AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cécilie de Laval - Une mélodie dans les ténèbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 569
Âge : 23
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Cécilie de Laval - Une mélodie dans les ténèbres   Dim 1 Mar - 3:30


Nom/Prénom : Cécilie de Laval, la Mériale de Beaurivage
Âge/Date de naissance : 20ans née en 989 du 10e cycle
Sexe : féminin
Race : Humaine
Faction : Péninsule (Missedoise d'origine)
Particularité :
-Ses grands yeux bleus bien souvent fixes n'ont jamais connu la lumière du soleil: elle est aveugle de naissance. Mais c'est aussi cette particularité qui lui a donné des sens particulièrement aiguisés.
-toujours accompagnée de sa demoiselle de parage: Rose

Alignement : Neutre bonne
Métier : héritière de la châtelainie de Beaurivage et musicienne de la cours d'Etherna
Classe d'arme : Aussi capable de se défendre qu'un poussin en bocal

   Rose    
Sœur de lait de Cécilie, elle n'est nullement noble mais à quoi bon le crier sur les toits? Il a été convenu avec les parents de cette dernière qu'elle serait les yeux et la plume de la demoiselle contre une situation assurée. Mais entre les deux jeune filles s'est instaurée une réelle relation de confiance.
Discrète mais débrouillarde, Rose a été éduquée pour pouvoir répondre aux besoins de Cécilie mais c'est aussi par amitié qu'elle essaie d'aider au mieux la jeune artiste, que se soit dans les tâches du quotidien ou en cas de problèmes plus épineux.




Équipement :
Née parmi les nobles, elle dispose de nombreux biens. Ses parents étant beaucoup plus portés sur le commerce et la culture que sur la guerre, elle vécu donc dans le confort et possède de nombreuses robes d'excellentes qualités pour ses apparitions publiques dont certaines sont des cadeaux, et quelques unes plus confortables pour le quotidien.

Elle ne se sépare jamais de sa chevalière, glissée au majeur de sa main droite, et qui porte les armoiries familiales et garde toujours un petit médaillon offert par sa mère et qui contient une plume bleue de mériale. Ce médaillon est très cher à son cœur et elle l'utilise comme focalisateur pour le peu de magie qu'elle contrôle. Elle ne voyage jamais non plus sans sa harpe, un objet de maître créé pour elle à Missède, ainsi que sa lyre.

chevalière:
 

médaillon:
 

Elle ne sait pas se battre et n'a aucune armure, même minime à sa disposition mais on insiste pour qu'elle porte un stylet, bien au chaud dans le revers de sa manche, même si elle ne serait surement même pas capable de toucher un éventuel attaquant.






Description physique :

Agile et noble, avec sa jambe de statue.
Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
Dans son oeil, ciel livide où germe l’ouragan,
La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.
Un éclair… puis la nuit! - Fugitive beauté
Dont la voix m’a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l’éternité?
Ailleurs, bien loin d’ici! trop tard! jamais peut-être!
Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
O toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais!


C'est une tâche difficile de définir ce qui est beau ou non, surtout lorsqu'on ne peut pas voir... Et pourtant, si on peut dire quelque chose sur la demoiselle de Laval, c'est qu'elle est toujours habillée de façon fort correcte, souvent dans les tons rouges et or de son blason, et semble manier le noir et la poudre avec autant de facilité que d'autres dames de son rang. Ses très longs cheveux aux reflets cuivrés sont bien entretenus et souvent tressés avec soin.

Mais ce qu'on ne dit que rarement, c'est que toutes ces petites choses reposent sur les épaules de Rose, la damoiselle de parage de Cécilie.

En revanche, il y a des choses qu'on ne peut changer. Qui font de nous ce que nous sommes. Par exemple, la noble dame n'est pas très grande du haut de son mètre 62, mais elle a toujours été d'une bonne nature. Si on met à part ses yeux qui ne servent à rien de plus que décorer son joli minois, on peut même dire qu'elle a une santé de fer.

Aillant vécue recluse pendant longtemps, la peau de la jeune artiste est restée extrêmement pâle et elle en prend grand soin. La seule cicatrice qui orne son corps est une toute petite coupure sur l'intérieur de son bras causée par la rupture très brutale d'une corde de sa harpe. Elle a aussi pris les traits fins et gracieux de sa mère. Avec ses hanches larges, sa taille assez fine et sa poitrine rebondie, elle rentre impeccablement dans les canons de son époque: un corps pâle et surtout parfait pour porter des enfants. Si seulement...

Si seulement Néera avait bien voulu lui accorder la vue.

Ses yeux, parlons en d'ailleurs. On pourrait les croire fait de glace tant ils sont clair et tranchent avec des cils très noirs, mais ils ne sont déformés d'aucune façon. Si l'on repère assez facilement leur inutilité, c'est par la fixité du regard.

Les attitudes de Cécilie sont également un peu étrange parfois. Son maintien est régalien, rigide diraient certains... et ils n'auraient pas tord. Sa tête est toujours impeccablement droite et ne se tourne pas toujours vers ceux à qui elle parle. Comme elle ne peut pas voir, elle a pris l'habitude de faire des gestes amples et sans précipitation pour éviter d'éventuels accident, ce qui donne un air gracieux et posé mais maîtrisé à l'excès. Ces détails donnent à la jeune femme une prestance presque froide. Le seul moment où cette impression de rigidité disparait totalement, c'est lorsque la jeune femme se laisse emporter par la musique. Elle n'est alors plus que son, harmonie et mouvements.








Description mentale :

D'un naturel doux et calme, pour beaucoup, Cécilie est l'exemple même de la noble demoiselle parfaitement éduquée. Mais son sourire posé et son rire délicat cachent un cœur passionné et avide de découvertes et de sentiments, ce qui lui donne un côté éperdument romantique voire un brin mélancolique. Elle serait prête a faire les pires folies pour ceux qu'elle aime. Son esprit est taraudé par l'envie d'aventure que son corps ne lui permet pas et s'échappe à travers la musique et les livres que lui racontent Rose.

C'est d'ailleurs son handicap qui forgea en grande partie son caractère. Sa cécité a aiguisé ses autres sens, spécialement le touché et l'ouïe, la rendant sensible à des intonations de voix que d'autres n'auraient pas remarquées. Mais pour surmonter des situations que le commun des mortels considèrent comme banales, elle devait user de patience et de volonté, deux amies qui ne lui font plus jamais défaut. Elle dut également développer sa mémoire, ne pouvant espérer retrouver ou écrire des notes.

Elle se sait aussi incapable de se défendre physiquement et cette peur est l'une des rares choses qui lui fait perdre son sang-froid à coup sûr. Pour éviter des situations fâcheuses, elle a également pris l'habitude de ne jamais déclencher d'affrontement, même verbaux et, grâce en partie à sa grande culture, elle est passée maître dans l'art d'esquiver les provocations. Mais si elle sait n'avoir rien à craindre, elle parlera franchement et sans arrière-pensée.

De par son éducation, elle est loyale au point de considérer que briser un serment est pire que d'offrir sa vie pour le remplir. Honneur et compassion sont les valeurs qu'elle porte au-dessus de tout. Mais ce qu'elle espère de tout son cœur, c'est que sa vie profitera suffisamment à sa famille et à ceux qu'elle aime pour rembourser la dette qu'elle a contractée au moment même où ses yeux se sont ouverts sur le néant.







Capacités magiques :
Cécilie a touché du doigt la magie alors qu'elle n'avait que 10 ans, mais cette rencontre resta gravée en elle. Elle venait de découvrir une façon d'agir, de pouvoir au sens premier du terme. Malgré tout, elle n'eut pas le temps de beaucoup approfondir ses études pendant les deux ans que dura son mentora à Missède. Elle possède surtout d'excellentes bases théoriques et a continuer à s'entrainer seule avec la grande prudence qui la caractérise.

Sa magie est étroitement liée à son art. Adepte de la magie de l'Esprit, elle a passé dix années sans professeur à entrainer ses perceptions. Celles de la magie et des êtres. Avec la concentration et la volonté nécessaire, elle perçoit les esprits comme de légères mélodies, la magie comme une caresse sur sa peau. Sans en faire quoi que ce soit, elle passa de très longues heures à écouter ce que lui apportait la magie et à forger concentration et volonté.




Histoire :
Mère: Mathilde née de Lourmel sœur de Victoire de Lourmel
Père: Arnaut de Laval seigneur de Beaurivage (il a une sœur cadette)
Frère: Gaël de Laval (16ans) envoyé faire ses premières armes à la cour de Missède
Soeurs: Colombe et Melisande de Laval (12 et 9ans)


Nous pourrions commencer directement à la naissance de Cécilie mais ce serait bien mal aisé de parler d'une noble dame sans évoquer sa famille, aussi ferons-nous une petite entorse et nous pencherons un peu sur la vie de son père.

Arnaut de Laval, fils du Chatelain de Beaurivage, grandit en commerçant plus qu'en héritier. Ayant deux frères aînés, il ne pensait pas qu'un jour les terres de son père lui reviendraient... et pourtant. En l'espace d'un an, après la mort de son père, ses deux frères succombèrent à leur tour. L'un péri de maladie et l'autre se noya dans un naufrage alors qu'il se rendait à Soltariel pour son mariage.

Le jeune homme se retrouva donc à la tête de sa famille à 20 ans à peine, sans épouse et avec une sœur de trois ans sa cadette. Malgré tout, il réussit le tour de force de faire prospérer son fief, en partit grâce à l'union bien heureuse de sa sœur et d'un noble sans terre de Chiard très versé dans le commerce local. En seulement quelques années, il gagna une réputation d'homme fort habile en affaire et ayant un avenir prometteur dans la noblesse.

Et c'est cette excellente réputation qui lui valut d'épouser une de Lourmel à l'été de ses 23 ans. Seconde née, elle n'avait que peu de chances d'hériter, mais la famille était prestigieuse. Il n'aurait pu rêver mieux.

Du moins, c'est ce qu'il croyait en échangeant ses vœux devant les dieux. Mais la réalité fut un peu plus difficile. Deux ans après le mariage, il n'avait toujours aucun héritier. Mathilde avait fait deux fausses-couches près du terme et était assez affaiblie.

L'année suivante, la chance tourna enfin. La famille Laval accueillit une petite fille forte et pleine de vie. Mathilde semblait aussi retrouver de l'énergie et sa sœur lui annonça la naissance d'un petit garçon. Les choses semblaient s'arranger pour le mieux... Jusqu'à la découverte de la cécité de la petite Cécilie.

L'enfant avait déjà près d'un an lorsque la certitude de son handicap fut annoncée à ses parents. Pour Arnaut, ce fut comme un coup de massue, preuve que Tyra en voulait à sa famille. Il priait chaque jour un peu plus et refusait désormais de voir sa propre fille. Par peur que son époux ne se décide à commettre l'irréparable, et peut-être pour échapper à la culpabilité, Mathilde se résolut à envoyer sa fille en gouverne dans leur petit palais de Missède.

La Dame faisait de fréquents voyages pour voir Cécilie, mais cela ne remplaçait pas la présence d'une mère au quotidien. La fillette grandie pourtant bien entourée. Sa nourrice, Nanette, qui l'avait suivit à Missède et qui était devenue sa gouvernante, avait une petite fille de son âge: Rose. Pendant longtemps, ce fut le seul autre enfant que la petite put fréquenter. Elles jouaient ensemble et il fut décidé très tôt que Rose deviendrait les yeux de la jeune noble. Un tel arrangement avec une fille de basse extraction assurerait à l'une un avenir entretenu et à l'autre une âme damnée qui ne la trahirait pas.

Cécilie avait déjà 5 ans lorsque sa mère mit au monde un petit garçon. Cette fois, les guérisseurs le gardèrent à l'œil. Ils le suivirent pas à pas durant des mois, mais non. Le petit Gaël était... Parfait. Arnaut put enfin se réjouir et on commença à parler du retour de la grande soeur dans le domaine familial.

Mais les choses trainaient en longueurs et trouver des précepteurs étant plus aisé à Missède, la famille choisit plutôt de passer les mois d'hiver dans leur palais de Missède pour ne retourner à leur forteresse qu'aux beaux jours. Cécilie commença donc à connaitre la vie de famille vers ses 6 ans. Son père l'acceptait petit à petit et elle passait beaucoup de temps avec sa mère et son frère.

On apprenait la lecture et l'écriture à Rose, pendant que Cécilie commençait les cours d'histoire. Tout de suite passionnée par le monde que lui ouvraient les livres, elle passa des ennéades entières à écumer les bibliothèques, demandant à Rose ou à qui voulait de lui faire la lecture pendant des heures. Le fait qu'elle ne puisse relire aucun passage la força a travailler sa mémoire qui resta l'un de ses meilleurs atouts.
Comme elle ne pouvait ni filer ni broder, on lui donna également des cours de musique. Tout le temps que la gamine ne passait pas à écouter quelqu'un, elle le passait à jouer sur sa harpe ou à chanter aux corneilles. Très vite elle put se souvenir de longs morceaux et jouer à l'oreille. On repéra ses facilités déconcertantes et on la confia à un des meilleurs musiciens de la ville.

Vers ses neuf ans, trois nouvelles petites filles arrivèrent sous le toit des de Laval. Mathilde venait de donner naissance pour la troisième fois, certes, mais les deux autres étaient des cousines de Serramire. On avait dit à Cécilie que les deux fillettes resteraient deux ans et étaient un peu plus âgées qu'elle mais le naturel éveillé et mature de la petite aveugle combla assez bien ce retard. Étrangement, la présence des jumelles de Lourmel souda davantage la famille de Laval. Cécilie retrouvait véritablement sa position de jeune fille de la maison et d'aînée par rapport à son frère.

Elle se lia avec Maélyne et Lyanna comme jamais elle ne se lia à ses frères et sueurs. Elles devinrent parties intégrantes de sa famille de cœur, comme pouvait l'être Rose. Mais contrairement à tous ceux que les fillettes s'amusaient à berner, Cécilie n'avait aucun mal à les différencier. Leurs caractères différaient chaque jour un peu plus et si Maélyne la traitait comme une égale, Lyanna avait tendance à vouloir simplement la protéger. C'est avec ses deux cousines qu'elle a vécu ses plus grandes aventures de jeunesse. Quelques sorties en cachette. Quelques rencontres imprévues. Quelques flirts interdits. De quoi faire battre le cœur de la jeune fille recluse qu'elle était.

Son assiduité, sa maturité et sa curiosité presque maladive portèrent l'un de ses professeurs à parler d'elle a un mage de la cité. Elle commença donc a apprendre les bases de la magie dans le courant de sa 10e année... Mais n'eut que le temps d'aborder quelques principes théoriques avant qu'une épidémie ne se déclare.

L'ensemble de la famille repartit à Beaurivage. Lorsque Cécilie arriva pour la première fois dans le domaine familial, elle avait 11ans. Le fort lui-même était perché sur un à-pic en bord de mer, légèrement à l'écart de la petite ville portuaire qui avait fleuri sous son influence, aussi, on ferma les portes pour endiguer la maladie. Pendant près d'un an, le fort de Beaurivages vécu en relative autarcie, obligeant surtout les enfants à rester cloitré à l'intérieur.

Le fait de ne pas pouvoir sortir ne gênait pas vraiment Cécilie, bien trop occupée à trouver ses marques dans ce nouvel environnement et a apprécier les nouvelles choses comme l'air marin qui déferlait dans sa chambre ou l'écho particulier que produisait sa harpe dans la grande salle. Le fort résonna de musique comme jamais. Mais ses cousines semblèrent beaucoup en souffrir et cela lui pesait en retour.

Lorsqu'enfin le fort rouvrit ses portes, ce fut une libération. Et la vie recommença à s'écouler entre Beaurivages et Missède. Mais cette fois, Cécilie faisait partie de tous les voyages. La jeune fille continuait à se passionner pour les arts. Tous en poursuivant ses études sur le commerce, la rhétorique, l'histoire et la diplomatie, elle commença a été connue pour son chant et sa maîtrise de la harpe. Elle touchait également un peu au luth et a la viole, mais le son en était un peu trop aigre à son goût.

A quinze ans, elle était déjà invitée à jouer dans les soirées. Un soir, un admirateur lui offrit une Mériale en remerciement de sa prestation, l'oiseau dont elle tira par la suite son surnom. Le fait qu'elle soit aveugle lui donnait peut-être un air de mystère, toujours est-il qu'on commençait à murmurer qu'elle chantait un  monde que les yeux ne pouvaient voir.

Puis vint l'heure de la séparation. Maélyne et Lyanna devaient retourner dans le Nord. Leur présence et leur joie de vivre manquaient énormément à la jeune fille. Elles maintenaient le contact par lettre, mais c'était si différent... La vie à Beaurivages surtout était devenue morne. A 17ans, elle demanda donc à ses parents l'autorisation de retourner vivre à Missède. Mais cette fois, elle s'y installa en tant que maîtresse des lieux.

Elle retrouva son vieux maître de magie et reprit les leçons tout en continuant la musique. En l'espace d'un an, la jeune fille était devenue une invitée presque incontournable des soirées musicales de la noblesse et sa réputation rayonnait dans la Baronnie, mais elle pensait que sa condition n'était pas tenable à long terme pour sa famille. Elle s'était toujours vue comme un poids pour les siens, même après que la famille se soit un reconstruite, et n'imaginait pas pouvoir faire un beau mariage. Aussi cherchait-elle discrètement une place auprès d'un seigneur, espérant former autrement une alliance pour sa famille et renforcer les compétences qu'elle mettrait un jour au service de son fief.

Elle en profita également pour rendre visite à ses cousines Lyanna et Maélyne vers la fin de la 7e année du 11e cycle. Sa réputation de musicienne lui valut quelques invitations dans les cours des environs. Voyant cela, Maélyne demanda à sa cousine de faire une apparition à Etherna de sa part.

Bien lui en prit puisque Jérôme de Clairsac proposa à la demoiselle de s'installer au château comme musicienne officielle de la cours... et il la garda proche de lui pour la consulter officieusement sur les affaires commerciales et diplomatiques de la région. Si bien qu'elle le suivait dans ses déplacements entre Bastylle et Etherna

Lorsqu'elle apprit la maladie de Lyanna, elle se rendit tout de suite dans le pied-à-terre que sa mère avait gardé dans le fief des Lourmel et y resta plusieurs ennéades... Sa mère et ses sœurs arrivèrent peu après, mais son frère était en apprentissage à la cours de Missède. Cécilie s'efforça d'être là pour ses cousines dès qu'elles en avaient besoin l'une ou l'autre... Jusqu'aux funérailles. La disparition de Lyanna fut très dure pour Cécilie, mais voir l'état de Maélyne était presque aussi terrible. Elle prolongea un peu son séjour pour rester avec sa cousine mais dû finalement retourner à Etherna.


HRPComment trouves-tu le forum ? : Toujours aussi cool!
Crédit avatar et signature : vieille image sur mon ordi retouchée par mes soins.
Autre compte : Halyalindë Yasairava
Compte autorisé par : Arichiiiiis


Dernière édition par Cécilie de Laval le Ven 13 Mar - 21:26, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arichis d'Anoszia
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1618
Âge : 23
Date d'inscription : 27/05/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 47 ans (né en 961)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Cécilie de Laval - Une mélodie dans les ténèbres   Dim 1 Mar - 3:40

Je vais m'occuper de toi :)
Revenir en haut Aller en bas
Arichis d'Anoszia
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1618
Âge : 23
Date d'inscription : 27/05/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 47 ans (né en 961)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Cécilie de Laval - Une mélodie dans les ténèbres   Dim 1 Mar - 3:50

Pour le moment, j'ai repéré qu'un petit truc :
Citation :
Quelques demandes en mariage de nobles parvenus ou même de bourgeois parvinrent à ses parents, mais ces derniers les refusèrent pour des raisons évidentes.
Quelles sont ces raisons évidentes ? Normalement si à 15ans elle reçoit des demandes en mariage, ses parents devraient être tout content car ils se débarrassent d'un poids mort tout en perdant pas en "prestige" non ?
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1434
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Cécilie de Laval - Une mélodie dans les ténèbres   Dim 1 Mar - 10:53

sauf qu'elle est l'aînée et on m'a dit qu'en Missède, seul le droit d'ainesse prévaut, donc ça serait risquer de mettre la fortune familial et-peut-être la maîtrise de la région, entre les mains d'un non noble ou d'un homme qui risquerait de les dilapidées.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Arichis d'Anoszia
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1618
Âge : 23
Date d'inscription : 27/05/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 47 ans (né en 961)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Cécilie de Laval - Une mélodie dans les ténèbres   Dim 1 Mar - 14:29

Yep, après ses parents peuvent l'écarter de la succession pour son frère qui est en pleine forme. Mais tu as raison, ça reste un choix Razz
Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 569
Âge : 23
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Cécilie de Laval - Une mélodie dans les ténèbres   Lun 2 Mar - 23:29

Je pense que c'est bon!
Je te laisse faire ton boulot de bourreau Arichis ^^"


et j'en profite pour remercier tous ceux qui m'ont proposé des idées ou qui m'ont aidé à faire ma fiche!
Thor, Maé, Théobald, Arichis, Jérôme ceci est une dédicace! o/
Revenir en haut Aller en bas
Azhar Tahwi Salougan
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 195
Âge : 23
Date d'inscription : 06/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  93ans (né en 914)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Cécilie de Laval - Une mélodie dans les ténèbres   Mar 3 Mar - 0:03

Tu connais ton chemin, te voilà validée :)
Revenir en haut Aller en bas
Thorgrel Poing-de-Fer
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1623
Âge : 26
Date d'inscription : 07/05/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  169
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Cécilie de Laval - Une mélodie dans les ténèbres   Ven 13 Mar - 21:12

Déplacé pour légère modif !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 569
Âge : 23
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Cécilie de Laval - Une mélodie dans les ténèbres   Ven 13 Mar - 21:31

Modifications apportées

Merci staffeux adorés =3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cécilie de Laval - Une mélodie dans les ténèbres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cécilie de Laval - Une mélodie dans les ténèbres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cécilie de Laval - Une mélodie dans les ténèbres
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...
» [Quête] Une lumière dans les ténèbres
» Une mélodie dans la nuit [LIBRE]
» Marche dans les ténèbres.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Où tout commence :: Bibliothèque :: Tabularium :: Humains-
Sauter vers: