Partagez
 

 [bal]Que les masques tombent

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lucrèce d'Uberwald
Humain
avatar

Nombre de messages : 704
Âge : 34
Date d'inscription : 08/11/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  21
Niveau Magique : Non-Initié
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeMer 18 Aoû 2010 - 14:32

Nous sommes le Elenwënas de la dernière semaine du mois de Verimios. Ce soir s'ouvre les festivités tant attendu. Tout était prêt selon mes ordres. Les invités ou leur délégation étaient arrivés la veille. Tout ce petit monde revêtait habits de bal, parures et surtout masques car n'oublions pas que ce prime bal était masqué.
La grande salle de réception était le lieu dit où la danse serait à l'honneur. Les tables avaient été dégagées et disposées sur les côtés où de longues nappes d'un rouge éclatant les recouvraient. Sur ces tables, plateaux d'amuse-gueules, verres en cristal, carafe de vin, de ligueur attendaient patiemment. Bien entendu, on avait pas oublié quelques mignardises pour ces dames qui raffolaient plus du sucré que du salé.

Tous les cinq mètres, se tenaient un valet impeccablement vêtu de rouge et de blanc tenant un chandelier à trois branches sur lequel brillait des candelas. D'autres domestiques avec des plateaux d'argent passeraient à travers les convives pour leur proposer de quoi se restaurer ou se rafraîchir. Tout était orchestré au millimètre près. Tout le monde avait son poste et devait s'y tenir sinon gare. Car tous savaient dans le château que la baronne était de bien mauvaise humeur ces temps ci.
Les musiciens étaient installés sur une petite estrade qui surplombait que très légèrement la salle. On pouvait dénombrer près d'une trentaine de musiciens, si ce n'est plus. Une fausse note et cela en était fait de leur réputation et potentiellement de leur vie.

Tous les petits salons étaient ouverts à cette occasion. Des fleurs reposants dans d'immense vase de porcelaine agrémentaient les pièces déjà fortement cossues. Le grand salon attendait également les invités qui désiraient le temps d'un instant se reposer ou simplement discuter.
Toutes les portes fenêtres étaient grandes ouvertes et données sur l'immense terrasse avant de descendre dans les jardins où on avait disposé des chandeliers sur des piédestals afin que ceux qui le désirent puissent prendre l'air où compter fleurette à une demoiselle un peu trop ingénue.

Sous le couvert du masque tout était possible. Courtiser telle ou telle dame ou demoiselle sans savoir si celle ci fut mariée, fiancée ou encore pucelle. C'était la règle du jeu et il fallait s'y plier. L'anonymat d'un masque dégèle bien souvent les passions et les coeurs.
Néanmoins la garde veillait discrète. Leur ronde était régulière et certains hommes étaient habillés en gentils hommes se fondant dans la foule, c'était un ordre du baron. Le seul élément qui pouvait faire qu'on les reconnaisse était une petite broche représentant le Sirfon attachée près de la boutonnière.

Le Clair-Obscur était également présent lors de ces festivités, ils étaient là pour divertir les invités que ce soit par des scènettes, des démonstrations de jonglerie où encore d'autres tours qu'ils avaient dans leur manche. Leur présence était due aux échanges épistolaires entre la baronne et Dame Noémie.
La musique doucement se faisait entendre alors que la salle se remplissait peu à peu des grands de ce monde. Le Baron et la Baronne d'Ysari n'étaient pas encore présent mais la baronne mère dans sa tenue aussi sombre que son âme avait fait l'effort de porter un masque. Elle se tenait debout, un éventail en main aux côtés de l'intendant du château qui veillait au bon déroulement de la cérémonie.



[HJ= attention, le bal est déplacé, une semaine avant l'éclipse]
Revenir en haut Aller en bas
Arnhild Níðhöggr
Humain
Arnhild Níðhöggr

Nombre de messages : 378
Âge : 33
Date d'inscription : 06/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeMer 18 Aoû 2010 - 22:04

Le bal masqué d'Ysari .. un événement réunissant une grande partie de la haute noblesse du Royaume de Diantra. L'événement avait été préparée à la lettre, à la seconde près pour de nombreuses festivités célébrant la fin du cycle de Verimios.
Les invités entraient dans la salle de bal, tous vêtus de leurs plus beaux habits et ornements et surtout parés de leurs masques et autres loups de soirée.
L'événement de ce soir était placé sous le signe de l'anonymat et de la rencontre, chacun serait libéré de ses fonctions, de son rangs et de ses titres le temps d'une soirée et irait à la rencontre d'un ou d'une parfaite inconnue. Ainsi étaient faites les soirées mondaines où la noblesse oubliait pour un temps ses obligations et ses soucis pour se laisser aller à des occupations plus douces et libérées.

Chaque dame et damoiselle rivalisait de tenues les plus riches ou osées pour l'événement mais de nombreux regards étaient tournés vers une jeune femme qui patientait près d'une alcôve située près d'un balcon. Le moins que l'on pouvait dire était que la tenue de cette jeune femme était des plus osées. Une robe blanche et fine, montrant une part de ses atouts et de sa sublime silhouette, enserrait ce corps qui pouvait attirer plus d'un coeur. Un large décolleté ainsi que diverses ouvertures sur les hanches et le buste dévoilaient un corps gracile et très élégant mais également plein de vigueur. Les traits de l'inconnue étaient finement dessinés mais son regard était dissimulé sous un loup blanc ouvragé et orné de perles. Une sorte de grand voile transparent courait le long de sa nuque, descendant jusqu'aux bas des jambes en plus de lui envelopper le dos, et laissait paraitre une grande chevelure aux reflets marron qui n'était tenue par aucune barrette ou attache. D'autres voiles de même confection était disposés sur les bras, partant d'en dessous de l'épaule.
L'ensemble de la tenue rendait une impression de femme sauvage mais également insoumise en plus d'asseoir sa beauté. Aucun doute c'était là l'un des clous du spectacle pour les yeux parmi les surprises qu'avaient bien pu imaginer les Barons de Hetalia.

Mais la question de l'identité de la jeune femme était sans réponse alors que l'on ne se privait pas de la dévisager. Qui était cette personne ? Une artiste présente pour divertir ? Ou alors était ce une noble du Royaume ?
Les valets n'en savaient pas plus, pensant qu'il s'agissait d'une danseuse exotique convoquée exprès pour l'événement, vêtue pour représenter et incarner les charmes d'Arcanemel et le jeu amoureux. Après tout cette dame était arrivée après les autres invités et de manière plutôt discrète. Elle s'était présentée à quelques personnes comme une cousine éloignée de la Baronne Lucrèce revenant d'un long voyage mais faisait promettre de garder le secret, voulant faire une surprise de sa présence à la baronne mais ne donna pas de nom.
Les quelques nobles hommes l'ayant abordés respectèrent ses choix en espérant une danse voir un soupçon de courtisage plus tard en sa compagnie.
Pour le moment la belle inconnue restait dans l'attente, se mêlant à la foule des autres invités, attendant celle qu'elle recherchait pour se montrer à elle.



Dernière édition par Arnhild Níðhöggr le Ven 20 Aoû 2010 - 8:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Drystan
Ancien
Ancien
Drystan

Nombre de messages : 1694
Âge : 30
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 49 ans (42ème Jour de Barkios, An 967:X)
Niveau Magique : Apprenti.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeVen 20 Aoû 2010 - 6:54

Il est des libertés et des excentricités que permettent les masques, voiles à l’identité, cachant les traits et les corps le temps d’une soirée… Quelques heures durant, tandis qu’on danse, bavarde, courtise ou plaisante, l’on peut être qui l’on veut, ce que l’on veut et surtout, faire ceux des désirs inavouables et irréalisable une réalité, tout du moins dans les limites de la décence et de la pudeur en publique.
Ainsi, simple nobliaux sans terre et titre, sans véritable importance peut se hisser et paraître souverain. Le laid, repoussant la compagnie du beau sexe pourra charmer et courtiser par quelque langue habile, affutée à la pratique du verbe, son visage de porcelaine cachant les traits hideux, il ne demeurera que la beauté et la qualité de ses façons.
Mais curieusement, si il en est qui ne peuvent cacher quelques attributs physiques qui font leur renom, tel le Gras Seigneur, dit Porcin, d’Odelian, dont les courbes et les lignes ne sauraient tromper nul monde, il en est bien curieux qui rejettent l’idée même de se cacher, se faisait connaître et n’usant finalement d’aucun artifice pour se dissimuler…
Ceux là, crétins sans doute, ne comprenant ni ne croyant en les vertus et les dons des figures factices de porcelaine portent un masque transparent, ne cachant finalement rien… Pauvres, pauvres figures du mensonge, voiles déchirées dont on vola le sens de l’existence… Pleurent ceux qui n’ont plus vocation qu’à fondre dans la masse les vils coquins qui ont engendré ces malheureux.
Les regards peuvent se porter vers la sauvageonne, car voici l’une de celle qui ne sait respecter les rôles et les vies, fussent-elles imaginaire et éphémère, et dont le nom est déjà connu, circulant dans la salle… Elle sera occultée, oui… Car dans un monde où l’anonyme est roi, le connu est un miséreux, un mendiant sans mystère, dont la valeur est or, et celui dépourvu de voiles tombent, écrasées par les interrogations et les suppositions sur l’identité d’un tel, ou d’un tel.

Entre alors en piste, un bref instant avant de se séparer, ceux qui purent incarner l’ombre et la lumière, couple opposé aux contrastes frappant, accordant d’abord quelques avis de désaccord, d’une harmonie absente en tout point, et pourtant… Elle se tenait droite et fière, la belle rose cachée, dissimulée sous une robe magnifique, aux teintes rouge et or, royal, sublime… Superbe et délicat travail d’orfèvre par les meilleurs métiers à tisser du Langecin, mettant en avant les courbes et les formes, les charmes et chaque ligne du corps de la belle, sans la rendre vulgaire. Et le masque, d’un blanc bordé de ces mêmes couleurs imposaient des traits supérieurs, une expression digne, peut-être sévère, dont la coiffe était ornée de plumes aux couleurs semblables qui n’empêchait pas la longue chevelure au couleur du blé tomber en une cascade lisse dans son dos.

A ses côtés, le tableau était tout autre, anonyme et sombre, des teintes d’olives noires, un tissu de valeurs pourtant utilisé pour confectionner une tenue des plus simples, presque insultante pour les tenues riches et excentrique qui envahissaient la salle. Le masque était lisse et blanc, contraste flagrant avec le reste, sans expression aucune, sans pli et dénué de tout. Et l’anonyme fantôme, n’incarnant finalement rien que l’inconnu et le mystère, ne prenant d’autres rôles que celui-ci.

Ainsi s’avançaient fièrement la reine et son ombre avant de se séparer, circulant à travers les foules, prenant part aux discussions, à l’une puis à l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Noémie Amaranth
En attente de validation..
Noémie Amaranth

Nombre de messages : 141
Âge : 28
Date d'inscription : 24/09/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeVen 20 Aoû 2010 - 9:59

Encore une belle journée nuageuse ! Intérieurement, Noémie exultait. Enfin le soleil allait s’éclipser devant l’astre lunaire. Pour une femme dont la peau grillait sous les damnés rayons, rien de mieux qu’une belle éclipse pour se montrer au grand « jour », si l’expression était encore d’actualité. C’était un fait avéré, Noémie avait une peau extrêmement sensible. Les yeux fermés, drappée dans une robe dont les reflets gris semblaient s’éclaircir ou s’assombrir en fonction de la lumière, la maîtresse du Clair-Obscur se reposait tranquillement, à l’abri dans une alcôve du château d’Ysari.

Ysari…Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas mis personnellement les pieds sur cette terre. Le Clair-Obscur n’avait que peu de prises dans cette baronnie, se contentant de renforcer son empire sur Diantra et de disséminer des caravanes de comédiens et quelques menus comptoirs dans les baronnies alentours. A part la troupe des Estivaliers et une caravane d’Harmonistes du violon, sillonnant les frontières de la baronnie, les effectifs du Clair-Obscur se révélaient inexistants dans cette partie du monde.
Pourtant, ô sublime bonheur, la chance souriait enfin aux séides du Drâme. Un échange de lettres, des promesses de festivités et de foule en liesse avaient su toucher le cœur de Dame Lucrèce de Hetalia. Le Clair-Obscur allait désormais se produire chez les sang-bleus d’Ysari !

Une détonation magique fit sursauter la Dame. Noémie refit rapidement l’inventaire des forces présentes sur les lieux. Tout était minutieusement calculé depuis des semaines. Les convois de matériel et d’hommes s’étaient succédés à Ysari, annonçant l’arrivée prochaine des représentants de l’organisation sur les « lieux du crime ». Plusieurs troupes avaient été dépêchées pour l’occasion. Les Estivaliers, guilde de comédiens et de dramaturges ainsi que les Harmonistes du violon étaient de la partie. Ajoutons à cela le cortège des Luministes, magiciens spécialisés dans les jeux des ombres et des lumières, la troupe d’amuseurs de maître Siriglione, quelques costumiers du Fil Doré, des manutentionnaires pour assembler les structures temporaires, des peintres, des sculpteurs, des danseurs, … Pour couronner le tout, l’arrivée du Voile donnait un prétexte parfait pour l’utilisation de la magie à haute dose lors du bal costumé. Le jeu des semblants, les trompeuses apparences, les insidieux murmures derrières les tapisseries, les gloussements à peine voilés, … Tout devenait un outil que le Clair-Obscur allait utiliser pour renforcer l’ambiance des lieux et ajouter sa touche unique aux festivités.

Ses mains effleurèrent le coussin de velours sombre de la banquette sur laquelle elle se tenait. Une silhouette pénétra dans l’alcôve isolée. Les contours du masque d’Adroit se dessinèrent au travers des ombres, découpées par de subtils braseros magiques. Adroit était le superviseur officieux de tous les groupes employés par le Clair-Obscur. Homme d’âge moyen, aux traits accusant un manque de sommeil et au physique peu soigné, Adroit était un exemple de dévotion au travail. Il devait son nom à ses compétences dans la gestion des effectifs, à la distribution des tâches, et à son passé d’artiste des rues. Sa barbe d’une semaine trahissait son agitation de tous les instants. Surmené, mais toujours alerte, il ne devait sa survie qu’à la consommation régulière de stupéfiants pour le remettre sur les rails. Fort heureusement, il ne s’adonnait à ce genre de pratique que très rarement, uniquement pour supporter de grandes cérémonies.

Il ne prit même pas la peine de s’incliner, préférant réserver ses forces à des tâches plus importantes. Noémie ne s’offusqua pas de ce manque de respect. C’aurait été une pure idiotie de se formaliser de ce manquement au protocole des sangs-bleus. Noémie méprisait les nobles, les voyant plus comme des vaches laitières, des poules aux œufs d’or. Bientôt, Adroit fut rejoint par maître Nilfino, mage en charge des Luministes, un homme de grande taille au visage de marbre et à la musculature imposante. N’importe qui aurait pu le confondre avec un des gardes d’Ysari, s’il n’avait porté la robe des Luministes et l’insigne du Clair-Obscur. Sous son masque, il cachait une blessure qui lui avait mangé la moitié de l’oreille droite, souvenir du dernier duel de mages qui avait failli lui coûter la vie. D’un naturel calme et posé, maître Nilfino effectua un hochement de tête vers Dame Amaranth.

« Le sortilège est-il prêt, messire Nilfino ?

-Oui ma Dame, les Luministes attendent le signal de messire Adroit.

-Considérez que vous avez mon accord. Autant ne pas prendre de retard sur l’horaire.

-Bien messire Adroit. »

Le mage se retira aussitôt, replongeant dans la salle de bal. Ne restaient qu’Adroit et Noémie dans la petite alcôve.

« Tout se passe comme prévu ?

-Parfaitement, il n’y a aucun accroc au bon déroulement de la fête. J’ai personnellement vu nos maîtres de guildes.

-Vous pouvez aller vous reposer alors.

-Certainement ma Dame. »

Mensonge éhonté ! Adroit ne dormirait que quand la fête serait terminée. Noémie et lui le savaient parfaitement. Evoquer le repos n’était qu’une façon d’alimenter la conversation. L’homme partit, elle put fermer à nouveau les yeux. Ces fêtes l’épuisaient. Jouer la comédie devant tout ces impotents était d’un ennui mortel. Le calme des niches était revigorant, à condition d’y rester longtemps. Drapée dans les ombres fraîches, consciente que plus aucune oreille indiscrète n’écoutait, elle put superviser la deuxième réunion.

« Nos gens sont en place Carnavalier ? »

Une voix sortie du fond de la petite pièce lui répondit après un silence.

« Le Drâme est tissé. Mes mignons exercent déjà leur influence sur ses fils. »

Elle soupira d’aise. Le bal promettait d’être divertissant si l’Obscur s’en mêlait. Mais d’abord, du repos…

[Edit modération : Le bal se situe avant l'éclipse. Pas de référence au Voile, donc ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
Hanegard Kastelord

Nombre de messages : 2120
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 45 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeMar 24 Aoû 2010 - 10:23

Hanegard se passa une main sur le visage pour s’assurer que son masque tenait bien, vieux réflexe de militaire vérifiant sa visière, puis s’avança au milieu des convives, cap sur le buffet. Non parce que vous êtes gentils, mais la bouffe c’est important, et mieux valait aller s’en envoyer un peu dans le gosier avant que les sauterelles ne s’abattent dessus. Combien de temps les plats résisteraient-ils face à la ruée de goinfre tel le comte d’Odélian ? Surement assez peu, et le régent d’Alonna espérait qu’il y avait des réserves en cuisine.

S’étant calmé l’estomac avec des amuses gueules et un verre de vin, le régent se mit en quête de sa proie. Qui ca ? Mais voyons, Jena bien sur, sa douce et tendre épouse. Taquine et mutine, la jeune femme lui avait demandé à ce qu’ils entrent séparément, chacun ignorant le masque que porteraient l’autre. A eux ensuite de se retrouver au milieu de la foule, ce qui ne relevait pas de l’exploit impossible, la grossesse de Jena et la carrure d’Hanegard leur permettant de se différencier de la plupart des convives.

Il fallait admettre que c’était une sacrément bonne idée que ce bal, dame oui ! L’intimité autorisée par les masques déliait les langues, abattaient les convenances et permettaient à chacun d’être lui-même. Ici, pas de roi ou de noble, juste des invités, et le simple chevalier se retrouvait l’égal du roi. La beauté, le rang, tout cela cédait sa place au velouté du discours, à la suavité des manières… autrement dit, pas aux plus grandes qualités d’Hanegard.

Le régent avait choisi comme masque celui d’un démon grimaçant, lequel associé à sa vêture sombre bordée d’écarlate faisait de lui un traqueur, un chasseur, le personnage impitoyable à la recherche de sa victime sacrificielle. Enfin bon… victime sacrificielle… Jena était en général une victime bien consentante.

Bref…

Tout autour de lui, des couples d’un soir commençaient à se former, pour de simples galanteries, et peut être un peu plus pour certains. Les jardins du château étaient remplis de petits recoins un peu sombres ou un baiser pouvait se voler. Quand à ceux qui seraient plus entreprenants, des chambres étaient vides non loin, où sans nul doute des couples finiraient la nuit. Restait à espérer qu’aucun esclandre n’aillait éclater du fait d’un peu trop de légèreté.
Revenir en haut Aller en bas
Iseult Séraphin
Humain
Iseult Séraphin

Nombre de messages : 772
Âge : 34
Date d'inscription : 02/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 19
Niveau Magique : Non-Initié.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeMar 24 Aoû 2010 - 14:51

Nous étions arrivés la veille en Ysari dans ce pays dont je n'avais presque rien vu car je m'étais endormie. Viktor et moi même furent logés chacun dans une aile différente du château aussi, nous ne pourrions nous voir que durant la journée. Nane avait une chambre dans le quartier des domestiques mais elle avait pris le parti de rester avec moi quoiqu'il en soit afin de veiller sur moi la nuit et surtout pour être là au cas où...
Les malles avaient été toutes montées dans mes appartements. La nourrice avait commencé aussi tôt à sortir les robes pour qu'elles ne soient pas froissées. La nuit avait été longue, certainement plus pour elle que pour moi mais le lendemain, elle m'aida à faire ma toilette afin de me rafraichir un peu.

La matinée était passée lentement comme si le temps jamais ne voulais s'écouler. Je m'étais promenée dans les jardins, croisant divers seigneurs et dames, me fendant en révérence à chaque rencontre furtive. Je fus soulagée de ne pas le voir. Mon esprit pourrait donc avoir quelques répits pendant ces trois jours.
L'après midi, je n'étais sortie de mes appartements. Tout d'abord, épuisée je m'étais assoupie sur le divan alors que Nane commençait à préparer tout ce qu'elle aurait besoin pour ce soir afin de me transformer. N'ayant rien mangé du repas de midi lors du banquet organisé dans les jardins, Nane prit l'initiative de descendre aux cuisine pour demander un peu de nourriture pour sa maitresse. Camille, la domestique de la baronne était là à cet instant précis aussi, elle donna l'autorisation au marmiton que l'on prépare quelque chose pour la demoiselle car Dame Lucrèce ne serait pas ravie de savoir que l'on refusait une demande de ce style pour une demoiselle qui visiblement devait être épuisée parle voyage de la veille. Nane remercia Camille au nom de sa protégée et de la maison de Missède.

Remontant avec un plateau sur lequel un potage, un peu de pain et quelques fruits trônaient, Nane m'obligea pour ainsi dire à manger car elle avait remarqué que lentement je maigrissais. Une fois le repas frugal avalé, la nourrice me déshabilla et m'enfila une nouvelle chemise après m'avoir rafraichie un peu. Elle allait commencer tout ce long processus d'embellissement qui ferait sans doute de moi, une rose parmi toute ces fleurs.
On commença par la coiffure. Anglaises, tresses et chignon le tout en harmonie. Elle y piqua dans ma chevelure des papillons d'or et d'autres de feu. Le maquillage à présent. Elle me poudra rendant mon teint un peu blanc, une couleur plus douce et mon blafarde. Elle accentua mes yeux avec du noir et du rouge. Elle me parfuma d'une de ces parfums à l'odeur si capiteuse que cela m'étourdit un peu. Puis dernière touche avant de m'habiller, elle colora mes lèvres de rouge à la teinte dorée, du cuivre si on puisse dire cela.

Tout d'abords, Nane m'enfila mes bas d'une grande finesse et d'un bleu nuit qu'elle noua avec les rubans blanc. Le corps baleiné vint alors à être enfilé. Nane ne commit pas la même erreur que la première fois au moment du laçage. Elle me demanda à diverses reprises si ce n'était pas trop serré. Vint ensuite le jupon ornée de fines dentelles. Cela en était fini pour les sous vêtements mais il restait la robe encore.
Le corsage de la robe était décolleté et lacé dans le dos, les manches étaient courtes mais garnies de dentelles. Le haut de la jupe est cousu au corsage et retroussé légèrement sur les côtés laissant voir les dentelles du jupons d'en dessous. La robe est dans les teintes sang et or, agrémentée de broderies, de perles, et autres pierreries. Ouf cela était fini pensais je mais point du tout...

Nane prit mes mains et m'enfila des mitaines de dentelles assorties à la robe. Elle prit alors dans un coffret trois longs rubans qu'elle regarda avec attention. Elle choisit celui ferait le plus ressortir ma gorge, celui d'un bleu nuit dont on retrouvait avec parcimonie cette teinte sur ma robe. Elle n'oublia pas de glisser le papillon d'or, cadeau de Viktor avant de nouer les pans restant en un flot dans le creux de ma nuque.
Je pensais être prête mais non, Nane n'avait pas encore fini avec moi. Sortant un masque spécialement confectionné pour l'occasion, elle me le noua. Elle avait donc prévue la robe en fonction du masque. Quelle délicate attention. Tout était en harmonie la plus parfaite. J'allais sortir de la chambre quand elle me rattrapa avec les souliers en mains. Avec tout cela, j'en avais oublié que je ne portais pas de chaussures. Elle se baissa et les enfila à mes pieds fins. Elle me tendit alors un éventail bleu nuit et me souhaita bonne chance.

Je quittai enfin cette salle de torture car pour une femme cela pouvait s'apparenter à de la torture. Descendant doucement les escaliers du premier étage, je me demandais comment je ferai pour retrouver Viktor dans toute cette foule. Les deux majordomes ouvrirent les lourdes portes de la salle de bal pour me laisser passer. De nombreux regards se portèrent sur moi. J'étais effrayée mais il fallait que je le fasse pour le baron. Ce serait un affront si sa cavalière n'était présente.
Prenant une profonde respiration, je fis un pas en avant et m'avançai dans la cage aux lions. J'espérai trouver un coin paisible ou prendre place et observer sous le couvert du calme et de la discrétion, je ne voulais pas être remarquée mais Nane avait tellement fait son travail que je ne passais pas inaperçue. Ce soir j'étais une beauté éclatante parmi toutes ces femmes des plus hautes lignée du pays humain.

Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
Jena Kastelord

Nombre de messages : 958
Âge : 31
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeMar 24 Aoû 2010 - 15:21

Le Bal ! La soirée qu’elle attendait tant depuis des semaines était enfin arrivée ! Son époux était un peu moins emballé qu’elle à l’idée de danser et de discuter avec les nobles de toutes les contrées humaines, mais il lui avait promis de faire un effort. Depuis le début de l’après midi, comme toutes les Dames présentent, Jena se préparait. D’abord les cheveux, puis le maquillage, et enfin la robe ! Et quelle robe. Clarys avait vraiment un travail merveilleux. La robe était bleue nuit, brodée de fil argenté. Elle était serrée juste au dessous de sa poitrine et le fin tissu tombé jusqu’à ses pieds, faisant ressortir son ventre maintenant bien arrondi. Les longues manches en voile étaient d’un bleu plus clair, elles recouvraient le haut de ses épaules jusqu’à la moitié de ses bras avant de se fendre et de descendre jusqu’au sol.
Pour l’occasion elle avait relevé ses cheveux en un chignon compliqué, dans lequel Clarys avait inséré un fin collier de perle blanche. Et enfin, pour compléter sa tenue, Jena portait un masque en velours de la même couleur que sa robe.

Enfin prête la jeune femme se leva et se dirigea vers la porte suivit par Clarys. La jeune femme étant devenue sa demoiselle de compagnie, elle avait pour mission de veiller sur sa maitresse. D’autant plus que sa santé était fragile. Le médecin avait même ordonné à Clarys de faire tout son possible pour forcer Jena a rester assise. Ce qui lui serait parfaitement impossible, elle en avait parfaitement conscience.
Il aurait pu paraître étrange de voir la jeune femme sortir et traverser les couloirs du palais qu’avec sa demoiselle de compagnie, et encore plus étonnant de la voir franchir les portes de la salle de bal toujours avec cette même demoiselle de compagnie, surtout lorsqu’il s’agissait d’une jeune femme mariée. On aurait pu s’attendre à la voir au bras de son époux….et bien non ! Jena avait demandé à son mari de ne pas l’attendre afin qu’il s’amuse à se retrouver durant le bal ! Elle ne savait pas ce que portait Hanegard mais elle était persuadée qu’elle le reconnaitrait au premier coup d’œil ! Mais si ! Avez-vous déjà croisé Hanegard Kastelord ? Et bien il est difficile de ne pas le reconnaitre même élégamment vêtu et avec un masque sur le visage !

Cependant lorsqu’elle fut devant la porte de la grande salle de bal, son regard se posa sur une toute autre personne que son époux. A côté d’elle, l’un des invités observaient les gens dans la salle.
Il lui fallut un seul coup d’œil pour le reconnaitre malgré son masque. Elle avait été assise à côté de lui lors du banquet pour le mariage du Comte d’Odelian. Elle avait beaucoup apprécié sa compagnie, c’est pourquoi elle se décida à aller le saluer. Son époux attendrait un peu, après tout elle était sure qu’il s’était déjà jeté sur le buffet.


- Bonsoir Monseigneur. Je suis heureuse de vous revoir !


S’inclinant légèrement devant lui –autant que son ventre le lui permettait à vrai dire- Jena se releva et adressa un grand sourire au baron.
Revenir en haut Aller en bas
Lucrèce d'Uberwald
Humain
avatar

Nombre de messages : 704
Âge : 34
Date d'inscription : 08/11/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  21
Niveau Magique : Non-Initié
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeMar 24 Aoû 2010 - 16:07

J'étais enfermée dans ces appartements depuis bien trop longtemps et pour une cause aussi futile que ma grossesse. Je n'étais pas d'humeur à rester cloitrée tel un oiseau dans sa jolie cage dorée. Non il était hors de question. J'étais restée à me reposer durant de longues semaines aussi ce soir et les soirs suivant, je ferai honneur de ma présence à ce bal qui m'avait tant tenu à coeur.
Mon caractère et mes humeurs étaient changeantes et Camille m'espionnait pour le compte de mon époux mais cela je l'ignorai et heureusement pour elle... Elle lui avait rapporté que je n'écoutais plus la boite à musique qu'il m'avait offerte et qu'elle était rangée dans un coffret avec le pendentif que je portais généralement. Il y avait une chose étrange dans mon comportement mais on ignorait ce que c'était. Les affres de la grossesse sans doute.

La musique se faisait déjà entendre. Le bal avait débuté alors que j'étais à demi prête. Cela me fit entrer en une rage noire. Les servantes qui s'occupaient de moi avait à peine fini de me coiffer et de me maquiller. Mais que faisait Camille ? Cette petite sotte n'était pas là alors que j'avais besoin d'elle.
Bon au moins la robe que j'avais commandée au tailleur était splendide. D'un rouge éclatant et d'un noir sombre, le masque était somptueux également. J'attendais avec impatience de voir les autres robes qu'il avait confectionnées à ma demande.

J'étais tellement agacées par le comportement de ces petites cruches que je pris moi même les devants. Enfilant ma chemise puis les bas d'un noir bordé de ruban rouge, je pris le corsé qui était incrusté de nombreuses pierres précieuses et semi précieuses posé sur le lit et le passa moi même. Bien entendu ce fut à elle de le nouer. Je fis pareil pour la jupe finement brodée qui passa sur le jupon et lançant un regard vers ces petites idiotes, je leur dis.


Vous comptez rêvasser ou m'aider!

Elles s'exécutèrent mais hésitèrent à serrer le corsage sachant que j'étais enceinte.

Plus serré ! Encore!

Les demoiselles hésitaient à cause de ma grossesse mais mon ventre étant à peine arrondi car cela ne faisait qu'à peine un mois que j'étais enceinte ( 3 mois IRL ). Elle s'exécutèrent sans un mot. L'une d'elle à genoux devant moi, avec fils et aiguille cousu le haut de la jupe au corset. Voilà qui était fait. La troisième apporta ce qui fait sait la pièce maitresse de la tenue. Enfilant les manches, la longue traine en watteau descendait dans mon dos. Chacune d'un côté, coursèrent les rebords au bustier.
Le masque enfin paré de plumes et de pierres et me voilà prête. Tout comme ce collier au ras le cou de plume et d'or avec des saphirs d'un bleu très clair. Avançant lentement car je me sentais oppressée par ce corset serré mais c'était mon choix aussi, je fis comme si de rien n'était. Un éventail de plumes alternant rouge et noire, je quittais mes appartements. Les demoiselles me suivirent mais le regard que je leur lançai avant que les portes ne s'ouvrent les firent se retirer.

Entrant dans la grande salle de bal, les regards se tournèrent sur moi comme sur chaque convive qui entrait en se demandant qui pouvait ce dissimuler sous ce loup. La soif se fit sentir, je m'avançai alors vers les tables sur le côté et me fit servir un de ces verres de vin à la robe si sombre et au parfum si capiteux en bouche. M'avançant au milieu de la foule, je cherchais un galant qui aurait le courage de m'inviter. Je ne cherchais pas mon époux, il m'importait guère à cet instant précis. Ce que je voulais c'était danser et m'amuser comme la jeune fille de seize ans que j'étais.
Revenir en haut Aller en bas
Hans
Ancien
Ancien
Hans

Nombre de messages : 1666
Âge : 28
Date d'inscription : 19/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 44 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeMar 24 Aoû 2010 - 23:11

Un pas de deux cent livres ébranla le plancher. L'homme qui entra avait plus de six pieds de haut, les cuisses comme des troncs d'arbres, et les poings comme des masses d'armes. Ses bottes, au cuir rouge cordouan, étaient encore empreintes de quelques traces de boues, reliquat de la journée. Le manteau qu'il confia à un laquais aurait suffit à couvrir un lit. De l'assemblée, il dominait au moins d'une tête, et il n'aurait suffit que d'une dague à son côté pour que l'on eut cru qu'il fut parti en guerre. À son côté le faste du bal semblait faible, friable, fragile.

Alors qu'on l'imaginait plus sa large gueule aux prises avec les tire-laine, ce géant apparaissait au sein des frivolités, suivit de sa coterie. Rodomonts, hâbleurs, ils échangeaient sans gêne les paroles des vieilles connaissances, et juraient allègrement, au milieu de leur jargon militaire. Il était effarant de voir si joyeuse compagnie tour à tour s'affubler de pédéraste et de sodomite. De la vingtaine de preux entrés, ils n'en resta plus ; tous vinrent renarder au milieu des convives, comme en avait l'habitude cette meute Arétriane. Anseric s'était naturellement dirigé vers le banquet ; pour cet homme qui nécessitait plus d'air que les autres, la nourriture était aussi requise.

Cet appétit matériel assouvi, le géant s'adonna à en combler un autre ; il était vorace de femmes. Au delà de cette volonté de les posséder la nuit, pensée qu'il admettait allègrement, Anseric était de ces hommes qui se complaisent auprès des femmes. Il était de cette race qui souhaitait que l'on loue sa grandeur, et que l'on appréciât sa force. Matamore, l'Alcide se complaisait dans sa musculeuse complexion, et de la comparaison qu'il en faisait aux côtés de la gent féminine. Souvent Huttin, parfois bellâtre, c'était pour cet homme autant un défi qu'un jeu, que de s'octroyer les faveurs des dames. Et c'était récompense que de s'octroyer l'ouverture de leurs cuisses.

Aussi s'employait il, avec sa galante bonhommie, à trouver damoiselle. Il faisait sursauter, glousser, puis rougir ; avec son apparente rudesse, sa franchise que l'on croyait innocente, il gagnait cavalière. Tour à tour, il adressait galanteries, douces attentions, et promesses. Puis il menait la danse, dont il connaissait les arcanes, faisait connaître aux dames l'étreinte d'un homme, et prenait congé. Il ravissait les belles, et se satisfaisait lui-même. Tous seraient heureux ; les dames penseraient, dans leur couche, à cet exemple même du mâle, dont elles pourraient dire ensuite qu'il était venu spontanément vers elle, et ces belles en seraient toutes enorgueillies. Anseric, garderait la tête fière, lorsque ses preux étaleraient eux aussi leurs conquêtes.




Dernière édition par Anseric de la Rochepont le Mer 25 Aoû 2010 - 0:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Iseult Séraphin
Humain
Iseult Séraphin

Nombre de messages : 772
Âge : 34
Date d'inscription : 02/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 19
Niveau Magique : Non-Initié.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeMar 24 Aoû 2010 - 23:43

J'étais assise surun divan à observer spectatrice muette ce doux spectacle qui s'offrait à ma vue. Je n'avais toujours spas vu Viktor. Je demeurai seule. Les éclats de rires et les bavardages allaient bon train mais pour le moment,j'étais assise bien gentiment à observer la scène.
Un homme masqué d'une taille imposante tant par sa carrure que sa hauteur se présenta à moi. Il s'inclina alors devant moi en me tendant une main. Une invitation à danser. La première. Je ne pouvais refuser car ce serait faire offense à ce seigneur.

Tendant alors ma main en direction de cet homme, il déposa un baiser sur le revers de ma main comme le voulait la bienséance. Sans un mot, je me levai alors et le suivit sur la piste de danse. On aurait dit un couple très mal assortit car mon cavalier était immense et moi si petite et fragile entre ses bras. Cela ne manqua pas de faire sourire quelques spectateurs se demandant qui était la demoiselle.
Nous dansions, mon pas était léger. Je dois avouer que mon cavalier n'était pas mauvais danseur non plus. Il me fit compliment sur ma toilette et la légèreté de mon pied. Pensant à une remerciement de ma part, seul un doux battement de cils à travers mon masque se fit perceptible quand je levai les yeux pour le regarder.

La musique finit nous laissant sur ce goût presque amer d'une dans e bien trop courte qui pourtant avait duré plus de cinq minutes. Je me fendis alors en une gracieuse révérence pour remercier mon cavalier inconnu, attendant un geste de sa part pour me relever. Aucun doute que mes manière ne pouvait être celle que d'une demoiselle de noble naissance. Nous nous quittâmes alors ainsi. J'ignorai son identité, il ignorait la mienne. La seule inconnue dans cette histoire était le son de ma voix qu'il n'avait à aucun moment entendu.
Suite à cela j'avais un peu chaud et je désirai me désaltérer. Me rendant vers le comptoir où les boissons coulaient à flot, je pris une verre d'hypocrass, vin rouge aux épices et au miel qui me monterait moins vite à la tête que ce vin de hauteval dont m'avait enivrée un galant il y a peu. Maladresse sans doute mais en me retournant je me heurta à un seigneur tout aussi masqué déversant une partie de ma coupe sur sa veste. J'étais confuse et me fendis une nouvelle fois en révérence pour m'excuser de ce désagrément.

Revenir en haut Aller en bas
Viktor de Missède
Humain
Viktor de Missède

Nombre de messages : 466
Âge : 28
Date d'inscription : 02/06/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeMer 25 Aoû 2010 - 0:24

Viktor et Agniezka étaient arrivé la veille.

Bien évidement, ils n'avaient pas put se croiser et le baron n'avait pas la moindre idée de se à quoi pourrait bien ressembler la robe de sa jeune promise. Elle serait certainement tout à fait magnifique. Mais dans tout les cas, la repérer ne serait certainement pas bien long. Déjà parce qu'il n'y aurait pas un grand nombre de demoiselles qui porterait des rubans autour du coup pour le cacher intégralement. En plus de cela, Viktor ne doutait guère qu'elle allait porter la broche en forme de papillon qu'il lui avait offert. De tout ses bijoux, c'était sans doute celui qu'elle aimait le plus et n'allait pas s'en séparer comme cela. Et cela, Nane devait pertinemment le savoir.

Enfin bref.

Pour sa part, le jeune baron avait abandonné les tenues sombres aux galons d'argent qu'il arborait le plus souvent. Pour une vêtement aux couleurs bien plus claires. On s'approchait plus des tons jaunes. Viktor avait haussé maussadement les épaules lorsqu'il avait appreçut son reflet dans le miroir une fois sa tenue de bal enfilée. Il fallait dire que les habitudes vestimentaires du baron étaient héritée de la longue période ou il avait servit en tant que chevalier. Il ne prenait donc pas un soin particulier à sa tenue (sauf pour certaines occasions) au grand dam des couturiers du palais de Missède.

Quant au masque, il ne dissimulait en fait pas grand chose de son visage. Un masque simple et assortit à sa tenue. Viktor avait catégoriquement refusé qu'on y ajoute des perles ou des plumes. Non mais. Quitte à se déguiser, il n'y avait pas non plus de raison à être totalement ridicule.

Enfin bref. Notre bon baron était descendu dans la salle de bal et se mêlait à la foule, cherchant du regard sa douce promise il fini par l'apercevoir au moment ou un homme d'une grande taille l'invitait à danser.

Magnifique. À n'en pas douter. Nane avait encore fait merveille.

Et comme Viktor l'avait imaginé, Agniezka portait bien la broche en forme de papillon.

Viktor allait se diriger vers elle lorsqu'une jeune femme se tenant juste à côté de lui l'interpela.


- Bonsoir Monseigneur. Je suis heureuse de vous revoir !

Elle s'inclina légèrement devant lui, aussi gratieusement que son ventre arrondis par une grossesse qu'on devinait déjà bien avancée. S'étant relevé, la jeune femme adressa un magnifique sourire à Viktor.

Soudain, le baron se sentit tout à fait idiot. Qui était cette jeune femme? Elle paraissait l'avoir reconnu d'un simple coup d'œil, mais lui était tout simplement inccapable de la reconnaître. Qui cela pouvait-il bien être?

Pas Ysera, pas non plus Eulalie de Merval, réfléchissons, réfléchissons...

Au bout de quelques secondes qui parrurent interminable à Viktor et pendant lesquels il se retrouva planté comme un piquet sans vraiment savoir quoi faire, une révélation lumineuse lui traversa l'esprit.


« Dame Jena Kastelhord, dit-il tout bas pour qu'on entende pas afin de ne pas briser la magie du masque. Je suis également heureux de vous revoir. »

Viktor s'inclina à son tour devant la jeune femme avant de lui proposer galamment son bras.

Il observa un instant le ventre arrondit de la jeune femme.


« Félicitation à vous, vous et votre époux devez être au comble du bonheur. »

D'un coup d'œil, il vérifia que tout allait bien pour Agniezka. Mais elle semblait beaucoup s'amuser avec son cavalier. Il n'y avait donc pas de soucis à se faire pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Drystan
Ancien
Ancien
Drystan

Nombre de messages : 1694
Âge : 30
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 49 ans (42ème Jour de Barkios, An 967:X)
Niveau Magique : Apprenti.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeMer 25 Aoû 2010 - 7:32

L’anonyme circule parmi les convives, partageant quelques mots, quelques traits d’esprits, tantôt plaisants, tantôt aiguisés aux uns et aux autres, tandis qu’il s’invite dans les discussions qui se font lorsque déjà des groupes se forment, sous couvert de la meilleure des protections, usant même de quelques tons variés dont l’accent ne saurait appartenir à aucun pays et à tous à la fois. Il est là, s’attirant les foudres de certains, en faisant rire d’autres comme le ferait le fou d’une cour… Mais n’en est-il pas un, après tout ?

Bientôt, de ses pas légers et souples, dont on aurait dit qu’il dansait à chaque instant, il parvint devant l’une des plus audacieuses de la soirée qui déjà s’était offert les faveurs et quelques invitations de nobliaux qui s’étaient égarés dans des courbes à peine dissimulés, attirés par cette curiosité à l’allure sauvage… Etait-ce le cas du fou de la reine ? Peut-être bien… Qui pourrait le savoir ?

Ainsi, aussi discrètement qu’il s’immisçait dans les conversations, il s’approcha de la sauvageonne, non sans ignorer les regards des quelques prétendants qui sans nul doute espéraient partager cette nuit avec cette jeune femme et invoquer quelques épousailles afin de la faire leurs, mais il n’en tint pas compte… Qui pouvait craindre la concurrence de celui qui se faisait idiot et jouait au bouffon, si bien que certains crurent qu’il fut de la troupe d’artistes venus pour l’occasion…

« Il est de biens curieuses créatures évoluant dans cette jungle dansante aux feuillages bouffant, l’on trouve même des sauvageonnes. »

Dit-il simplement, constatant, tout du moins, exprimant ce qu’il avait déjà observé depuis le tout début, quand son regard s’était posé sur elle, quand l’heure était à prendre ses repères.
Et, s’inclinant avec exagération, lui tendant une main, bouffonnerie supplémentaire avant d’ajouter à son adresse, prenant toutefois la peine de le dire assez fort pour que les nobliaux autour entendent.

« Allez-vous demeurer là, à compter les nobliaux sans originalité et vide du moindre bon goût, bavant sur leurs tuniques de vous voir aussi découverte qui s’amasseront sans oser ou accepterez-vous une danse avec l’anonyme fou audacieux ? »

Façon comme une autre d’inviter à la danse, sous le grommèlement des quelques offensés.
Revenir en haut Aller en bas
Arnhild Níðhöggr
Humain
Arnhild Níðhöggr

Nombre de messages : 378
Âge : 33
Date d'inscription : 06/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeMer 25 Aoû 2010 - 9:22

Arnhild espérait apercevoir Lucrèce parmi la foule des invités masqués mais, pour le moment, ses recherches étaient restées vaines. La Baronne d'Ysari était certainement parmi l'audience mais l'anonymat des masques ne pouvait aider à repérer une personne de manière précise. C'est pourquoi elle espérait trouver un détail qui lui confirmerait la personne qu'elle recherchait, elle avait assez connue Lucrèce afin de pouvoir connaître certains signes distinctifs.
Mais, l'anonymat des masques lui permettait en retour de se glisser parmi la noblesse de Diantra sans être nullement inquiétée.
La simple mercenaire qu'elle était se voyait entourée de regards d'hommes masqués, certains n'osant s'approcher, d'autres amorçant parfois maladroitement une discussion afin de percer le secret du masque mais repartant bredouilles. Mais Arnhild voyait bien que leurs intérêts étaient plutôt son corps plutôt que de faire bonne figure au bal. Il était vrai que la Nisétienne avait fait fort en choisissant une robe très osée et qui pouvait susciter bien des envies. Mais, ce choix avait été dicté par la simple personne qu'elle était. En effet Arnhild n'était aucunement une noble et encore moins une habituée des bals et soirées mondaines, tout juste connaissait elle des danses afin de donner le change. Mais, la mode de son clan était de montrer ses formes et d'oser lors des grandes occasions, elle avait donc recherchée une robe qui convenait à son style, parfois un contrat de mercenaire s'obtenait plus facilement en aguichant l'oeil plutôt que le porte-monnaie.

Les danses allaient bientôt commencer et la mercenaire s'aperçut d'une chose : elle ne possédait pas de cavalier. Cela était embêtant car, si Lucrèce se retrouvait dans l'une des danses elle ne pourrait l'approcher. Il fallait donc trouver quelqu'un qui accepta de danser avec elle. Au travers de son masque, son regard se reporta sur les nobliaux envieux qui n'avaient pas arrêtés de la dévisager. Avaient ils la moindre idée qu'ils fantasmaient sur une parfaite étrangère n'appartenant même pas au Royaume de Diantra ?
Mais aucun d'entre eux n'avait le courage de l'approcher désormais, ils préféraient qu'elle fasse le premier pas suite à quelques échecs de la part de quelques audacieux maladroits.
Plongée dans ses réflexions, elle vit venir à lui un autre noble. Qui était il et d'où venait il ? c'était un parfait inconnu pour Arnhild et la réciproque devait être vraie. Mais le noble lui apporta ce qu'elle cherchait : une invitation à danser. La demande était un peu inhabituelle, le noble s'inclinant en forçant un peu trop et de manière volontaire sur le geste. Des expressions de mécontentement se virent dans l'attitude des prétendants à Arnhild, ils venaient de se faire couper l'herbe sur le pied.
La sauvageonne gratifia d'un sourire la demande du noble, représentant des Melasinir (bien qu'elle ne pouvait connaître son identité).
Elle posa la main dans celle tendue du noble, acceptant son invitation dans des paroles douces.


Il est des personnes très intéressantes en effet. Je ne compte point rester inerte dans cette jungle dansante comme le soulignent vos paroles. La sauvageonne que je suis est ravie de vous accorder une danse messire.
Revenir en haut Aller en bas
Drystan
Ancien
Ancien
Drystan

Nombre de messages : 1694
Âge : 30
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 49 ans (42ème Jour de Barkios, An 967:X)
Niveau Magique : Apprenti.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeMer 25 Aoû 2010 - 13:02

Comment ? Non, il devait se tromper, cela ne se peut ! Sacrilège !

Il y avait là, dans cette douce réponse une insulte, une offense ! Ou bien était-ce une erreur. Oui, peut-être était-elle sourde, ou malentendante, se devait être ça, il fallait que ce soit ça ! Un tel défaut après tout n’apparait pas dans les lignes et les courbes, et les prétendants baveux ne sauraient voir cette infirmité de là où ils étaient sinon, peut-être en serait-il autrement.
Mais le fou est plein de malice et en cette soirée masquée, ne craint pas le poids de ses mots, aussi, il décide de reprendre parole avant que les premiers pas soient fait, afin que vérité soit rétablie, car le mensonge gronde.

« Ma dame Sauvageonne, j’ai dis curieuse, non intéressante, encore moins très intéressante, il avait appuyé le très, exagérément. Encore qu’il est possible de trouver des personnes intéressantes et curieuses, mais l’on trouve également des curiosités à mourir d’ennui… »

Il n’était là fait aucun reproche lourdement affirmé, qu’une correction des plus essentielles, mais avant qu’elle ne prenne la mouche et s’en retourne, vexé, il reprit la parole afin cette fois de la rassurer.

« Mais n’y voyez pas là d’offense, car intéressante vous êtes sûrement, du moins, je l’espère. »

Sur ce, il se releva pleinement, se saisissant avec douceur de la main de sa première partenaire du soir et l’entraina guilleret, quoiqu’elle pu comprendre qu’il y avait feinte, tout au moins partielle dans ses manières tandis qu’il porta un regard aux prétendants dont il imagina un instant les larmes coulées.

Sur la piste, le fou semblait danseur habile et d’expérience, gracieux et léger dans ses pas, et tandis qu’ils tournaient parmi les autres couples de danseurs, il se décida à échanger quelques mots.

« Ma dame Sauvageonne… Pourquoi cette tenue ? Il est évident que vous n’avez pas voulu concurrencer les dames coquettes aux robes bouffantes rivalisant de beauté et de richesse, mais pourquoi un tel extrême ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
Jena Kastelord

Nombre de messages : 958
Âge : 31
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeMer 25 Aoû 2010 - 14:41

Le jeune Baron marqua un temps d’arrêt, visiblement il ne l’avait pas reconnut aussi facilement qu’elle. Elle fut gênée de ne pas s’être présentée immédiatement et c’est ce qu’elle allait faire lorsqu’il sut mettre enfin un nom sur son visage masqué. Son sourire s’illumina un peu plus. C’était pour elle un véritable honneur qu’un Baron se souvienne de son nom. Elle ne lui en demandait pas autant ! Viktor de Missède lui tendit son bras, pour l’inviter à se joindre à elle un peu plus longtemps. En inclinant légèrement la tête la jeune femme accepta son invitation et posa sa main sur les bras du Baron. Celui-ci semblait préoccupé par quelque chose et elle s’en serait voulu de le déranger. Mais lorsqu’il finit par reposer enfin son regard sur elle, elle n’osa pas prendre congés. Et puis après tout, elle savait sa compagnie agréable pour avoir passé une soirée assise à ses côtés.

- En effet Monseigneur, nous sommes extrêmement heureux et impatient.


Enfin, l’impatiente s’était surtout elle ! Et bien oui c’était elle qui vivait tous les inconvénients d’une grossesse, c’était elle qui avait l’impression de devenir plus grosse qu’une barrique, c’était elle à qui on interdisait tout ! Alors que son tendre et adorable époux….se vautrait gentiment sur le buffet, mangeait de tout et faisait tout ce qu’il lui plaisait de faire ! Vous ne voyez point d’injustice vous ?

Posant une main sur son ventre, Jena jeta un coup d’œil dans la salle à la recherche de son mari. Il n’y avait pas encore trop de monde aussi n’eut-elle aucun mal à le voir…..près du buffet (ne vous l’avais-je pas dit ?).
Les musiciens commençaient à jouer et plusieurs danseurs déjà avaient pris possession de la piste de danse. Jena savait que Clarys la surveillait de très près et qu’elle ne la laisserait pas faire plus de trois petits pas sans lui sauter dessus pour la forcer à s’asseoir. Mais tant qu’elle serait au bras du Baron de Missède, sa demoiselle de compagnie n’oserait pas intervenir.

- Et vous, êtes vous venu seul en Ysari ?

Jena ne lui connaissait pas d’épouse et les rumeurs concernant une jeune inconnue muette et amnésique n’étaient pas encore arrivés jusqu’à ses oreilles. Elle avait vraiment très envie de danser mais l’usage voulait que ce soit les hommes qui invitent leurs partenaires et non l’inverse. Et il était peu probable qu’un autre homme que son époux accepte de la faire danser dans l’état où elle était. Et elle était certaine que son époux ne serait pas très emballé à l’idée de sautiller sur la piste de danse !
Revenir en haut Aller en bas
Viktor de Missède
Humain
Viktor de Missède

Nombre de messages : 466
Âge : 28
Date d'inscription : 02/06/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeMer 25 Aoû 2010 - 19:15

Les musiciens commençaient à jouer et les premiers danseurs s'avançaient sur la piste. Jena avait accepté son bras et ils firent tout les deux quelques pas. Le jeune baron de Missède se demanda un instant s'il allait proposé une danse à Jena. Sauf que la présence, discrète mais parfaitement repérable, de Clarys, la demoiselle de compagnie de Jena semblait prête à intervenir au moindre signe de faiblesse de sa maitresse. La grossesse de la jeune femme se passait-elle mal?

Clarys n'interviendrait pas tant que Jena serait au bras de Viktor. Enfin, sans doute qu'elle interviendrait si Jena s'effondrait au sol. Mais Viktor ferait attention à se que se ne soit pas le cas.


- Et vous, êtes vous venu seul en Ysari ?

Tien? Apparemment personne n'avait encore rependu la rumeur de l'arrivée prochaine d'une baronne à Missède. Tant mieux. Il aurait donc le plaisir d'apprendre cette nouvelle à Jena. Il appréciait beaucoup la compagnie de la jeune femme.

Il adressa à la jeune femme un grand sourire.


« En fait, non, avoua-t-il. Ma fiancée est là. C'est la jeune femme qui porte une broche en papillon accrochée à des rubans qu'elle porte au cou. »

Il attendit la réaction de Jena et qu'elle repère la jeune femme en question.

Le baron était tout à fait heureux. Il se sentait bien.


« Souhaitez vous une promenade dans les jardins d'Ysari? Je ne peux malheureusement pas vous proposer de danse dans votre état. S'il vous arrivait quoi que se soit, votre époux ne me le pardonnerait pas. Une promenade nous permettrait de discuter un peu. »
Revenir en haut Aller en bas
Arnhild Níðhöggr
Humain
Arnhild Níðhöggr

Nombre de messages : 378
Âge : 33
Date d'inscription : 06/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeMer 25 Aoû 2010 - 23:34

Curiosité et intérêt, que voici deux mots qui différenciaient énormément suivant la culture de certains. Là où le noble faisait une distinction assez brute la mercenaire pensait toujours que la curiosité partait de la base d'un intérêt. Après oui le résultat était soit plaisant ou déplaisant mais, durant ce bal, cette rencontre ne pouvait elle être que plaisante ? Le noble s'était démarqué des autres en franchissant le cap de venir la voir alors que d'autres se lamentaient de leur manque de confiance dans leur coin. Une bonne base pour ainsi dire, c'est pourquoi le mot "intéressant" avait pu être prononcé.
Arnhild n'allait pas reprendre le noble sur sa correction, après tout il avait l'initiative de la situation étant donné qu'il était venu à elle, laissons-le voir les choses à sa manière.


Vos paroles sont justes messire. Mais ne laissons point l'ennui s'introduire dans une soirée aussi prometteuse que ce bal masqué. L'intérêt pourra trouver ce soir un terrain propice pour se propager.

Arnhild laissa le noble l'entraîner au milieu des autres convives déjà en train de danser. Il y avait là beaucoup de monde, c'était d'ailleurs la première fois que la Nisétienne voyait autant de monde de la noblesse de Diantra. C'était un spectacle bien rare pour elle, même le tournoi de chevalerie n'avait réuni autant de visages inconnus à ses yeux. Et ce soir elle n'était point spectatrice mais actrice, l'anonymat lui accordant le temps d'un soir un rang égal à quiconque se trouvant dans la pièce. Lucrèce était certainement dans l'assemblée, quelque part.
Mais l'heure n'était point pressée et Arnhild se concentra sur sa première danse avec un noble inconnu. Ce dernier semblait être très à l'aise dans l'art de la danse et elle eu du mal à parvenir à donner le change. Mais elle parvenait néanmoins à danser avec fluidité et une certaine grâce, son véritable costume était ses capacités ce soir à se faire passer pour une noble de rang et non le masque qui dissimulait ses traits.

Son cavalier ne put s'empêcher de débuter une conversation alors que le couple évoluait dans une certaine harmonie sur la piste de danse. La grande question était sa tenue .. a que voici un sujet particulier. En effet Arnhild ne portait aucun bijou scintillant, aucun froufrous ni dentelles. Sa tenue pouvait paraître pauvre mais, comme l'avait vu le noble, elle était faite dans une touche d'audace et loin des classiques de la cour. Mais que répondre à une telle question ? La Nisétienne n'arborait pas de riche coiffure, la sienne pendant en liberté derrière sa nuque. Elle était véritablement une sauvageonne, un loup parmi la bergerie ne partageant pas les règles des classiques.
Cela fonctionnait en un sens au vu des nobles qui la désiraient, voyant cette jeune beauté se dévoilant à leurs yeux et sortant totalement de l'ordinaire. Etait ce l'envie de sortir des règles qui les poussaient à imaginer milles choses avec elle ? probablement.


Votre question est opportune messire bien qu'une partie de la réponse n'ait déjà été formulée par vous-même. Oui je n'ai point voulue rivaliser avec les autres Dames, préférant opter pour une image éloignée des classiques mondains faisant étalage de richesse et de beauté vestimentaire.
Mais n'existe il point d'autres formes de beauté ? Sortons un peu de l'habitude et osons nous montrer tels que nous sommes. Une sauvageonne, aussi belle soit-elle, peut paraître insipide et être ignorée si elle se conforme un peu aux normes, elle représente une toute autre image que l'on ne peut altérer. Mais aventurez-là sur le terrain de l'audace et la beauté de son image apparait dans les yeux des spectateurs.

Ne pensez vous point messire que votre regard ne serait nullement attiré par une beauté sauvage, libérée de toute contrainte ?
Revenir en haut Aller en bas
Drystan
Ancien
Ancien
Drystan

Nombre de messages : 1694
Âge : 30
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 49 ans (42ème Jour de Barkios, An 967:X)
Niveau Magique : Apprenti.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeJeu 26 Aoû 2010 - 6:52

Le couple évoluait avec aisance, et si sa cavalière n’était pas aussi habile que sa propre personne, Bonnefoy n’en tint en aucunement façon rigueur, décrétant qu’il n’en ferait nulle mention, car après tout, elle ne s’en tirait pas si mal, surtout pour une sauvageonne. Il s’était permit de s’accaparer l’initiative de la conversation qui en aucune manière ne venait troubler les pas, et elle lui offrit une première réponse.
Et ses mots, s’ils furent intéressants, laissaient apparaître une tendance, celle de croire pouvoir lire entre les lignes, trouver des sens et des sous-entendus aussi factice qu’une prétendue neige dans les Terres Stériles, car autant qu’il le sache, il n’en avait placé et pensé aucun, ne remettant en aucune façon en cause la dites beauté.

Un instant, il s’interrogea sur le véritable destinataire… Etait-ce finalement elle qui devait entendre, se rassurant, d’abord sur son intérêt, maintenant sur sa beauté ? Ou croyait-elle pouvoir deviner des pensées finalement inexistantes ? Il ne lui fallait pas reprendre le ton de la correction, usé de manières apparaissant moins prétentieuse.

« Pensez-vous que je serais venu vers vous, vous proposant une danse, si il n’était rien d’attirant ? »

Il commençait par la fin, manière plus indirecte de lui faire comprendre qu’il savait et voyait les choses d’un même regard, quoique… Pas exactement, mais ses yeux sont à lui, il ne pense pas qu’il en soit d’autres pour prétendre aux mêmes, on pouvait approcher, mais jamais avoir semblable regard que notre propre voisin, un rien diffère toujours.

« Mais regardez autour de vous et vous y verrez une norme auquel vous vous êtes pourtant pliée, toute sauvageonne que vous êtes. »

Il la laissa jeter un coup d’œil, faisant de même avant de préciser sa pensée, l’idée qu’il venait de lancer, d’offrir à celle qui semblait tant faire pour s’en écarter qu’elle suivait pourtant fidèlement quelques principes de base adopté par les autres convives.

« Voyez… Chacun se montre comme il est, laisse se refléter une part de sa propre personne alors même qu’ils portent des masques. Vous avez choisi les traits d’une sauvage, certains autres font montre d’autres choses… Un comportement altier, les manières et les mots d’un militaire. Ils portent des bijoux qui, pour leurs connaissances brisent les masques… Voyez comme tous craignent de se perdre derrière les masques… »

A sa manière de le dire, il s’écartait et prenait ses distances d’avec le reste des convives, Dame Sauvageonne incluse, et c’était un sentiment fondé… Car à la cour de Diantra jusqu’à l’hiver dernier, l’homme sous le masque n’était pas homme anonyme… Il était à l’inverse de celui qu’il représente un galant homme dont on disait qu’il n’était aucune occasion où il n’était pas accompagné de manière charmante. Homme de cour, se plaisant à charmer les dames, il n’était pas le fantôme présent ce soir.

« Vous vous détachez, fort joliment d’ailleurs, il est vrai… Car ce que vous percevez comme un reflet est différent de cette noblesse… Pourtant, malgré tout ceci, vous vous accrochez à l’un de leur comportement, et retirez au masque que vous portez une part de sa force. »

Là encore, il n’était nul reproche, que des paroles dites doucement, qu’un constat, un avis qui n’avait pas l’intention de blesser, d’offusquer, juste d’exprimer un fait trouvant une réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
Jena Kastelord

Nombre de messages : 958
Âge : 31
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeJeu 26 Aoû 2010 - 9:56

Le Baron avait visiblement peur de faire danser la femme enceinte, il ne voulait en aucun cas être la cause d’un quelconque problème aussi avait-il opté pour un repli stratégique ! Une petite balade dans les jardins ! Voila quelque chose qui ravissait Jena avant même d’avoir mit les pieds dehors. Un seul coup d’œil à Clarys et la demoiselle de compagnie ne fit plus un pas. Elle ne suivrait pas sa maitresse, comme ça, si Hanegard venait à s’inquiéter de l’absence de sa femme, sa fidèle amie pourrait lui indiquer où elle se trouvait.
Toujours au bras du Baron, la jeune femme se laissa guider vers les jardins. Viktor de Missède était un homme charmant et à la conversation agréable, à plusieurs reprises il la fit rire aux éclats et elle fut heureuse de se trouver à l’extérieur pour ne pas être entendu par les nobliaux en train de danser !
La nuit était un peu fraîche mais c’était agréable après la chaude journée d’été qu’ils avaient passé. Au bout de quelques pas Jena sentit ses jambes réclamer un peu de repos aussi demanda-t-elle à Viktor s’ils pouvaient s’asseoir quelques instants. Il y avait un banc dans un petit coin du jardin et ils pourraient profiter pleinement du magnifique ciel étoilé. Jena en profita pour retirer son masque. Il fallait dire que le velours avait la fâcheuse tendance à tenir chaud !


- Je suis vraiment heureuse pour vous. J’espère que votre jeune fiancée vous apportera tout le bonheur que vous méritez !

Un peu plus tôt, lorsqu’ils s’étaient tenus dans la salle de bal, Viktor lui avait montré une jeune femme très élégante. Elle avait l’air très belle sous son masque et Jena lui avait demandé de la lui présenter dès que l’occasion se présenterait ! Pour l’heure elle était occupée à danser et elle n’avait nullement envie de la déranger.
Une fois assise, Jena poussa un léger soupir. Malgré tout ce qu’elle faisait pour ne pas rester vautrée sur un fauteuil, il fallait bien avouer que rester debout n’était pas forcément la chose la plus agréable qu’il soit.

- J’espère que vous pourrez venir nous rendre visite en Alonna, vous savez que vous êtes toujours le……Oh….


Jena fut interrompue par la manifestation inattendue du bébé qu’elle portait. Il venait de lui donner un coup, chose qu’il n’avait pas fait depuis plusieurs jours. C’était la seconde fois qu’elle le sentait bouger. Il était clair, au vue de sa mine, qu’elle était extrêmement surprise.

- Il vient de….AH !


Un nouveau coup. Cette fois c’était un immense sourire qu’elle avait sur les lèvres. Et un autre coup ! Visiblement le bébé était d’humeur à cogner (tel père….). Ce n’était pas très douloureux, juste un peu désagréable lorsqu’il tapait un peu trop fort. Au troisième coup, Jena attrapa la main du Baron et la posa sur son ventre en souriant. Le bébé tapa juste à l’endroit où la main de Viktor était posée. La jeune femme était tellement aux anges, qu’elle n’avait même pas réfléchis à ce qu’elle faisait.

- Vous sentez ? demanda-t-elle tout sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Arnhild Níðhöggr
Humain
Arnhild Níðhöggr

Nombre de messages : 378
Âge : 33
Date d'inscription : 06/09/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeJeu 26 Aoû 2010 - 15:47

Le couple évoluait sur le pas de danse tout en maintenant la discussion qui l'animait. L'avantage des danses des soirées de bal était qu'elles étaient suffisamment longues pour soutenir une discussion avant de devoir changer de cavalier. Et la discussion actuelle était plutôt riche et singulière. En effet, la Nisétienne et le noble étaient en train de débattre sur la beauté et le niveau des paroles trahissait certaines choses. Echanger et contre-échanger des arguments tout en analysant les paroles de l'autre n'était pas une conversation habituelle dans les soirées mondaines. Du coup la jeune femme se demanda si le noble lui aussi portait un masque autre que celui qui ornait son visage, au vu de son détachement de la situation ainsi que sur son style d'élocution.
Il y avait de l'intérêt dans ses paroles, ce qui le différenciait des autres nobles où seule l'attirance dominait à son encontre. Etait ce là une logique continuité à la correction qu'il lui avait formulée quelques instants plus tôt ? probablement.

Arnhild le gratifia d'un sourire alors qu'il répondit sur l'attirance qu'elle suscitait avant de laisser porter son regard, au cours d'un mouvement de danse, sur l'assemblée suite à son invitation. Les explications ne tardèrent pas et elle comprit où le noble voulait en venir. Oui, toute sauvageonne qu'elle était, elle s'était conformée à une règle immuable : nous nous habillons selon l'image que nous souhaitons renvoyer. Arnhild renvoyait une image de nature sauvage mais emprunt de liberté et détachée des domaines de la richesse, c'était là sa personnalité. Chaque convive arborait un moyen de le reconnaître et de se détacher des autres mais était ce de la peur ou simplement la volonté de rivaliser ? Arnhild n'était pas une noble donc elle put comprendre ce qu'on lui racontait. Pour tout noble, la peur de régresser était ancrée en soit. L'anonymat était un moyen de gommer les différences et de mettre tout à chacun sur un pied d'égalité où les privilèges et les rangs ne signifiaient plus rien. La noblesse serait elle horrifiée de savoir qu'une simple inconnue du peuple évoluait en ce moment-même parmi eux ? probablement.


Je vous remercie de vos paroles messire. Mais je ne crains guère de baisser la valeur du masque que je porte. Il existe des masques qui peuvent se porter sans que l'on puisse les voir et la matérialité de celui-ci n'est qu'accessoire. Nous sommes tous singuliers et avec nos différences. Je suis sauvageonne et vous noble galant, qui sait si nous enlevions sur le moment ces masques qui ornent nos visages n'en aurions nous pas un autre qui prendrait le relais dans l'instant ?

La mercenaire faisait référence à elle-même et son but qui était de revoir Lucrèce. Même une fois son maque ôté, la sauvageonne quitterait l'anonymat pour prendre un nouveau rôle afin de masquer la Nisétienne qu'elle était. Un masque ne se limitait pas forcément à un bout de tissu et ce fait était évident pour ceux qui étaient habitués à jouer, produire un rôle afin de donner le change face aux autres. Et cette soirée masquée risquait d'être le théâtre idéal pour cela alors que l'orchestre amorçait le couplet final de la danse actuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Lucrèce d'Uberwald
Humain
avatar

Nombre de messages : 704
Âge : 34
Date d'inscription : 08/11/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  21
Niveau Magique : Non-Initié
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeJeu 26 Aoû 2010 - 21:18

Je déambulais à travers les convives un verre de vin en main. Sous mon loup et dans cette robe, j'étais méconnaissable d'autant plus que j'avais retiré mon médaillon offert par mon époux alors que je n'étais âgée que de huit ans.
Je regardais autour de moi avec un grand intérêt comme un enfant qui ouvrait ses yeux pour la première fois sur ce monde qui s'offrait à lui. Je laissai trainer mes oreilles sur les discutions des messieurs comme des dames.

Une chose attira alors mon attention, une petite gourde que je dois avouer être assez jolie pour ce que j'en ai vu. Elle venait de renverser son vers sur l'un de ces seigneurs. Cela me fit esquisser un sourire. Je continuais alors à me faufiler entre les invités.
Pour le moment mon seul cavalier fut un homme de grande ampleur. Un homme de bonnes manières mais qui laissaient voir un passé guerrier. Nous nous étions séparés à la fin de la danse. Mon regard continuait à se porter sur l'assistance.

D'un coin de l'oeil, je vis Dame Jena assise en compagnie d'un galant qui n'était clairement pas son époux. Me rapprochant de la fenêtre pour prendre l'air près de laquelle ils bavardaient, j'entendis que le jeune homme était fiancé à une jeune femme au papillon.
C'est la que je me rendis compte que cette petite gourde était alors sa fiancée. Pauvre homme, je le plaignais. Avoir pareille potiche pour épouse, il serait mal loti... A moins que la demoiselle ait d'autres talents moins vertueux.

Me mouvant une seconde fois, je jetais du coin de l'oeil un regard sur l'immense horloge qui devait sonner les douze coups de minuit, heure fatidique où les masques tomberont. Du moins s'ils venaient à tomber car je désirai que l'anonymat reste jusqu'au bout de la nuit. J'y avais veillé par un subtile stratagème que le maitre horloger du palais avait accepté d'exécuter contre une somme rondelette car cela allait contre son travail et surtout la volonté de mon époux.
Un page passant par là, je déposai mon verre vide sur le plateau pour en reprendre un. Avançant gracieusement, pour les invités continuaient ce petit jeu de savoir qui était qui sous ces masques. Mon regard se porta alors sur cet homme au masque blanc. Je ne l'avais pas encore remarqué jusqu'à présent mais maintenant c'était fait.

Avançant en sa direction comme si de rien n'était, à travers la foule, il y eut une légère bousculade entre lui et moi. Me fendant en une gracieuse révérence je lui dis avec une voix mielleuse et un tontinée naïve.


Que je peux être maladroite par moment, veuillez m'en excuser mon seigneur.

J'attendis alors un geste, un mot de sa part pour me redresser et engager la conversation avec ce mystérieux seigneur qui serait peut être mon prochain cavalier... Du moins était ce, ce que j'espérais...
Revenir en haut Aller en bas
Viktor de Missède
Humain
Viktor de Missède

Nombre de messages : 466
Âge : 28
Date d'inscription : 02/06/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeVen 27 Aoû 2010 - 1:00

La proposition de la petite promenade dans le parc sembla ravir tout particulièrement. Viktor était heureux qu'elle lui accorde cette retraite prudente pour éviter qu'il doive la faire danser. Il n'était pas certain de se montrer très habile. Et puis, il n'était pas non plus un excellent danseur de toute façon. Le jeune baron la vit jeter un regard à sa demoiselle de compagnie qui ne bougea pas d'un seul pouce. Elle ne les suivrait pas dans le jardin.

Jena se laissa guidé en direction des jardins par Viktor. Ils échangèrent quelques mots et Viktor fut heureux de la faire rire à plusieurs reprises. Jena était une jeune femme particulièrement agréable. Elle semblait parfaitement heureuse et c'était tant mieux. Après tout, il n'y aurait certainement pas grand monde qui allait l'inviter à danser au vu de son état. Alors à ce compte là, cette petit promenade allait être un des plaisirs de sa soirée. Et puis, c'était mieux que de rester assise en attendant une invitation qui ne viendrait pas et à faire tapisserie.

Pourtant, après quelques minutes de marche, Viktor qui commençait à sentir que la jeune femme peinait un peu ils s'assirent sur le premier banc venu dans un petit coin du jardin pour profiter du magnifique ciel étoilé qui s'offrait à eux.

Jena retira son masque. Viktor pour sa part avait totalement oublié la présence du sien et omis de le retirer.


- Je suis vraiment heureuse pour vous. J’espère que votre jeune fiancée vous apportera tout le bonheur que vous méritez !

Bien naïvement, Viktor ne doutait pas un seul instant que se soit le cas. Mais bien entendu, le jeune baron de Missède n'avait pas la moindre idée de se qui l'attendait.

Comment aurait-il put d'ailleurs?

Comment aurait-il pu ne serai-ce qu'un seul instant que la pire chose qu'Agniezka puisse lui faire, celle qu'il n'avait pas envisagée une seule seconde, s'était déjà produite?

Une fois assise, Jena poussa un léger soupir. Même si elle était sans doute un peu fière pour l'avouer, elle devait être fatiguée de ces quelques minutes de marche.


- J’espère que vous pourrez venir nous rendre visite en Alonna, vous savez que vous êtes toujours le……Oh….

Viktor se tourna vers Jena. Qu'est-ce qui était en train de lui arriver? Elle paraissait tout à fait surprise. Quoi que se soit, elle était bien loin de s'y attendre.

- Il vient de….AH !

Un immense sourire naquis sur les lèvres de Jena. Viktor avait une petite idée sur se qui était en train de se passer. D'un coup, avant qu'il ait eu le temps de réagir, Jena s'empara de la main de Viktor et la posa sur son ventre. Le jeune baron allait protester que se n'était pas très convenable lorsqu'il sentit la peau du ventre de la jeune femme se bosseler sous sa main pour revenir ensuite dans sa position première.

Le jeune homme eu un moment d'arrêt. C'était... il ne parvenait pas à trouver les bons mots pour le décrire.


- Vous sentez ? demanda-t-elle tout sourire.

Incapable de parler, le baron secoua un peu la tête, hésitant entre la joie et la gène. Il avait toujours la main posée sur le ventre de la jeune femme lorsqu'il sentit un nouveau coup du bébé.

« Il a un sacré tempérament, dit-il en souriant à la jeune femme. Comme son père. »

Ne sachant pas vraiment comment il devait se comporter, le jeune homme resta dans cette position, ne bougeant pas, sentant simplement la vie de ce petit être battre sous sa main et se plaisant à imaginer le moment ou se serait Agniezka qui serait à la place de Jena.

Cette pensée lui tira un sourire.


« Dame Jena, vu votre état, je ne pense pas que vous ferez la route d'une traite jusqu'à Alonna. Que diriez vous de faire une étape à Missède? Je serais ravis de vous accueillir. »
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
Hanegard Kastelord

Nombre de messages : 2120
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 45 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeVen 27 Aoû 2010 - 8:00

Bon alors elle est où Jena ? Non parce que là Hanegard la cherchait depuis un bon bout de temps dans la salle de bal sans réussir à la trouver. Ah, c’est elle là bas ? Non, Jena n’a pas les nichons qui pendent comme ca… alors que la pauvre dame sur laquelle le régent jetait un regard narquois… mouarf, on aurait dit deux sacs de grains qui pendouillaient lamentablement… mort de rire ! Ou l’autre peut être, près du buffet ? Non, trop gros popotin, ce n’est pas le joli petit derrière de sa chère et tendre.

Arrêtons de nous moquer de ces dames dont les costumes ne masquaient pas les outrages causés par le temps et occupons nous vraiment de trouver notre régente adorée. Et pour cela direction les jardins. Hanegard sortit donc de la salle et commença à fouiller les allées obscures. Je vais vous passer les longs allers et retours inévitables et qui d’ailleurs commençaient à l’agacer pour aller directement au moment du drame.

Alors qu’il tournait l’angle d’une haie, il eut une vision admirable. Une superbe jeune femme… sa femme ! Sa Jena ! Et… mais… attendez… il fait quoi là le godelureau avec qui elle taille le bout de gras ?

Non je ne parle pas de Gaucelm ! Tailler le bout de gras veut dire discuter, pas faire acte de cannibalisme sur le comte d’Odélian !

En tout cas, lorsqu’il vit un individu louche tripoter sa femme, le sang du régent ne fit qu’un tour. L’histoire de Liliana se répétait-elle ? L’espace d’un instant, Hanegard se revit dans cette petite clairière près de son village natal. Il revit le cadavre dénudé de sa première femme, le regard fou d’Orsk, il se revit tirant son épée et décapitant son chef de clan. Il faut noter que s’il avait eu une épée, le baron de Missède se serait probablement vu raccourci d’une tête…

Non, il ne permettrait pas que l’histoire recommence ! Tel un taureau furieux, l’ancien commandant en chef des armées de Serramire chargea le pervers comme il avait chargé les drows à Beremas. D’une main, il écarta le vicelard qui tentait d’abuser de Jena tandis qu’il lui envoyait son autre poing dans l’estomac. Le satyre masqué eut un violent hoquet lorsque tout l’air contenu dans ses poumons fut violemment chassé.

L’agrippant par son col de sa poigne de fer, le régent l’amena à lui, les deux masques se collant presque.

Écoute-moi bien mon garçon, si tu te cherches une conquête pour la nuit, je te déconseille de jeter ton dévolu sur ma femme.
Revenir en haut Aller en bas
Drystan
Ancien
Ancien
Drystan

Nombre de messages : 1694
Âge : 30
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 49 ans (42ème Jour de Barkios, An 967:X)
Niveau Magique : Apprenti.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeVen 27 Aoû 2010 - 8:25

« Auriez-vous des mensonges quant à votre identité, ma dame Sauvageonne ? »

Il eut un sourire, mais il n’était rien dans sa voix qui soit du domaine de l’indignation, non… Juste de l’amusement tandis qu’ils continuaient de danser. Les masques sous les masques, la noblesse en était pleine, des mensonges et des faux semblants, des voiles de « paraître » autant que des rumeurs et des bruits qui courent, façonnant les visages au-delà des chairs véritables. Mais quel était le mensonge de cette sauvageonne ? Que dissimulait-elle sous ce masque qui n’avait guère d’importance finalement, à ses yeux.

« Oh et puis… Peu importe, ce secret est le vôtre, il n’est pas des façons de se comporter que de poser pareille question, je m’en excuse. »

Et lui, que cachait-il sous son masque ? Un visage, mais ensuite ? Oh, sans doute rien de bien épique, que quelques vilains mensonges, des cachoteries et des dénies, rapport à sa vie et à quelques rumeurs circulant, comme chacun ici présent, en somme.
La musique s’arrêta, les couples cessèrent la danse et applaudirent l’orchestre et tandis que la piste se trouvait animer d’un mouvement plus désordonné qu’une danse, le ballet des convives, allant et venant alors que s’entamait la suivante, le fou s’approcha et murmura à l’intention de la sauvageonne.

« Merci de m’avoir consacré quelques instants ainsi que cette danse, Dame Sauvageonne, bonne soirée. »

Et se fut tout, là-dessus, il refit une révérence exagérée et grossière, reprenant les traits du fou, et à nouveau, de sa démarche légère et étrangement dansante, se laissant emporter par les rythmes qui déjà s’écoulaient joliment, il s’en alla retrouver les groupes de convives qui ne dansaient point, user de sa langue pour agacer les uns, amuser les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
Jena Kastelord

Nombre de messages : 958
Âge : 31
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitimeVen 27 Aoû 2010 - 8:33

Après quelques secondes à attendre le prochain coup, Jena lâcha la main du Baron. Celui-ci avait gardé sa main sur son ventre sans qu’elle n’ait besoin de la tenir. C’est peut-être à cet instant qu’elle ressentit une légère gêne mais le sourire du Baron et ses paroles la rassurèrent. Il n’était pas outragé par son comportement et semblait même ravi de sentir la petite vie qui tambourinait sous la peau de son ventre.
Alors que tout allait au mieux dans le meilleur des mondes….il se produisit un évènement pour le moins….dramatique ! Son…..fou furieux de mari venait de se jeter littéralement sur le baron et voilà qu’il venait même de lui envoyer son poing en plein dans l’estomac. Complètement sidérée, Jena observa la scène avec deux grands yeux choqués. Etait-il complètement ivre ? Cela ne l’aurait pas surprise car elle ne voyait rien qui pouvait pousser son époux à frapper ainsi un Baron….Bon certes, Messire Viktor de Missède était encore caché sous son masque mais quand bien même…était-ce une façon de traiter les gens ?
Jena connaissait bien son époux, il était plutôt du genre à taper d’abord et à discuter ensuite. Encore une fois il l’illustrait parfaitement.
Se levant d’un bond, Jena agrippa le bras qui retenait le col de Baron de Missède et fit face à Hanegard. Ses yeux lançaient des éclairs tandis qu’elle tentait de lui faire lâcher prise.


- Mais qu’est-ce qui te prend ? Lâche-le….

Hanegard semblait trop….crispé pour être prêt à lâcher les plis du costume de Viktor. Jena était affreusement gênée par le comportement de son mari et heureusement que la nuit était sombre sinon on aurait pu voir ses joues s’empourprer.
Non mais vraiment….elle n’en revenait pas…..il venait de frapper un Baron….Et pour quelle raison je vous prie ? Aucune idée ! Elle s’était comportée de façon courtoise et polie, elle avait discuté avec le noble….peut-être que le dernier moment de complicité qu’ils avaient échangé était un peu trop complice au gout de Hanegard mais il n’allait pas lui casser les pieds tout de même!
Après tout s’il n’avait pas passé le début de la soirée à s’empiffrer, il aurait pu être à la place du Baron…maintenant elle n’avait même pas envie de lui faire partager sa joie.


- Arrête, tu vas l’étrangler….

Voyant que son mari se fichait pas bien mal de savoir si l’homme qu’il tenait, allait mourir ou non, Jena se mit à lui taper dans l’épaule. Et bien évidemment elle accompagnait chaque coup d’une petite marque de tendresse…du genre : "espèce d’ivrogne, tu es complètement fou, c’est le Baron de Missède, lâche-le espèce de brute épaisse, bornée et butée…"Enfin tout ça quoi….vous voyez le genre !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[bal]Que les masques tombent Empty
MessageSujet: Re: [bal]Que les masques tombent   [bal]Que les masques tombent I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[bal]Que les masques tombent
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [bal]Que les masques tombent
» Les Masques Du Destin
» LES MASQUES MAYAS EN JADE
» Que tombent les masques. [Pv: Sly]
» Masque d'Oni-Link

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Duché de Soltariel :: Baronnie d'Ysari-
Sauter vers: