AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Par l'Eclat de la Foi, la Lumière de la Vie | Irys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Irys d'Arosque
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 152
Âge : 17
Date d'inscription : 02/09/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 52 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Par l'Eclat de la Foi, la Lumière de la Vie | Irys    Sam 27 Mai 2017 - 12:58

«– Néera me préserve… »

La voix était grésillante, voire rauque, malgré son accent indéniablement féminin. La vieille femme émergea de sous les couvertures, que l’on avait du renforcer d’une fourrure supplémentaire. Ses épaules à nu se couvrirent de frissons au contact de la fraicheur hivernale qui s’était installée depuis un mois maintenant. Irys repoussa une mèche blanche de son front et tenta difficilement de s’asseoir sur le bord de la couche ; sans succès.
A ses côtés, Laarth veillait sur sa maîtresse, les écailles bleues de son abdomen se soulevant au rythme régulier de sa respiration. Un sourire éclaira la face de la Haute-Prêtresse alors que son doigt effleurait le bout du visage de son compagnon. Un moment, elle oublia ses doutes et ses inquiétudes quant à sa présence dans son alcôve avec un terrible mal de crâne et détailla le petit dräke, de la queue au bout des ailes. Un rayon de lumière émergea timidement de la vitre au dessus de sa tête et vint frapper le corps de l’animal, dispersant des faisceaux bleus sur le mur.

«– Votre Bienveillance ? C’est… c’est vous ? »

L’appelée tenta de répondre mais ses paroles restèrent dans sa gorge et elle ne parvint qu’à murmurer un assentiment à peine audible. La jeune Mathilda s’aventura timidement dans la pièce et, voyant Irys douloureusement assise sous les draps, elle vint s’agenouiller à son chevet. Les mains juvéniles s’activèrent pour donner à la vieille prêtresse de l’eau fraîche qui rendit un peu de vigueur à sa voix.

«– Qu’est-ce que… Quel jour… ? murmura-t-elle faiblement.
Panahos de la huitième ennéade de Verimios, votre Bienveillance.
J’ai dormi… tout ce temps ?
Plusieurs jours. Certains désespéraient de ne plus vous revoir éveillée, mais moi, votre bienveillance, moi je n’ai jamais douté de pouvoir vous reparler ! »

L’enthousiasme de la jeune femme en robe blanche décrocha un nouveau sourire à la Haute-Prêtresse de la Damedieu. Mais l’idée d’avoir soulevé tant d’inquiétude, d’avoir laissé la fièvre l’empêcher d’exercer ce pourquoi Néera l’avait guidé, tout cela lui plantait autant d’épines dans le cœur.

«– Merci de t’être occupé de moi, Mathilda. Je ne saurais t’exprimer ma gratitude.
Ne vous donnez pas ce mal, Mad… Votre Bienveillance ! Vous savez que cela a été un plaisir. »

La jeune adepte ponctua sa phrase d’une moue innocente avec une gaité exprimée sans retenue.

«– Mathilda… va me chercher Frère Gilles de Deina. J’ai à m’entretenir avec lui.
Mais… Votre Bienveillance, vous n’êtes pas encore rétablie, à peine réveill… »
Mathilda. Appelle le Grand-Intendant. Je suis parfaitement capable de lui parler. »

Une quinte de toux vint ébranler l’assurance qu’Irys donnait en façade. Mais la jeune femme ne discuta pas et sortit de l’alcôve.




«– Gilles… je suis heureuse de vous revoir… »

Sa voix était faible, presque un murmure. Mais Irys parlait, les yeux ouverts, et cela seul comptait. L’homme s’avança et s’agenouilla en grimaçant. Lui aussi avait pris quelques rides, mais rien qui put ressembler au visage de la Haute-Prêtresse. Dans le miroir dans lequel elle s’était regardée quelques minutes auparavant, elle semblait avoir pris des années en à peine quelques ennéades.
Laarth, toujours assoupi, était lové entre ses bras, et sa queue balançait indolemment le long des couvertures.

«– Haute-Prêtresse Irys… Voilà un plaisir largement partagé.
Qu’ai-je donc raté ? Cela doit être important si vous avez cet air déconfit que votre sourire légendaire ne parvient pas à cacher.
Plus de choses qu’il n’en aurait fallu pendant votre absence, Votre Bienveillance. Mais reposez-vous, tout cela peut attendre votre remise sur pied. »

L’intendant fit mine de partir mais fut retenu par l’injonction de la Haute-Prêtresse.

«– Gilles. Envoyez une missive au Haut-Prêtre. Dites-lui que je souhaite le voir revenir à Diantra dans les plus brefs délais. »

Irys souleva sa main gauche et en tira la bague d’argent où se chevauchaient la Plume et le Calice. Elle tendit le sceau du culte à l’homme, qui acquiesça gravement. Puis celui-ci s’en fut, et sa robe grise disparut derrière l’angle du mur.

‘– Nous voilà de nouveau seuls, mais réunis, Laarth.
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 480
Âge : 22
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Par l'Eclat de la Foi, la Lumière de la Vie | Irys    Mer 31 Mai 2017 - 20:40

A Sa Bienveillance Irys,
à la Cathédrale de Sainte Deina de Diantra


Neuvième année du XIe Cycle
septième jour de la 5e ennéade de Verimios
de Missède

Ma chère tante,

J'espère que cette fois ma lettre vous parviendra. Je vous ai envoyé un message par oiseau il y a de cela deux ennéades mais on a fini par me rapporter qu'il n'était jamais arrivé à bon port.

Je suis mariée, ma tante. Et cette fois de façon définitive.

A l'heure qu'il est je vous écris non en tant que Cécilie de Beaurivages, mais en tant que Cécilie de Missède, Comtesse de Missède, femme d'Ernest de Missède né d'Ethin et – je l'espère – prochainement mère d'une lignée qui doit impérativement redevenir florissante pour la stabilité de nos terres.

Il semblerait que les décisions que j'ai prise pour la pérennité de mes terres au détriment de celle de mon mariage avec le Baron de Nelen ait payés. La guerre fratricide entre les d'Ethin et les de Laval a été évité par l'union qu'Ernest et moi avons consentis. En prenant le nom des de Missède, nous espérons pouvoir consolider de nouveau le pouvoir fort des familles fondatrices, les détails de ce changement ont été vu et approuvés par le conseil des vassaux et établis dans notre contrat de mariage. Malgré le déséquilibre de Langehack, nous avons réussi à protéger l'héritière du duché également.

L'heure n'est peut-être pas des plus lumineuses et je n'ai pas encore le droit de me reposer sur ce qui est accompli, mais j'ai de nouveau de l'espoir pour l'avenir de Missède et de son suzerain, ma tante. On dit que certains sont des Descendant, d'autres des Ancêtres, j'espère être dignes de faire parti des seconds.

Puisque j'en ai l'occasion, j'aimerai aussi vous apprendre qu'à l'occasion de mon mariage, Gaël, et Clarence m'ont offert la rénovation d'un vieux monastère fermé il y a quelques années sur la côte de Beaurivage et ont donné quelques terres pour l'agrandir : L'Abbaye des Esperines. Il recevra une rente et sera dédié en particulier aux filles-mère, aux orphelines, aux veuves de guerres, aux femmes battues et à toutes celles que l'époque dépossède de la plus infime parcelle de protection. Un havre de paix pour une centaine de femme et leurs enfants. L’abbesse n'a pas encore été choisie, mais mais plusieurs prêtresses de Néera, Tyra et Kyria se sont déjà présentées à Beaurivages pour contribuer au projet. Les premières pierres des quatre nouveaux temples et de l'aile supplémentaire seront posées au printemps.

Une autre bonne nouvelle devrait vous toucher davantage. Ernest s'est énormément investi dans le bien être d'Edelys et des ruines d'un passé de deuil et de douleur, nous voulons faire émerger un futur de paix sous le regard bienveillant des dieux. Jean de la Herse, avec notre concours, à érigé un sanctuaire aux Cinq sur l'emplacement des restes de la résidence royale pour commémorer ce qui ne doit plus être et rendre l'espoir, non seulement à nos illustres pairs, mais surtout au peuple qui a souffert dans ces guerres intestines. Nous y seront courant septième ennéade et nous vous demandons d'une seule et même voix de bien vouloir venir bénir l'endroit lors de son inauguration. Votre présence serait synonyme d’apaisement pour tous et un gage inestimable pour ce lieu de pèlerinage.

A défaut de savoir si vous me gardez toujours dans votre cœur, sachez que vous êtes présente au creux du mien. Si vous ne désirez plus correspondre avec moi, informez au moins mon mari. J'espère que vous ne tiendrez pas rigueur à Missède de mes erreurs.
Votre nièce dévouée,
Cécilie

Revenir en haut Aller en bas
Irys d'Arosque
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 152
Âge : 17
Date d'inscription : 02/09/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 52 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Par l'Eclat de la Foi, la Lumière de la Vie | Irys    Mer 31 Mai 2017 - 21:45

Le vent fouetta son visage sauvagement, apportant les sueurs froides d’Eris qui hurlait au monde entier que l’hiver était là et que, cette année, il ne se laisserait pas faire. Irys était à l’accoutumée à l’aise dans l’air matinal, dans le domaine de la divine Néera aux premières lueurs du jour. Pourtant, jamais plus qu’aujourd’hui, le Souffle de la Déesse ne lui avait paru si hostile. Y-avait-il là un présage à interpréter ?
La Haute-Prêtresse raffermit l’étreinte chaleureuse du châle autour de son cou. Les balcons extérieurs de la Cathèdre de Deina assistaient au lever d’un timide soleil à l’horizon, derrière les toits de la Cité des Rois. Ses orgueilleuses flèches trônaient fièrement vers le ciel, comme un défi envers la saison qui venait. Elles dominaient une ville encore partiellement ravagée par les affres d’une guerre passée mais qui laisserait ses cicatrices bien loin dans le futur. Quand plus une mémoire ne pourra se rappeler de l’ambition des hommes de pouvoir pour faire la guerre à Diantra, les stigmates témoigneront. Car si l’on oublie vite la cruauté des hommes entre eux, les marques ne s’effacent jamais : Diantra en était à jamais estampillée.

Une toux secoua la vieille femme, qui prit la sage décision de se soustraire à la furieuse brise pour l’abri accueillant de ses appartements. Ses fins souliers de cuir foulèrent le marbre du temple pour s’échouer devant la statue de Deina. Les os de la prêtresse grincèrent pour s’y agenouiller, mais elle affronta les maléfices du temps sur son corps sans broncher. Ses lèvres formulèrent une prière machinale à la sainte, lui demandant la même force que celle dont avait fait preuve la femme en son temps pour unifier la Péninsule en un seul nom et un seul Royaume.
Les premiers rapports sur les évènements du mois avaient déjà été rapportés à la Haute-Prêtresse, mais restaient toutefois assez vagues et trop peu précis à son goût. Le Haut-Prêtre serait là d’une ennéade à l’autre, malgré les fraicheurs de l’hiver.

«– Votre Bienveillance ? »

Irys découvrit ses prunelles azur, voilées au rythme de sa prière, et les posa sur le prêtre qui l’avait interpelée. Ses cils battirent l’air et elle adressa un sourire apaisant à l’air effaré du jeune homme, qui pensait surement l’avoir interrompu dans sa prière.

«– Votre courrier est arrivé ce matin. dit-il en tendant une liasse de vélins jaunâtres. Mais le gèle avait épuisé les oiseaux, alors j’en ai recueilli la plupart pour leur éviter de les retrouver plus tard, mort de fatigue dans la volière… L’un d’eux était même blessé sous l’aile gauche, alors j’en ai profité pour lui soigner sa vilaine entaille. J’espère que vous ne m’en voudrez pas d’avoir pioché pour cela dans la réserve d’onguent de l’hôpital, Votre Bienveillance, je vous assure que cet oiseau est important pour la liaison avec Langehack. D’ailleurs, un oiseau venant de Missède, cette fois, était tombé également après s’être envolé. Quel malheur, imaginez-vous ! Sa Grandeur Cécilie de Missède a dépêché un messager qui est arrivé il y a de ca deux ennéades mais vous étiez encore au l…
Sa Grandeur Cécilie de Missède ?!
Je… Je pensiez que l’on vous avais prévenu… Sa Grandeur Cécilie s’est mariée avec Sa Grandeur Ernest d’Etène la mi-Verimios. On dit que le mariage a été une réussite et que…
Ma filleule par le sang s’est mariée sans que j’en sois informée à mon réveil ? »

Le prêtre bafouilla un assentiment et se confondit en excuses. Irys, une expression perplexe et partagée sur le visage, se releva pour se diriger vers ses appartements. Le bureau était jonché de vélins d’importance plus ou moins directe que son ‘absence’ avait fait s’empiler. Sachant que Gilles s’en était occupé des plus urgents, elle ne s’était empressée de lire les papiers noircis d’encre.
Le parchemin qu’elle chercha était encore au milieu de la pile, et elle s’empressa de la décacheter. L’intendant avait cru bien faire en laissant scellée une enveloppe qui, de toute évidence, était adressée à Irys et non à la Haute-Prêtresse. Le sceau était celui de Missède, la salamandre aux couleurs sang et or. Malgré la révélation déjà passée, cela ne manqua pas de surprendre la Haute-Prêtresse.

Ses yeux parcoururent le vélin, alors qu’un sourire s’épanouissait sur ses lèvres. Cécilie n’avait jamais cessé d’être sa nièce. Si les nouvelles la concernant avaient été de mauvais augures le mois passé, celles-ci présageaient davantage de bonnes choses. Après tout, qui avait interdit de faire des détours, sur le chemin du Choix ?
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par l'Eclat de la Foi, la Lumière de la Vie | Irys    

Revenir en haut Aller en bas
 
Par l'Eclat de la Foi, la Lumière de la Vie | Irys
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obélisque de lumière
» [Quête] Une lumière dans les ténèbres
» Départ [PV Eclat de Neige , Neige fondant au Soleil]
» "Il y a pas de lumière sans clarté, pas de beauté sans bonté" - Sara Ebstein
» [Porteuse de lumière]Akari

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Diantra :: Notre Dame de Deina-
Sauter vers: