AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une si longue aventure... pour ceci ? [PV : Eulalie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dun Eyr
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2220
Âge : 24
Date d'inscription : 14/04/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  149
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Une si longue aventure... pour ceci ? [PV : Eulalie]   Sam 19 Juin 2010 - 16:36

Merval… Voilà que le voyage touchait à son terme.

Depuis de trop longues semaines, Dun Eyr avait arpenté les terres des Hommes sous le couvert de la Lune. Se faufilant dans les buissons, rampant sous les ronces, rien n’avait été épargné au Nain. Sa lourde cape de voyage baillait sur des accrocs béants, tandis que son élégante robe de Prêtre se trouvait réduite à un reliquat maculé, traversé de déchirures rougies. Son errance au Royaume de Boue avait rendu le Nain méconnaissable, et sa barbe pendait tristement sous deux yeux dévorés de curiosité.
Il était temps que tout cela prenne fin.
Bien sûr, Dun Eyr aurait pu pénétrer les plaines des Hommes sous la double bannière de Garmin le Couronné, escorté par douze hérauts en armure d’airain. Et quand bien même le Roi lui aurait refusé une garde d’honneur, un quelconque navire marchand aurait bien su débarquer le Haut-Prêtre et une poigné d’Adeptes de Lirgan sur les rives de Merval.
Toutefois, Dun Eyr avait préféré s’esquiver sous le couvert des chemins bruns, ramper entre les épines des broussailles. Mieux valait pour lui que son odyssée reste secrète…
Et puis, les Nains ont horreur de la mer.

Depuis la tombée du soir, le Haut-Prêtre bondissait sur ses courtes jambes, gravissant les crêtes de la Baronnie avec l’agilité des solides chèvres du septentrion. Le souffle court, il laissa sur sa droite la silhouette lointaine de quelques chaumières pour persévérer vers le Sud, tandis que filait la Lune dans le ciel étoilé.
L’estomac du Nain grognait de faim. Peu importait, Dun Eyr touchait au but.
Quelque part vers l’Est, entre deux trouées de branchages, le Nain entraperçut les fumées du fief de Merval dans la nuit. Le visage fermé, Dun Eyr s’enfonça plus avant dans la forêt aux formes cruelles.
Les Nains ont également horreur des forêts.

Les lèvres serrées, le Haut-Prêtre se força à songer à l’obscure lettre qu’il avait reçue. Se pouvait-il vraiment… ?
Voilà que les bois s’inclinaient en pente douce, et que s’assombrissaient encore plus les branches brunes. La Lune, au-dessus de sa tête grise, menaçait de disparaître entre les frondaisons avides, et les ténèbres plongeaient de toute part. Comme une ombre, le Nain fila plus avant dans le vallon aux arbres, et son esprit se trouvait tout occupé à la promesse de ses recherches.
Et si tout cela avait été vain ? Non, non. Dun Eyr se força à chasser ces sombres perspectives de son esprit. Il ne pouvait pas s’être aussi lourdement trompé…

D’entre la pénombre se dégageait la silhouette massive d’un vieux saule séculaire, aux racines plongeantes et larges comme des arcades de pierre. Ainsi érigé dans le silence du monde, comme une forteresse de basalte, ce très vieil arbre réconforta le cœur tourmenté du petit Nain. Cela lui rappelait les larges structures de Kirgan, et la belle roche du monde d’en-dessous, la fière patrie des Nains.
Alors qu’il s’approchait à pas rapides, Dun Eyr ne put retenir large sourire sur toute l’étendue de ses joues broussailleuses. Là, entre les ronces, sur le sol de terre noire, brillait une encoche de grès, à quelque dix pas de l’antique saule. Ainsi, le Haut-Prêtre avait raison…

S’agenouillant avec fébrilité, Dun Eyr promena ses mains avides sur le pourtour de l’artefact enfoui. Cela ressemblait à une lourde pierre, ciselée par les vents, et légèrement bombée sur le dessus. Etrange, les récits ne mentionnaient pas ceci. Peu importait, Elle devait être enchâssée au-dedans.
Elle était le rêve de tous les Nains, le grand œuvre de Baln Thork l’Hérétique. Au temps des Dieux, lorsque Girdon titubait encore sur le sol de cette terre, un Nain répondant au nom de Baln Thork, disait-on, avait dérobé le Tonneau Céleste du Dieu des Brasseurs, et avait puisé en son sein une grande lampée, faisant déborder sa chope ébréchée du Nectar de Girdon.
L’on raconte que Baln Thork, pour son affront aux Dieux, avait été condamné à quelque horrible tourment aux frontières du monde. Quant à la Chope-Qui-Ne-Désemplit-Jamais, sa légende se perdit au travers des mille histoires qui furent contées sur Elle. Mais voilà qu’elle ressurgissait d’entre les racines de la terre des Hommes, et voici qu’elle s’offrait aux doigts de Dun Eyr…
De ses mains tremblantes, le Nain se mit à dégager la terre par mottes, pour atteindre la base de la pierre. Celle-ci s’enfonçait profondément dans la terre, et ses contours laissaient augurer d’une vaste chope, profonde comme l’oubli, débordant de la plus douce des bières...

Soudain, alors même que la pierre commençait de se décoller de son humus brun, Dun Eyr dressa l’oreille. Un bruit étrange venait troubler le silence de la nuit, sous la Lune impassible de ce monde.
Et voilà que se redoublait le bruit, et qu’il s’intensifiait, redoublant comme le tonnerre. Des chevaux. Une cavalerie en maraude.
Se redressant d’un bond, le Nain s’empara de son arbalète runique, et s’effaça dans l’ombre d’un chêne au tronc distordu. L’instant d’après, Dun Eyr maudit sa bêtise : la pierre était restée en plein milieu du sol, offerte à tous les regards.
Sans frémir, le Haut-Prêtre raffermit son emprise sur l’arbalète. Un carreau enchanté luisait dans l’encoche.

Si jamais l’un de ces cavaliers faisait mine d’approcher sa pierre…
Revenir en haut Aller en bas
Eulalie Tranchepie
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 99
Âge : 33
Date d'inscription : 20/05/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une si longue aventure... pour ceci ? [PV : Eulalie]   Ven 6 Aoû 2010 - 19:44

Le capitaine de cavalerie Philosophaire Grasbourgeon, cheffaillonde la garde personnelle de la baronne, procédait justement à quelques manoeuvres non loin du bois que le sous-être métèque barbu avait illégalement occupé pour sa sinistre besogne. Posant son regard acéré sur le lieu ou était tapis le nain. Il leva un bras et à ce simple geste, les quelque douze galants biffins firent halte en tendant l'oreille.

"Soldats! Que fais donc ce roc balourd ainsi posé en un lieu desert?

L'interrogation était habile, pour sûr! Les tentatives de réponses furent oiseuses, si bien qu'il ne convient pas ici de les rapporter, elles nuiraient à la fluidité de ce récit sans y apporter les lumières du génie.

Toujours est il que mi-consterné par balourdes remarques de ses pairs, mi-intrigué par ce singulier objet, Philosophaire donna un coup d'éperon à son hongre afin de le poster non loin de l'artefact. Dégainant un espadon de forte envergure, il ordonna à ses suivants de suivre ses initiatives.


"Fouillez moi ces futaies" grogna-t-il en caressant ses favorites.

Les soudards, qui ne l'etaient pas (futés), commencèrent à taper au hasard dans les fourrés esperant transpercer le vilain qui osaient poser des pierres sur le sol. Il est bon de rappeler que les manoeuvres martiales étaient l'occasion pour les troupiers et autres grivetons de faire montre d'un bellicisme exacerbé à l'extrême qui faisait le bonheur des généraux.

Enfin, après seulement quelques instants de traque méticuleuse, l'un des cavaliers montra du doigt une forme trapue et visiblement armée qui semblait se montrer véhémente en armant quelque chose en direction de la troupe. La suite fut fort troublée.


"ROSSEZ LE VANDALE, ROSSEZ LE VANDALE!!!" pouvait on entendre au milieu des cris de fureur épouvantable que poussaient les reitres. Un carreau d'arbalète vint se ficher dans la gorge du premier qui tituba, et dépita, ne termina point son hurlement barbare, mais les 11 autres eurent tot fait de se saisir de l'immonde cloporte et de le maintenir au sol.
Déchaînés, ces poètes du carnages poussèrent d'amères gueulantes en voyant le cadavre de leur acolyte. Philosophaire en personne mugit, le cou tendu, maudissant les destinées les unes après les autres en une litanie desesperée.

Dun subit de sauvages taloches gantées de fer portées par un consciencieux soldat tandis qu'un autre lui mordait le visage en agitant ses bras tel un pantin désarticulé. Voyez celui ci qui deshabille la victime et tente de tirer son slip de façon à comprimer ses parties sensibles, n'ayant plus de limite, cet atroce bourreau poussa la folie jusqu'à déchirer le vêtement... Voyez cet autre qui urine sur le nain, et cet autre encore qui le rase au glaive. Si il essaye de gigoter, les tortionnaires redoublent de cruauté...

La clameur ne cessa pas avant deux heures de sévices, les clameurs barbares se turent alors et philosophaire s'assit auprès de son prisonnier. Il lui sourit et lui demanda :


"Mon bon! Que faisiez vous dans notre délicieux bois?"
d'un ton amical
Revenir en haut Aller en bas
 
Une si longue aventure... pour ceci ? [PV : Eulalie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Evasion de Gobelinville : une longue aventure
» Quel anime voudriez vous nous faire découvrir?
» Le début d'une longue aventure
» Allez hop, en route pour l'aventure ! ♪
» Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus | pv. Pearl

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Terres royales :: Principauté de Merval-
Sauter vers: