AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retour vers le Dragon II {Quête}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1071
Âge : 816
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Retour vers le Dragon II {Quête}   Lun 19 Aoû 2013 - 10:41

[Hrp : Bon, puisque les meneurs de chacune des petites bandes ne se manifestent pas et que l'on se retrouve au bout du délai, je vais donc lancer sans eux. Ils donneront les précisions qui leurs semblent nécessaires à leur retour (ca ne sera pas faute de leur avoir demandé à l'avance).]

Des découvertes historiques ? La gloire ? Les richesses ? Qu'est-ce qui pouvait attirer la curiosité de ces maraudeurs ?

Certainement un peu de tout ça, rendus curieux par les rumeurs de ce que les précédentes expéditions avaient pu ramener comme informations qui s'étaient déformées avec le temps, puis aussi ce que l'on racontait un peu partout en péninsule ! Une créature gigantesque avait été vue ! Était-elle domptable ? On racontait énormément de choses à ce sujet, toutes aussi folles les unes que les autres : un trésor qu'elle garderait, qu'elle était elle même un trésor, la vie éternelle, l'invulnérabilité, une puissance que seuls les dieux pourraient égaler. Toutes ces choses que l'imaginaire collectif avait pu voir comme récompense, mais également tous les malheurs possibles et les morts les plus atroces que l'on puisse imaginer, qu'elle vous ferait fondre d'un seul regard, qu'elle prenne le contrôle de votre esprit afin de faire de vous un esclave servile et docile, qu'elle vous écrase juste les memrbes pour vous laisser agoniser. Certains auraient même entendu dire qu'elle crachait du feu, d'autres de l'acide, d'autres du métal en fusion. En bref, toute l'imagination collective - parfois aidée par beaucoup de vins et de bières - au service de la rumeur.

Fous étaient ceux qui se lançaient dans cette expédition, et pourtant ils étaient là, ces valeureux (?) aventuriers, courageux (?), agissant pour la gloire, l'honneur et la renommée (Et l'argent dans tout ça ?), dans leurs armures étincelantes (Bon ok, j'exagère) sur leurs fiers destriers (Que fout ce mulet là ?)

Seuls les dieux savaient ou ils se rendraient et quelles seraient leurs (mes)aventures. C'est ce que l'avenir nous dira, laissons les déjà se rencontrer avant de leur prédire une mort atroce !

[Hrp : Comme vous l'aurez deviné, vous pouvez commencer le petit RP d'introduction, j'imagine que vous avez déjà eut les informations de vos meneurs de groupes sur le lieu de rencontre (une taverne ? un port ? une caserne ? un nid de poule ? un poulailler ?) et de votre plan de route. Si tel n'est pas le cas, et bien à vous de le déterminer. Si vous n'osez pas le faire, je le ferai pour vous ! (rire démoniaque)]

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Erol
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 42
Âge : 28
Date d'inscription : 20/03/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Ou l'on s'en va baguenauder   Dim 25 Aoû 2013 - 17:47

Le Quinteux tourtiaulx, tout-sauf fleuron de la copieuse armada au service de la maison Argyros, offrait le spectacle de ce qu'une vie de commerce au long cour pouvait produire de mieux. Carcasse oblongue à la coque moult fois réparée, ce sémillant boutre dévoilait à qui saurait le lire l'étendue de ses aventures : de sa variation des bois, on devinait le choc d'un rostre ; de la teinte charbonneuse de son mat, le passage d'un feu. Ses hunes redressées à gran fuisson de bout racontaient les hordes de matelots infortunés happés par les flots vengeurs - et croyez moi ça en fait une chiée.

C'est empreint de ce lyrisme tranquille, ce vague à l'âme devant le silence de ces humbles planches dressées contre les marées qu'Erol se dit tout soudain : *Pute borgne. Cette quille compte plus de moule qu'un lupanar de Sharas*. Il marchait alors des docks au pont, sur une planche aussi fébrile que le reste. On pouvait sentir l'ivresse du départ : ça et là, les marins acheminaient les vivres par paquets entiers, les réserves d'eau à foison, et les biscuits en tonneaux. Avisant qu'un loup de mer trempait iceux dans sa boisson, il réalisa, amer, que le sien ne connaîtrait guère plus l'hospitalité des demeures aqueuses, et frémissait à l'hypothèse d'être condamné à explorer des palais un peu moins propres.

Informé des jours plus tôt de son itinéraire - on s’efforcerait de gagner Nelen pour se ravitailler, avant de piquer directement sur les côtes nisétiennes - Erol s'était religieusement appliqué à préparer son voyage. À son grand dam, il avait du vendre sa mule, Slobodan VI, dont un maquignon lui avait offert en échange de sa carne une menue somme. Riche de ce maigre gain, il avait entrepris d'obtenir "l'indispensable". Pour tromper l'ennui, notre compère avait acheté un ballot de flèches, destinées à être tirées sur les oiseaux de mer. Anxieux de se sustenter à trop gran fuisson de biscuit, Tournebroigne n'avait pas laissé la bonne chère en reste, et avait amené avec lui un copieux fromage d'Odelian, un tonnelet de caruw capiteux, ainsi qu'un panier de pommes juste pas trop flétries.

Satisfait - presque arrogant! - de ces savants préparatifs, l'homme toisait dès lors ses infortunés camarades embarquer, les imaginant se contenter de pain sec et d'eau durant tout le voyage.



Revenir en haut Aller en bas
Aedán de Vercombe
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 59
Âge : 144
Date d'inscription : 29/07/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Retour vers le Dragon II {Quête}   Dim 25 Aoû 2013 - 20:13

Aussi fraîchement débarqué de Port-Réal qu'il pouvait l'être, c'est à dire exhalant un audacieux mélange de sel, de sueur rance et de groseille à maquereau - parfaitement, oui - , Aedán se dégourdissait à présent les guiboles sur les quais de Pharembourg avant de retourner en mer. L'aventure était une fort belle putain mais tudieu, elle ne s'offrait pas facilement! Aussi, le ferrailleur observa-t-il d'un œil critique le Quinteux tourtiaulx, se demandant s'il n'allait pas y risquer une déshonorante mort de noyé. Baste! La Fortuna ne saurait pas lui infliger cela, on attendait trop de lui pour que pareille bêtise ne survienne!

Se regimbant face à cette idée, le chevalier finit par trouver un Ponantier qui lui proposa ce qu'il estima être un bon prix pour les deux chandeliers d'argent dont il cherchait à se défaire. Le receleur avisé n'aurait pas manqué de reconnaître qu'ils faisaient partie de lot de douze, commandés par le Roi Aveugle pour égayer les dîners avec son épouse. Le roi Bohémond étant encore à des années de ces jeux là, Arsinoé, quant à elle, étant veuve, le sire de Vercombe avait estimé léser fort peu de monde en s'emparant des objets dans le palais royal. Probable que l'emprunt ne soit d'ailleurs jamais remarqué.

Riche de ce maigre pactole, le jouteur avisa des marchands de laine ancenois et entreprit d'aller échanger quelques paroles avec eux car il jugeait important de connaître et de saluer son peuple, jusqu'aux plus cupides roturiers qui le composaient. Là-dessus, il ne manqua pas de leur faire part du grand honneur qui rejaillirait sur la baronnie une fois sa quête accomplie. Quelles merveilles enfouies à l'Est! Quels secrets de l'Orient lointain rapportera-t-il? Le beau dire se gargarisait de l'honneur qu'il ferait à son nom.

Oui, Aedán était par trop confiant et oui il escomptait bien revenir en héros. A mesure qu'il devisait avec les bourgeois, il se ragaillardissait. Foutre Saint-Gris! Abattre un dragon, voila qui le propulserait dans la légende! La Geste d'Aedán le Preux ne manquerait pas, alors, de devenir le plus fameux des classiques. Toutefois, dans l'attente de cette gloire, il convenait de prévoir le trivial. Ainsi, le parangon en devenir fit-il l'acquisition d'un honnête jambon qui saurait tromper l'ennui du voyage et tenir éloigné le spectre de la fringale ainsi qu'un tonnelet de petite bière.

Se jugeant tout à fait prêt, il paya son dû au butor de faction et gagna le pont du Quinteux tourtiaulx. Ah! Lorsqu'il contera cette partie aux baladins il lui faudra quelque peu tordre la vérité! Ce n'était, décidemment, pas la Blanche Compagnie qui se présentait à lui. Que de vilains! Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, le jouteur s'approcha de celui qui n'avait l'air ni de faire mine de s'activer à quoique ce soit, ni de prétendre surveiller qui que ce soit. Un autre intrus, en somme.

"Salutations, le vilain. Es-tu ici pour te joindre à la coterie du chevalier de Vercombe? Profiter, en suivant mes pas, de la gloire orientale dont nous ne manquerons pas d'être couverts?" adressant un sourire complice au mâtin, il ajouta "Comme je te comprends, va! Aller, si tu sais gratter la rouille sur la maille et aiguiser une lame comme il se doit, moi, Aedán de Vercombe, te prendrai sous mon aile."

Ah, qu'il était imbu de lui-même, persuadé d'être porté par le souffle de l'Histoire!
Revenir en haut Aller en bas
Erol
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 42
Âge : 28
Date d'inscription : 20/03/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Retour vers le Dragon II {Quête}   Dim 25 Aoû 2013 - 21:48

Penché à même le bastingage, Erol badait, le regard dans le vague, la bouche entr'ouverte, crachotant à qui mieux-mieux les pépins d'une pomme un peu trop flétrie, jusqu'à ce qu'il ne se fasse apostropher par un gandin en armure. S'étouffant au moment de répondre, notre ami prit dès lors le temps de toussoter un pépin, qu'il feignait d'avoir avalé. Cet habile stratagème lui laissa le temps de dévisager son interlocuteur : un grand diable au front franc, armuré de telle manière qu'on l'eut cru sortit tout droit de la dernière escarmouche aux Trois-Moulins. Un porte-glaive au sang bleu, un désargenté en quête de gloire, grosso merdo.

"Hé, là! le bonjour, ami messer, entama Erol, se jouant de convenance qu'il ignorait, je suis bien honoré de faire équipage avec un doux sire comme vous, eh, que je sois foudroyé si ce n'est pas vrai."

S'agissant d'Erol, jurer appelait au mensonge : il demeurait fort mécontent d'être pris en surprise par si bon sang, lui qui n'était qu'un maraud en rupture de ban. Il aurait craché allègrement à la face de son compère, suite à cette proposition avilissante, si n'était sa lâcheté proverbiale. Oubliant, avant même s'y avoir pensé, de reprendre le chevalier sur ses errements, notre crapule, riche de ses pauvres observations, renarda pour éviter la question.

"Je suis bien aise d'avoir une si belle lame à mes côtés, pour estourbir la malebeste, hé! flatteur malhabile, il dévia dès lors sur des vantardises : vous n'aurez pas à vous plaindre de moi, hé, si ce n'est pas vrai ce que je dis là ? Moi, c'est Erol, que je me nomme, je le crois bien ; mais on m’appelle Tournebroigne, peste oui! Tournebroigne, homme libre de son état, et honnête veneur, je le dis! libre, c'était un fait ; honnête, il y avait matière à discussion. Mon bon maître, loin d'ici en Erbay m'a affranchi il y a des années de cela, après mes bons et loyaux services, hé, je gage. S'il ne vous déplait la compagnie d'un vilain de mon espèce, je puis être bon compère, si ça c'est pas vrai!

Vrai, ce ne l'était sûrement pas ; il aurait été d'ailleurs tâche ardue de dissocier, dans ce salmigondis verbal, le bon grain de l'ivraie. Menteur éhonté, Erol s'était présenté, comme à l’accoutumée, sous les traits d'un homme de peu, certes, mais honorable. C'était en vérité une crapule comme on en faisait des mieux, un larron extrémiste dans sa banale médiocrité ; mais quel homme débouterait cette sympathie goguenarde sous prétexte de "quelques" errances morales ? Seul un dragon plus mauvais que celui qu'on s'apprêtait à pourfendre!


Revenir en haut Aller en bas
Aedán de Vercombe
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 59
Âge : 144
Date d'inscription : 29/07/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Retour vers le Dragon II {Quête}   Lun 26 Aoû 2013 - 9:00

Le bon bougre que voila, ne manqua certainement pas de penser le chevalier. "Erbay dis-tu? Ah Oësgard! J'ai quelques gouttes de sang Heinster, un pays fameux que celui d'où tu viens même si, aujourd'hui, il fleure davantage la charogne que la chevalerie. Rien de surprenant au fait que tu l'aies quitté, en vérité." trancha le rodomont en reniflant d'un air dédaigneux. Là-dessus, il entreprit de débusquer un lieu où déposer havresac, maille et autres bêtises qui l'encombraient. Parti quelque peu à la diable de Port-Réal, Aedán avait été contraint de laisser sa monture aux bons soins de sa parente, faute de pouvoir l'emporter sur le navire. De toutes façons, il y aurait eu fort à parier que son cheval périsse dans les sables de Nisétis, du manque de fourrage. De là résultait le fait qu'il était chargé comme un mulet, se berçant de la douce illusion que la maison Argyros se fendrait de quelques portefaix.

Une fois allégé et de retour sur le tillac, le ferrailleur retrouva son compagnon de circonstance, toujours aussi affairé avec ses pépins. "Dis-moi, mon bon, sais-tu si d'autres riants compaings caressent l'idée de nous rejoindre? Mais auront-ils seulement la moitié de notre bravoure, hé? Morbleu, je crains que non. Sans doute de triste sires qui ne voient que les deniers qu'ils tireront de l'aventure. Méprise que cela! Rien n'égalera la gloire de fendre la bête de la gueule jusqu'à la queue! C'est qu'il conviendra de ne pas faillir, on murmure que la liche Nakor, cet escobar, aurait également envoyé ses goules, à l'Est. A quels rites obscènes vont-ils se livrer? Quelles litanies blasphématoires vont-ils prononcer? Tant va reposer sur nos épaules, mon ami! Nous devrons veiller à ce que le Mal ne s'abouche pas avec un mal plus grand encore!" déclara de Vercombe, les yeux fiévreux.

Le plus effroyable, là-dedans, provenait sans doute du crédit qu'il apportait à ses paroles. D'aucun aurait tenu de tels propos en pensant tout le contraire mais ce n'était pas son cas.

Puis, passant avec autant de facilité du coq à l'âne que son vis-à-vis des pommes au fromage, sans même attendre de réponse à sa précédente question, il demanda : "Puisque le Destin semble résolu à nous faire patienter fort longtemps sur cette coquille de noix, autant faire notre inventaire : sais-tu jouer au Kjall? En déposant mon bardas, j'ai fait la connaissance de deux matelots qui le jouent selon les règles du Sel et de la Limande. Méthode de coquins selon moi. Toutefois, ils accepteraient d'introduire la variante de l'Ancêtre dans la partie, ce qui, soulignons-le, ferait obstacle aux basses manœuvres du Pavillon Noir. Te joindrais-tu à nous?"

Quelle merveille que le Kjall! Ce jeu de dés - encore que l'on parle ici uniquement de ses formes les plus classiques - olysséen dont on recensait autant de variantes que de joueurs. Combien de franches rigolades? Combien de nuits qui semblèrent s'écouler en un instant? Combien d'amitiés brisées? Combien de parties conclues d'un coup de surin rageur? Certaines cités tenaient leur rayonnement culturel de leurs poètes, de leurs peintes et autres sculpteurs. La cité portuaire de Sharas, elle, jouait sur un tout autre registre.
Revenir en haut Aller en bas
Danaé de Caïssa
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 38
Âge : 25
Date d'inscription : 17/03/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  17 ans (an 7)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Retour vers le Dragon II {Quête}   Mar 27 Aoû 2013 - 13:18


Alors que les lueurs de l'astre hélianthisé déclinèrent, la Dame de Caïssa était là, pieusement agenouillée face à l'allégorie de marbre de la candide déesse de la vie. Elle livrait ses bénédicités sous le secret de son voile ombrageant chastement sa longue chevelure dorée tressée avec quelques rubans opalins. Dans ce calme religieux, sa duègne, aussi nommée Théodora de Léliande, surveillait d'un œil sévère les patenôtres de la  Shâhzâdeh d'Ashraï. Le lendemain était celui du voyage attendu depuis des ennéades déjà. Danaé clôtura son pèlerinage au sein des différents sanctuaires des Cinq et des saints attenant au panthéon péninsulaire. Le soir venu, elle qui l'aimait tant, son chevalier, lui offrit une dernière danse galante sous les rosiers entrelacés aux haies dans les jardins du domaine royale. Et comment ne perdit-elle pas sa tête et décence serrée par des bras si audacieux car on le croit toujours aux doux mots d'amour quand ils sont dit avec les yeux. Mais lorsqu'il tenta de lui voler un baiser, les prérogatives vinrent à nouveau la griser. Mais hélas, la Galante abandonna le preux car sous le couvert des bosquets, les serments les plus sirupeux ne sont que leurre.
La route jusqu'au port de Pharembourg se fit dans l'ombre d'une encombre, le sommeil vint avec tant de facilité, sans volonté face à quelques songes amoureux  et ce nonobstant son effervescence qu'elle savait modérer. Le réveil fut enchanté par la symphonie des vagues et le chant de quelques moineaux. Durant le trajet, la rosière avait été transportée dans une chambrée. Trois camérières la réveillèrent afin de la préparer et n'oubliant certainement pas de lui apprendre qu'elle résidait au sein de la demeure d'un ami de son père, proche du feu Comte de Scylla, l'Ivrey. A contrecœur, elle ne put profiter de la gentillesse et présence de son hôte de fortune, un homme typé dont les manières chevaleresques étaient considérées par Danaé comme charmantes . Elle promit à ce vaillant seigneur de revenir et de le tenir au fait de ses futures découvertes et que si le cœur lui en dit, en temps de paix, il pourrait venir séjourner et apprendre de la culture d'Ashraï.

Ainsi apprêtée d'une houppelande d'un bleu d'acier, elle fit route avec sa petite escorte jusqu'à l'âme de la ville, son port. La caravelle était là à quelques mètres de l'ingénue qui sous l’œil attentif de ses protecteurs palabraient avec quelques marins dans le but de régler leurs affaires. Elle demeura chue sur la banquette de velours de sa diligence en compagnie d'une toute autre duègne, dont la beauté était à l'égard de sa dangerosité. La trentaine, elle cachait sous la dentelle de ses jupes nombres de jeux d'un goût acariâtre au couleur vermillon. Cette virago répondait au doux nom de Katarina de Thaar, autrefois maquerelle, la renommée de ses lupanars luxueux la précédaient autant que ses talents arcaniques à faire vivre quelques chimères.

Le consentement fut accordé par le chevalier Flavian, maître des veilleurs. Face à la caraque dont le prestige avait mis les voiles – quelle facétie –(ohoho) la rosière fit face à la déception que le si grand marchand Alcide Argyros avait mis à la disposition de ses conquistadors. Non sans bouderie, soulignée d'un rire moqueur de Katarina, l'ingénue montait à bord. D'une oeillade, elle inspecta le pont et ses divers gens le peuplant. « Allons ma chère, qu'avez-vous cru.» La mine boudeuse, la candide s'en tint au silence en guise de riposte au persiflage de la sirène de Thaar et rabaissa la mantille de sa coiffe telle une estocade imparable. Ses affaires furent montés sous bonne garde.
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1120
Âge : 25
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Retour vers le Dragon II {Quête}   Mer 4 Sep 2013 - 22:14


    Attirée par l’agitation et l’appât du gain comme les mouches par du vinaigre, une rouquine avait rapidement – quoique dans les dernières minutes – pris place à bord du navire où l’on n’avait de cesse de parler de mythes fantaisistes sur des créatures ailées ancestrales, et surtout, surtout, de grandiloquents secrets, de trésors incroyables et merveilleux, tant enrichissants pour l’âme que pour la bourse. Si la plupart des arguments sus-cités n’avaient eu que peu ou pas d’effet sur l’esprit de l’ancienne pirate, le manque certain d’occupation et une nécessité plutôt urgente d’obtenir moult souverains qui perdurait depuis trop longtemps la poussa rapidement à suivre son instinct. Et ça tombait fort bien car ce même instinct la guidait à rejoindre cette étrange équipée aussi prometteuse qu’éclectique.

    Car il y avait là toutes sortes de personnages atypiques et néanmoins coutumiers de ce qu’on pouvait croiser dans les venelles diantraises : de la gueusaille en bonne et due forme, quelques femmes à la dentition assez gâtée et aux airs effroyables, des mousses inexpérimentés, des braillards beuglant ça et là une litanie d’ordres plus contradictoires les uns que les autres. Ainsi le Quinteux Tourtiaulx fonctionnait-il depuis suffisamment longtemps pour désapprouver les médisances au sujet de son éventuel manque d’efficacité. Enfin, c’est ce que l’on en disait le plus souvent, avec un léger doute dans la voix.

    La roturière se formalisa brièvement de quelques procédures d’usage brèves et néanmoins recommandées avant de pouvoir se joindre aux matelots dans une indifférence assez généralisée. Une femme, pour ce que ça pouvait faire à ce que ça pouvait servir, c’était déjà mieux que rien !

    Kassandra s’installa donc – pour ne pas dire s’affala nonchalamment – aux côtés de la seule dame du navire, se moquant assez joliment et royalement de la différence assez conséquente qui les séparait toutes deux et les distinguait assez rudement l’une de l’autre, notamment par l’argenterie arborée. Le contraste prêtait à rire. Adressant à peine un regard à la nobliaude qui avait l’air d’être autant à sa place sur le rafiot qu’un berger missédois au beau milieu de la haute-société scylléenne, Kassandra s’affaira à scruter tout ce qui pouvait être d’utilité première à mémoriser sur ce ponton. « Vous vous êtes trompée de navire, je crois. » Un sourire proche du dédain s’était peint sur sa frimousse alors que sans attendre réellement de réponse ou d’attention quelconque de sa part, la rouquine s’écartait déjà de quelques pieds de la donzelle fort endimanchée, se focalisant sans vraiment les voir sur la partie de Kjall qui s’annonçait un peu plus loin entre deux hères.

    A dire vrai, peu lui importait de savoir à qui il faudrait obéir, ce qu’il lui faudrait faire et dans quelle contrée en perdition seraient-ils jetés en pâture. Toute fin justifiait son moyen, et l’appel des espèces sonnantes et trébuchantes suffisait à faire en sorte que Kassandra ne se posait pas – trop – de questions.
Revenir en haut Aller en bas
Erol
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 42
Âge : 28
Date d'inscription : 20/03/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Retour vers le Dragon II {Quête}   Sam 7 Sep 2013 - 15:53

La partie suivait son cours. Comme c'était de rigueur, les joueurs avaient misé, perdu, doublé, perdu à nouveau! et ce chacun à la suite, si bien qu'au moment où le deuxième tour commençait, les matelots avaient hypothéqués trois fois la solde promise pour leur course. Si Aédan, du haut de son haubert brillant et de son heaume luisant, pouvait avancer un crédit que l'on estimait certain, Erol, quant à lui, tâchait de tenir la mise grâce à ses boniments. Ainsi, sur une malheureuse rocade - pouvait on roquer au Kjall ?! - il avait annoncé un jet triple, qu'on lui avait reproché d'être utilisable seulement pour les parties dites du Roi du chenil. Il maudissait alors ces marins, qui de leurs voyages retenaient les règles de chaque mouillage.

Rudement mené aux points, Erol estimait ainsi que cette défaite serait de trop. Sommé par un ruffian d'avancer un gage bien concret, il ainsi mis en jeu son bon fromage - même pas entamé -, au comble du désespoir. Voir cette denrée le déserter en plein océan serait une menace suffisante pour l'arrêter dans sa terrible déveine, ou relancerait il du double ? Nous pourrions ainsi dire qu'il se tourmentait que sa meule le quitte, tout en voulant l'être. L'horreur de la situation appelait une solution des plus habile. Jetant des regards ça et là, à la recherche de tout ce qui puisse l'aide, Erol s'aperçut séance tenante de l'arrivée d'une nouvelle coterie. L'ami Aédan ne s'était ainsi pas trompé : d'autres avaient flairé la piste. La suite ferait école en matière de filouterie :

"Puisque tu gagnes ma meule, je vais tenter ma chance sur ces miches!" glissa lubriquement Erol, avisant la compagnie.

Guère plus ne fut nécessaire pour détourner nos marins du jeu ; tordant le coup à se le rompre, ils mirèrent ostensiblement les trois pouliches nouvellement venues. Pour ces ladres fort peu rétifs à la culbute, il n'y avait pas à redire. Même! pour des coquins pareils, capables de besogner la lavandière même pas nubile, et d'honorer la rebouteuse aux portes de la mort, cette brochette là constituait un met de choix. Elles offraient un large spectre de solutions aux désirs les plus variés ; à chacun d'y trouver son mamelon velouté, lourd à téter, ou son nichon juvénile. Contorsionnés par toute cette tension sexuelle, aucun des matelots ne vit ainsi Erol subtiliser de leurs gobelets une poignée de dés. Le grelottement d'iceux rappela l'assemblée au jeu, avant que ce damné de Tournebroigne ne se lève, triomphant.

"Je triple, je quadruple, je quintuple! Les jeux sont pliés, mes bons, hé, je gage!" Éclata-t-il, s'empressant d'empocher chacune des pièces sur la table.

Mais alors que la dispute grondait, la cloche vint tirer les matelots de leurs préoccupations pécuniaires. Abasourdis par le fabuleux coup d'Erol, et mandés par la marée - qui n'attend jamais -, ils renoncèrent à comprendre comment la crapule avait pu rattraper le jeu en un tour de main. "La besogne vous appelle, mes bons! Mais foi de Tournebroigne, je vous offrirais une revanche ce soir, hé, que je sois maudit si c'est faux!"

Revenir en haut Aller en bas
Aedán de Vercombe
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 59
Âge : 144
Date d'inscription : 29/07/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Retour vers le Dragon II {Quête}   Sam 7 Sep 2013 - 19:36

Il allait sans dire que, sans l'apparition opportune des danseletes, le fier-à-bras ne se serait guère privé d'aller chercher querelle à ce suiffard de Tournebroigne au sujet de sa bien vilaine victoire. Las! L'homme étant ce qu'il est et malgré l'effet de millénaires de civilisation deux hémisphères parfaitement tournés suffisaient à le ramener à de primaires réflexions. Aussi, comme une soirée dépouillée de son esprit festif, la discussion s'éventa. On ne chercha plus même à savoir comment le Modeste Harenguier était parvenu à tripler sur l'Audacieux Contrebandier. Cet évènement n'aurait pourtant pas manqué de faire s'étouffer un joueur un peu concentré sur sa partie.

En conséquence, le fier sire de Vercombe s'attela à dévisager les nouvelles arrivantes et quelle ne fut pas sa surprise! Lui qui escomptait obtenir de la maison Argyros quelques francs-coureurs pour grossir sa troupe découvrait que le pacha oriental, comme sa silhouette le laissait deviner, pensait avant tout aux divertissements. Etait-ce encore une héroïque embarcation prête à les mener à la gloire ou un bordel flottant? Ces Thaari n'avaient décidemment aucun sens commun. En d'autres circonstances, le chevalier Florian aurait pu espérer trouver grâce aux yeux d'Aedán mais sa malheureuse proximité avec la Shâhzâdeh d'Ashraï le fit passer pour le souteneur de ces dames. Ou avait-il été chargé de s'assurer de leur sûr voyage à travers Pharembourg? C'est que le Scylléen est entreprenant!

Reportant son attention sur Erol qui bichait de la manière dont il allait dépenser ses gains mal acquis, le jouteur reprit d'un ton qui se voulait urbain : "Par le vit incandescent de Mogar! Les troubadours n'auront pour le moins pas à retenir une longue liste de héros : nous sommes apparemment les seuls à partir chasser la bête lovée dans les ruines de Nisétis." se grattant le menton d'un air songeur que seule une barbe peut conférer, il poursuivit : "Toutefois, cet épicier d'Argyros semble faire amende honorable de son incapacité à nous doubler de quelques reîtres. Je suppose que la virago est pour les marins?"

Sans prendre la peine de se relever, il s'adressa ensuite bien légèrement au maître des veilleurs, confondu pour l'occasion avec un gros-bras d'établissement aux amours tarifés: "Ho l'ami! Les frais sont-ils couverts par la maison Argyros? Enfin, j'espère qu'elles sont plus propres que ce rafiot" dit-il en coulant un regard mauvais sur quelques mousses récurant avec bien peu de bonne volonté le tillac.
Revenir en haut Aller en bas
Erol
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 42
Âge : 28
Date d'inscription : 20/03/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Retour vers le Dragon II {Quête}   Sam 7 Sep 2013 - 21:37

L'accorte compagnie aguichait l’œil du bon Tournebroigne. D'abord circonspect quant à l'idée d'une aventure aux côtés de ces bonnes femmes, il fut rapidement frappé par l'évidence, lorsqu'elle sortit de la bouche d'Aedán. Qu'il était grisant pour notre coquin de se tenir dans l'ombre d'un pareil parangon! les noblesses aspirations du gentilhomme poussait pour ainsi dire Erol à s'adonner à l'amour courtois. L'honneur de la présence du chevalier rejaillissant sur le ruffian ne semblait dès lors qu'un incitation à en faire de même : honorer la compagnie en rejaillissant dessus, si je puis dire.

C'est donc comme épaulé par la bénédiction du nobliau que l'ami Tournebroigne s'approcha des donzelles, les reluquant à qui mieux mieux. S'attardant sur la rouquine, il se remémora une ancienne aventure - diantre, c'était lors de sa rencontre avec le nain! - avant de se fendre d'un sourire en coin. C'est qu'il s'était fort amusé ce soir là. Tout ébaudis par ces souvenirs cocasses, il adressa à la rombière une de ces subtiles saillies, qu'il estimait fort intelligentes et fort flatteuses. "Elle est michée comme une belle pomme, la belle danselette, hé, si c'est pas vrai ça." Son éloquence ferait assurément des envieux.

Si d'aventure le chaland se demandait pourquoi tant de hâte dans cet échange courtois - que dis-je, cette idylle naissante! la réponse tombait de soi. Quel homme digne de ce nom eut souhaité dans sa couche une pomme flétrie, ou une poire toute blette ? Rares étaient celles à pouvoir conserver leur beauté après un séjour prolongé au sein de la chiourme. En quelque sorte, c'était bien un cadeau que faisait Tournebroigne à la donzelle, en la choisissant avant que le con ne fussoy plus sy freche.

Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1120
Âge : 25
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Retour vers le Dragon II {Quête}   Dim 8 Sep 2013 - 15:21


    Alors que tout se passait le plus normalement du monde sur le Quinteux, quelques retournements de situation aux cartes excitèrent la gent masculine ici présente, la rendant plus bruyante qu’une tripotée de caméristes langecines à la saison des baux. Contrairement à ce que la rouquine pensait, ce n’était pas seulement la défaite d’un joueur entraînant la gloire de l’autre qui avait tant relancé le débat, mais leur propre présence – Danaé et sa virago entrant en tête dans les esprits des mousses les plus échaudés par des mois et des mois d’errance maritime -.

    Habituée certainement plus aux ambiances de fonds de cales et de navires animés que la dame de Caïssa ici présente, Kassandra, qui n’était pas plus offusquée qu’étonnée, ne prêta que bien peu d’attention sur l’instant aux œillades exagérées et aux grasses paroles balancées à la cantonnade ça et là, jusqu’à ce que le plus barbu des deux joueurs de Kjall s’avançât vers elles d’un pas emprunt d’une confiance toute nouvelle et l’harponnât par un verbiage assez poétique – si l’on comparait, bien sûr, aux soudards de Meca et aux viandes soûles qui fréquentaient d’accoutumée les bouges de l’enfance de la donzelle -.

    Non pas qu’elle fut repoussée, indignée ou même écoeurée par les flatteries de cet inconnu, bien au contraire, elle ne put réprimer un sourire, accordant un coup d’œil bref aux alentours avant de se fendre d’une réponse sans détours, car toute gueuse qu’elle était, Kassandra n’était pas la plus impolie des filles de Meca. « M’en voilà flattée. Mais je vous trouve fort peu regardant, alors que nous avons-là une bien plus grâcieuse et élégante compagnie ! » Et de la main de désigner les protagonistes sus-citées, les plaçant alors à sa propre place au cœur des regards et des pensées de tous. « Et en l’honneur de ces dames, je veux chanter une petite chanson dont l’inspiration m’est lointaine. »

    L’idée lui avait traversée l’esprit et lui semblait idéale : sûrement cela apaiserait-il l’excitation de quelques marins et instaurerait une atmosphère festive ! Que pouvait-il se produire de bien malheureux après une interlude musicale ? Pas grand-chose, non, trois fois rien dans le pire des cas ! Prenant une inspiration profonde pour pousser la voix au plus haut et au plus fort, Kassandra remit en pratique ses cordes vocales comme si elle s’était trouvée en pleine taverne mécane et brisa le silence de l’assistance attentive.

    « La virago, ho ho ho ! la virago ho ho ho !
    Elle nous voit arriver avec nos gros sabots,
    La virago, ho ho ho ! la virago ho ho ho !
    Mais la voila déjà qui se met sur le dos !

    Hardi petit, tète donc ses rotoplots
    La virago, ho ho ho ! la virago ho ho ho !
    Sors l'engin et donne l'assaut !
    La virago, ho ho ho ! la virago ho ho ho ! »
    (1)

    Visiblement, le chant fut communicatif et entraîna même les marins dans une étrange activité, qui avait pour but de tous s’agiter cahin-caha sur le pont en reprenant le refrain – tous avec plus ou moins d’aisance linguistique et de netteté dans la voix – tout en se resserrant de plus en plus étroitement autour de la dénommée virago, qui réalisa sur le tard qu’elle aurait peut-être mieux fait d’emprunter une autre cogue pour ses affaires personnelles.


(1) L’auteur remercie chaleureusement Aedan de Vercrombe pour son lyrisme aussi enflammé qu’inspiré, ayant permis la composition de cette joyeuse chanson.
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1071
Âge : 816
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Retour vers le Dragon II {Quête}   Jeu 12 Sep 2013 - 19:04

Les passagers embarquaient lentement, plus lentement que les marchandises qui feraient une partie du voyage avec eux sur cette "coquille de noix", car pour quiconque n'aimant pas l'eau, c'était effectivement une coquille de noix. Le capitaine était sur le pont, un vieux loup de mer surveillant son équipage qui faisait son travail avec acharnement jusqu'au moment de détente emmené par la chanson d'une des femmes qui avaient embarquées sur son navire... Porte poisse les femmes ! Il avait pesté tout ce qu'il savait dans sa barbe hirsute - qui par sa taille était digne des plus grands seigneurs nains - pire que les lapins et elles déconcentraient l'équipage.

Pour lui ? Ce voyage s'annonçait périlleux pour cette fin d'automne. Le dernier voyage avant la mauvaise saison pour ramener des marchandises tout en les faisant payer au prix fort pour "la prise de risque". Il fit gronder sa voix pour remettre au pas ses matelots qui commençaient à de dissiper, ramener la discipline sur le navire, il n'était certes pas contre les moment de détente, mais le travail n'attendait pas ! Il avait ses impératifs !

Ce que ses passagers ne savaient pas ? C'était le carnet de route ! Maitre Agyros ne s'en offusquerait pas avec ce qu'il ramènerait de son petit détour et puis il n'aurait pas à payer ces passagers si ceux-ci ne faisaient rien d'autre que puiser dans les ressources de l'équipage. Le gite et le couvert étaient bien suffisant et en plus ca ferait des combattants supplémentaires en cas de concurrence déloyale. Comprendre, un navire marchand non armé qu'ils pourraient aborder en cours de route sans laisser de témoins.

Le navire chargé, les passagers tous arrivés (pour les retardataires vous n'aurez qu'à dire que vous aviez embarqué) et leurs couchettes désignées bien qu'un peu à l'écart de celles du reste de l'équipage, car oui, ils n'avaient pas de cabines personnelles : ce n'était pas un navire de croisière, Il quitta donc le port pour s'aventurer vers ce qui semblait être la haute mer dont les vagues inquiétantes venaient se briser sur la coque.

(HRP : Je fais donc partir le navire, avec la mise en place de la situation.
Concernant les PNJs, vous n'avez pas la possibilité de jouer le capitaine à ma place. Vous pouvez le faire pour les matelots dans la mesure du raisonnable.)

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Danaé de Caïssa
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 38
Âge : 25
Date d'inscription : 17/03/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  17 ans (an 7)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Retour vers le Dragon II {Quête}   Jeu 19 Sep 2013 - 16:50


Il était nécessaire pour le Maîstre des Veilleurs, le chevalier Flavian de s'assurer des conditions sine qua non au bon déroulement du voyage et principalement à la protection de la rosière. Il ne s’inquiétait pas pour la duègne qui était capable d'assurer sa propre égide. L’œil méfiant, la Sirène de Thaar posait son regard vers la badaude qui adressa quelques mots à la Dame de Caïssa. Icelle fut surprise sous l'ombrage de sa mantille et tant elle était décontenancée, Danaé ne trouva rien à redire. De toute façon, la damoiselle s'éloignait déjà. L'ingénue s'en tourna vers la Virago qui n'avait définitivement pas fini de s'amuser de la découverte d'un monde que la rosière ne connaissait pas.

Katarina de Thaar – qui n'était pas si vieille que cela – déchanta bien vite lorsqu'elle fut prise pour cible, dans l'unique but d'une diversion pour rafler la mise et sous les regards envieux, la pucelle devint si écarlate, rougissant de honte. L'ancienne maquerelle ne tarda pas à faire signe à la suite de gardes qui vinrent jouer les remparts et emmener ainsi la jeune fille plus loin, dans la cale à l’abri des tensions lubriques. Il fallait qu'elle se remette de ses émotions.

Katarina, seule ou presque, le chevalier Flavian attiré par ce Capharnaüm – et qui n'oublia pas de répondre au sir de Vercombe que seuls les frais du gîte et du couvert étaient fournis – se détacha du capitaine du navire après l'avoir remercié et vint prendre connaissance de toute cette agitation. La Duégne maugréa quelques explications rudimentaires et abandonna ce beau chevalier servant pour répondre à la troisième femme de cette caravelle lorsque la chansonnade fut rompue. « Je suis flattée au même titre que toi l'amie, pour ce lyrisme si exaltant, mais de chastes oreilles  comme icelles de ma protégée ne peuvent ouïr ce genre de paroles, ça serait bien ma mignonne de garder toute tes ardeurs dans l'intimité. » Le sourire charmeur, la Sirène de Thaar fit un clin d'oeil à Kassandra et prit la direction de la cale pour rejoindre sa pouliche en faisant signe au Maistre des veilleurs.

A présent, la caravelle était en mer et au fin fond de l'antre du navire, les couchettes avaient été choisies de manière stratégique afin d'isoler la rosière et dans la primauté de  la protéger de quelconques avances malvenues.
Revenir en haut Aller en bas
Aedán de Vercombe
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 59
Âge : 144
Date d'inscription : 29/07/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Retour vers le Dragon II {Quête}   Ven 20 Sep 2013 - 16:34

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour vers le Dragon II {Quête}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour vers le Dragon II {Quête}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour vers son coeur.
» Le retour vers le bercail.
» Lapangel. Le lapin pas crétin [ Fini, à valider)
» [retour vers le 17 mars] Don't worry about a thing...
» Pour une infidèle [Retour vers le futur] [Clara & Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Terres royales :: Comté de Scylla-
Sauter vers: