AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'auberge du Joyeux luron (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fergus d'Hautval
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 138
Âge : 27
Date d'inscription : 10/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: L'auberge du Joyeux luron (PV)   Lun 19 Oct 2009 - 14:30

La neige les ralentissait et la pluie noyait les routes, faisant patauger les chevaux dans une épaisse boue visqueuse. La lumière faiblissait ; le jour déclinait rapidement. Ils risquaient de se retrouver au milieu de nulle part à la tombée de la nuit et sous cette averse par dessus le marché ! Eskevar dut donc se résigner. Le village de Durlac comptait une centaine de chaumières et une seule auberge. Siol était partit louer les chambres tandis que les autres dessellaient les chevaux à l'écurie. Les hommes d'armes dormiraient dans les écuries, mais les chevaliers auraient droit, eux, à des chambres chaudes et confortables. En tout cas aussi confortable que le permettait une petite auberge de voyage. Lorsqu'il sortit pour annoncer que les chambres étaient prêtes et le souper servit

_ Nous allons avoir de la compagnie, annonça-t-il en pointant un doigt vers l'est.

Le jeune sir d'Helderion plissa les yeux pour tenter de discerner les nouveaux venus à travers la pluie. Une longue colonne s'avançait vers eux. Plus de cent cinquante cavaliers, ainsi qu’une cinquantaine, pas moins, de pages, valets et autre clerc. Leurs fanions semblaient tous arborer l'emblème d'un bélier.

_ Tha* ... murmura Eskevar avant de rentrer.
_ oui* ...

Parcourue de vents coulis, la salle commune s'étirait entre une rangée d'énormes barriques et l'âtre. L'atmosphère de Joyeux luron était chaude et joviale. des serveurs amenaient des brochettes de viande et l'aubergiste lui-même tirait de la bière pour les clients. Pourtant à son entrée, toutes les voix se tures et de nombreux regards méfiants se posèrent sur lui. Les hommes en armes, par ces temps où l'on peinait à différencier l'ennemi d'un ami, n'étaient jamais les bienvenues. Indifférent à l’attention dont il était l’objet, le jeune seigneur parcourut la salle du regard et ses yeux perçants s’arrêtèrent sur l'âtre. Il s’avança, puis partit se réchauffer quelques instants devant le grand feu qui brûlait dans l’âtre. Voyant que leur seigneur prennait ses aises et que tout allait bien, les hommes d'armes et les chevaliers de sa suite rejoignirent les tables pour manger, boire ou jouer aux dés en compagnie des gens du commun. Et le vacarme reprit.

Son écuyer lui apporta du pain, de la viande et de la bière. une table fut mise à sa disposition dans un coin de la salle. A l'écart des bancs déjà bondés où voisinaient au petit bonheur citadins, paysans, saisonniers et voyageurs de tout genre. Le serveur survint au galop, lui annoncer que Sa Seigneurie pourrait prendre un bain si elle le désirait, lorsqu'il entendit pour la seconde fois, à l'autre bout de la salle, la porte s'ouvrir à grand fracas. Et pour la seconde fois, le silence revint...
Revenir en haut Aller en bas
Gaucelm d'Odelian
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 853
Âge : 217
Date d'inscription : 27/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: L'auberge du Joyeux luron (PV)   Lun 19 Oct 2009 - 16:18

Erac avait donné son lot de surprises et de rencontres. Il était temps pour les odélians de quitter cette riante cité, anticipant déjà son retour près d’un âtre flamboyant dans son manoir fortifié. Il aimerait tellement réchauffer ses gros petons, au lieu de les sentir s’engourdir dans ses bottes. Les trapus destriers odélians fendaient la neige de leurs pas lourds, exhalant de grands nuages de vapeurs sous l’effort. La colonne avançait péniblement malgré la taille des fiers montures du nord et déjà l’astre hivernal déclinait à grande vitesse pour laisser la nuit étendre son manteau de soie au-dessus du crâne dégarni du Comte d’Odélian. Au loin, on apercevait les lueurs et fumerolles rassurantes d’une petite bourgade à demi dissimulée sous la neige.

Voilà qui fera l’affaire pour la nuit ! … Pas vrai, Gatien ?

Certes oui, Monseigneur

La forte délégation odélianne se dirigea vers le bourg, empreintant la route boueuse et crevassée, détruite par le rude hiver qui règnait en maître depuis plusieurs semaines. Il fallut une dizaine de minutes au Gras et à ses ouailles pour arriver à l’entrée de la petite ville. Sans le regarder, il s’adressa au Capitaine des hommes d’armes, alors que les serviteurs s’activaient à mettre en place le petit escalier qui permettrait à Gaucelm de descendre de son perchoir.

Il sera difficile de faire loger tous les hommes, mon bon Louis. Occupez vous des chevaux …

Il s’interrompit quelques instants, alors que les serviteurs s’apprêtaient à faire basculer le poids et à le réceptionner.

Allez les gars !! A la une, à la deux, à la tr … trois !!

Semblable à un flocon de graisse gracile et voluptueux, Sa Grassouillerie pivota et grâce à l’aide de ses gens, pu se stabiliser en haut des marches. Il les descendit en reprenant sa discussion.

Montez le camp de l’autre côté de la ville. Couvrez vous bien, la nuit risque d’être froide.

Bien, Monseigneur !

Ah qu’il était bon d’avoir des soldats disciplinés sous ses ordres ! Le Gras prit, quand à lui, le chemin de l’auberge, d’où s’échappait les odeurs de viande et les bourdonnements des bavards. Quand soudain, dans tout ce brouhaha, la porte s’ouvrit avec fracas … Gaucelm entra d’un pas assuré, suivit par Fulbert et deux autres serviteurs. Le silence s’était fait alors que les gueux osaient porter un regard inquisiteur sur la grasse personne de Gaucelm ; regard bien vite détourné lorsqu’ils croisèrent celui du noble. De son pas imposant, il se dirigea vers le comptoir et hêla le patron en tapant du plat de la main.

Aubergiste ! Une chambre confortable et à manger

Fulbert tira légèrement sur la manche du Gras, puis lui chuchota, sa voix de pleutre chevrotant comme un vulgaire agneau.

Monseigneur ? … Un homme vous toise depuis tout à l’heure …

Où ça ?

Près de la cheminée, Monseigneur

Il traversa de nouveau la pièce et vint s’asseoir près du jeune inconnu qui se restaurait, en prenant la peine, au passage, de lui lancer un regard discret. Le banc grinça sous le poids, mais parvint à résister à la charge, bien qu’il tremblotait un peu sur ses pieds. Fulbert trottina jusqu’à la table puis se pencha pour de nouveau parler à l’oreille du Gras.

On a aperçu des gens portant cerf sable sur fond or, Monseigneur

Gaucelm parla plus fort, s’exclamant presque.

Cerf sable sur fond or ? … Qui est-ce ?
Revenir en haut Aller en bas
Fergus d'Hautval
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 138
Âge : 27
Date d'inscription : 10/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: L'auberge du Joyeux luron (PV)   Lun 19 Oct 2009 - 20:40

Le jeune seigneur s’étira en soupirant. Il s’apprêtait à monter dans sa chambre et prendre un bain lorsque plusieurs nouveaux inconnus entrèrent dans l’auberge. À leur entrée, toutes les voix s’étaient tues et de nouveaux, des regards méfiants s’étaient posés sur eux. Indifférent à
l’attention dont ils étaient l’objet, l’homme
s'était avancé d’un pas assuré, suivit par trois de ses serviteurs. D'un pas vacillant et non moins imposant, il se dirigea tout d'abord vers le comptoir et héla le patron en
tapant du plat de la main.

Eskevar chercha dans un coins de sa mémoire à qui pouvait bien appartenir cet emblème du bélier. Mais impossible pour le moment de mettre un nom sur ces armoiries.

L'un des serviteurs s'approcha de son maitre et tira légèrement sur sa manche pour attirer son attention, quelques chuchotements, et le gros seigneur se retourna pour parcourir la salle du regard. Ses yeux perçants s’arrêtèrent sur Eskevar. Il s’avança vers lui. Gros, gras et grand. Voilà une définition qui saillait parfaitement à l'individu. Sa taille aussi était impressionnante : au moins un mètre quatre-vingt, à peine une tête de moins que lui. Et conjugué à un poids ... Son apparence et son entrée en matière rendirent Eskevar confiant et il se prit immédiatement de sympathie pour cet homme, manifestement porté sur la boisson et la bonne chère.

Arrivé là de ses réflexions, Eskevar retourna à son occupation, c'est à dire son assiette, quand il sentit le banc grinçer sous lui. Un bref regard de coté lui apprit ce qu'il soupçonnait déjà. L'imposant visiteur avait élue domicile à ses côtés. Quelques minutes à peine s'écoulèrent, avant qu'un serviteur ne vienne à nouveau lui chuchoter à l'oreille. Suivant le noble se redressa et s’exclama.

_ Cerf sable sur fond or ? … Qui est-ce ?

Un silence s'abattit une nouvelle fois sur la salle, comme si toutes les personnes présentes attendaient elles-mêmes une réponse à la question posée. Eskevar posa sa dague et son quignon de pain, se releva calmement, attendit un bref moment puis s'inclina en direction du noble.

_ J'ai cet honneur Messire. Eskevar Helderion, de la maison d'Helderion.

Il désigna la place en face de lui d'un geste de la main, invitant courtoisement Gaucelm à venir s'assoir.

_ Voulez-vous vous joindre à moi ?


Dernière édition par Eskevar Helderion le Mar 20 Oct 2009 - 13:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gaucelm d'Odelian
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 853
Âge : 217
Date d'inscription : 27/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: L'auberge du Joyeux luron (PV)   Lun 19 Oct 2009 - 23:38

La voix du jeune homme qui avait dévisagé le Gras se fit entendre, empêchant le clerc de répondre à l’interrogation de son suzerain.

J'ai cet honneur Messire. Eskevar Helderion, de la maison d'Helderion.

Gaucelm sursauta légèrement, tournant ses petits yeux vers la silhouette blonde qui s’inclinait. Helderion ? … Helderion … Hmm … Il grattait son double menton légèrement dubitatif. Il ne connaissait pas, mais l’allure imposante du gaillard évoquait un peuple de montagnards. Le grand blond indiqua une place qui lui faisait face, souriant avec courtoisie.

Voulez-vous vous joindre à moi ?

Un petit gloussement interrogatif lui répondit, puis il se leva avant de parler au jeune gentilhomme en faisant le tour de la table.

Ma foi … Pourquoi pas, mon bon ! La compagnie des gens de bonne famille est toujours agréable … Je me nomme Gaucelm, Comte d’Odélian …

Il s’assit dans un nouveau grincement, alors qu’on lui amenait enfin un plat laissant des effluves d’agneau et des carottes chatouillaient les naseaux frétillants de Sa Grasseté. Il se saisit de la cuillère en bois et attaqua la boustifaille avec un plaisir non dissimulé. Il avala goulument sa première bouchée … Par les Cinq, le cuisinier se débrouillait bien, la viande était savoureuse et rosée, alors que les légumes croquaient légèrement sous la dent, exhalant leur goût à chaque mastication. Le Comte savourait et il lança un regard à son interlocuteur, l’interrogeant quelque peu.

Dites moi, mon bon … D’où venez vous ? Je ne connais pas Heldérion, mais votre petit accent me laisse présager le Médian … Ai-je raison ? … Et puis, quelles affaires vous amènent en Erac ?

Une nouvelle bouchée vint clôturer la phrase de Gaucelm qui toisait Eskevar en attendant une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Fergus d'Hautval
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 138
Âge : 27
Date d'inscription : 10/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: L'auberge du Joyeux luron (PV)   Mar 20 Oct 2009 - 15:46

Un petit gloussement interrogatif lui répondit, avant que le ventripotent seigneur ne se lève pour le rejoindre, en faisant le tour de la table. Non sans lui répondre sur un ton affable et enjoué au passage.

Ma foi … Pourquoi pas, mon bon ! La compagnie des gens de bonne famille est toujours agréable … Je me nomme Gaucelm, Comte d’Odélian …

Gaucelm s’assit dans un nouveau grincement, alors que l'on amenait enfin son plat. Eskevar nota avec un sourire le frétillement des narines de Sa Grasseté, tout au délicat fumet qu'exhalait le met, juste avant de se saisir de la cuillère en bois et d'attaquer la boustifaille. Avec un plaisir non dissimulé. Avalant goulument la première bouchée.

Le gros se présentait sous sa calvitie tavelée, comme un résidu de belette rose et savourait, tout en lançant des regards à son interlocuteur, l’interrogeant avec un sourire coquet qui réclamait une réponse.

Dites moi, mon bon … D’où venez vous ? Je ne connais pas Heldérion, mais
votre petit accent me laisse présager le Médian … Ai-je raison ? … Et puis, quelles affaires vous amènent en Erac ?

Eskevar sourit et répondit au comte d'un ton léger, en avalant une nouvelle gorgée de vin.

_ Admirablement raison Messire. De Hautval, plus précisément. Je vois que vous êtes physionomiste.

Eskevar se raidit en entendant la mention d'Erac. Puis lui adressa un sourire pour le moins sarcastique.

_ Erac, oui. Nous en repartons justement ... J'ai connus cimetière plus accueillant, pour un fils d'Helderion.

Puis il ajouta sur un ton pour le moins badin.

_ Il se trouve que j'ai maille à partir avec quelque seigneur de mon voisinage ... un seigneur d'Olyssea, pour être plus précis.
Revenir en haut Aller en bas
Gaucelm d'Odelian
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 853
Âge : 217
Date d'inscription : 27/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: L'auberge du Joyeux luron (PV)   Mar 20 Oct 2009 - 20:38

Le Gras écoutait son compagnon en dévorant sa potence avec plaisir, posant la cuillère et rompant le pain pour le faire croustiller sous ses dents. Il était un peu dur, mais tout à fait mangeable. Mais écoutons le jeune seigneur d’Helderion parler.

Admirablement raison Messire. De Hautval, plus précisément. Je vois que vous êtes physionomiste … Erac, oui. Nous en repartons justement ... J'ai connu cimetière plus accueillant, pour un fils d'Helderion …Il se trouve que j'ai maille à partir avec quelque seigneur de mon voisinage ... un seigneur d'Olyssea, pour être plus précis.

Le grand seigneur parlait bien et avait l’air jovial, charmante compagnie en perspective. Les paroles furent disséquées par le Gras, qui préparait sa réponse en chassant un morceau de viande de ses incisives.

Comme c’est cocasse … Je reviens moi-même d’Erac … Quelques affaires à régler avec le Sénéchal du Roy.

Il prit une nouvelle bouchée, laissant échapper un gloussement de satisfaction, puis il poursuivit.

Olysséa ? … Les rebelles ont causés un belle pagaille, n’est ce pas ? … Mais la riposte du Roy sera terrible. Je compte moi-même rejoindre Diantra à la tête de mes troupes, mais j’ai l’impression que traverser Sainte Berthilde risque d’être compliqué. Buvez vous, Eskevar ? .. ; Vous permettez que je vous appelle Eskevar ?

Il leva la main et fit résonner sa voix grave, couvrant un bref instant les bavardages qui avaient reprit dans l’auberge.

Aubergiste ! Du vin pour Monsieur et moi !

Ce jeune seigneur pouvait se révéler un allié précieux pour la mise en œuvre du plan glorieux du Gras, et mieux valait prendre soin de lui pour l’instant. Les débats étaient frivoles et effleuraient les vrais sujets intéressants, la suite devrait donner son lot de confidences et de manigances, Gaucelm en était persuadé.
Revenir en haut Aller en bas
Fergus d'Hautval
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 138
Âge : 27
Date d'inscription : 10/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: L'auberge du Joyeux luron (PV)   Ven 23 Oct 2009 - 14:05

Comme c’est cocasse … Je reviens moi-même d’Erac … Quelques affaires à régler avec le Sénéchal du Roy.

Le comte prit une nouvelle bouchée, laissant échapper un gloussement de satisfaction, avant de poursuivre.


Olysséa? … Les rebelles ont causés un belle pagaille, n’est ce pas ? … Mais la riposte du Roy sera terrible. Je compte moi-même rejoindre Diantra à la
tête de mes troupes, mais j’ai l’impression que traverser Sainte Berthilde risque d’être compliqué. Buvez vous, Eskevar ? .. ; Vous permettez que je vous appelle Eskevar ?


Il leva la main et fit résonner sa voix grave, couvrant un bref instant les bavardages qui avaient reprit dans l’auberge.

Aubergiste ! Du vin pour Monsieur et moi !

Il y a peu de pays où la politesse naturelle soit portée à un plus haut point que par les montagnards, Eskevar laissa son vis à vis parler et tentait d'analyser le flot de paroles qui se déversait de la bouche du comte. Durant toute la discussion son visage ne changea pas d'expression, si ce n'est un imperceptible tic au coin de l'œil que seul pouvait remarquer quelqu'un le connaissant bien, ou très observateur. Si la chance semblait provisoirement sourire aux rebelles par la prise de Diantra, rien n'était encore joué, loin de là. L'allégeance d'Eskevar pouvait encourager d'autres seigneurs, de Hautval bien sûr, mais aussi des environs d'Ancenis, chez qui il jouissait d'une certaine notoriété, ainsi que ceux d'Helderion. Cela pouvait favoriser une victoire. Mais en cas d'échec, les clans d'Helderion eux, pouvaient bien être anéantis. Quand au comte, il avait manifestement choisit son camps, il lui faudrait donc mesurer ses paroles si il ne voulait pas plus tard qu'elles lui retombent dessus, comme celle d'un séditieux. La sédition, on connaissait en Helderion. Et plusieurs de ses ancêtres avaient tâté de la hache pour cela. Eskevar ne tenait pas à être le prochain.

Il répondit à sa proposition de boire du vin par un hochement de tête. Puis répondit à la demande du comte de l'appeler par son prénom avec un large sourire.

_ Naturellement Messire, et j'en suis flatté.


Les débats effleuraient pour lors les sujets intéressants, mais ils ne tarderaient pas à entrer dans le vif du sujet, à aller au fond des choses. Il n'était plus nécessaire de tester le comte pour connaitre son partis.
Il se frotta pensivement le menton.

_ Hmm. Messire, de la pagaille qui doit-on rendre responsable ? Celui qui franchit par dérision le sillon sacré ? Ou celui qui le tue sous le coup de la colère ?

En clair, la pagaille imputait-elle aux barons pour s'être soulever, ou au roi pour avoir proclamer les édits qui les avaient fait se soulever ? Rognant ainsi des siècles de pratiques et de privilèges accordés aux nobles. Le roi pouvait publier tous les édits qu'il souhaite, peu avait prit le soins de noter qu'il ne se les appliquaient pas pour autant à lui même. Les paroles d'Etheldred, la guérisseuse, lui revinrent à l'esprit depuis le festin au château de Sir Bulwer : "le roi peut toujours prétendre être juste mais cela ne l'engage à rien". Oui, la responsabilité était toute tranchée pour Eskevar, bien qu'il choisit de ne pas en faire mention.

_ Voilà une heureuse nouvelle, j'ai moi même l'intention de rejoindre ses bannières.

Lors de son voyage à Erac, il avait interrogé la duchesse et le sénéchal sur l'état de l'armée royale, les conditions dans lesquelles vivaient les troupes, ce qu'ils savaient des plans de son altesse... Il les avait tantôt soupçonner de brosser un tableau trop flatteur de l'armée pour le convaincre de s'y joindre. Tantôt il c'était persuadé qu'ils ne connaissaient pas mêmes précisément leurs effectifs, ni combien de maisons nobles avaient choisis de rallier le roi plutôt que les félons.

Eskevar se tut, semblant réfléchir. La mention de Sainte-Berthilde le laissait pantois. Ainsi le marquis avait lui aussi rejoins les rebelles ? Il s'éclaircit la voix, ses doigts se mirent à pianoter nerveusement sur son genou. Un sourire narquois courba les lèvres ses lèvres malgré lui. Quelle situation ! Quel cynisme !

_ J'ignorais que le marquis avait rallié les barons ?

Une serveuse arriva enfin avec le vin tant attendu. Eskevar prit le pichet de vin et lui donna des directives pour ses hommes.

_ Mes gens se contenteront de ce que vous servez à ces clients. Double ration, la journée a été rude.

Il versa du vin dans l'un des verres, qu'il tendit au comte. Puis dans le second, qu'il prit
et leva en direction de Gaucelm. S'il rejoignait l'étandard du roi, c'était aussi dans le désir que celui-ci le reconnaisse en tant que nouveau baron de Hautval, après qu'Eskevar aurrait chassé Audoin d'Olyssea. Après tout, n'était-il pas la plus puissante maison de la baronnie après celle du baron lui même ? Baudoin félon, ce choix s'imposerait de lui même. Quoi de mieux qu'un seigneur de Hautval pour ramener l'ordre et la paix du roi dans la baronnie. Eskevar sourit. Pour l'instant cette carte n'était pas encore à dévoiler.
Revenir en haut Aller en bas
Gaucelm d'Odelian
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 853
Âge : 217
Date d'inscription : 27/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: L'auberge du Joyeux luron (PV)   Mar 3 Nov 2009 - 14:28

Le jeune seigneur observait le Gras engloutir son repas alors qu’il répondait aux premières interrogations du Gras. Il proféra des propos … intéressants, qui chatouillèrent l’esprit opportuniste du Bélier qui écoutait attentivement le moindre mot.

Hmm. Messire, de la pagaille qui doit-on rendre responsable ? Celui qui franchit par dérision le sillon sacré ? Ou celui qui le tue sous le coup de la colère ?

Un petit sourire ourla les lèvres grassouillettes de Gaucelm. Avait-il bien compris le sous-entendu ? Si c’était le cas, ce petit seigneur pouvait devenir un allié intéressant. Il décida de parler prudemment, usant d’un vieux proverbe tout fait, l’adaptant à la sauce gaucelmique.

La colère est mauvaise conseillère … Et quand les deux adversaires agissent sous le coup de la colère, ça donne le sacré foutoir dans lequel nous sommes, mon bon.

Foutoir qui allait lui être profitable, mais c’est un autre sujet, que nous débattrons une autre fois. Eskevar signala également qu’il rejoindrait le Roy, ce qui ne manqua pas de faire naître une petite interrogation dans le cerveau graisseux. Mais Eskevar enquilla sur un question à propos d’Aegar, une occasion de tester sa vindicte.

J'ignorais que le marquis avait rallié les barons ?

On apporta le vin réclamé, sous le regard méprisant l’attente du Bélier. Eskevar donna ses directives à la serveuse, puis une fois celle-ci, repartit à ses occupations, Gaucelm se pencha légèrement vers le jeune heldérois et parla bas.

J’en suis à penser que ce sont les barons qui ont ralliés la bannière berthildoise. J’ai de lourds soupçons et les mouvements des armées au nord ne m’inspirent guère confiance.Quelque chose se trame. Et puis, sur le chemin de Diantra se trouve Etherna et Olyssea … Olyssea est rebelle … Qui sait pour Etherna ? La route sera longue, mon bon !

Il se gratta la joue du bout de l’index , semblant pensif. Il cherchait à faire part de son interrogation, mais cherchait une formule fine pour amener le sujet. Il enfourna une nouvelle bouchée dans sa bouche épaisse et poursuivit.

Quelle sera votre route, Eskevar ? Vous êtes proches de Diantra, vous pouvez aider rapidement le Roy … A moins que vous ne chassiez les rebelles de votre baronnie ?

La formule lui convenait à moitié, mais la question était bien posée. Ce jeune homme allait-il être un mouton servile de Trystan l’Aveugle ? Allait-il voir l’opportunité qui lui souriait ? En un mot comme en cent, allait-il se révéler aussi calculateur que le Gras ? De cette réponse et du ton, prit pour la dire, Gaucelm saurait si ce seigneur d’Heldérion allait être un allié intéressant et utile, ou un autre pion à influencer. Réponse ?
Revenir en haut Aller en bas
Fergus d'Hautval
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 138
Âge : 27
Date d'inscription : 10/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: L'auberge du Joyeux luron (PV)   Mar 3 Nov 2009 - 23:08

Un petit sourire ourla les lèvres grassouillettes du comte et durant quelques instant, son visage bouffi à la mâchoire légèrement prognathe le fit ressembler à un gentil bouledogue.

La colère est mauvaise conseillère … Et quand les deux adversaires agissent sous le coup de la colère, ça donne le sacré foutoir dans lequel nous sommes, mon bon.


Eskevar observait le Gras sans dissimuler son amusement et lui lança un regard entendu. Cet homme lui plaisait, il lui paraissait fort sympathique. Ce petit adage laissait entendre qu'il était secrètement sympathisant des barons ou du moins, qu'il partageait un point de vue sensiblement égal au sien.

_ Joliment dit, Messire.

Gaucelm se pencha légèrement vers le jeune heldérois et parla bas. Caustique, vu la teneur de la confidence qu'il s'apprêtait à lui faire. Cet air de conspirateur eu pour effet de multiplier ses doubles mentons.

J’en suis à penser que ce sont les barons qui ont ralliés la bannière berthildoise. J’ai de lourds soupçons et les mouvements des armées au nord ne m’inspirent guère confiance. Quelque chose se trame. Et puis, sur le chemin de Diantra se trouve Etherna et Olyssea … Olyssea est rebelle … Qui sait pour Etherna ? La route sera longue, mon bon !

Les yeux d'Eskevar se plissèrent, formant deux fentes horizontales. Soudain intéressé, le chevalier se redressa sur son banc.

_ Voilà de graves accusations. Il est vrai que des esprits vils s'agitent dans le royaume. Pas forcément ceux que l'on pense, si vous m'en croyez. Mais un marquis, par tous les dieux..


Le Gras se gratta la joue du bout de l’index. Il semblait chercher ses mots. Il enfourna une nouvelle bouchée dans sa bouche épaisse et poursuivit.

Quelle sera votre route, Eskevar ? Vous êtes proches de Diantra, vous pouvez aider rapidement le Roy … A moins que vous ne chassiez les rebelles de votre baronnie ?

Le double sens de la question était clair. Le seigneur d'Helderion privilégierait-il ses intérêts, ou ferrait-il passer ceux du Roi avant les siens. Eskevar se pencha à son tour, prenant le même ton que celui qu'avait employé Odelian précédemment.

_ Eh bien, la baronnie est terre du Roi ce me semble.. Et Diantra n'est pas tout le royaume. Ses armées ne peuvent être partout à la fois, comment mieux servir Sa Majesté qu'en commençant par se débarrasser des rebelles à ma porte ?

Oui, je commencerai par la baronnie. Il est quelqu'un là-bas qui me fait du tord, et j'ai bien l'intention d'aller
lui frotter les os.

Ce raisonnement était quelque peu intéresser. Présenter une baronnie libre et acquise à ses épées serait un argument de poids pour succéder à Charles. L'intérêt n'était donc pas seulement celui du roi, aussi le sien. Mais au final, ne s'y retrouveraient-ils pas tous ?

_ Il faut que quelqu'un prenne les choses en main. Et je suppose qu'il faudra un nouveau baron à la tête de ces terres, une fois l'ordre rétablie... Et puis, ni le Roi, n'y ses conseillers n'ont pour l'instant demander mon aide.

Le montagnard porta la coupe à ses lèvres.

_ Ceux-ci m'ont d'ailleurs fait une piètre impression.

Mais dites-moi, comment comptez-vous vous y prendre, pour traverser toutes ses terres ? Je suppose qu'on ne vous accueillera pas avec des fleurs...
Revenir en haut Aller en bas
Gaucelm d'Odelian
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 853
Âge : 217
Date d'inscription : 27/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: L'auberge du Joyeux luron (PV)   Ven 6 Nov 2009 - 19:50

Et la réponse arriva, ourlant les lèvres du Gras à l’écoute des mots du jeune seigneur du Médian.

Eh bien, la baronnie est terre du Roi ce me semble.. Et Diantra n'est pas tout le royaume. Ses armées ne peuvent être partout à la fois, comment mieux servir Sa Majesté qu'en commençant par se débarrasser des rebelles à ma porte ?

Oui, je commencerai par la baronnie. Il est quelqu'un là-bas qui me fait du tort, et j'ai bien l'intention d'aller lui frotter les os.


Gaucelm acquiesca en hochant la tête, il souria en ayant la preuve d’être en face d’un seigneur opportuniste et malin. Cette espèce se faisait rare, il avait même cru être le dernier représentant de cette race. Le jeune seigneur redorait un peu l’image de la noblesse, alors qu’il poursuivait.

Il faut que quelqu'un prenne les choses en main. Et je suppose qu'il faudra un nouveau baron à la tête de ces terres, une fois l'ordre rétablie... Et puis, ni le Roi, n'y ses conseillers n'ont pour l'instant demander mon aide … Ceux-ci m'ont d'ailleurs fait une piètre impression … Mais dites-moi, comment comptez-vous vous y prendre, pour traverser toutes ses terres ? Je suppose qu'on ne vous accueillera pas avec des fleurs...

Un gloussement aigu et amusé s’extirpa de la gorge grasse, qui répondit avec un large sourire. Puis il utilisa des mots.

Oh oui … Je vous avoue qu’ils ne m’ont pas fait grandes impressions non plus. Que ce soit le Sénéchal, qui ordonne plus qu’il ne discute et la gourgandine d’Erac …

Il parla plus bas encore, comme si il était assis dans un confessional.

Je la croyais plus intelligente que ça !

Il parla un peu plus haut en souriant.

Un beau lignage ne donne pas un bel esprit à tous

Gloussements amusés … Et vint le temps de la réponse aux interrogations de l’heldérois.

Etherna ne devrait pas poser de problème … C’est une baronnie paisible, qui devrait me laisser passer sans encombres …

Ah qu’il mentait bien ! … Si naturel, aucun tic nerveux ne trahissant le plan qui avait mûri dans sa tête. Et il était content de lui, se délectant de son mensonge et il poursuivit.

De plus, le Sénéchal m’a offert d’être escorté par l’Ordre de la Rose Blanche, en gage de mon allégeance au Roy.

Il croisa le regard de son interlocuteur, se permettant de laisser transparaître l’ironie de sa phrase. En réalité, ces gêneurs étaient une belle épine dans le pied du Gras, mais la missive qu’il avait griffonnée rapidement après la réunion d’Erac devait bientôt être reçu par ce bon Jehan, et le problème se règlerait de lui-même.

Reste le passage en Olysséa … Les ponts sont fortement défendus … Et comme Sainte Berthilde se montrera réticente à mon passage, je risque bien d’être bloqué … A moins que …

Fulbert s’approcha de la table et se pencha vers Gaucelm, lui chuchotant, après avoir fouiner un peu partout dans la taverne bruyante.

Je crains qu’un espion nous ai suivi, Monseigneur. Deux tables sur votre droite, au bout du banc.

Le comte vida sa coupe et brandit le pichet en se tournant vers le comptoir. Pendant sa manœuvre, périlleuse vu la masse entrant mouvement rotatif, il observa rapidement l’espion sus-nommé.

Tavernier ! La même chose !

Il revint en position initiale, regardant, une nouvelle fois, furtivement l’homme brun, à l’allure banale, un parfait espion en somme. Le Sénéchal semblait vouloir apprendre la fourberie à un fourbe. Et comme on dit, On apprend pas au Bélier à vous chier dans les bottes … Comment ça, on dit pas ça ? … Bref, il observa Eskevar et lui murmura rapidement.

Le bougre … Vous l’avez vu ? … C’est …

Amusant ! Il s’en moquait, rien ne serait dit de compromettant en ces lieux. Le gueux faisait son office et suivait les ordres, qu’importe … Il changea de sujet, peu intéressant selon lui et chercha à connaître un peu mieux son jeune ami.

Parlez-moi de votre province … Heldérion, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'auberge du Joyeux luron (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'auberge du Joyeux luron (PV)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'auberge du Joyeux luron (PV)
» Galerie d'un joyeux luron ! [Lysander]
» Joyeux noel à tous!
» La Taverne du Nain Joyeux
» Joyeux noël à tous !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché d'Erac-
Sauter vers: