AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Entrevue entre 8 yeux [PV.Nimmio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2088
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Entrevue entre 8 yeux [PV.Nimmio]   Mar 3 Fév 2015 - 17:40


Pourquoi avait-elle accepté au tout départ ? Pourquoi retourner dans cette région qui l'avait vu grandir mais également mourir ? Elle y était morte une fois déjà lors de la mort du roi Trystan alors pourquoi revenir en arrière ? Il était peut-être temps de mettre fin à toute cette histoire et de rompre avec ce passé, l'enterrer définitivement avec les restes de son ancienne vie.

Elle avait rencontré cette délégation diplomatique dans une auberge perdue, cette dernière s'arrêtant pour permettre aux hommes et chevaux de se reposer avant de reprendre la route le lendemain comme avait décidé de le faire la voyageuse. Après tout pourquoi dormir dans un sous bois alors que l'on peut se permettre le confort d'une auberge et d'un lit douillet et confortable ? Malheureusement cette idée en commun ne joua pas vraiment en faveur de la fugitive qui se retrouva nez à nez avec un capitaine de garde, qui malgré les années, ne manqua pas de tilter sur l'identité de la femme. Peut-être était-ce sa réputation qui l'avait précédée ou simplement la jolie somme qui avait été mise sur sa tête par le véritable assassin de Trystan qui l'avait trahie mais jouer à l'innocente n'avait pas été une solution bien viable ; si bien que le pauvre homme se vit organisé une rencontre amoureuse entre son nez et le tabouret tout proche pour permettre à la fugitive de tenter de s'enfuir.

Rencontre qui n'était qu'un vil quiproquo lorsque les intentions furent éclaircies... Un certain Nimmio de Velteroc avait finit par renverser le pouvoir en place, accusant Aetius d'Ivrey et sa clique d'être responsable du régicide, a moins que ce ne soit le régicide direct, du roi Trystan et qu'il avait fait gracier les "accusés à tort" dont elle faisait d'ailleurs partie. S'en était suivi un échange bref au cours duquel il s'était avéré que les deux partis pouvaient trouver un "intérêt commun" à une rencontre... La missive était donc partie, dans les termes définis conjointement selon lesquels l'homme devrait se présenter dans le bois des pendus accompagné au maximum d'un seul de ses hommes de confiance dès la réception de la missive qui fut envoyée par un coursier rapide.

-- Quelques jours plus tard --

Le bois des pendus, petit bois utilisé à des périodes sombres du royaume pour exécuter tout types de petits criminels, chacun ayant eut droit à sa branche pour finir pendu haut et court ou seuls quelques rares jeunes gens en recherche de sensations fortes ou des personnes assez folles, décidaient de s'y rendre pour tenter d'y vivre. Pourtant l'endroit n'avait rien de réellement effrayant, il s'agissait d'un simple bois avec parfois des restes de cordes rongés par la mousse ou simplement le dernier pendu qui n'avait pas encore été descendu de son perchoir macabre. Non, le seul élément effrayant était le nombre incalculable d'histoires qui pouvaient se raconter sur ce lieu, pour certain il s'agissait directement du royaume de la mort, et pour d'autre un lieu de non droit ou les esprits essayaient de prendre possession du corps des vivants. Autant dire que cela avait de quoi effrayer la petite populace pour permettre à une autre souche de la population d'agir à leur guise dans ce genre d'endroits à moins d'une demi-journée de cheval de la capitale humaine.
Cette utilité s'était révélée moindre avec les années de conflits armés qui ont permis aux individus peu recommandables qui utilisaient cet endroit d'agir presque à visage découvert quasiment en toute impunité en tant que mercenaires pour une armée X ou Y le laissant ainsi retourner à un calme bien mérité... Calme qui n'en avait que le nom maintenant que la fugitive y avait élu domicile avec une créature qui était toute sauf discrète.

Le temps était avec elle avec ces lourds nuages bas qui accompagnaient les pluies printanières incessantes, qui permettaient à la région de se faire ses réserves d'eau pour l'été qui approchait. Des bruines diminuaient la visibilité pour quiconque soit tenté de monter la garde et lui avaient permis d'arriver dans une discrétion toute relative. Le problème étant autre, cela rendait le petit bois idéal pour une embuscade quelconque que l'un des deux partis désirerait tendre à l'autre. En ces périodes guerrières ce genre de possibilités n'était pas vraiment à oublier. Enfin... La menace venait toujours du ciel n'est-ce pas ? Comme pouvait l'attester une ombre qui pouvait parfois se distinguer lorsqu'elle croisait une couverture nuageuse plus fine.

La fugitive s'était "installée" au pied d'un petit promontoire rocheux, amoncèlement de roches que l'érosion avait faite ressortir du sol des siècles avant que le bois ne vienne l'envahir, offrant une sorte de clairière exposée aux agressions de la pluie qui menaçait de se remettre à tomber d'un moment à l'autre. Il ne restait plus qu'à attendre l'homme qui, s'il ne respectait pas l'engagement, regretterait certainement de ne pas l'avoir fait.
Revenir en haut Aller en bas
Nimmio de Velteroc
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 403
Âge : 127
Date d'inscription : 25/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Entrevue entre 8 yeux [PV.Nimmio]   Mar 3 Fév 2015 - 23:27


Johann... La Johann ? L'une des femmes les plus puissantes qu'ait connue la péninsule et une des proches du grand Roi Trystan. Nimmio n'en croyait pas ses yeux devant le rapport qu'il avait déplié auprès de lui. Non loin de là, un feu mourant crépitait dans la cheminée. Il était tard et il aurait dù dormir depuis bien longtemps. Mais cela faisait des ennéades qu'il n'avait point fermé l’œil d'un sommeil réparateur. Trop de choses retenaient ses pensées, trop de préoccupations accablaient son esprit. Plus la campagne avançait et plus il était diminué. Il le sentait, sa limite approchait à grand pas et bientôt, il devrait prendre du repos bon gré mal gré.

Mais la nouvelle qu'il venait de recevoir l'emplissait d'une énergie nouvelle. Johann était réapparue et avait accepté de venir le rencontrer. Lui qui ne l'avait connue que de nom et renom allait enfin pouvoir l'observer de ses yeux,  converser avec elle. Peut-être accepterait-elle de le conseiller sur la marche à suivre pour la suite. Peut-être accepterait-elle de l'aider a essayer de sauver ce royaume qui, malgré toute son énergie et tous ses efforts menaçait encore de s'effondrer a chaque instant.

Il fit le tour de ses appartement une nouvelle fois, ressassant les paramètres de cette rencontre. La forêt des pendus, deux personnes de chaque côté... Enfin deux personnes... Deux individus. On disait de Johann qu'elle était l'une des personnes les plus incroyables de ce monde et que sa beauté n'avait d’égal que sa force de caractère et ses compétences martiales.

Une digression, une fois encore ! Un peu de concentration... Un rendez vous loin de la ville, dans un bois en petit comité. Il faisait tourner la pointe un carreau d’arbalète entre ses doigts tandis qu'il faisait les cent pas. Non, elle ne me fait pas confiance. Elle ne voit pas en moi la même chose que Nakor où Hannegard. Elle ne me fait pas confiance, elle se prémunit contre toute tentative potentielle de ma part pour la capturer où la contraindre de quelque sorte que ce soit. Sans doute souhaite-t-elle me rencontrer afin de me jauger...

Il s'assit finalement, le regard vide et, avant qu'il n'ait eu le temps de terminer sa phrase, il s'était assoupis. Les yeux grands ouverts fixant les dernières flammes virevoltantes d'une cheminée qu'il ne voyait plus. La fatigue avait eu raison de ses forces, une fois de plus, mais bientôt le soleil se lèverait et une nouvelle journée de dur labeur l'attendrait.

Quelques jours plus tard

La petite escorte avait discrètement quittée Diantra par un chemin dérobé. Les Cartographes Velteriens s'étaient échinés de nombreux jours a visiter les coins et recoins de chaque tour, chaque échauguette, chaque poterne, chaque pan de mur, afin de déceler le moindre passage qu'eurent pu emprunter des intrus désireux de pénétrer la ville sans le consentement du Duc du médian. Et ce passage faisait partie des heureuses découvertes.

Parmi les hommes qui l'accompagnaient figurait une silhouette massive, dépassant allègrement ses voisins de plusieurs centimètres. Darius, Grand Prêtre de Mogar avait demandé a être l'accompagnateur de son jeune protégé. Si Nimmio devait rencontrer une femme de cette envergure,  il ne serait pas de trop en cas de dérapage. Néanmoins, il était conscient que face à une réelle embuscade, leurs chances demeureraient très minces.

Le Duc quand à lui semblait serein. Épuisé, mais serein. Son allure semblait pitoyable malgré ses habits et décors d'une grande qualité et d'un éclat flamboyant. Son teint blafard, ses yeux explosés et ces cernes d'une profondeur alarmante donnaient l'impression d'avoir a faire à un zombie costumé. Mais il avançait néanmoins à bon train.

Après quelques minutes, tout ce petit monde arriva a l’orée du bois des pendus et fit halte. Les hommes s'assirent tandis que le Duc et son Garde du corps particulier continuèrent leur chemin jusqu'au lieu prévu pour la rencontre. Un petit chemin les amena finalement jusqu'à destination où attendait une splendide jeune femme dont le regard suffisait à lui seul à illustrer toute une vie d'expérience et de souffrances.

Johann je suppose. dit-il en effectuant une profonde révérence. C'est un honneur que de rencontrer le Maître de l'Ordre de la Rose noire et sans doute le plus fervent défenseur de notre bon Roi Trystan. Mettant a présent le genoux à terre. Je vous remercie de m'accorder cette entrevue, vous qui avez risqué votre vie pour notre roi et qui avez du fuir pourchassée par les chiens du Régicide. Je ne peux a moi seul m'excuser au nom du royaume pour une telle injustice, mais je peux néanmoins le faire pour n'avoir point pu être a vos côtés quand notre bon roi avait désespérément besoin de ceux qui lui étaient fidèles. Le fardeau de ce manquement a mon devoir de vassal pèsera a jamais sur mon honneur.

Nimmio se redressa péniblement et Darius qui était resté impassible jusqu'ici l'aida finalement a se stabiliser en lui apportant le soutien de son énorme main caleuse tandis que de l'autre, il laissa reposer la tête de son colossal marteau de guerre sur le sol. Une fois bien droit, le Duc retrouva quelque peu d'assurance. Mais l'émotion était a présent palpable dans son regard fatigué et une étincelle brillait malgré les vaisseaux sanguins éclatés qui troublaient sa vision.

Je suis étonné et agréablement surpris par votre réapparition en ces temps décisifs... Que cela veut-il dire ? Quel message les cinq nous envoient-ils par votre présence ? Étais-ce la volonté du Roi Trystan que de vous voir revenir quand le Royaume aurait désespérément besoin de ses Héros ?
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2088
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Entrevue entre 8 yeux [PV.Nimmio]   Jeu 5 Fév 2015 - 21:30


L'homme arrivait avec une escorte, elle le savait, il était difficile d'ailleurs de ne pas le voir venir mais en des temps comme ceux-ci il était compréhensible qu'il agisse ainsi au moins pour la première partie de son trajet, cependant méfiante était toujours mère de sureté et ainsi la vagabonde ne se fit pas prier pour commencer à ranger ses affaires pour se mettre sur le départ et disparaitre avant que ces derniers n'aient l'idée d'essayer d'encercler le petit bois. Elle laissa juste le petit feu qu'elle avait réussit à faire prendre non sans mal tenter de survivre en léchant les brindilles encore humides qu'elle avait mis dessus, roussissant l'écorce de cette dernière, produisant une faible fumée blanche qui se mélangeait avec le fond gris qu'offrait le ciel et tentant de réchauffer ce qui semblait être une petite bouilloire, la fumée les guiderait plus aisément jusqu'à cet endroit.

Le groupe se sépara, l'homme respectant visiblement les termes de l'accord passé avec son subalterne quelques jours plus tôt, laissant le gros de son escorte derrière lui pour n'être accompagné que d'un seul garde. Il restait dans les limites, mais elle lui avait laissé le choix et il était dommageable qu'il n'ait pas fait l'autre de venir seul. Néanmoins pour le moment il n'y avait pas de menaces.

Deux humains se présentèrent donc devant elle, le premier était visiblement un guerrier et donc le garde du corps du second pour l'occasion. Il était armé d'un imposant marteau de guerre ne laissant que peu de place pour imaginer ce qu'il pouvait faire lors d'un combat. Vu la carrure du bonhomme il n'était certainement pas question d'espérer le battre par la force. Le second était plus petit, plus "maigre" et visiblement affaiblit pour des raisons multiples et variées, les yeux marqués par la fatigue, le manque de sommeil et tant d'autres maux qui touchent ceux qui jouent au chef de guerre dans l'éternel massacre de son voisin et sa tenue ne venait faire qu'accentuer ses traits. Malgré son apparence il semblait plus jeune qu'elle... Enfin, même si un observateur extérieur n'aurait su le dire car malgré la trentaine, la voyageuse faisait toujours plus jeune comme si le temps s'était arrêté au début de ses vingt ans.

Elle les laissa s'approcher jusqu'à une distance raisonnable, sans bouger d'un sourcil les bras croisés, gardant le silence pour permettre aux deux hommes de se présenter et de justifier le comportement de son subalterne qui avait insisté pour produire une telle rencontre. Elle le laissa se présenter... Enfin, se présenter était certainement trop demandé, par contre il lui passa de la pommade à ne plus savoir qu'en faire, tentant de la brosser dans le sens du poil à un point que cela avait de quoi devenir réellement suspect sur les intentions de l'homme. Il avait quelque chose à demander, et ce ne serait certainement pas un tout petit service, non certainement pas !

"Il est inutile de vous agenouiller ainsi devant moi, tout comme d'user de flatteries et de titres qui ont perdu tout sens depuis des années." Elle était restée impassible, et employait un ton neutre qui accompagnait parfaitement la fraicheur du climat. "Ceci ne vous mènera à rien avec moi." Elle laissa de nouveau le silence s'installer quelques instants "Vous n'aurez également pas besoin de vos armes ici." finit-elle.

Bon au moins le ton était donné, les choses devraient être simples et peut-être même un peu crue. Un peu comme la vie qu'elle avait toujours mené et encore plus ces dernières années. Et malgré le fait qu'elle semblait toujours égale à elle même, les choses avaient beaucoup changé pour elle, et l'homme s'en apercevrait certainement bien assez tôt. Dans tous les cas c'était un sacré accueil qu'elle leur avait réservé !
Elle se tourna vers le petit feu derrière elle, tout en gardant les deux individus dans son angle de vision avant de s'accroupir devant celui-ci pour le faire respirer à l'aide d'un vieux couteau planté au sol juste à côté de ce dernier. Elle leur désigna ensuite du bout de la lame un arbre encore vert qui semblait s'être couché récemment, comme déraciné par des intempéries ou un évènement localisé qui n'aurait pas impacté le reste de la flore environnante.

"Par contre il est de coutume de se présenter quand quelqu'un vous invite, tous les deux, à partager son feu."

Oui, ils étaient là pour parler entre personnes "civilisées" mais certainement pas de la même manière que ces gens qui vivaient au milieu des villes et autres nids de serpents politiques qui se battaient comme des animaux pour les restes d'un royaume qu'ils avaient eux-même détruit par leur bêtise.
Après restait-il à savoir si les deux individus accepteraient de le partager et de s'assoir car l'invitation ne concernait évidemment pas que le noble. Le soldat devrait également le faire, s'obligeant ainsi à ne pas pouvoir utiliser une arme aussi lourde que le marteau en cas de problème, il en état de même pour les épées attachées aux ceintures. Ils seraient ainsi sur un pied d'égalité tous autant qu'ils étaient - mais également presque à portée de poignards et autres couteaux pour les paranoïaques.
Revenir en haut Aller en bas
Nimmio de Velteroc
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 403
Âge : 127
Date d'inscription : 25/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Entrevue entre 8 yeux [PV.Nimmio]   Lun 9 Fév 2015 - 10:54

Le légendaire franc parler de Johann n'était donc pas une simple légende et la femme qui se trouvait devant lui venait de le lui prouver. Elle le suspectait ainsi de chercher a la flatter, le renvoyant dans la catégorie des manipulateurs potentiels. Mais telles n'étaient pas ses intentions. Après tout, mis a part ses compétences, connaissances et donc ses conseils avisés, qu'aurait-elle pu lui apporter qu'il ne possédait pas déjà ? Non en réalité, s'il avait voulu la rencontrer c'est qu'il espérait qu'elle puisse lui parler du Roi Trystan et, s'il était chanceux, qu'elle accepte de la guider sur les pas de cet homme illustre a qui il espérait ne serrais-ce qu'arriver à la cheville.

A l'invitation de la jeune femme, les deux hommes déposèrent délicatement leurs armes au pied d'un vieux chêne sur lequel pendait encore quelques morbides lambeaux de cordes. Le destin funeste de bien des êtres humains en ces lieux contrastait avec la verdoyance et la beauté de cet environnement sauvage. Il s'avancèrent alors afin de s'assoir auprès de Johan et lancer la conversation tant attendue.

Madame, vous êtes devant le Duc N...Commença Darius avant de se faire interrompre par son seigneur d'un signe de la main.

Je suis Nimmio de Velteroc, humble serviteur de feu le Roi Trystan et j'essaye aujourd'hui de sauver ce qui peut l'être de son rêve péninsulaire. Puis, tendant le bras vers Darius, il poursuivit. Et voici Darius, Grand prête de Mogar, un de mes plus fidèles amis et à qui je dois la vie et une grande partie de mes connaissances.

Les présentations étaient faites et la véritable discussion allait pouvoir commencer. La Trystanienne qui lui faisait face refusait qu'on l'appela par les anciens titres qu'elle avait pu porter, ce qui pouvait signifier toute la douleur qui pesait encore sur son cœur bien des années après qu'elle les ait perdus lors de ces temps tragique où le royaume se retrouva orphelin de son dernier vrai Roi.

Les titres par lesquels je vous définie Madame ne sont point ici pour vous flatter et vous n'avez pas a vous sentir indigne de les porter. Vous avez participé de toute votre âme et de tout votre cœur aux rêves du Grand Roi Trystan et en cela, le royaume doit vous être reconnaissant. Ainsi, je considère que l'octroi des vos titres, fussent-ils désormais honorifiques est de mise lorsque nous nous adressons à vous.

Nimmio fit une pause, se redressant sur le tronc inconfortable qui commençait à lui casser le dos. Plusieurs de ses vertèbres firent entendre leur gémissement tendis que les nerfs noués le long de sa colonne venaient se déplacer et s'entrecroiser a nouveau, formant autant de points de tensions.

Mais que pensez-vous que j'attende de Johann, Maitre de la Rose Noire et proche Conseiller du Roi Trystran en ces temps décisifs ?
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2088
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Entrevue entre 8 yeux [PV.Nimmio]   Sam 14 Fév 2015 - 12:16


Ils laissèrent leurs armes derrière eux, comme l'avait demandé la voyageuse, ces derniers ayant compris qu'ils n'en auraient certainement pas besoin ce jour. Puis, ils s'installèrent non sans mal sur le siège que leur avait proposé la vagabonde, non sans mal pour le plus petit des deux. Celui était le garde du corps essaya d'ailleurs de présenter son protégé mais fut interrompu d'un signe de la main, geste qui ne manqua d'ailleurs pas de la déranger, déjà que par le passé elle n'était pas familière avec ce genre de "méthodes", en ces jours elle l'était encore moins.
Elle l'écouta se présenter, puis présenter son garde du corps sans dire un seul mot laissant pour seule réponse le bruit de son couteau qui remuait doucement le petit bois qui brulait difficilement, observant simplement cet individu qui continuait à essayer de la brosser dans le sens du poil et en d'autres temps ce genre de discours auraient pu l'atteindre sans grande difficulté.

Elle laissa donc la dernière question en suspend, continuant à s'occuper de sa bouilloire et de ce petit feu comme si de rien n'était, comme si les mots n'avaient jamais été prononcés. Lorsqu'elle ouvrit cette dernière, une légère odeur de plante s'échappa du récipient, certainement une sorte de thé avec des plantes qui ne semblaient pas être de la région et ayant certainement des vertus quelconques pour être utilisées ainsi.

"Définissez-moi bien comme vous voulez si ça peut vous faire plaisir."

Avait-elle répondu, distraite, alors qu'elle testait la température du contenu de la bouilloire. Après tout si ca pouvait le rassurer de croire la connaitre, ce n'était pas le moment de partir dans des débats interminables sur qui est qui et comment s'adresser à l'autre.
Doucement, et sans se préoccuper réellement de l'avis de ses interlocuteurs elle sortit trois récipients pour vider le contenu de la bouilloire dans ces derniers. Oh, ces récipients n'avaient rien à envier à la vaisselle que l'on trouvait dans la capitale, il s'agissait de simples godets en métal quelconque et visiblement de manufacture humaine cabossés par le temps et le voyage.
Dans le premier elle rajouta le contenu d'une petite fiole, un liquide quasiment visqueux qui ne donnait pas vraiment envie de boire l'infusion qui l'accueillait. Elle tendit le premier godet au dénommé Nimmio, le second au garde du corps et se garda le troisième.

"Vous devriez en boire le contenu, quoi que vous ayez, ceci vous aidera à vous sentir mieux. C'est une preuve de notre bonne foi."

Ce qu'elle avait ajouté ? Elle ne le dirait certainement pas, mais ce n'était certainement un poison, après tout qu'est-ce qu'elle aurait à y gagner de le tuer ? Le garde du corps pourrait bien gouter par précaution et il ne s'en porterait d'ailleurs pas plus mal.

"Il ne reste de la péninsule de Trystan qu'une carcasse que se dispute une bande de chiens affamés qui ont eux-même tué la bête. Et je ne suis pas la pour devenir un de ces chiens." Bon, au moins c'était clair et les mots ne laissaient pas vraiment de doute quant à ses intentions. "Votre messager m'a par contre signalé que j'avais été lavée de tout soupçons et que je serai libre de circuler sur la péninsule. Si cela est vrai, je désire l'étendre à ma compagne de route."

S'il avait cru qu'elle revenait pour se mettre à son service ou plutôt à celui de la cause qu'il défendait, alors c'était se mettre le doigt dans l’œil. Il pouvait essayer de la convaincre, mais les probabilités ne semblaient pas en sa faveur. Non, elle était juste venue pour récupérer quelque chose mais au moins il s'agissait d'un premier pas !

Revenir en haut Aller en bas
Nimmio de Velteroc
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 403
Âge : 127
Date d'inscription : 25/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Entrevue entre 8 yeux [PV.Nimmio]   Mer 18 Fév 2015 - 10:08

Le franc parler de la femme sans âge qui lui faisait face avait du en désarmer plus d'un par le passé. Son tempérament de feu n'était ainsi pas exagéré et il était clair qu'il fallait bien plus que des mots pour l'amadouer... comme si un tel prodige était possible.

S'avançant sur le tronc d'arbre, Nimmio saisit la coupette que lui tendait Johan et en but le contenu sans faire attention au regard désapprobateur de Darius. Ce dernier trouvait toujours son protégé trop téméraire en confiant en les intentions d'autrui dans ce genre de situations. Mais il semblait néanmoins que Nimmio fut doué d'un sixième sens quand il s'agissait de jauger la valeur de ses vis-à-vis.

La boisson était âpre et son goût fort étrange. Il y aurait eu en elle quelques substances estreventines inconnues que cela ne l'aurait pas surpris. Restait à savoir si l'étrange breuvage allait le soigner de la fatigue chronique qui lui faisait courber l'échine.  Mais il ne lui coutait rien d'essayer.

Maitre Johann, je vous remercie de cette délicate attention. Puisse votre breuvage avoir l'effet escompté. Vous ne pouvez pas imaginer a quel point mon corps a besoin d'une fragrance nouvelle alors que cette guerre semble approcher de son terme...

Il but une nouvelle lampée tout en se redressant.En effet, je vous ais lavé de tout soupçon pour ce qui concerne les terres qui sont actuellement sous mon contrôle où celui de mes allier, Johann est réhabilité. Cependant, je ne peux pas avoir cette prétention pour les terres qui se dressent pour l'heure contre moi. Mais nul doute que lorsque la paix reviendra, tous accepteront d'entendre raison. Le témoignage de Nakor est limpide quand aux actes commis par Aetius envers notre bon Roi Trystan. Ainsi, le véritable Régicide étant confondu, il est évident que votre nom est lavé de ces ignobles accusations. Mais qui est votre compagne... Je ne la vois pas auprès de vous alors que vous ne cessez de la nommer comme si elle était ici avec nous.

Il écouta attentivement le point de vue de la femme sans âge sur la situation du Royaume. Une bande de chiens affamés. Ainsi, ils n'étaient rien de plus que des chiens à ses yeux. Sans doute était-elle recluse hors de ce monde depuis trop longtemps pour se rendre compte de la réalité de toutes ces choses... Où peut-être son éloignement lui donnait une clairvoyance nouvelle. Mais s'il donnait l'impression lointaine de vouloir dépiauter le Royaume, telle n'en était pas son intention, bien au contraire.

J'ose espérer que vous vous trompes Maitre Johann. Mes intentions n'ont jamais été de m'approprier les restes de ce grand projet que fut le Royaume de notre bon Roi Trystan. Je me suis efforcé de dégager ce qui pouvait être sauvé, des griffes de l'usurpatrice Arsinoé dont les ambitions illégitimes se satisfaisaient parfaitement de l'odieux crime de son mari. Croyez bien que j'ai essayé de préserver la paix autant que je l'ai pu et que j'essaye encore de l'instaurer aujourd'hui, tandis que d'autres essayent de s'accaparer ce qu'ils peuvent. Si je tenais a vous rencontrer, ce n'était pas pour tenter de vous rallier a ma cause... Mais pour solliciter vos conseils avisés sur la marche a suivre et sur les décisions qu'aurait pris le Roi Trystan dans ma situation...
Revenir en haut Aller en bas
Johann
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2088
Âge : 31
Date d'inscription : 11/08/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 (Favrius 979, 10ième cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Entrevue entre 8 yeux [PV.Nimmio]   Jeu 5 Mar 2015 - 6:18


Le garde du corps sembla désapprouver le comportement de son supérieur par un regard qui voulait tout dire. Après tout, à sa place elle aurait été tout aussi méfiante et aurait même préférer gouter avant le dit protégé qui se mettait ainsi en danger, mais cette époque était révolue et loin de pouvoir se reproduire. La fugitive ne put s'empêcher de sourire aux remerciements de l'homme. Il était difficile de nier que l'élément qui y avait été rajouté en plus des plantes donnait un gout immonde à la boisson et peu pouvaient se vanter d'avoir aimé le dit breuvage.

"Dites plutôt que c'est dégueulasse. Par contre le remède est efficace contre beaucoup de maladies."

Il fallait bien justifier le gout immonde, beaucoup de personnes pensaient que l'efficacité se jugeait également par le gout immonde du remède ! Dans ce cas là, il était donc bien meilleurs qu'il ne le devrait. Tout dépendait de comment il était utilisé, le reste du contenu n'était rien d'autres que des plantes semblables à ce que certains pourraient appeler "Thé". Elle écouta d'un air détaché les remarques du noble, ainsi donc ce vieux fou de Nakor avait réussit à retourner dans les bonnes grâces de la classe dirigeante ?

"Ma compagne surveille actuellement les environs et s'assure que rien ne vienne perturber cette rencontre." commenta-t-elle simplement. "Considérez qu'elle vous garde à l'oeil et que je m'exprime pour elle." Il n'y avait aucune menace dans les mots, il s'agissait simplement d'un constat. "Vous la rencontrerez en temps voulu si nous l'estimons nécessaire."

Mais passons les justifications, elle posait juste de nouvelles bases à la discussion qu'elle effectuait presque en totale transparence, il restait à savoir si les mots, trop mielleux pour être honnêtes, de cet homme avaient réellement une quelconque valeur. Vouloir instaurer lapaix mais se faire accompagner par un des prêtres du dieu de la guerre ? Il y avait bien d'autres moyens d'obtenir la paix même si elle n'en était pas vraiment consciente quelques années auparavant ou le meilleurs moyen semblait de pacifier à grand coup de tatane dans la gueule.

"La situation actuelle est loin d'être identique de celle de Trystan. Vous ne pouvez comparer une époque ou la négociation s'ouvre avec facilité face à une autre ou aucun des partis ne sait négocier sans menacer son voisin d'une guerre ou encore mieux, de lui faire directement sans passer par la négociation." Elle fit une courte pause, semblant réfléchir. "Enfin, plus des menaces que des négociations, mais pour certains, c'est pareil."

A une époque elle rentrait parfaitement dans ce type de négociation "Je te propose ceci, si tu refuses je te pête la gueule comme ça je le ferai quand même". Il aurait été constructif de proposer un partage des pouvoirs dans une sorte de conseil comme celà pouvait se produire dans les grandes cités de l'Ithrii-Vaan. Mais la surface et le nombre incalculable d'interlocuteur rendrait les choses très difficiles et en effet il était plus facile de se créer des vassaux par la force !

"Comment comptez-vous espérer obtenir la paix dans tout le royaume et surtout la maintenir ? Vos paroles sont belles, mais ce sont les actes qui définissent les hommes. Contre qui faites vous la guerre et pour quoi ?"

La question était une sorte de nouveau test, cela pouvait se lire dans le regard qui se posait sur cet homme. Elle le regardait droit dans les yeux, comme pour l'empêcher de s'échapper, ou peut-être comme pour le forcer à fuir, le détourner aurait-il été un signe de faiblesse ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entrevue entre 8 yeux [PV.Nimmio]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entrevue entre 8 yeux [PV.Nimmio]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il est bon de lire entre les lignes, cela fatigue moins les yeux [PV Alh]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Diantra-
Sauter vers: