AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rêve ou réalité ? [Jena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2050
Âge : 117
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Rêve ou réalité ? [Jena]   Mar 7 Mai 2013 - 8:35

La flotte voguait toujours cap au nord, en direction des Wandres. Alors que la nuit s’apprêtait à tomber, les capitaines se saisissaient de leurs portevoix et envoyaient les marins dans la mature pour réduire un peu la voilure. Accoudé au bastingage, je regardais distraitement un cogue qui venait se placer sur notre tribord, ses feux de poupe et de proue déjà allumés pour rester visible dans l’obscurité. Tout au long de la ligne, des manœuvres de même type se déroulaient, les petits cogues venant se placer sous le vent des lourdes caraques. Pour un terrien comme moi qui prenait la mer pour la première fois, il y avait une sorte de magie dans ce ballet marin quotidien dont je ne me lassais pas.

Laissant mon esprit vagabonder, je repensais à mon épouse. Depuis combien de jours l’avais-je quitté ? Une dizaine ? Plus ? Entre mes pérégrinations à Erac et les difficultés de l’embarquement, j’aurais été bien incapable de dire quel jour nous étions. En tout cas, mon messager avait du réussir à rejoindre Jena pour lui apporter la missive dans laquelle je lui expliquais les raisons de mon départ pour les Wandres en compagnie du comte de Velteroc. Ni elle ni moi ne savions combien de temps nous resterions séparés, mais l’absence de ma femme m’attristait déjà, et c’est le cœur lourd que je regagnais ma cabine. Avant de me coucher, je fis ma prière quotidienne à Néera pour lui demander de veiller sur Jena. Je doutais que mes prières soient aisément audibles par la déesse, mais qu’en savais-je au fond ? Et c’est en rêvant à ma femme que je m’endormis.

Un rêve ?

~~~~~~~~~~

Une réalité ?

Émergeant des brumes du sommeil, j’ouvris les yeux, m’attendant à contempler la cloison de bois de ma cabine et me demandant ce qui pouvait bien me chatouiller la joue. J’eus un petit sursaut en voyant cette étendue verte devant moi et je me redressais d’un coup. De l’herbe ? Que faisais-je allongé dans un champ d’herbe ? Où était la flotte ? L’océan ? Les Wandres ? L’esprit encore embrumé, je me redressais et contemplais mon environnement. Je me trouvais dans une immense prairie à laquelle je ne discernais aucune limite. Je devinais bien à l’horizon des formes plus massives, peut être une chaîne de montagnes, mais des nuages les enveloppait et m’empêchait d’en voir les détails.

Suis-je en train de rêver ?

Lentement, je me dressais sur mes pieds, tentant de clarifier mes pensées. Mais la brume qui enveloppait les montagnes semblait aussi s’en prendre à moi, et je ressentais une réelle difficulté à me concentrer. Au fond, quelle importance de savoir où je me trouvais ? Je me sentais bien et détendu, en meilleure forme que ces derniers jours. La fatigue dans mes muscles et les remouds de mon estomac avaient disparus, et c’est d’un pas léger que je pris une direction au hasard, sans vraiment chercher à en savoir plus. J’aurais été bien incapable d’expliquer pourquoi, mais je me sentais presque chez moi en ce mystérieux lieu onirique.

Tout en descendant une petite colline, je constatais que la prairie n’était pas aussi uniforme que je le croyais. Un ruisseau coulait en contrebas, et j’aperçus également un petit bois non loin. J’aurais même juré avoir aperçu l’espace d’un instant une biche, mais une dénivellation du terrain me la cacha et je ne la revis plus ensuite. M’arrêtant près du ruisseau, je récupérais un peu d’eau au creux de mes mains avant de la boire, la savourant comme s’il s’agissait du plus doux des nectars. Pourtant, il ne s’agissait que d’eau, mais en ce lieu elle me paraissait meilleure que nul par ailleurs en ce monde. N supposant que cette prairie soit en ce monde, mais à peine cette pensée m’avait-elle effleurée qu’elle s’enfuit, et mes efforts pour la retenir furent vains. Tenter de me concentrer et de réfléchir sur ce que je voyais me paraissait aussi malaisé que retenir de la fumée avec mes mains.

J’ignore combien de minutes ou d’heures je marchais, si tant est-ce que ces notions aient encore eu un sens, mais je finis par arriver près d’un jardin, une sorte de petite oasis posée au milieu d’un océan de verdure. J’aurais juré l’avoir déjà vu quelque part, ces arbres, cette fontaine, ce petit banc... oui, je connaissais ces lieux et pourtant je les voyais pour la première fois. Ou peut être pas ? Je m’avançais lentement, faisant crisser le sable du chemin sous mes pas. Quelque part, un oiseau se mit à chanter, mais alors que je le cherchais du regard, j’entendis quelqu’un s’approcher de moi. Me retournant brusquement, je restais plusieurs secondes sans mot dire avant de réussir à articuler :

Jena ?
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 955
Âge : 29
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Rêve ou réalité ? [Jena]   Mar 7 Mai 2013 - 9:55

    Les enfants venaient enfin de s’endormir. Dastan avait été plus compliqué à gérer que d’habitude. Il avait refusé catégoriquement de me lâcher de toute la soirée et quand j’avais réussi à dénouer ses petits bras de mon cou il s’était mis à pleurer à chaudes larmes. Je l’avais bercé, bercé et encore bercé jusqu’à ce qu’il s’endorme enfin. J’étais littéralement épuisée, mais je ne pouvais écourter ma prière. Lorsque je me glissais enfin dans le lit à côté de mes enfants, je passais plusieurs minutes à les observer avant de souffler la bougie. Comme leur père pouvait me manquer…Savoir qu’il s’était embarqué dans une aventure dont il ne savait même pas quand il en reviendrait me fendait le cœur. Et là bas en plus… Là où il avait connu sa première épouse… La pointe de jalousie s’effaça vite, il me manquait trop pour que je puisse lui reprocher une chose pareille. Je ne m’étais même pas rendu compte que mes yeux s’étaient embués de larmes ….cette séparation s’annonçait plus douloureuse et plus insupportable que les autres, parce que cette fois je ne savais même pas s’il était en sécurité. Poussant un soupir, je m’endormis.

    ****

    J’étais dans le noir, j’avais froid et bizarrement peur… J’étais en train de courir… Ah bon ? Mais pourquoi ? Je n’arrivais pas à m’en rappeler la cause, je savais seulement qu’il me fallait courir pour lui échapper. Ses yeux rouges…. Cela faisait des années que je ne les avais pas revus et pourtant ils étaient là derrière moi. Ils me suivaient et j’avais le sentiment que je ne leur échapperai pas. Au moment où ils furent sur moi j’entendis un cri déchirant percer la nuit… Le mien.
    Presque aussitôt je me sentis tomber, la chute dura une éternité et quand j’ouvris les yeux je fus éblouie par l’intensité de la lumière qui m’enveloppait.
    J’étais allongée sur un matelas d’herbe étonnamment confortable, les odeurs me semblaient familières alors qu’elles venaient chatouiller mon nez. Inspirant profondément je me redressais sans effort et me retrouvais presque aussitôt sur mes pieds.

    Où étaient donc mes enfants ? Et qu’est-ce que je fichais dehors ? Autant je me savais adepte des cauchemars mais je n’avais encore jamais eu de crise de somnambulisme… Poussant un soupir je plissais les yeux pour essayer de voir les détails autour de moi. Un jardin… mouais, il y en avait un non loin de la forteresse… Comment se pouvait-il qu’on l’ait laissé sortir ?

    Mes yeux se posèrent alors sur un petit banc blanc et aussitôt mes oreilles entendirent le chant d’une fontaine… Mon cœur rata un battement. Je connaissais cet endroit, j’y étais déjà venu … Pourquoi étais-je là ? Allais-je la revoir ?
    Je fis quelques pas vers le banc puis vers la fontaine dont l’eau claire reflétait les rayons du soleil… C’était éblouissant.

    Un bruit me tira de ma rêverie… Ma rêverie ? Vraiment ? Tournant les talons je fixais un point devant moi. Quelqu’un était là me tournant le dos… Malgré les contours flous de sa silhouette je savais intimement de qui il s’agissait. Un pas dans sa direction, puis un autre et soudain il se tourna vers moi. Lorsque nos regards se croisèrent mon cœur s’arrêta immédiatement. Ce n’était qu’un rêve… un rêve qui au réveil me ferait mal, parce qu’il ne pouvait pas réellement être là. Je baissais les yeux, prête à voir cet endroit s’effacer, mais au lieu de ça il prononça mon prénom…. Un sourire se dessina sur mes lèvres et je relevais mes yeux pour croiser son regard. Je fis un pas de plus vers lui pour me tenir à quelques centimètres de lui. Tant pis, je regretterais probablement demain matin d’avoir cru que c’était possible, mais j’avais trop besoin de le voir, même s’il s’agissait seulement de quelques minutes, ou de quelques secondes.


    « - Tu n’es pas réellement là n’est-ce pas ? »

    Doucement je levais ma main et la tendit vers sa poitrine. Lorsque mes doigts rencontrèrent le tissu recouvrant son torse, mes yeux s’écarquillèrent.
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2050
Âge : 117
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Rêve ou réalité ? [Jena]   Mar 7 Mai 2013 - 13:15

Réellement là ? Étais-je réellement là ? Jena me posait une question qui ne manquait pas d’intérêt, mais je n’arrivais pas à en saisir toutes les implications. Comment aurais-je pu être ailleurs, quand bien même la simple définition d’un éventuel ailleurs m’échappait. Pour un peu, j’aurais cru que cet étrange jardin émoussait mes capacités de réflexion, bien que même cela ne m’intéressait finalement qu’assez modérément. Seule comptait la jeune femme qui se tenait devant moi, et je cédais d’autant plus aux injonctions mentales de ne pas m’interroger sur mon environnement que Jena oblitérait tout par sa seule présence. J’aurais d’ailleurs pu lui retourner sa question quand à sa réalité, mais la main posée sur ma poitrine était bien réelle. Tout du moins je la sentais, et n’est-ce pas uniquement le réel que l’on ressent ?

Tu me manques, chérie.

Doucement, j’attirais la jeune femme au creux de mes bras et je déposais un tendre baiser sur son front. Oui, il fallait qu’elle soit réelle, je ne pouvais imaginer qu’il en soit autrement. La chaleur de son corps, la douce odeur de ses cheveux, ce regard plein de tendresse qui me faisait fondre à chaque fois que je le croisais, je me refusais à croire qu’il pouvait s’agir d’une quelconque illusion. On dit souvent que le cœur ne ment pas, et mon cœur me disait que la jeune femme devant moi était bien celle qui constituait l’alpha et l’oméga de mon existence. Peu m’importait dès lors les raisons de ma présence et de la sienne en ce lieu étrange, ni même la nature de ce lieu.

Pourtant, une pensée tournait en rond dans ma tête. Je sentais qu’il s’agissait de quelque chose d’important que je voulais dire à Jena mais sans réussir à mettre précisément le doigt dessus. La sensation était désagréable, comme si une partie de votre front vous démangeait sans qu’il vous soit possible de vous gratter. L’espace d’un instant, je me vis dans la cabine d’un navire, en train de prier Néera et de me dire que j’aurais aimé pouvoir rassurer Jena. Un navire ? Une flotte, même, qui cinglait vers des terres inconnues. Mais me trouvais-je là-bas ou ici ? Dieux, que ce jardin m’embrouillait l’esprit dès lors que j’essayais de ne pas seulement vivre l’instant présent.


Je suis… je crois que je suis en route pour les Wandres, oui.

Les Wandres, oui, il s’agissait d’un voyage. Je n’étais pas ici, tout du moins pas réellement, ou pas seulement. Comment se faisait-il que je ressente autant de mal à mettre au clair mes pensées ? Je pouvais me concentrer aisément sur Jena, ressentir pleinement le plaisir de la tenir dans mes bras, admirer son beau visage, mais cela restait de l’instantané. Réfléchir au futur, au passé, aux évènements et à leurs conséquences me paraissait aussi compliqué qu’une analyse dialectique d’un traité philosophique, et pourtant je me sentais l’esprit parfaitement clair pour le reste. Oui, cet endroit devait agir sur moi d’une manière ou d’une autre pour m’empêcher de trop m’y intéresser. Je sentais que je disposais des éléments nécessaires pour analyser la situation, mais je me refusais à y réfléchir. Ou plutôt ce lieu m’en empêchait.

L’instinct, voilà la façon dont je devais agir ici. Peu importait le reste, peu importait pour moi de tenter de comprendre où j’avais déjà pu voir ce banc et cette fontaine, y trouver la réponse ne m’aurait rien apporté qui compte à mes yeux. Peu importait de savoir si Jena se trouvait réellement auprès de moi ou si je rêvais cet instant, il me fallait juste en profiter. Illusion ou réalité, ce cadeau des dieux me permettait de la retrouver et d’apaiser mes tourments. Nous nous assîmes sur le banc et je pris les mains de Jena au creux des miennes pour les porter à mes lèvres et les embrasser doucement.


Je voulais que tu saches que je vais bien. Ne t’inquiètes pas, je suis avec le comte de Velteroc et je ne risque donc pas grand-chose.

N’était-ce pas un peu idiot à dire ? Une tempête ne choisit pas selon le rang ceux qu’elle noie, mais je ne voulais surtout pas que Jena se ronge les sangs en pensant à moi. En attendant, je savourais sa présence sans chercher plus loin une explication à tout ceci, vivant le présent sans me soucier du reste. Le lendemain matin serait le temps des réflexions, en attendant il fallait en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 955
Âge : 29
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Rêve ou réalité ? [Jena]   Mar 7 Mai 2013 - 15:18

    Toujours les yeux écarquillaient je le sens m’attirer contre lui pour m’embrasser le front. Il est bien réel ce contact, je le sens, cela ne pouvait être un rêve, alors comment était-ce possible ? Il me semblait avoir un début de réponse mais j’avais la désagréable impression que je n’arrivais pas à fixer cette idée pour la comprendre. Je me surpris à froncer les sourcils. Pourquoi était-ce si compliqué de se concentrer ? Je fermais les yeux un instant pour profiter de la sensation de ses bras autour de moi. Oui ce contact semble parfaitement réel, peut-être plus intense parce que j’en avais réellement besoin avant de … de m’endormir. Bon sang, cette situation est perturbante. Plus j’essaie de réfléchir et plus les contours d’Hanegard deviennent flous. Paniquée à l’idée qu’il disparaisse, je baisse les épaules et décide de profiter de sa présence plutôt que de chercher à élucider le mystère et aussitôt tout redevient net et intense.

    « Toi aussi tu me manques. »

    Il me regarde avec ce regard chargé de passion et d’amour qu’il n’adresse qu’à moi. Par Néera que j’aime cet homme. Je lui adresse un sourire et il se met alors à me parler. En route vers les Wandres ? Oui c’est ce que m’a dit Malek il y a quelques jours. Je repense alors aux émotions que j’ai ressenties avant de m’endormir. Mais étonnamment je sais juste que j’avais mal, mais je n’éprouve plus cette douleur, comme si elle n’avait pas de raison d’exister dans ce lieu. Alors que je m’ébahis devant cette idée, je me retrouve l’espace d’un battement de cil assise sur le banc à côté d’Hanegard. Il est en train de porter ma main à ses lèvres pour les embrasser quand je tourne enfin mon regard vers lui. Il me confit alors qu’il est en compagnie du Comte. Je le sais déjà, mais ça me rassure de savoir qu’il va bien.

    Alors que je lui adresse un sourire, j’ai le sentiment qu’on me tire loin de lui. Son visage devient légèrement flou et je sais que mon sommeil est troublé par quelque chose. Je ferme les yeux en crispant mes paupières. Non je veux rester là, je veux rester avec lui. Je ne veux pas me réveiller. Lorsque j’ouvris les yeux, le décor tangue encore mais tout redevient normal et c’est avec un immense sourire que je me tourne vers Hanegard. Il me tient toujours la main mais ce contact ne me suffit plus. Je veux profiter de sa présence, de cette situation surprenante et incompréhensible.


    « - Je ne pensais pas qu’en te quittant sur la route de Sainte Berthilde, nous serions séparés si longtemps….Si j’avais su je ne t’aurais pas quitté comme ça. Il me faut réparer ça !»

    Un sourire amusé sur les lèvres, je me lève et viens me placer juste devant lui. Lorsque je prends son visage entre mes mains je sens de légers picotements au bout de mes doigts, cette sensation est tellement étrange. La ressentit-il lui aussi ?
    Me penchant légèrement je pose mes lèvres sur les siennes en savourant leur contact. Lorsque je me recule je plonge immédiatement mon regard dans le sien.


    « - Les enfants sont avec moi… Ils vont biens et moi aussi. On va voyager un peu. J’accompagne un Grand Prêtre. Quand… quand penses-tu rentrer ? »

    Voilà ce qui m’inquiète. Ne pas savoir quand il rentrera, si il rentrera sain et sauf… pourquoi diable a-t-il fallut qu’il s’embarque là dedans ? Le goût du risque lui manque-t-il à ce point ?
    Mes doigts caressent ses joues, ça me rassure de le voir même si je ne sais pas exactement comment cela est possible.
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2050
Âge : 117
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Rêve ou réalité ? [Jena]   Jeu 9 Mai 2013 - 13:31

Un baiser. Unique mais multiple, sans cesse renouvelé et sans cesse recherché. Lorsque les lèvres de Jena se joignirent aux miennes, une nuée de souvenirs me revinrent en mémoire, se mélangeant et s’entrecoupant comme pour mieux attirer chacun mon attention. Je revis la jeune damoiselle de compagnie que sa maitresse avait cherché à fourrer dans mon lit lors de mon arrivée à Alonna, la honte de devoir jouer ce rôle se lisant dans ses yeux en même temps que la peur du châtiment si elle échouait. Presque instantanément, cette image disparut pour être remplacée par celle de la baronne d’Alonna accueillant mes vassaux lors du grand bal de la nouvelle année, resplendissante et lumineuse au milieu de la salle de fêtes, cible de toutes les attentions et de tous les compliments.

Un baiser. Simple geste mais de si grande conséquence, si puissant par ce qu’il peut exprimer. Je me revis avec ma femme dans le temple de Néera, alors que le Grand Prêtre venait officiellement de nous unir sous le regard bienveillant de la déesse. Et au dehors, la foule qui nous acclamait, surement aidée également en cela par la promesse du banquet auquel chacun pourrait se mêler. Combien de tonneaux de vin y étaient-ils passés cette nuit là ? Combien de sangliers avaient-ils cuits sur de massives broches dans les différentes cours de la citadelle ? Peu importait, seul comptait que ce baiser échangé entre le baron et sa dame marquait la renaissance d’Alonna et la foi en l’avenir.

Un baiser. Réconfort après l’effort, refuge du guerrier et assurance de la confiance en l’être aimé. Jena, trempée, sa robe salie et déchirée, surgissant du tunnel inondé qui séparait la poche d’air où j’avais trouvé refuge avec les mineurs survivants lors de l’incident des mines de Lodiaker. Sans ma femme, sans son courage et sa détermination, j’aurais péri ce jour là. Je pouvais encore revoir le visage des soldats et des ouvriers lorsque nous étions enfin sortis de cet enfer souterrain, je pouvais encore y lire le profond respect qu’il ressentait alors envers leur baronne. La fierté, le sens de l’honneur, voilà ce que Jena leur avait rendu ce jour là. Un bien intangible, qui ne nourrit ni ne réchauffe, mais sans lequel l’homme cesse de pouvoir se regarder en face.

Tous ces instants se mélangeaient dans ce baiser, toutes ces promesses, toutes ces épreuves remontaient à la surface. Un doux picotement se répandit dans mon être, mais je n’aurais su dire s’il venait de ce lieu où du simple plaisir de retrouver ma douce et tendre. Je n’osais la lâcher, comme si le contact physique entre nous garantissait que nous ne serions pas séparés. Illusion, tout n’était-il qu’illusion ? Je ne cherchais pas à répondre à cette question, ni à comprendre ce qu’il se passait. Ce flot de souvenirs qui m’avait submergé venait de me rappeler l’importance de vivre l’instant présent, de le savourer sans retenue et sans penser à l’avenir.


Si tout se passe bien, le comptoir sera établi avant que l’hiver n’arrive et je pourrai reprendre la route du royaume. Suivant comment évoluera la situation, nous retournerons alors à Val-Néera ou resterons quelque temps à Velteroc.

Val-Néera… prononcer ce nom me fit penser à… ce jardin devait se trouver… cette fontaine, je l’y avais vu… mes pensées se brouillèrent de nouveau lorsque j’essayais de me contrer sur ce sujet, et j’y renonçais.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 955
Âge : 29
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Rêve ou réalité ? [Jena]   Jeu 9 Mai 2013 - 18:34

    L’hiver ? C’est étrange je n’ai plus la notion du temps. Je sais seulement que c’est loin et que cela signifie simplement que je ne le reverrais pas avant de longues semaines, de longs mois. Je me rends compte que mon cœur se serre mais je n’éprouve ni douleur ni tristesse. Ces sentiments n’ont pas de place ici, dans ce petit paradis. Pendant un moment, Hanegard semble ailleurs, ses contours deviennent flous une nouvelle fois mais cette fois je sais que cela ne vient pas de moi. Je le regarde légèrement paniquée à l’idée qu’il me laisse toute seule et puis, soudainement, il est à nouveau là. Je lui souris et lui attrape les mains pour le tirer vers moi. Quelques secondes après nous sommes tous les deux allongés sur cette herbe moelleuse et je roule sur lui en riant. Voilà un rêve qui devient très agréable et j’ai juste besoin d’en profiter pour ne rien regretter au réveil.
    Encore une fois mes doigts se posent de part et d’autre de son visage, caressant ses joues recouverts d’une barbe naissante.


    « - Peut-être que nous pourrions voyager ensemble à ton retour. J’ai envie de voir tellement de chose avec toi. »

    Sans compter que les enfants aussi aimeraient probablement voir du pays. Nos enfants…. J’entends un rire, celui de Liliana. Levant les yeux, je sonde l’étrange clarté qui nous entoure, cherchant le visage illuminé de ma fille. Mais elle n’est pas là. Quand je repose les yeux sur Hanegard je me rends soudain compte à quel point j’ai tort. Il a le même regard qu’elle. Je me rappelle de sa naissance, de son premier cri, du bonheur que j’ai ressentit. Mais je n’aurais jamais connu toutes ses joies sans lui. Par Néera, il a le don de me faire frémir d’un simple regard, de me posséder toute entière même en rêve.
    Combien de fois ai-je cru l’avoir perdu depuis notre rencontre ? Combien de fois ai-je tremblé pour sa vie ? Cela va-t-il être la même chose maintenant qu’il est loin de moi ? Il n’a jamais pris le bateau, et les mers à cette époque sont souvent agitées… Je me sens trembler. S’il lui arrivait quelque chose, pourrais-je continuer à vivre ? Pourrais-je me lever chaque jour en sachant que plus jamais je ne croiserais ce regard ?


    « - Promets-moi d’être prudent, mon amour. »

    Je murmure cette phrase en caressant doucement son nez avec le mien. Comme aimantées, mes lèvres se rapprochent des siennes et les effleurent doucement. Je me demande soudain si tout ceci est réel. S’il est vraiment en mer en train de partager le même rêve. C’est d’ailleurs sûrement mon esprit qui cherche à se rassurer par tous les moyens. J’avais tellement besoin de le voir avant de m’endormir, mon esprit aurait pu créer ce rêve de toute pièce… Mais cela semble si réaliste. Ce n’est pas un rêve comme les autres, je le sais.
    Je presse mes lèvres à nouveau contre les siennes avant de murmurer contre elles :


    « - Si tu ne devais pas revenir… je crois que … Je ne pourrais pas….continuer . »
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2050
Âge : 117
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Rêve ou réalité ? [Jena]   Lun 13 Mai 2013 - 10:29

Même l’herbe de ce lieu étrange ne correspondait pas à quelque chose de tangible. Oh, il s’agissait bien de brins d’herbes tout ce qu’il y a de plus normal, en apparence du moins. Mais un examen approfondi aurait étonné le curieux, car nulle fourmi ou autre insecte ne s’y baladait, et malgré une légère rosée, la terre ne collait pas à la peau. Vraiment surprenant, comme si les lois de la physique qui régissent ce monde s’étaient vu poliment mais fermement mises à la porte par une puissance supérieure. Mais après tout, un rêve n’est-il pas justement le lieu où tout devient possible ? Et s’il ne s’agissait pas d’un rêve, alors le simple fait de se retrouver ici brisait déjà les règles connues de la magie.

Enfin, comme disait un mage de ma connaissance : « oh, ce ne sont pas vraiment des règles, justes des recommandations ». Je ne me souviens plus ce qu’il est advenu de ce mage… je crois qu’il a tenté de défier une déesse et qu’il a finit dans les neufs enfers ou une histoire de ce genre. Bref, des histoires de mages qui n’intéressent guère que les praticiens du noble art, caste dont je ne faisais pas partie. Par ailleurs, se retrouver dans l’herbe avec Jena allongée sur moi entraine le plus souvent une diminution de mon attention relative aux problèmes métaphysiques et à la complexité entre les flux du possible et de l’impossible. Entre une réflexion philosophique sur la nature de l’univers et la rondeur des seins de ma douce et tendre, mon choix est vite fait.

Jena me demanda alors d’être particulièrement prudent et de ne pas me mettre en danger lors de cette expédition. Une réelle inquiétude se lisait dans son regard, preuve qu’elle ne sous-estimait pas les risques que cachaient les Wandres pour les présomptueux ou les tête-en-l’airs qui s’y aventuraient.


Je suis toujours prudent.

Si, je vous jure ! Je suis toujours prudent. Jamais je ne m’engage dans une situation sans en analyser l’intégralité des tenants et aboutissants, doser les chances de succès avec de fines balances et ne jouer qu’à coup sur. Qui se souviendrait d’une seule fois où j’ai agis sans prendre toutes les précautions nécessaires ?

Hmm… certes, il y a eu l’histoire du Serpent à Serramire, avec la poursuite de l’assassin dans les égouts.

Bon, j’admets aussi que charger l’ost drow à Beremas pouvait paraître téméraire.

Certes j’avais parfois baissé ma garde face à Ilinsar, même souvent.

On peut aussi admettre que les mines de Lodiaker ne constituaient pas un parfait exemple de prudence.

Ok, ok, j’avoue… je n’avais pas toujours agis aussi prudemment que je l’affirmais, mais il fallait bien rassurer Jena. Si je fonçais moins tête baissée dans les ennuis qu’autrefois, je me laissais encore parfois aller à agir sur des impulsions, le simple fait d’avoir rejoint le comte de Velteroc en étant une. Mais au milieu d’une armée de plus d’un millier de soldats dont plusieurs unités d’élite, je pouvais espérer réussir à tenir cette promesse de prudence. Cela ne garantissait pas que je reviendrai en un seul morceau, mais pour une fois les statistiques semblaient plutôt de mon côté.

Resserrant mon étreinte, je dévorais de baisers le visage de Jena, savourant la chaleur de son corps et la douceur de sa peau, mes mains s’aventurant sous sa robe pour des caresses exploratrices. N’était-ce qu’un rêve ? Une illusion créée par mon esprit pour apaiser mes nuits à bord de la flotte en route pour les Wandres ? Possible, mais alors il s’agissait d’un beau rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 955
Âge : 29
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Rêve ou réalité ? [Jena]   Mar 14 Mai 2013 - 11:33

    Toujours prudent hein ! Je me sens sourire alors qu’il prononce cette phrase. Pense-t-il que je suis idiote, il n’a jamais su faire preuve de prudence. JA-MAIS ! Je me retiens de lui dire que sa remarque est loin de me rassurer, après tout autre chose attire mon attention dans ce rêve et je dois dire que c’est une chose terriblement délicieuse ! Mais encore une fois mon esprit cherche à savoir si les mains qui remontent le long de mes cuisses sont réellement celles de mon époux… Ce rêve est surprenant, dérangeant même par certains côtés, parce que je préfèrerai tellement qu’il soit vraiment près de moi. Et puis je ne peux pas m’empêcher de me demander si je me souviendrai de tout ça à mon réveil. Ce serait tellement triste d’oublier tout ça….
    Sa main remonte un peu plus et je cesse de réfléchir pour croiser son regard amusé. Lorsque je me penche pour l’embrasser une nouvelle fois, mes cheveux bruns viennent s’éparpiller autour de nous comme pour nous cacher du reste du monde. Je goûte une nouvelle fois ses lèvres, approfondissant notre baiser.

    Comment cela ne pourrait-il pas être réel ? C’est bien lui que je sens sous mes doigts, c’est bien son odeur que je respire… Je connais cette chaleur particulière au creux de ses bras et je crois même l’espace d’un instant entendre les battements de son cœur … Et puis la douceur de ses mains sur moi, ces caresses qui me sont si familières…
    Un instant je ferme les yeux pour savourer ce moment plus intensément et je ris lorsqu’il dépose des myriades de baisers sur mon visage. Non je ne peux pas en douter, c’est bien lui.

    Mais quelque chose me tire à nouveau, j’ai l’impression qu’on veut m’éloigner, m’arracher de son étreinte et que malgré mes efforts pour m’accrocher c’est inutile. Mon regard attristé croise le sien. Je colle mon front contre le sien et je soupire doucement.


    « - Je crois….je crois que je vais me réveiller… »

    Ce triste aveu me fait de la peine pourtant je ne souffre pas, peut-être les yeux qui picotent un peu comme s’ils voulaient pleurer mais qu’ici les larmes étaient interdites. Je reste un moment à le fixer droit dans les yeux, pour me rappeler de son visage, pour essayer de marquer cet instant dans mon esprit endormi.

    « - Tu me manques tellement…. Reviens-moi vite d’accord ? J’ai besoin que tu sois avec moi….je fais des cauchemars quand tu n’es pas là…à part maintenant »Je ponctue ma phrase d'un sourire amusé.

    Oui, ce fameux cauchemar…celui avec les yeux rouges brillants, celui que j’ai fait avant d’arriver ici… Je pensais être guéri de ces rêves, de ces angoisses, mais il fallait croire que l’absence d’Hanegard et l’angoisse de son départ venaient de réveiller les peurs qui sommeillaient en moi. Lui seul sait de quoi je veux parler, mais… après tout ne suis-je pas en train de parler à mon esprit finalement ?
    Je ferme les yeux et me presse un peu plus contre lui. Je me rends compte que je tremble un peu, j’ai froids et je sens que mon esprit s’agite pour chercher la cause de mon dérangement, je sais que je m’agite, que quelque chose cherche à me tirer de mon sommeil, mais je m’accroche à mon époux qui continue ses caresses. Je sais que je vais quitter cet endroit, aussi je me redresse légèrement, croise le regard d’Hanegard, et me penche à nouveau pour l’embrasser. Je veux profiter de lui avant d’ouvrir les yeux, je veux avoir l’impression en me réveillant que ses lèvres étaient pressées sur les miennes…
Revenir en haut Aller en bas
Hanegard Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2050
Âge : 117
Date d'inscription : 22/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 41 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Rêve ou réalité ? [Jena]   Mer 15 Mai 2013 - 13:15

Ce baiser, ce dernier baiser… j’avais l’impression qu’il ne s’achevait pas. Me fondant dans les lèvres de Jena, je me laissais aller, m’abandonnant aux douces sensations de plaisir qui s’éveillaient en moi. Chaque seconde semblait durer des heures, chaque heure des années, comme si l’éternité m’était offerte pour cette délicieuse étreinte à laquelle je ne voulais pas échapper. Passé, présent et futur se mélangeaient en un seul instant intemporel et je ne vivais plus qu’au rythme de nos pulsassions communes. Lentement mes yeux se fermèrent, la réalité ou le rêve s’échappa, et je ne fus plus conscient de rien d’autre que de l’amour que je portais à Jena.

Le retour à la réalité ?

~~~~~~~~~~

Ou la fin du rêve ?

Lorsque je rouvris les yeux, plus aucune trace du petit jardin où j’avais retrouvé Jena. Pas de paysage onirique, de prairie à perte de vue ni de lointaines montagnes embrumées, juste une cloison de bois qui tanguait doucement au gré des flots de l’Eris, et au loin les cris des matelots appelés à la manœuvre pour hisser les voiles afin de profiter de la brise matinale. Péniblement, je me redressais et regardais la petite cabine autour de moi, le broc d’eau sur la petite étagère, le bureau usé, la chaise un peu branlante, et par la fenêtre le cogue que je voyais tirer des bords pour venir prendre sa place dans le sillage du navire-amiral. A cette distance et à la lumière du soleil levant, on aurait presque dit un jouet d’enfant.

Oui, je savais où je me trouvais : à bord de la flotte du comte de Velteroc, en route vers les Wandres pour y installer un comptoir commercial. Avais-je donc rêvé cette rencontre ? Les souvenirs de Jena étaient pourtant parfaitement clairs pour moi, et j’avais encore l’impression de pouvoir la serrer dans mes bras et d’embrasser son corps si désirable. Rarement un rêve m’avait paru aussi réel, mais la logique me disait qu’il ne pouvait s’agir que de cela. Dommage, car bien que je chérirais ces instants bénis où j’avais cru retrouver ma bien-aimé, je saurais qu’il ne s’agissait que d’un produit de mon imagination, d’un résultat du manque créé par notre séparation.

Ôtant ma tunique, je m’apprêtais à la ranger puis à aller me passer un peu d’eau sur le visage lorsque, la portant à mon visage, je sentis dans le tissu une douce odeur, un parfum que je connaissais très bien…

…le parfum préféré de Jena.

Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 955
Âge : 29
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Rêve ou réalité ? [Jena]   Ven 17 Mai 2013 - 12:13

    Alors que je fermais les yeux pour savourer notre dernier baiser, je sentis quelque chose d’humide sur ma joue… des larmes ? Non ça n’en avait pas la consistance… Quoi d’autre alors ? Ma curiosité finie par me faire quitter le lieu idyllique dans lequel je me trouvais et je sentis mes cils papillonner alors que je quittais doucement le monde des rêves. Encore une fois je sentis cette étrange humidité et je finis par froncer légèrement les sourcils, pestant intérieurement d’avoir dû quitter un si beau rêve à cause de ça…
    Lorsque j’ouvris enfin les yeux, mon cœur rata un battement. Ces yeux si bleus…. L’espace d’une seconde je crus que je rêvais encore jusqu’à ce que mes yeux habituent à la semi-obscurité de la chambre et que je reconnaisse les traits amusés de mon fils.


    « - Tu es content, tu l’as réveillé maintenant … »
    « - Pardon maman… j’voulais juste des bisous…. »
    « - Pourquoi t'es triste maman ? »

    Le regard de mon fils s’était fait timide comme s’il craignait que je le gronde. Il se tenait sur les coudes contre moi tandis que Liliana, de l’autre côté était couchée sur le côté. Elle fronçait les sourcils vers son frère, prête à lui faire la morale aussi. Mon regard glissa vers la fenêtre et je fus surprise de voir que le soleil brillait déjà .

    Retournant mon regard vers mes enfants je leur adressais un grand sourire amusé.


    « - J’étais en train de faire un très beau rêve c’est tout ! Alors comme ça tu voulais des bisous toi ! »

    Mon fils vit dans cette phrase un signal et se jeta sur moi pour réclamer câlins, bisous et combat de chatouille ! Liliana en revanche resta quelques secondes à nous observer avant de se joindre à nous en riant.
    Quand la bataille fut terminée et que je me redressais enfin pour quitter le lit, ma fille redevint sérieuse un moment et déclara :


    « - J’aimerai bien moi aussi voir papa en rêve. Il me manque… »

    La perspicacité de ma fille me surprendrait toujours. Je déposais un baiser sur son front alors qu’elle quittait le lit à son tour.

    « - Et bien peut-être que tu rêveras de lui la nuit prochaine qui sait ! Et puis vous savais très bien que vous lui manquez aussi, il doit s’ennuyer sans ses deux petites terreurs ! »

    Alors que j’aidais mon fils à se nettoyer le visage, je me rendis soudain compte que je me souvenais très bien de mon rêve. Chaque détail, chaque sensation….Comme si j’avais réellement passé ma nuit dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rêve ou réalité ? [Jena]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rêve ou réalité ? [Jena]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1806+ JENA-AUERSTAEDT
» Torg: le jeu de rôle de la guerre des réalités
» Ma réalité est mon rêve.
» L'amour est une rose, chaque pétale une illusion, chaque épine une réalité. [PM] & Dorian
» Entre cauchemar et réalité (prio' Howahkan)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Serramire :: Baronnie d'Alonna-
Sauter vers: