AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une Gardienne à votre porte [Godfroy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 955
Âge : 29
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Une Gardienne à votre porte [Godfroy]   Lun 28 Mar 2016 - 14:37


La date du Conclave était enfin fixée et le lieu avait été également choisi. Les choses avançaient enfin.
J’avais laissé la gestion de cette assemblée à la Grande Prêtresse Irys qui était restée à Diantra après mon départ en Apreplaine. J’avais reçu des nouvelles presque quotidiennement sur la présence des Grands Prêtres et des Grandes Prêtresses, sur la préparation du lieu, sur les pèlerins qui avaient eu vent de cette assemblée… Et à mesure que cet événement approchait j’en redoutais le dénouement. Je savais ce que la Déesse attendait de moi et je ferai selon sa volonté mais lire le cœur de chaque membre du clergé n’avait rien d’enviable, j’avais été bien trop de fois déçue et surprise par ce que je pouvais voir. Mais c’était Sa Volonté et je la respecterai.
Le chemin jusqu’à Sainte Berthilde avait été long et éreintant. Nous étions arrivés en fin de soirée dans la grande cité et j’avais demandé à ce qu’on n’annonce pas notre arrivée. Mes enfants étaient fatigués et nous avions tous besoin de repos.
Le Tertre n’était plus très loin et nous n’étions pas en retard, nous pouvions donc nous permettre de rester un ou deux jours à Sainte Berthilde, le temps de souffler un peu, et pour moi le temps de revoir les derniers détails.
Les Prêtres du Temple nous avaient accueillis avec la même dévotion que dans chaque temple où nous avions fait étape. La rumeur de mon voyage vers le Tertre me précédait et à chaque fois je devais passer une bonne heure à saluer pèlerins et Frères qui venaient à ma rencontre. Je prenais le temps d’écouter chacun malgré ma fatigue.

Après les prières matinales j’avais fait savoir au Frère Ulrich, qui me suivait comme une ombre, que je souhaitais me rendre au château du Marquis. Si je ne pouvais pas rencontrer l’homme en personne, j’espérais au moins pouvoir m’entretenir avec l’intendant, ou toute personne qui pourrait transmettre mon message au Marquis.
Le Conclave aurait lieu sur ses terres et même si cet événement n’allait rien changé au quotidienne des habitants du marquisat, je jugeais tout de même préférable de prévenir le seigneur des lieux.
Une cape sombre sur mes épaules, mon bâton dans la main droite et le bandeau en taffetas blanc sur mes yeux je quittais discrètement le Temple en compagnie du prêtre. Il me guida à travers les rues jusqu’au château. Evidemment, on ne rentre pas dans un château comme dans un moulin, un homme se présenta devant nous pour connaître la raison de notre visite.  J’avançais d’un pas pour répondre avant que Frère Ulrich le fasse à ma place.


« - Je souhaiterai demander audience au Marquis. Je ne suis pas attendue et je comprendrais qu’il n’ait pas de temps à me consacrer, mais pourriez-vous lui transmettre ma demande. Je me nomme Jena Kastelord. »

L’homme – que je ne pouvais pas voir – resta silencieux un moment, cherchant la drôlerie s’il y en avait une. Certes je n’étais pas vêtue comme une gueuse, mais la moitié de mon visage masqué devait le surprendre. Il se tourna vers le prêtre qui m’accompagnait et l’interrogea du regard. J’aurais préféré qu’il ne dise rien mais Ulrich était de ceux qui préféraient que j’annonce clairement mon statut afin de recevoir les honneurs qui m’étaient dus.

« - Dites-lui que la Gardienne de Néera est à sa porte. »

L’homme s’inclina et s’éclipsa presque aussitôt, nous laissant seul dans le vestibule. Je me tournais vers le prêtre mais avant que j’ai pu le sermonner, il s’inclina devant moi tête baissée.

« - Je sais que vous désapprouvée …. Mais la Gardienne de Néera ne devrait pas avoir à demander audience. »

« - Je ne suis pas chez moi ici, Ulrich. Et cet homme mérite les égards dû à son rang. Je ne vais pas débarquer dans son bureau et exiger de le voir. »

Ne cherchant pas à contester mes paroles, il se redressa et resta silencieux. Je détachais le cordon de ma cape, dévoilant la robe blanche que les Prêtresse de Diantra m’avaient taillé sur mesure, et la lui tendit. Je fis de même avec le bandeau que je portais sur les yeux et j’attendis patiemment le retour de l’homme qui nous avait reçu.
Revenir en haut Aller en bas
Godfroy de Saint-Aimé
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 196
Âge : 21
Date d'inscription : 10/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  40
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une Gardienne à votre porte [Godfroy]   Mar 29 Mar 2016 - 9:02

Godfroy était assis dans la salle du trône, poing contre joue, bras sur l'accoudoir. Il s'ennuyait profondément. Ainsi, lorsqu'on vint le prévenir que la gardienne de Néera demandait audience, le marquis eut la même réaction que n'importe quel autre noble désabusé par ce clergé aurait eu.

« ... 'peut pas aller faire chier quelqu'un d'autre... » Un soupir plus tard, au prix d'un effort surhumain, la main de marquis se leva pour faire signe qu'on fasse entrer la gardienne. Elle se dirigeait vers lui, handicapée comme le voulait la tradition, mais Godfroy, lui, parlait à une toute autre personne, que nul dans la salle du trône ne pouvait entendre. A vrai dire, il s'adressait à l'unique personne que nul ne pouvait, ou pourrait un jour, entendre. Vous.

*

« Vous savez, ce qui est drôle quand on est Gardien, c'est que le monde entier a beau vous voir comme une personne d'importance, vous en êtes pas moins la petite putain d'un dieu qui ne daigne même pas toujours vous répondre. C'est aussi intéressant de voir qu'un culte est toujours aussi réceptif aux choix et paroles d'une aveugle - qu'ils viennent pas s'étonner de se prendre des murs, en étant guidé par quelqu'un qui n'est même pas foutu de marcher sans bâton. »

*

« Gardienne de Néera. Jena Kastelord ? Comment vous appelle-t-on, de coutume ? » demanda le marquis, un large sourire aux lèvres. Intérieurement il maudissait ce qui touchait au culte bien que cela ait servit le royaume. C'était de notoriété publique qu'une haute-prêtresse de Néera s'était immiscé dans les affaires politiques, et vu les résultats, cela avait achevé de convaincre quiconque doutait que la place du culte était partout sauf dans le monde du pouvoir.

Se levant, le marquis descendit les marches, claquant de son pas nonchalant le marbre des escaliers. Parvenu au bas d'iceux, il regarda l'aveugle, et soudainement tout pour lui retrouva une beauté certaine. Il brûlait d'envie de décrire chaque détail de la pièce à celle qui ne pouvait même pas voir ses pieds. Mais Godfroy était assez intelligent pour savoir qu'énerver le vaisseau d'un dieu n'était pas la meilleure chose à faire si l'on tenait à finir la journée. Avec une galanterie qui le surprit lui-même plus que quiconque, le marquis s'appliqua à baiser la main de la jeune femme, si frêle qu'il avait peur de lui arracher le bras en déposant un délicat petit bout de respect sur les phalanges. Relâchant la main, il alla droit au but.

« Que puis-je faire pour vous, Gardienne ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 955
Âge : 29
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Une Gardienne à votre porte [Godfroy]   Mer 30 Mar 2016 - 11:30


Il ne me fallut guère attendre plus d’une poignée de minute avant que l’on vienne nous prévenir que le Marquis allait nous recevoir. Bon, je devais reconnaître que l’intervention de Frère Ulrich avait dû faciliter les choses mais je ne lui en fis pas la remarque. Toujours appuyée à mon bâton je me laissais guider par les bruits de pas du serviteur qui nous avait accueillis. Le trajet jusqu’à la salle du trône ne fut pas long et une fois les portes refermées derrière nous je me tournais vers l’homme assis en face de moi. Par habitude je gardais mes yeux baissés, comme s’ils fixaient le sol que je ne pouvais voir. C’était autant pour éviter que le poids de mon regard voilé pèse sur mon interlocuteur que pour essayer de mettre une distance entre lui et moi. Distance physique qui m’était grandement appréciable.

« Gardienne de Néera. Jena Kastelord ? Comment vous appelle-t-on, de coutume ? »

« - Vous pouvez me nommer comme cela vous conviendra, votre excellence, mais généralement, Jena me suffit. »

Terminant ma phrase d’un simple sourire, je m’apprêtais à continuer lorsqu’il franchit l’espace entre nous et me prit la main pour y déposer un délicat baiser. Plus que la courtoisie du geste, ce fut le contact qui me prit de court. Mes yeux se braquèrent sur les siens. Dans le voile noir qui m’entourait, sans que je puisse réellement expliquer comme cela fonctionnait, je savais toujours exactement où regarder.

Je dissimulais tant bien que mal la surprise de son geste. Peut-être penserait-il qu’étant aveugle je ne l’avais pas vu venir… c’était bien le cas, mais mon étonnement résidait surtout dans ce qui apparut brusquement à mon esprit. J’avais rencontré nombre de Seigneurs ces dernières ennéades et presque à chaque fois ils m’avaient inconsciemment assaillie avec leurs humeurs belliqueuses, leurs tourments et leurs colères. J’avais même eu du mal à me tenir près de mon époux…
Mais là, rien de tout ça. Seulement les images floues qui flottaient dans son esprit. Des hommes entourant un autre, une couronne scintillante ceignant son front. Je pouvais sentir sa détermination et son désir profond de voir ce « rêve » devenir réalité.  

Je lui adressais un léger sourire tandis qu’il se reculait. Je savais qu’en me rendant dans le nord de la Péninsule, je rencontrerai d’autres hommes souhaitant le retour d’une monarchie et je priais de tout cœur pour que ce désir ne soit pas l’objet d’une prochaine guerre.


« Que puis-je faire pour vous, Gardienne ? »

Je me recomposais un masque aimable et souriant. Il voulait en venir au fait, tant mieux, moi aussi.

« - J’ai demandé cette entrevue pour vous prévenir personnellement qu’un événement particulièrement important pour le Culte de Néera se déroulera dans les jours qui viennent sur vos terres, au Tertre.
Nous devions tenir le Conclave à Diantra, mais les récents conflits au cœur même de la capitale nous ont contraints à choisir un autre lieu. Je voulais vous prévenir même si cet événement ne devrait changer en rien votre quotidien, ni celui de vos gens.»


Certes la politesse était la principale raison de ma visite, mais j’avais tout de même une chose à demander au Marquis, en espérant qu’il l’accepterait. Je me rendis compte que mon regard n’avait pas quitté le sien, je baissais légèrement les yeux, reprenant cette pause qui me faisait sembler pareille à tous ceux atteint de cécité.

« - Cependant, il se trouve que l’annonce de notre venue au Tertre s’est vite répandue. De nombreux pèlerins font route jusqu’au Grand Temple, aussi, je sollicite votre aide, Excellence, afin d’assurer la protection des fidèles durant leur voyage. Je ne doute pas que la situation actuelle de votre marquisat soit bien moins dangereuse que celle de Diantra mais j’aimerai être sûre que ces gens ne courent aucun risque. Puis-je espérer sur votre aide ? »
Revenir en haut Aller en bas
Godfroy de Saint-Aimé
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 196
Âge : 21
Date d'inscription : 10/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  40
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une Gardienne à votre porte [Godfroy]   Mer 30 Mar 2016 - 12:12

Le marquis l'écoutait d'une oreille. A vrai dire, Godfroy s'était approché de la fenêtre, et regardait par le verre. Son esprit était ailleurs, n'écoutant que distraitement la gardienne. Ses mains, jointes l'une et l'autre au bas de son dos, ne se balançaient pas. Son menton se rabaissa, frisant les quelques mèches qui n'étaient pas rattachées entre elles en une queue de cheval. Sans tourner le torse, le visage du marquis se tendit sur le côté, posant un œil sur Jena.

« Me prévenir ? Comme c'est bien avenant de votre part. »

L'ironie était à couper à la hache. Godfroy se tourna alors vers vous.

*

Je trouve intéressant le concept de passer outre l'autorité d'un seigneur pour utiliser ses terres pour un événement religieux, lorsque ce même événement religieux est le procès d'une religieuse s'étant octroyé le droit de passer outre l'autorité de plusieurs seigneurs. Ce serait fort dommage que l'un des seigneurs le prenne mal et que la haute-prêtresse d'Erac finisse lynchée...

*

Soupirant à votre attention, le marquis revint au centre de la pièce, ne s'arrêtant pas devant la gardienne. Remontant les quelques marches immaculées, Godfroy reprit place sur son trône, croisant ses doigts, ses avants-bras sur ses cuisses. Quelle arrogant petit bout de femme. Un peu de pouvoir et voilà le résultat. La gente gardienne avait-elle oubliée tout ce que le Voile avait provoqué ? Misère, famine, guerre. Voilà ce que les dieux avaient offerts au monde.

« C'est une certitude que la présence de la gardienne et d'une majorité du clergé de Néera ne devrait absolument pas perturber le quotidien de mes sujets. C'est tellement banal, comme événement. Quant à mes routes, elles sont sûres, gardienne. Est-ce pour la sécurité des pèlerins, que vous venez me voir, ou pour celle que vous jugez, dont vous craignez le lynchage ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 955
Âge : 29
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Une Gardienne à votre porte [Godfroy]   Mer 30 Mar 2016 - 13:30


Je pris sur moi pour ne pas relever l’ironie de son ton et m’attachais à conserver la même expression. Certes je ne faisais que le prévenir. Pourquoi donc aurais-je besoin de son autorisation ? Les Temples n’étaient pas la propriété des seigneurs, qu’ils fussent Ducs, Marquis ou Roi. Ils appartenaient tous à Néera et nos allées et venues d’un temple à l’autre ne requérait pas une permission généreusement accordée par un Seigneur.
Le marquis reprit place sur son trône et sa nouvelle remarque me fit cette fois froncer les sourcils. L’évocation de la Haute Prêtre Lucillia m’était toujours désagréable, mais encore plus lorsque ses fautes m’étaient rappelées aussi froidement. Un procès public avait été réclamé à son encontre, fait exceptionnelle rare pour être mentionné. J’avais éprouvé de la colère à son encontre parce qu’elle avait bafoué les  Dogmes de Néera. Mais je l’avais rencontré depuis et je savais qu’elle n’avait pas agi pour le mal, mais qu’elle avait cru réellement faire le bien. Ses actes avaient eu de lourdes conséquences, on ne pouvait pas fermer les yeux sur ça, mais je trouvais les nobles de la Péninsule souvent bien trop empressés à vouloir balayer devant la porte des autres…


« - Vous vous adressez à la Gardienne et à travers elle à Damedieu elle-même, vous n’ … »
« - Assez Ulrich. Attendez-moi dehors.»

Mon regard s’était braqué sur le prêtre près de moi. Il y eu un moment de flottement, puis les pas de mon Frère raisonnèrent. J’attendis que la porte se referme avant de me tourner à nouveau vers le marquis. Cette fois nulle trace de sourire sur mon visage.

« - Je vous le redis, Excellence, je souhaite seulement m’assurer de la sécurité des Pèlerins qui se rendent au Tertre, ils sont nombreux et certains viennent de loin. Je ne remets pas en doute la sûreté de vos routes, mais vous demande seulement d’envoyer quelques-uns de vos hommes pour s’assurer qu’elles le restent. Enfin, celle dont vous parlez se trouve déjà au Tertre et cet événement ‘banal’, s’il a en effet était rendu nécessaire par ses actions, ne la concerne qu'en partie. Il y a longtemps qu’elle a remis son sort entre les mains de Néera, aussi, celui qui se rendrait coupable d’un tel acte la concernant devrait également en répondre devant la Déesse. »
Revenir en haut Aller en bas
Godfroy de Saint-Aimé
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 196
Âge : 21
Date d'inscription : 10/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  40
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une Gardienne à votre porte [Godfroy]   Mer 30 Mar 2016 - 14:31

Sans s'en cacher, le marquis sourit. L'intervention du prêtre lui arracha ce sourire. Parler à la Damedieu ? Était-ce supposé lui faire peur ? Le rappeler à l'ordre ? Godfroy était un homme, et n'obéissait qu'aux hommes. Le culte était bien aise de revendiquer détenir la parole d'une déesse, mais était bien moins enclin à clamer cette revendication lorsque ses membres tergiversaient. Après tout, l'intervention de la prêtresse d'Erac était-elle à blâmer ? Sans elle, une fillette serait roi. Le marquis ne répondit pas de suite à la gardienne. Puis soudainement, une question l'assaillit.

« Où est-elle, d'ailleurs ? »

Un silence s'installa, durant lequel le marquis conforta ses fesses sur son trône.

« Néera. Votre comparse a dit que je m'adressais à elle. A-t-il tord ? Alors dites-moi, gardienne. Pourquoi Néera a-t-elle abandonné les siens ? Tant de temples bâtis pour elles, d'édifices superbement conçus pour une déesse absente qui ne parle qu'à une personne. Une seule et simple personne. Êtes-vous capable de supporter ce poids, Jena ? Le poids d'une déesse ? »

Le culte avait prit un coup dur en voyant l'une de ses hautes représentantes ainsi désavouée. Son intention, bonne ou mauvaise, était secondaire. Pis, le fait est qu'elle était persuadée d'être guidée par Néera rendait l'affaire encore plus complexe pour la gardienne. Au nom de se sentir guidé par un dieu, quelle folie pouvait être faite ? Et qui pouvait le contredire ? Une humaine. Quelqu'un aussi faillible que n'importe quel mortel.

« J'enverrais des volontaires. Est-ce tout ce que vous vouliez ? »

Revenir en haut Aller en bas
Jena Kastelord
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 955
Âge : 29
Date d'inscription : 23/03/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: Une Gardienne à votre porte [Godfroy]   Mer 30 Mar 2016 - 16:28


Le moins que l'on puisse dire... c'est que je ne m'étais pas attendue à une question pareille. Ni à celles qui suivirent. Il était bien le premier à m'interroger de la sorte sur le lien qui m'unissait à Néera. Je pouvais comprendre les septiques, après tout c'est le propre de l'homme de douter sans quoi il n'aurait jamais l'impression de faire un Choix, mais là c'était une situation nouvelle pour moi.
Est-ce que je supportais le poids de la Déesse ? L'idée me fit sourire.Oui je ressentais la charge de ses demandes, je n'étais, selon les propres de certains, que sa marionnette. Mais j'avais la chance d'être la Gardienne de la Déesse Mère et chaque jour, après chaque prière, je pouvais ressentir l'amour qu'Elle portait à ses enfants.


« - Pourquoi faut-il que vous y voyez un abandon? Cela semble tellement plus simple de rejeter les fautes d'hommes imbus de pouvoir sur Néera, plutôt que d'assumer les conséquences d'alliances et de manigances aux conclusions sanglantes.
Et pourquoi la dites-vous absente ? Que savez-vous des actions de la Damedieu en ce monde ? Doit-elle rendre des comptes pour que vous profériez de telles paroles la concernant ? Elle vous a donné le Choix, le choix de guerroyer ou de prôner la paix. Le choix de croire ou de ne pas croire. Le choix d'aimer ou de détester. Mais il n'a jamais été dit qu'Elle assumerait les conséquences de ces choix. »


Je fis une pause. Cet entretien prenait une tournure étonnante, je n'avais jamais imaginé en franchissant cette porte que je tiendrai une telle conversation avec le Marquis de Sainte Berthilde.

 « - Lors d'une épidemie, alors que vous voyez dans la souffrance du peuple, l'abandon de la Déesse Mère, moi j'y vois une punition. Ce sont les hommes qui se détournent d'Elle et des valeurs qu'Elle nous a transmises. Pas l'inverse. Avant de la croire absente, les hommes devraient plutôt chercher à comprendre les signes qu'Elle nous envoie, plutôt que de demeurer aveugles et sourds. »

Je m'inclinais devant l'homme assis sur le trône et relevais la tête, planta mes yeux voilés dans les  siens.

« - C'était tout ce que j'espérais de votre part. Merci de m'avoir reçu. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une Gardienne à votre porte [Godfroy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une Gardienne à votre porte [Godfroy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Flashback] Quand la mort frappe à votre porte... [Clos]
» Qu'y a-t-il dans votre....porte-feuille ?
» Quand on frappe à votre porte un beau soir ( Groupe KK02/ Event03) partie 01
» Porte étendard orque
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Marquisat de Sainte Berthilde-
Sauter vers: