1352
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Mer 17 Mar 2010 - 23:10

- Ce ne pouvait-être que vous… Parce que vous êtes l’unique femme à me savoir vivant, et qu’à mon avis, à part quelques regrets, ma disparition, ma mort supposée n’a pas bouleversé grand monde…

Par la présente déclaration, il avouait pleinement l’isolement qu’il avait choisit, mais aussi l’absence d’une quelconque autre femme dans sa vie, autrement, il n’aurait pas caché sa survie au drame de Diantra, non… Aux yeux du monde, exempt d’une dizaine de personnes, tout au plus, il était sans doute mort, et si cela avait pu bouleverser certains, il ne croyait pas avoir marqué tant de vies que cela, surtout à la cour… On aurait eu tôt fait de le remplacer, dans les songes et les fantasmes de certaines courtisanes.
Il n’appréciait pas tant qu’elle se rabaisse autant… Il ne pouvait, ni ne voulait une autre faveur… La plus importante, la plus précieuse lui avait été offerte, c’était tout ce qui lui importait.


- Ne parlez pas des imbéciles qui accordent de l’importance au rang plus qu’à la personne, il n’en est aucun de ceux là sous cette toile… Sachez ensuite qu’il ne saurait y avoir de faveur plus digne et plus désirée que la votre, Roxane…

C’était dit, et qu’importe l’opinion des autres, qu’importe qu’on la pense gueuse… Elle avait plus de valeur que bien des nobles, et ne vint à son esprit que quelques noms dans cette noblesse qui avaient, dans l’âme au moins autant de grandeur.
Il n’avait pas envie de penser, de décortiquer les gestes et les expressions, mais son esprit et son intuition l’alertèrent… Ce ton, ce regard… Sous couvert de félicitation et de douceur, d’une tendresse inattendue se cachait quelque chose…
Il se laissa faire quand elle passa sa main sous son menton, appréciant le contact, puis la proximité qui était la leur, qu’il avait désiré au fond de lui, sans l’avouer à vive voix, et son cœur fit un nouveau bond à ces mots soufflés, un tutoiement, une familiarité qu’elle ne s’était pas permise jusqu’alors, précédant un baiser léger, laissant un goût d’inachevé, où perlait plus que de l’affection ou la récompense… Autre chose.

Il écarta légèrement son visage du sien, saisissant délicatement l’une de ses mots, plongeant son regard dans celui de cette femme, celle qui lui avait tant offert, et brisant la tendresse de l’instant, il choisit de faire ce qu’il avait toujours fait, soucieux de vérifier quelques chose… Mais de la douceur, de l’inquiétude il y en avait dans sa voix.


- Roxane, que se passe t-il ?

Il l’ignorait, confiant la suite à l’intuition, posant pleinement l’émeraude dans ses yeux… On dit des yeux qu’ils sont les fenêtres de l’âme, et eux ne sauraient mentir, quand les mots eux savent si bien le faire, cachant les vérités profondes… Il ne savait pas ce qu’il cherchait, ni ce qu’il trouverait… Il sentait, et ne pouvait la laisser partir sans savoir, sans n’avoir rien fait… Elle avait tant fait pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Roxane Amras
Humain
avatar

Nombre de messages : 712
Âge : 25
Date d'inscription : 16/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Mer 17 Mar 2010 - 23:35

Elle fut peinée de l'entendre parler ainsi de sa disparition. Terrible constat que de s'apercevoir qu'on ne manquait à personne. Cela la renvoya à sa propre fin : qui la regretterait?

Arthur? Oui, c'était possible, mais il l'oublierait vite, ils se connaissaient à peine, même si c'était la vie et la mort qui les avaient lié.

Astéride? Fugitivement sans doute, les deux femmes n'étaient pas suffisamment proches pour que l'une manque à l'autre. Elles n'avaient pas eu le temps de se lier, ne fréquentant pas les mêmes milieux, et Roxane se coupant d'Astéride en suivant Eldis et Hélios. Repenser à eux lui pinça le cœur.

Et à qui manquerait-elle ensuite? Personne. Elle avait envie de lui dire qu'elle comprenait, mais les mots restaient coincés dans sa gorge. Parce qu'il lui avouait qu'aucune autre faveur lui aurait fait davantage plaisir... Comment ne pas se sentir émue pour cela?

Alors, elle le fit taire en l'embrassant, en un baiser désespéré, tendre, doux, mais empreint d'une nostalgie qui venait gâcher ce moment d'intimité. Elle n'était pas de celles qui se jettent dans les bras des hommes. Elle avait un trop lourd passé avec eux pour cela... Violée tout d'abord, abandonnée par le seul homme qu'elle ai jamais aimé ensuite... Mais elle aimait beaucoup Arthur. Elle l'appréciait et sentait son cœur battre plus vite quand il était là. L'embrasser était loin de la dégouter.

Mais, malheureusement, Arthur ne s'en tint par là et un long soupir échappa à la jeune fille alors qu'il lui posait une question qu'elle aurait aimé évité. Elle n'était pas une menteuse. Ses grands yeux violets s'embuèrent de larmes. Elle était seule, si seule. Elle avait tenu jusque là, mais cette simple question, cette préoccupation dans la voix d'Arthur lui faisaient penser qu'il s'inquiétait sincèrement pour elle... Chose qu'elle ne connaissait plus. Elle se mordit la lèvre, avant de finalement fondre en larmes, éclater en sanglots déchirants, se laissant tomber à genoux et enfouissant son visage entre ses mains, terrassée par l'ampleur de sa solitude, de ses erreurs.

- "Je... Je n'ai plus personne... j'ai fais tant d'erreurs... je suis désolée, mais je suis seule, si seule."

Sa voix était hachée par les larmes. Elle avait tant de choses sur le cœur et ne pouvait pourtant pas se confier au chevalier. Elle se maudit d'être si faible. Elle n'était pas venue chercher du réconfort auprès d'Arthur, juste lui dire adieu...
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1352
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Jeu 18 Mar 2010 - 0:11

[Message à refaire, erreur de manipulations u_u]


Dernière édition par Arthur de Melasinir le Jeu 18 Mar 2010 - 11:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Roxane Amras
Humain
avatar

Nombre de messages : 712
Âge : 25
Date d'inscription : 16/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Jeu 18 Mar 2010 - 10:13

Les paroles avaient beau être réconfortantes, la jeune fille ne savait que trop combien elles étaient éphémères et ne tenaient pas lieu de promesses. Combien de fois lui avait-on dit qu'on la protégerait, qu'on serait toujours là pour elle, que jamais on ne l'abandonnerait? Trop de fois pour qu'elle y croit encore. Il y avait eu trop d'abandon et elle n'avait plus la force de s'accrocher encore à quelqu'un, d'y croire encore et de le perdre encore. Pourtant, c'était si bon de se serrer contre quelqu'un et de pouvoir se laisser aller. Arthur avait une présence réconfortante, comme autrefois Eldis.

- "Cela ne rattrapera pas le désastre qui risque d'arriver par ma faute."


Non, elle l'avait peut être sauvée, elle lui avait peut être permis un nouveau départ, mais sauver une personne ne suffisait pas à racheter sa faute future... La destruction de bien des vies, à cause de son inconséquence.

Elle pleurait, sans retenue. Elle ne se doutait pas qu'ils devaient offrir une bien étrange scène aux yeux extérieurs... Le chevalier, agenouillé par terre, une petite dinde émotive entre les bras. elle était venue égayer un peu son quotidien et voilà qu'elle ne faisait que l'inquiéter. Quelle idiote...

Il l'écarta légèrement et la regarda dans les yeux, semblant sonder son âme à travers son regard translucide. Arthur avait vraiment des yeux fascinants et hypnotiques. Il passa une main sur sa joue et elle ferma un instant les yeux, avant de ciller sous l'effet de ses paroles. e ne fut qu'un murmure qui s'échappa des lèvres de la jeune fille.

- "C'est mon présent qui gâche mon avenir... et celui de bien d'autres."

Elle poussa un soupir et s'essuya les yeux, avant de se confier à Arthur. Elle allait mourir de toutes façons, il avait le droit de la connaitre un peu et peut être de comprendre...

- "Je suis née pauvre, mon frère était un bagnard, qui a fondé la marine marchande. J'ai été... prise de force par des gardes de Diantra quand j'étais jeune adolescente... je suis devenue prêtresse ensuite pour me reconstruire. j'ai rencontré mon frère par hasard et je l'ai suivi, avant qu'il ne soit tué. J'ai perdu tous mes amis là bas... je suis revenue sur le continent, j'ai rencontré d'autres personnes, j'ai même rencontré l'amour... Et j'ai été, encore une fois abandonnée... et dans un moment d'égarement, j'ai commis une erreur qui risque de couter cher à l'humanité..."

Sa voix tremblait à peine alors qu'elle faisait le résumé de sa vie en quelques mots. Elle ne parla pas de Leirn... Ce secret là, il ne lui appartenait pas de le divulguer. Elle passa une main dans ses cheveux et laissa échapper un petit rire dérisoire.

- "Je suis désolée de t'ennuyer avec mes problèmes personnels. Je n'étais pas venue pour ça."
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1352
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Jeu 18 Mar 2010 - 11:19

Il écouta ses mots, son histoire résumé en quelques phrases… Elle avait souffert, à bien des égards et dans son monde autant que lui, voir plus, car il avait toujours été isolé, solitaire... Et ses amis n’étaient plus de ce monde à présent, il n’avait plus qu’elle à l’esprit, et Jonas à ses côtés. Il s’interrogea sur la fin, et l’annonce de l’avenir… Cette erreur qui risquait de coûter cher à l’avenir de l’humanité. Il voulait croire, savait que c’était une vérité sans comprendre la portée ni le fond de ces mots, mais quelle importance ? Oui, l’avenir n’est pas tout tracé, et il y a toujours moyen de tenter de bouleverser les cartes et le jeu, et si ce n’était pas le cas… Alors il faudra souffrir et surmonter l’épreuve imposée.

- J’ignore le caractère de la catastrophe à venir dont tu parles… Que tu sois responsable ou non ne change rien à la façon dont je te vois, car on peut encore l’éviter… J’en suis convaincu.

Il la reprit contre lui, veillant à ce que personne ne soit indiscret, un instant, avant de se concentrer à nouveau sur celle qu’il tenait dans ses bras, il murmura alors simplement.

- Nous sommes tous coupables de bien des erreurs… Là où nous trouvons nos différences est dans la manière de reprendre la marche, et nos décisions face au constat, nous pouvons même essayer de l'empêcher…

Et les catastrophes ne sont pas une fin en soit… Il fallait qu’il lui dise, qu’il lui fasse comprendre que ces évènements, s’ils doivent arriver, ne peuvent être suivis d’une fuite, à son histoire, Arthur allait lui offrir la sienne… La véritable histoire, le véritable visage de celui qu’elle voyait comme un chevalier de l’idéal, mais qui portait en son cœur et sur son âme bien des regrets.

- Je comprends mieux que personne ton sentiment… Tant celui de l’abandon, que celui de la solitude, mais ne peut imaginer le fardeau qu’est de savoir une erreur imminente… A la place, je porte la culpabilité de centaines de vies perdues par ma faute…

Il ne laissa pas son esprit élaborer le discours qui suivrait, sa mémoire et son cœur pourraient s’exprimer spontanément.

- Ceux qui ont croisé ta route autrefois t’ont peut-être abandonné, mais je ne le ferais pas, car je sais trop bien la douleur qu’on ressent, et la vie qu’on mène à être solitaire, et je te suis redevable de tant de choses… Vois-tu Roxane, là-dessus, nous sommes comparable… Les rares amitiés que j’ai eues sont soit des plus délicates, soit morte aujourd’hui… Je n’ai jamais connu l’amour, du moins, si je l’ai connu, l’ai-je laissé mourir sans l’exprimer, parce que ma vie aurait fait souffrir l’intéressée. Au fond, j’ai passé ma vie à être seul, me concentrant sur mon devoir, mais plus que cela… Je suis un menteur, me cachant derrière un masque, usant de mes atouts pour survivre dans cette noblesse que je méprise… Je suis un meurtrier, je ne portais pas l’épée la plupart du temps, mais j’ai ordonné tant d’exécution pour la royauté, pour tenir mon serment… Et mes erreurs ont déjà coûté cher à ce royaume… Car je suis le responsable de la Guerre Civile, car je n’ai pas su voir venir ce drame et le prévenir, parce que j’ai échoué dans ma tâche, dans mon devoir…
Je ne suis pas un chevalier, Roxane… Je suis juste le raté d’une lignée digne de louange.


Ainsi confessait-il le poids qu’il portait sur son cœur, montrant par la même occasion à Roxane qu’il pouvait la comprendre, partager tant sa douleur que ses sentiments, ou presque. Mais il fallait conclure ce récit, dévoiler à Roxane le reste de l’histoire, et ce qu’elle avait fait, offert à ce monde, non pas seulement à Arthur.

- Mais voila, je ne m’arrêterais pas sur mes échecs… Tu m’as offert une chance de pouvoir corriger mon erreur… Oh, je ne pourrais pas revenir en arrière, non, mais je pourrais grâce à toi faire le bien, faire ce qu’un chevalier doit faire, même si je n’en suis pas un… Je porte un héritage que je suis désormais le dernier à pouvoir transmettre à la génération suivante, et sans toi, tout cela aurait été perdu à jamais.

Il avait déjà mentionné son cousin chevalier, à leur premier rencontre, caché derrière les mots, il lui apprenait sa mort, et désormais le devoir, l’obligation qu’il avait de vivre tant pour corriger ses erreurs que pour apporter l’idéal, ses principes et ses valeurs pour qu’ils continuent de demeurer là, garder par les Melasinir.

- Pour tout ça, et pour les autres choses que j’ai la couardise de ne pas te dire… Je ne peux te laisser seule… Je le refuse, car que serais-je si j’acceptais un tel présent pour ensuite t’abandonner à ton sort ? Non, je ne saurais vivre d’avoir agit de la sorte… Qu’importe au fond, ce qui arrivera à l’avenir, je ne t’abandonnerais pas, je n’en ai pas le droit, je ne peux pas, je ne veux pas.

Il ne pouvait se résoudre à cette idée, et ne le ferait pas… C’était son choix, le désir exprimé de la protéger… Mais ce n’était pas là de vaine parole non… C’était l’égal d’un serment, sur la vie et le cœur plus que sur l’honneur. Il n’était pas là question de lui, mais d’elle, uniquement d’elle… Peu importe les sentiers qu’il faudrait prendre, les difficultés qu’il rencontrerait par cette décision, elle était la seule acceptable.

- Roxane… Ces mots ont peut-être été prononcés par d’autres, mais tu es la meilleure chose qui ait croisé ma route, et je ne peux me résoudre à te laisser dans ta solitude alors que tu m’as tant offert…

A cela, il termina avec plus de légèreté, une pointe d’humour même… Quoique très sérieux.

- Et puis… Quel chevalier digne de ce nom abandonnerait la dame dont il est le champion, dont il obtient les faveurs et dont il désire conquérir le cœur ?

Il ponctua cette dernière phrase d'un léger sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Roxane Amras
Humain
avatar

Nombre de messages : 712
Âge : 25
Date d'inscription : 16/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Jeu 18 Mar 2010 - 13:05

- "Oui, il y a un moyen de l'éviter."

Un moyen qu'il ne saurait jamais car elle ne lui révélerait pas que pour éviter le pire, il lui fallait mourir : elle et Leirn, les œufs qu'elle mettrait au monde bientôt, devaient disparaitre. Ne devaient jamais naitre. Et pour cela, il fallait que Leirn meurt. Et Roxane ne concevait pas de continuer sans elle. De toutes façons, rien ne la rattachait à la vie. Il restait bien Arthur, mais elle ne pouvait pas compter sur cette relation naissante pour continuer. Elle hocha la tête contre lui quand il parla de faire avec nos erreurs et d'atténuer le mal. Il avait raison, mais cela ne faisait que la conforter dans le fait de mourir. La vie était devenue si difficile...

Mais elle cessa de se concentrer sur son propre malheur pour écouter celui d'Arthur. Elle tendit l'oreille alors qu'il disait porter le fardeau de centaines de morts. A son histoire, il répondait par la sienne, aussi difficile soit l'aveu. L'apitoiement céda le pas à la compassion et son coeur se serra douloureusement quand elle l'entendit se dévaloriser ainsi... Il était un meurtrier, un raté. Le sang de la jeune fille ne fit qu'un tour devant ce constat erroné et elle se redressa subitement, les joues rouges de colère devant de telles inepties.

- "C'est faux."

Il n'était pas un raté! Personne n'aurait pu empêcher cette guerre... Elle couvait dans le cœur des seigneurs mécontents depuis bien longtemps maintenant! Comment Arthur aurait-il pu l'empêcher? il était un espion au service du roi, oui, mais il n'était qu'un homme! A moins de faire assassiner tous les rebelles avant l'attaque, chose impossible tant ils avaient caché leurs desseins, il ne pouvait rien faire! Mais il disait pouvoir faire le bien grâce à elle. Elle le regarda gravement, alors que sa main venait se poser sur la poitrine d'Arthur, là où son coeur battait.

- "C'est ça qui fait un chevalier : la noblesse de cœur."

Et voilà qu'il lui faisait le serment de ne jamais l'abandonner, qu'il ne supporterait pas de la laisser sortir de sa vie ainsi. Pourtant, elle allait être obligée de le faire se parjurer en lui forçant la main. Elle eut un petit sourire triste à cette pensée et le supplia déjà en silence de lui pardonner ce qu'elle ferait bientôt : sortir de sa vie sans explications et ne jamais y revenir. Elle allait le trahir alors qu'il se mettait à nu et la voulait près de lui. Elle ne valait pas mieux que ceux qui l'avaient abandonné. Oh si seulement il ne s'était pas montré si perspicace!

Il ne pouvait se résoudre à la laisser sortir de sa vie car elle était la plus belle chose qui lui soit arrivé... Son cœur se pinça et les larmes remontèrent à ses yeux devant l'ironie de la situation. Elle n'allait pas s'enfermer dans la solitude : elle allait rejoindre les bras de Tari.

Elle ouvrit, la bouche, choquée, alors qu'il parlait de conquérir son cœur. Hagarde, elle ne sut dire un mot, avant de réussir à articuler :

- "Conquérir mon cœur?"

Oh non... Pitié, pas maintenant... Elle était flattée et horrifiée.

- "Arthur, s'il te plait... Il est trop tard pour ça... Mon coeur est en miettes maintenant."
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1352
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Jeu 18 Mar 2010 - 13:39

Qu’importe les sentiers, les choix, on en vient toujours au même point. Si Arthur n’affichait pas de tristesse à ses mots, à tout ce qu’il pouvait deviner et comprendre dans l’attitude et les mots de Roxane, il n’en éprouvait pas moins.

« La noblesse du cœur »… Oui, c’était là un résumé de ce qui faisait le chevalier, mais cela avait tant de sens, et nuls doutes qu’il n’en était pas digne, ou peut-être que si, mais trop modeste pour l’admettre.
« Laisse la partir. »… C’était la meilleure chose à faire, pas pour lui… Mais il était abnégation, la chevalerie reposait sur cette qualité, et elle pouvait résumer une bonne partie de sa vie… Le renoncement à sa vie, à son intérêt au profit de celui des rois, sans se soucier de se construire une vie… L’avenir allait mettre ce profit pour le peuple, ce peuple qui avait souffert de son incompétence.

Aujourd’hui, il le savait, il lui fallait renoncer à la personne qui l’avait sauvé, qui lui avait donné une nouvelle raison de continuer de vivre, du moins, de ne pas encore rejoindre Tyra. C’était la seule chose à faire, et moins il n’y mettrait de réticence, moins ça sera difficile pour elle, et qu’importe son propre sentiment, il n’avait pas lieu de plus s’exprimer, autrement, s’eusse été de l’égoïsme, et il ne pouvait se le permettre.
Fermant un instant les yeux, un poing légèrement serré, il prit une grande inspiration, et par la même occasion sa décision définitive, son choix. Quand il l’ouvrit, sa voix si elle était douce portait moins de tendresse, moins intime, plus distante sans trop l’être.


- Tu as raison Roxane, je suis désolé de m’être emporté… Ce n’était là que des mots, illustrant pleinement une image, rien de plus, ne t’en fait pas.

Il semblait sincère, sa voix ne mentait pas, son regard à peine… C’était un masque, voilant une vérité qui ne devait plus être accessible à Roxane, pour soulager ce cœur en miettes, comme elle dit. Il sourit doucement, se détachant légèrement d’elle, poursuivant.

- Je suis désolé, pour tout ça… Je n’aurais pas du poser de questions indiscrètes, je n’en avais pas le droit… Pardonne-moi.

Il lui tendit son mouchoir, simplement, ajoutant avec douceur.

- Sèche tes larmes, Roxane.

Il ignorait ce qu’elle avait en tête, mais comprenait que ces moments étaient les derniers avec l’une des rares qui avaient trouvé place en son cœur, quelque soit la véritable nature de cette place.
Revenir en haut Aller en bas
Roxane Amras
Humain
avatar

Nombre de messages : 712
Âge : 25
Date d'inscription : 16/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Lun 22 Mar 2010 - 19:25

C'était ce qu'elle avait voulu non? Trancher ce lien naissant entre eux pour qu'il ne la regrette pas trop après sa mort... Elle n'aurait peut-être pas du revenir et lui parler, elle avait peut-être encouragé une relation entre eux, mais elle lui devait un au revoir... Au moins ça.

Alors pourquoi ressentit-elle une certaine douleur alors qu'il revenait à la raison et disait s'être emporté, ne pensant pas ses paroles? Terrible paradoxe de la nature féminine... Elle avait ce qu'elle voulait et pourtant, elle n'était pas satisfaite... Et s'il avait insisté, serait-elle revenue sur son choix? Non, elle ne le pouvait pas et elle ressentit cruellement la perte de ce qui aurait pu exister entre eux...

Certes, Arthur était noble, plus âgé qu'elle, mais il y avait une sorte de compréhension muette entre eux... Elle resterait à jamais l'ange qui l'avait sauvé de la mort lors de la prise de Diantra et qui lui avait permis de commencer une nouvelle vie sur d'autres bases. Cela convenait parfaitement à Roxane. Qu'il garde un souvenir aussi merveilleux d'elle, voilà qui la rassurait, même s'il était erroné.

- "Il n'y a pas à être désolé, je devrais apprendre à dissimuler mes émotions... Je ne voulais pas entacher cette journée de mes états d'âme. Cette journée est la tienne, chevalier."

Le début de sa réponse avait été fait dans un murmure hésitant, avant qu'un sourire ne perce dans sa voix, accompagné d'une pointe de fierté. Il lui tendit alors un mouchoir, l'enjoignant de sécher ses larmes. Elle hocha la tête et fit ce qu'il lui demandait. Elle qui avait été si joyeuse autrefois, si insouciante, malgré les épreuves... A quoi en était-elle réduite? Elle verrouilla son coeur et son âme, se concentrant sur Arthur et reprenant d'un ton plus léger :

- "Alors, quelle sensation ressent-on quand on rentre en collision avec l'adversaire? Est-ce que tu as eu peur?"

Elle aurait pu reprendre le vouvoiement, pour installer de nouveau une distance entre eux, mais elle avait besoin de ce lien ténu, de cette main amicale tendue vers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1352
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Mer 24 Mar 2010 - 18:12

Cette journée était la sienne hein ? Il savait ses mots dit avec une certaine légèreté, mais il ne put s’empêcher de penser à ce que la suite, au-delà de cette discussion, amenait. Si cette journée était la sienne, pourquoi savait-il qu’elle serait assombrie, ainsi que les jours prochains ?
Une victoire en lice certes, et l’attribution de ce qui sera sans doute l’engagement le plus disputé de cette journée… Mais qu’est-ce que cela pouvait représenter en comparaison de la perte d’une amie, d’une des rares qu’il considérait encore, de celle qui l’avait sauvé et l’avait guidé à sa façon jusqu’ici ? De la gloire, du prestige et du mérite contre une amitié… Quelle piètre consolation, surtout qu’il se désintéressait de ces choses là…
Il n’est en définitive aucune récompense pour ceux qui choisissent d’offrir leur existence, qu’un sacrifice plus grand à faire mais surtout à accepter… Devait-il vraiment s’en plaindre ? Peut-être pas, c’était après tout ça, l’abnégation… Qu’importe son propre bonheur, son propre plaisir, il ne pouvait le trouver qu’en celui des autres, par empathie, ni plus, ni moins…
Cette journée n’était pas la sienne non… Ce n’était qu’une nouvelle épreuve, une autre façon de tester sa volonté et sa dévotion sans doute. Quelle conclusion en tirer ? Il en avait bien une idée, et celle-ci l’amena à penser que ses peines étaient bien loin d’être terminées, bien au contraire.

Sur son visage s’assombrissant, le reflet de ses pensées, un air soucieux, lointain avant de refaire surface aux questions plus légères de Roxane… Il ne devait plus y penser, surtout pas… Plus jamais, accepter et ne pas plus s’interroger.
Aussi, avec sérieux mais posément, il entreprit de répondre avec sincérité aux questions.


- Je… Je dois dire qu’il n’y a pas vraiment eu de peur, d’abord beaucoup d’appréhension avant de rentrer en lice, à ce moment là, et juste avant de s’élancer. J’ai repensé à tout ce pour quoi je faisais ça, à tous les évènements qui m’ont conduit à cet instant bien précis.

Pas de peur, mais tant de questions et de doutes…

- Jonas m’avait dit qu’au moment de se lancer, il fallait écarter toutes ces pensées, se concentrer sur l’instant et advienne ce qui arrivera… Quand aux moments du choc, et surtout après… C’est un bouillon de sentiments différents, du soulagement d’être encore en selle, d’avoir atteint son but… Dans cet engagement là, il y avait même plus, de la frustration au premier assaut, quand il a fuit le contact, puis au fil des assauts, de la fatigue, des doutes et pourtant, il fallait que je reste concentré, attentif, à visualiser une victoire que j’avais l’impression de voir s’éloigner…

C’était un résumé assez bordélique d’un bouillon qui l’était tout autant… C’était intense, voila ce qui aurait pu résumer vraiment le tout, mais il avait voulu lui transmettre une part de l’ensemble.

- Enfin, c’est quelques chose d’incroyable… De très intense en bien des aspects.
Revenir en haut Aller en bas
Roxane Amras
Humain
avatar

Nombre de messages : 712
Âge : 25
Date d'inscription : 16/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Ven 2 Avr 2010 - 11:38

Il fallait changer de sujet, effacer les rides d'inquiétudes du visage d'Arthur. Elle était revenue dans sa vie sans crier gare, avec pour but d'en ressortir tout aussi rapidement. A bien y réflechir, c'était terriblement égoïste et maladroit... Peut-être aurait-elle du partir de ce monde sans chercher à revoir les êtres chers. Comme s'il y en avait tant que cela! Non, et c'était ça le problème : il y en avait eu et ils étaient tous partis à leurs tours. Arthur avait promis qu'il ne ferait pas de même, mais c'était maintenant trop tard... Elle avait commis une épouvantable erreur et ne pouvait plus se regarder dans une glace suite à son comportement inacceptable aux conséquences trop lourdes...

Elle ravala ses larmes, ses regrets, ses reproches et ses espoirs et releva fièrement le menton, se forçant à sourire et à laisser Arthur profiter de ses rêves. Il le méritait. Elle le laissa donc décrire ses sentiments lors de cette première joutes, hochant la tête alors qu'il parlait de la frustration de la première passe manquée à cause de la couardise de son adversaire, des doutes...

- "Je suppose qu'il doit y avoir des techniques pour jouter, non? Mais qu'au final, c'est l'instinct qui prend le dessus... Oui, j'imagine que cela doit être quelque chose d'incroyable, de par le danger auquel on s'expose, par l'affrontement qu'on sait inévitable."

Et pourtant, les chevaliers ne fuyaient pas l'impact, ils l'attendaient et la bravaient avec fierté. Roxane se surprit à faire le parallèle avec sa propre situation. Elle savait l'issue inéluctable de sa vie et de sa bêtise et elle préférait la fuir que de se préparer à l'affrontement et à en assumer les conséquences. Oui, elle était lâche. Mais elle n'avait personne à qui demander conseil. Elle ne pouvait pas exposer son cas de conscience à Arthur, quand bien même elle en mourrait d'envie. Elle aurait pu en parler à Astéride... Mais n'osait pas. De peur d'être jugée.

- "Je me demande quelle était ta vie à la Cour, jusque maintenant... Le changement est radical : de l'ombre, tu vas passer dans la lumière en exposant tes talents devant tout le monde... Aimais-tu vraiment ta vie d'avant Arthur?"
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1352
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Dim 4 Avr 2010 - 10:35

Alors que la conversation tournait autour de la joute à présent, il ne pouvait s’empêcher de penser à l’échange précédent, mais surtout, à sa réaction, à sa décision… Tout ça le laissait entre deux eaux troublées et tourmentées, échouant ou trahissant, dans un cas comme dans l’autre et finalement, il ignorait s’il faisait le bon choix.

Il avait décidé de la laisser partir, afin qu’elle ne souffre pas davantage de sa décision, afin que ce soit moins dur et éprouvant pour elle, mais finalement, n’était-ce pas là l’abandon dont il avait juré que jamais il n’ait lieu ? Alors était-ce vraiment le bon choix ?
L’autre impliquait de ne pas la laisser seule, mais il était certain, du moins, le croyait-il, qu’elle chercherait le moyen d’échapper à son attention et s’enfuir à la première occasion, pour le protéger d’elle, d’après ce qu’aurait pu être ses mots, sans doute… Et quand bien même elle ne chercherait pas à le faire, elle ne se confierait pas sur ce sujet sensible qui la rongeait… Et ce n’était pas surprenant… Ils ne se connaissaient qu’à peine, finalement… Même si les contextes avaient joué en faveur d’un rapprochement et d’une affection, qu’elle avait déjà offert tant de sa vie à son attention, il doutait que des choses vraiment sensible ne soit échangé.

Sa décision était la meilleure à prendre, et puis… Si d’aventure l’avenir n’était pas aussi sombre qu’elle semblait le penser, que tout finissait par s’arranger, il serait là, ne l’oublierait pas si elle revenait… Mais en attendant ce moment, si les Cinq décidaient qu’il arriverait, il devait la laisser, respectant ses choix, tel que le voudrait les préceptes de Néera. Puisse la Déesse lui accorder de ne pas avoir commis d’erreur qu’il ne pourrait regretter par la suite, et que ce choix puisse être le bon.
Revenant à la discussion, il se contenta d’abord de répondre à sa question au sujet de la joute et de ses techniques, ne se voulant pas trop précis, détails ennuyeux sauf pour ceux qui chevauchaient et allaient aux contacts.


- Oui, la technique à une part importante, tant sur le maintien que sur l’impact… Mais c’est un tas de petites choses à savoir, et à pouvoir faire, à garder à l’esprit pour ne pas finir dans la poussière ou tout du moins, pour finir entier à la sortie…

La discussion tourna à quelque chose de plus sensible, finalement… Sa vie de la Cour, et sa place là-bas, autrefois… Il y avait du vrai et du faux dans ce qu’elle lui disait, sur la manière dont on le percevait… Mais c’était délicat, car son identité était connue d’un monde pour une chose… Sa famille était connue d’autres pour d’autres raisons… Il avait baigné dans la lumière, tout du moins, le rôle qu’il y jouait se voulait ainsi.
Puis… Il y avait cette question sensible… Aimait-il vraiment sa vie ? C’était tellement délicat…


- Ma vie à la Cour hein…

Il se leva, semblant réfléchir, car c’était une chose complexe, même à expliquer.

- Disons que j’ai déjà connu la lumière là-bas… De par mon nom d’abord… Les Melasinir sont une ancienne et reconnue lignée de chevaliers d’Erac. Par mon image ensuite, d’inaccessible et malheureusement convoité des courtisanes… Si tu vois ce que je veux dire.
Je suis aussi un des plus proches sujets du Roi… En bien des domaines, ce que je devais être pour la Cour de Erac et de Diantra est connu de ce monde là.


Dans sa manière de dire les choses, il sous-entendait clairement qu’il n’était là-bas pas ce qu’il pouvait être toujours... Utilisant l’hypocrisie et les cachoteries du caractère noble pour ne laisser apparaître aucune faiblesse, du moins, aucune véritable… Car laisser le sentiment de supériorité apportait parfois de grands résultats quand il lui fallait saisir les caractères et les intentions, les positions de la noblesse.

- J’ai connu et rencontré bien des personnes… Je devais me rapprocher d’eux, non pas par intérêt mais par devoir envers le Roi… Car je me devais de savoir ce qui se tramait parmi les nobles de sa Cour. En cela, je suis tout de même connu, non par pour la chevalerie néanmoins… Et si tu restes assez longtemps, tu le comprendras quand je ferais tomber le masque aux yeux de tous…

Et puis, venait la réponse sensible… Et la réponse allait demander des détails.

- Pour ce qui est de ma vie d’avant… Globalement… Non… Je la détestais, je la maudissais. Les gens envient la noblesse, moi je la méprise, mais mon devoir et mon rang exigent que je la supporte, que je joue le même jeu qu’eux, pas pour les mêmes raisons certes, mais tout de même. Dans ma vie jusqu’alors, il n’y avait que des petites choses qui me plaisaient… Certaines seront sans doute préservées, d’autres perdus à jamais…
Mon rapport à la famille royale, souveraine d’Erac, qui n’est pas de mon fait, mais avoir un rapport privilégié, bien que je n’en ai jamais profité, est une chose agréable, car Trystan est un homme bon.
Il y a eut mes gardes du corps et amis, d’humbles soldats certes, mais qui m’ont beaucoup apprit… Ils sont morts à Diantra.
Mon nom bien sûr, et son héritage…
Voila tout ce qui m’a plut dans ma vie… Car finalement, même si je suis certain d’avoir aidé le royaume et ses habitants… Finalement, j’ai échoué, donc tous ces sacrifices et les meurtres qui ont été ordonné n’auront pas suffit...


Voila ce qu’était sa réponse… Quelques plaisirs et fiertés pour une vie détestable et détestée, voila son sacrifice offert à ce Royaume… Les bonheurs simples réduits à quelques rigolades autour d’un feu, ou par procuration, au travers des heureux évènements des autres… Des choses telles que l’amour totalement écarté, car inutile et même dangereux, pour celle qui aurait été choisit…
Revenir en haut Aller en bas
Roxane Amras
Humain
avatar

Nombre de messages : 712
Âge : 25
Date d'inscription : 16/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Mer 7 Avr 2010 - 15:51

La jeune fille se faisait curieuse et après avoir abordé la chevalerie, décida d'avoir des précisions sur son rôle auparavant. Après tout c'étaient deux pans de sa vie : celle d'avant, imposée, et celle de maintenant, rêvée. Elle se demanda si cela était une bonne idée quand il reprit sa phrase. Peut-être était-elle trop indiscrète après tout. Mais il commença à répondre et un sourire fendit le visage de la jeune fille.

- "Inaccessible et convoité... Combien se sont languies d'amour pour vous, Arthur de Melasinir, le mystérieux?"

Et lui, pourquoi n'avait-il pas trouvé une jolie fille pour en faire son épouse? Des belles demoiselles, ce n'était pas ce qui manquait dans la noblesse... Et Arthur était d'un abord facile, du moins, avec Roxane ne s'était-il pas montré très méfiant ou inaccessible. Était-elle un cas à part? Elle hocha la tête à la première partie de son explication, alors qu'il lui exposait ses attributs et son prestige... sans rien n'avoir fait d'autre que d'avoir un nom de famille. La noblesse était affligeante.

- "Ne t'es tu jamais approché et intéressé d'une personne simplement par envie et non par devoir? Ne jouais-tu jamais qu'un rôle?"

C'était triste. Vraiment. Ne pas être soi même et duper les autres, trahir leur confiance, c'était vraiment quelque chose que le jeune fille réprouvait, bien qu'elle reconnu son efficacité. Et sa nécessité. Elle lui demanda alors ce qu'il regrettait. Si il aimait sa vie d'avant. Sa réponse lui serra le cœur et elle passa une main dans sa chevelure brune, rassurante, alors qu'elle devinait le tourment dans ses paroles.

- "Si l'on pouvait tout prévoir, cela se saurait. Tu as fait de ton mieux Arthur, mais tu n'es pas capable de voir l'avenir, personne ne le peut... Tu ne pouvais pas empêcher ce qui est arrivé... Tu ne pouvais pas prévoir cette révolte, tu ne pouvais pas la contrer. La vie est imprévisible et faite de risques et de coups durs. Néera l'a voulu ainsi et nous ne pouvons que nous y plier et tenter de parer les coups et d'en sortir grandi."

Ou de sombrer, comme elle le faisait elle-même... Pourquoi n'était-elle pas capable d'appliquer ses préceptes? Elle se mordit la lèvre, consciente d'être une hypocrite à cet instant même. Mais elle croyait sincèrement à ce qu'elle disait... pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1352
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Mer 7 Avr 2010 - 16:31

« Malheureusement, bien trop à mon goût, sans me vouloir vantard, trop même pour que je puisse les compter, si je m’y étais intéressé… Il est un mal d’avoir l’image d’un chevalier et un beau faciès à la Cour, surtout quand on est bien loin du libertin, désireux d’une quelconque relation qui finirait dans la masse des ragots qu’on raconte. »

Ainsi fut sa réponse à la première des questions, un sourire sur son visage, le ton amusé et détaché, prenant les choses avec humour, toujours distant des choses de l’amour à la Cour de Diantra… Ces femmes ne l’aimaient pas de toute manière, elles désiraient une image et une réputation à la fin… Elles voulaient se vanter auprès des autres d’avoir pu posséder le beau « chevalier », du moins, c’est cette certitude le plus souvent, presque systématiquement véritable qui avait amené à ce détachement… Distance qui en attirait par ailleurs davantage au fil des années… Maudite boucle vicieuse.
La seconde amenait à plusieurs réponses possibles… Car peut-être abordait-elle le sujet de l’amour, ou bien un cas plus général, et les deux offraient des réponses très différentes, et il jugea plus utile d’offrir à Roxane des mots assez clairs pour ce sujet.

« J’ai déjà approché des gens par envie, tout du moins, il y avait une certaine nécessité à l’origine, mais à leurs yeux, j’étais moi-même, non pas le masque et le rôle que j’offrais à la Cour… Ce sont mes gardes du corps, et plus particulièrement un dénommé Gaëtan, un colosse dont le cœur allait de pair avec la taille… Il n’y avait pas besoin de jouer sur l’apparence, lui, et ses compagnons ensuite, ne me jugeait pas, il n’aurait pas exploité la moindre faille, le moindre comportement fusse t-il déplacé aux yeux de la noblesse.
Mais si tu veux parler d’amour, et de femmes… Non, mais c’était autant par devoir que par principe. »


Puis, sa dernière réponse avait semble t-il atteint Roxane, plus qu’il n’aurait voulu, et sa réponse, si elle se voulait rassurante, convaincante ne saurait avoir un effet, finalement. Non… On n’est pas capable de prévoir l’avenir, c’est certain, mais il était chargé de surveiller la noblesse et il avait échoué, il aurait pu briser cette révolte dans l’œuf, faisant assassiner les barons et mettant un terme à cette volonté avant que le bain de sang n’ait lieu… Mais il avait échoué et aujourd’hui, il se devait de porter en son cœur le fardeau de cette culpabilité, et l’obligation de se racheter, quoiqu’on en dise.
Mais pourtant, il eut la présence d’esprit de s’oublier en cet instant, et de porter son attention sur le cas de Roxane, de son erreur qui couterait cher si d’aventures tout arrivait à termes…

« Roxane… Pourquoi refuses-tu tes propres mots dans ton cas... ? Tu l’as dis, la vie est imprévisible, faites d’évènements dont on ne saurait pouvoir aller contre, faite de hauts comme de bas mais finalement, il nous est donné à tous de pouvoir choisir d’agir face à ces remous, à ces eaux agitées et troublées, de pouvoir nous relever même du pire.
Tu me dis que nous ne pouvons prévoir ce qui peut apparaître comme la volonté de Néera, qu’on ne peut que s’y plier d’abord pour en sortir grandi… Alors pourquoi la fuite plutôt que d’y faire face ?
Comme moi, ton erreur était imprévisible, comme moi, tu ne pouvais prévoir l’avenir… J’en ignore la nature, mais l’histoire peut avoir différente forme, elle conte la même chose, et la leçon que tu voudrais me voir accepter, tu ne saurais pas la prendre pour toi, pourquoi ?
Pourquoi veux-tu choisir cette voie alors que tu souhaites pour moi un tout autre chemin ? Nous ne sommes pas différents, nos erreurs le sont, mais si je crois tes mots, les conséquences seront similaires… Alors pourquoi vouloir cette différence ? »


Il ne la blâmait pas, cherchait à comprendre, à faire passer son propre message à son attention. Sa voix était douce, et dans le fond, il espérait la voir changer d’avis, accepter d’affronter la suite, pourquoi pas avec son aide…
Revenir en haut Aller en bas
Roxane Amras
Humain
avatar

Nombre de messages : 712
Âge : 25
Date d'inscription : 16/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Dim 9 Mai 2010 - 15:51

- "Ça ne m'étonne pas, tu es bel homme Arthur."

Roxane restait fidèle à elle-même : sa franchise était parfois dérangeante et déroutante, même dangereuse pour elle. A croire qu'avoir fréquenté la Cour quelques semaines ne lui avait rien apprit. Mais c'était faux, cela lui avait apprit une chose : qu'elle détestait de toutes ses forces l'hypocrisie et que sa liberté était bien de dire les choses comme elle le voulait et non comme on aurait voulu qu'elle les profère. Ainsi avouait-elle le trouver beau. Ce qui n'était pas un scoop : grand, bien bâti, un visage aux traits harmonieux, de longs cheveux bruns soyeux et un regard émeraude à vous faire chavirer le cœur. Sans oublier la cicatrice qui ne parvenait même pas à l'enlaidir, juste à lui donner un petit côté dangereux et mystérieux, intriguant. D'ailleurs, comme pour faire écho à ses pensées, son index se porta sur le visage du chevalier, suivant le tracé de la fameuse cicatrice, l'air pensif. Elle cligna des paupières et se ressaisit, reprenant avec humour :

- "Pauvre messire, obligé de repousser les attentions des plus belles femmes du royaume..."

Ton gentiment moqueur, raillerie enfantine et complice. Il répondit à sa question délicate sans fard, ce qu'elle appréciait chez lui. Jamais il n'avait fait de mystères avec elle, jamais il n'avait prit de détours. Cela faisait du bien et elle aimait ce trait de caractère, trait de caractère qu'il avait du étouffer avec son rôle d'espion.

- "Par principe... Il est dommage que beaucoup d'hommes ne les aient pas."

Elle soupira. Cette conversation la bouleversait plus qu'elle ne l'aurait pensé possible. Tour à tour réconfortée ou horrifiée, elle ne savait plus ou elle en était. Elle voulait prolonger cet instant à jamais tout autant que de fuir et de le laisser vivre sa vie. Étranges paradoxes, terribles contradictions.

Et c'est là qu'il lui balança ses propres arguments en pleine face, sans prévenir. Ébranlée, la jeune fille resta muette de srprise devant ce plaidoyer pour qu'elle applique elle-même ses principes. Ses grands yeux améthystes se remplirent de nouveau de larmes, larmes qu'elle chassa rageusement en battant furieusement des paupières, agacée de se trouver si faible et si pleurnicharde.

- "Les choses sont différentes... J'ai tout perdu... Tout ce que je pensais acquis, tout ce qui m'a permis d'avancer, tout n'était qu'un leurre et le réveil a été brutal, trop brutal. J'ai mal Arthur, une douleur écho de la plaie béante qui saigne dans ma poitrine. J'ai toujours su me relever. Toujours. Mais cette fois, je n'en ai plus la force."

Sa voix s'était terminée en un murmure étouffée alors qu'elle détournait le regard. Par Néera, qu'elle était faible! Elle aurait du tourner les talons et s'enfuir, mettre son plan à exécution et en finir, au lieu de confier à demis mots au chevalier que la vie était devenue insupportable... Néera l'avait abandonnée, elle ne percevait plus aucun réconfort. Et son erreur avec Evan avait achevé de la conforter dans l'idée que sa disparition était la meilleure chose qui pouvait arriver désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1352
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Dim 9 Mai 2010 - 22:51

Toujours franche… Oh, bien des femmes lui avaient déjà dit ces mots, c’était certain, et il avait depuis bien longtemps renoncé à une idée contraire, jouait parfois même de ce charme dans sa tâche, mais il trouvait un autre sens à sa bouche. Autrefois plus d’un usage de flatterie pour tenter de le gagner, il voulait et pensait que ce n’était pas là le but, non… C’était une véritable franchise, sans hypocrisie, sans véritable arrière-pensée, sans que cela ne soit une pièce d’un plan.

Il ferma les yeux quand son index se porta sur la tracé de la cicatrice qui désormais marquait son visage… Il ignorait à quoi elle pensait, mais ne se sentait pas gêné qu’elle s’offre le loisir de ces quelques libertés, elle en avait le droit, oui, elle pouvait se le permettre sans jamais l’offenser.
Il eut un sourire à l’évocation de son « malheur » dans la vie de courtisan, contraint à repousser les femmes qui tentaient d’obtenir ses faveurs, et par amusement, et presque dans le souci de provoquer une réaction chez elle, il répondit simplement.

« Oh, si seulement s’eusse été les plus belles dames du royaume, peut-être n’aurais-je pas eu le désir de repousser tant leurs avances. »

En fait, si. Mais ne voyez pas là l’hypocrisie de l’homme qui prétend ne se soucier que de la beauté intérieure, non… Juste que les courtisanes, si certaines sont superbes, sont totalement imprégnées, pour la plupart, de repoussant masque de cachotterie et de malhonnêteté propre à la noblesse, et quand bien même certaines auraient pu être intéressante même intérieurement, ce voile gâchait absolument toute leur beauté.

Puis il y eut son argumentation, se basant sur celle de Roxane, il eut la réaction qui semblait évidente, regrettant en un sens ses mots, mais les trouvant tout de même nécessaire. Les choses n’étaient pas différentes… Elle voulait qu’elle le soit, afin de justifier ses actes, justifier en même temps son souhait de le voir reprendre sa vie en main. Il était étrange de la voir désireuse de défendre sa position désespérée, sans issue qu’un obscur projet… Mais il avait essayé, et son choix lui appartenait, et il lui appartenait, à lui, de le respecter… Mais il devait lui dire quelques mots avant cela.

Il la reprit dans ses bras, la gardant ton contre lui, sa tête contre son épaule, dans un réconfort certain, sans qu’il fut obligé, sans qu’il s’en sente forcé. Puis il y eut ces mots, prononcés dans un murmure tendre et doux, empli d’une franchise et d’une sincérité.

« Il n’est là aucune différence… Mais soit, je respecterais ton choix… Je veux que tu saches toutefois que tu n’es pas seule, et qu’il te reste tout de même une chose, oh, j’en conviens, sans grande valeur en comparaison de ce que tu as du perdre… Mais je serais là si un jour, tu choisis de faire marche arrière, je t’attendrais… Et tu pourras considérer ma demeure comme la tienne, ses portes te seront ouvertes et tu y seras la bienvenue si il vient un jour où tu chercherais un foyer. »
Revenir en haut Aller en bas
Roxane Amras
Humain
avatar

Nombre de messages : 712
Âge : 25
Date d'inscription : 16/03/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Religieux
MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   Lun 10 Mai 2010 - 15:54

- "Ah je vois, sous leur poudrage se cachent d'horribles créatures..."

Peut-être était-elle naïve d'associer richesse et luxe à la beauté. Mais elle se souvenait sans peine avoir été émerveillée par toutes ses dames aux robes virevoltantes et chatoyantes, avec leurs visages fins maquillés et leurs cheveux savamment tressés. Les jeunes filles étaient ravissantes, les femmes mûres fascinantes. Cela n'avait-il été que poudre aux yeux? Ou bien son imagination d'alors, celle d'une gamine naïve avait-elle tout sublimé?

Qu'importe après tout? Ces questions stupides ne servaient qu'à égarer son esprit loin du sujet principal : elle.

Mais Arthur ne la laissa pas se perdre ainsi et revint à la charge, se faisant doux et protecteur, profitant de voir une faille, une hésitation dans le comportement de sa compagne. Roxane étouffa un sanglot en entendant la proposition d'Arthur de l'acceuillir... de l'attendre. Trop, c'était trop pour son cœur en miette et sa foi ébranlée. C'était trop tard...

- "Arthur..."

Elle s'échappa de son étreinte, bien à regrets. Elle y était bien, mais c'était là illusion d'un bien être trompeur.

- "Merci, je n'oublierai pas."


Elle mentait... D'une certaine façon : parce qu'elle n'oublierait pas, mais bientôt, sa mémoire serait celle de Tari.

- "Je dois y aller, je ne t'ai que trop prit de ton temps. Bonne chance pour le tournoi. J'espère que ma faveur t'aidera à emporter la victoire."

Elle sourit à travers ses larmes, avant de se rapprocher de nouveau et d'effleurer les lèvres du chevalier du bout des lèvres, comme la caresse d'un papillon.

- "Que Néera veille sur toi Arthur de Melasinir."

Et, aussi éthérée qu'un ange, Roxane fit demi tour et fila hors de la tente, des larmes perlant encore à ses paupières.

C'était son adieu.

Son seul adieu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» BELLE TAPISSERIE
» Oscar et la dame Rose
» Notre Dame de Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Diantra :: Château :: Le Grand Tournoi Royal-
Sauter vers: