Partagez | 
 

 Le début de la fortune ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Franco di Celini
Humain
avatar

Nombre de messages : 115
Âge : 23
Date d'inscription : 22/11/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Le début de la fortune ?    Mer 6 Juin 2018 - 11:23



~ La fortune sourit aux audacieux ~

Fin de Verimios, An 10


- Franco, vous êtes sûr que c’est une bonne idée ? Nous ne connaissons personne là-bas. Ces gens n’ont pas attendus que nous arrivions pour se lancer dans la reconstruction de leur port vous savez …
Franco soupira, même s’il touchait certainement à sa fin, ce voyage commençait à l’épuiser.
- Je suis déçu Cléandre, je pensais que tu avais une meilleure opinion de moi. Force est de constater que lors de ce voyage tout ne s’est pas toujours déroulé comme prévu mais nous sommes toujours là. Avec nos connaissances, nos avantages, mes titres déchus … Les Sept-Monts sont définitivement un bon endroit pour nous reconstruire. Nous en avons longuement parlé et je suis sûr de ma décision.
Cléandre s’était montré de plus en en plus sceptique depuis que les deux hommes avaient quitté Thaar. Peut-être que le jeune valet envisageait une vie d’opulence dans la capitale estréventine. Mais ça aurait été mal connaitre Franco. Si l’ex duc de Soltariel avait quitté les terres péninsulaires ce n’était certainement pas pour retrouver une vie inintéressante et facile de l’autre côté de l’Olienne.
- Fais-moi confiance Cléandre. Ces gens ont tout à gagner. Nous avons tout à gagner également. Après tout, ici, nous ne sommes l’ennemi de personne. Nous pouvons nous lier aux Princes Marchands, nous pouvons également nous lier aux naélissiens … Les eaux dans lesquelles nous naviguons sont troubles mais elles sont de bonne augure pour notre futur.




Après quelques jours supplémentaires de route, Franco et son acolyte parvinrent enfin en vue d’Hanning, capitale de la principauté des Sept-Monts. De ce qu’en avait entendu Franco l’ex duché avait été pillé par des commandos ordonnés par les différents Princes Marchands. Il faut dire que la prise d’indépendance de l’ancien duc, un dénommé Kodratos, n’avait pas enchanté ces derniers. Le soltari ne tenterait rien d’aussi risqué. Il ferait les choses progressivement. Et pourquoi pas se faire remarquer par les Princes Marchands ? C’était une nouvelle vie qui s’offrait à lui.
- Bien, nous voilà arrivés. Nous devons faire profil bas ici. La ville est sous pression depuis le retour en force des Princes Marchands. J’ai appris que Kodratos, l’ancien duc, avait été emprisonné. Je ne suis pas sûr que les gens d’ici aient à nouveau envie de faire affaire avec quelqu’un qui porte le titre de « duc ». Nous allons donc essayer de ne pas trop ébruiter mon identité.
La ville d’Hanning était bien différente de ce que les deux péninsulaires avaient eu l’habitude de voir jusqu’alors. Elle ne ressemblait ni à une ville péninsulaire ni à ce qu’ils avaient pu voir à Thaar. Hanning était une ville de taille moyenne, mais bien située. Dans les collines pour se défendre des envahisseurs, mais proche de la côté de la mer Olienne pour construire un port dans une ville annexe. Non loin également de l’Anaëh, les possibilités ici étaient multiples. L’architecture locale était tellement particulière … La ville semblait inspirée de ce que faisait les thaaris. Pourtant, de nombreux murs étaient faits de pierre grise comme dans le nord de la Péninsule. En fait, ce que se disait Franco c’est que cet endroit était une réelle aubaine pour une nouvelle vie.





Le lendemain matin, l’ex duc se mit en quête de quelque chose de très précis. Il cherchait un comptoir imposant d’un commerçant faisant du troc et de la production de denrées alimentaires. De ce qu’il avait pu apprendre dans les rues de Thaar, le domaine de l’alimentation générale et  de l’épicerie était loin d’être monopolistique. Peut-être qu’il le deviendrait bientôt …
Il trouva rapidement un marchand de denrées alimentaires dont la devanture avait fière allure. Sans passer par quatre chemins, il demanda à voir le responsable de l’établissement. L’homme était bedonnant, en train de brailler au milieu de la cohue et d’apparence semblait originaire du coin. La conversation s’amorça après que l’homme entraina Franco dans un coin un peu plus calme du comptoir. Franco eut tôt fait de faire savoir pourquoi il était là.  
- J’ai un tas de contacts en Péninsule. Ces gens seront ravis de commercer avec moi. L’argent coulera à flots pour nous, mais également pour ceux pour qui vous travaillez.
- Mais tu crois quoi l’étranger ? Qu’on a passé notre vie à attendre qu’un gus débarque comme ça de nulle part pour lui confier nos affaires ?
L’homme lâcha un rire gras, ce qui ne plus guère au soltari. Franco détacha une bourse qui était fermement accrochée à sa ceinture. Il la posa sur la table. Des pièces d’or massif s’étalèrent à la vue de tous. Un silence tomba sur le comptoir. Le marchand commença à s’emparer d’une pièce comme s’il voulait vérifier si c’était une vraie. Franco sorti sa rapière et la posa délicatement sur la main de l’homme. Tout le monde regardait la scène se dérouler, dans un silence bien trop anormal.
- Ce sont des vraies. Si tu ne veux pas me prendre comme collaborateur, je rachète des terres et je te fais concurrence. Je crois savoir qu’aucun prince marchand n’est tellement intéressé par les denrées alimentaires. Ils seraient peut-être ravis de savoir qu’un nouvel interlocuteur de choix va s’inviter autour de la table pour discutailler le bout de gras avec eux.
- Tu es bien prétentieux, l’étranger.
- Je sais simplement ce que je vaux. J’ai fait fortune ailleurs, je ferai fortune ici.
Franco fit pivoter sa main afin de mettre en évidence l’énorme chevalière en or qu’il portait à son annulaire. Le soleil de la couronne soltarie fit son impression.
- Je crois savoir que vous êtes des gens efficaces, on dit ces derniers temps que les soltaris ont même définitivement damé le pion des ydrilotes.
- Et je n’y suis pas pour rien.
Le marchand dévisagea Franco. Sa main toujours menacée par la lame tranchante du soltari. Son visage semblait partagé entre jubilation et angoisse profonde.
- Qu’est-ce que tu veux, l’étranger ?
- Je veux m’implanter ici. J’investis ma fortune personnelle dans ton affaire. Tu me prends comme associé. J’ai le même pouvoir décisionnel que toi, mais nous continuerons à faire affaires sous ton nom.
En gage de sa bonne foi, Franco rengaina sa lame et tendit sa main vers son interlocuteur. L’autre semblait hésiter. Mais son âme de marchand opportuniste pris le dessus l’espace d’un instant et il serra la main de Franco de manière franche.
- Bienvenue au sein des établissements Kaichi et frères.
Et la vie du comptoir reprit son rythme, dans la cohue et une ambiance plutôt détendue.



Revenir en haut Aller en bas
Franco di Celini
Humain
avatar

Nombre de messages : 115
Âge : 23
Date d'inscription : 22/11/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le début de la fortune ?    Lun 18 Juin 2018 - 13:37



Début de Karfias, an 11


La nouvelle vie de Franco commençait plutôt bien. Hanning était un lieu plaisant. Une ville de taille intermédiaire, vivante mais facile à aborder. Contrairement à la Péninsule, ici les étrangers étaient facilement intégrés dans la société. On aurait dit que c’était parfaitement normal pour les gens d’ici que de voir de nouvelles personnes arriver en permanence. Quand Franco voyait que à Soltariel il lui avait fallu plusieurs années ne serait-ce que pour se faire des contacts alors qu’il était natif d’une famille noble locale … Peu importe, ce passé était derrière lui désormais.

Suite à son marché avec le père Kaichi, les deux hommes s’étaient répartis les tâches. Franco devait rechercher de nouvelles terres à acquérir et à cultiver afin d’augmenter la production d’épices des établissements Kaichi. Il était également chargé dans un second temps de contacter des personnes hors Sept-Monts pour développer les exportations du comptoir. Il avait donc prospecté les terres alentours. Aidé de Cléandre, Franco avait rapidement entendu parler de terres ravagées par les drows lorsqu’ils étaient venus punir l’ancien duc des Sept-Monts. Ces terres, essentiellement agricoles, étaient idéales pour la culture de diverses épices. Cannelle, poivre, gingembre, tout poussait dans les Sept-Monts. Rapidement, des champs à l’abandon furent récupérés par Franco. Certains acquis pour quelques sous, d’autres il se les procura sans rien demander à personne. Les terres ici étaient vastes et peu prisées, surtout depuis le passage des drows. Sur certaines parcelles étaient même encore présent les restes de culture d’anciens propriétaires. Il ne restait donc qu’à éclaircir et nettoyer tout cela afin que la récolte puisse se faire tout au long de l’été.

Les terres en acquisition devinrent de plus en plus nombreuses. Finalement, une bonne partie de ce qu’avait investi Franco venait de passer dans ces acquisitions ainsi qu’à la paie des hommes qui travaillaient à la remise en état des terrains. Il fallait maintenant espérer que les récoltes soient fructueuses. L’automne serait une bonne période pour récolter le fruit de ces investissements. Quoiqu’il en soit, ce n’était pas le genre de Franco de rester les bras croisés en attendant de voir comment allait se passer la suite des évènements. Ainsi, il prit sa meilleure plume afin de recontacter des amis qu’il n’avait pas vu depuis … Pas tant de temps que ça finalement. Cela ne faisait qu’un peu plus d’un mois qu’il avait quitté Soltariel.



Revenir en haut Aller en bas
 
Le début de la fortune ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gentilhommes de Fortune
» La Roue de la Fortune
» Tombeau ou abri de fortune ? [Livre I - Terminé]
» Première étape vers la fortune [solo]
» La fortune sourit aux audacieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Principautés Vaanies :: Principauté des Sept-Monts-
Sauter vers: