AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Grand Chêne] Les débuts de l'enquête

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Artiön Sinyàra
Hôte
Hôte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 194
Âge : 20
Date d'inscription : 23/01/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  706 ans - Taille : 2m21
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: [Grand Chêne] Les débuts de l'enquête   Lun 29 Mai 2017 - 3:15

<< Présomption d'innocenceVisite de courtoisie >>



Calimehtarus de la Seconde ennéade de Verimios
Neuvième année du XIe cycle
En suite à Du sang sur l'écorce

Les doigts de ta main droite cherchent inlassablement à passer au travers des boucles de ta chevelure, sans trouver grand succès. Au coin d’une passerelle, puis au croisement de branches, tu te laisses aller à tenter de te peigner à mains nues, moitié par volonté de faire bonne impression à celle auprès de qui tu allais chercher conseil, moitié parce que te plaindre d’une chose aussi triviale que ton grain de cheveu permettait d’oublier quelques secondes le faux-prétexte que vous présenteriez à l’Archiviste. Tu n’aimes pas mentir, encore moins à une figure aussi importante que celle d’une autorité religieuse, mais plus le temps passait, et plus tu te laissais convaincre que simplement dévoiler toute la vérité ne vous amènerait nulle part.

Au moins avec Kaëlistravaë tu n’aurais pas à prendre tant de précautions. L’amour a cela d’avantageux quand il est vrai. Tu lui fais assez confiance pour te permettre d’oser auprès d’elle des mots que tu ne prononcerais devant personne d’autre, et elle te fait assez confiance pour t’offrir les réponses qu’aucun autre n’aurait accepté de te dévoiler… à condition de les avoir. Pour ce que tu en sais, l’Etoile du Matin ne régentait pas encore le Protectorat d’Ardamir aux temps concernés ; la place qu’elle occupait à ce moment au sein du Conseil, son habileté de guérisseuse, où même sa qualité d’habitante du Grand-Chêne n’en faisaient pas pour autant une source assurée, pas quand les informations étaient à ce point retenues. Tu gardes tout de même bon espoir. Ta fiancée est pleine de ressources, quoi qu’il en soit, tu sais que pour sa Cité, pour son foyer, elle trouvera malgré tout une quelconque manière de vous aider.

Par ici un enfant fait mine d’être en pleine forme pour ne pas se retrouver obligé d’ingurgiter la décoction malodorante que lui tend son médecin, plus loin se repose un elfe d’apparence aussi âgé qu’épuisé, dans un coin ce qui semble être une famille se réunit dans une fade joie autour d’un des leurs affaiblis. Tu avances à travers le dispensaire, saluant d’un regard bienveillant chacun de ceux que tu croises, goûtant avec amertume l’odeur des remèdes emplissant l’air ambiant. Il aura fallu que tu t’enfonces un peu avant que des infirmiers ne viennent t’accoster pour te dissuader d’aller plus loin. Plus loin, à l’abri des allées, venues et des oreilles innocentes des non-initiés sont dispensées les classes grignotant un peu plus de son temps libre à ton aimée. Tu n’en es pas un élève, ils l’auront bien vite reconnu, et c’est la raison pour laquelle ils t’auront calmement, mais fermement demandé de faire demi-tour, ordre auquel tu auras bien sûr refusé de te plier, exprimant au passage l’urgence de ta venue, déclinant ton identité, ainsi que celle de la personne que tu recherchais. Ils t’auront finalement accordé le passage à contre-cœur, pour n’être qu’à peine adoucis par tes profonds remerciements. Tu en es désolé, mais les élèves devraient patienter cette fois.

Ton entrée impromptue ne laissa pas les étudiants de marbre. Les plus passionnés grognèrent au premier grincement de la porte, tandis que ceux qui peinaient à suivre remerciaient Kÿria que quelqu’un leur donne l’occasion de rattraper leur retard. Les plus curieux te dévisagèrent de manière éhontée, quand Kaëlistravaë, emportée par son propre cours magistral, ne réagit à ton entrée qu’après constatation de leurs diverses réactions.

- Salutations et veuillez m’excuser, tu t’inclines devant la classe mais j’ai une nouvelle de haute importance à porter à Heri Kaëlistravaë. Tu te retournes face à Kaëlis Désolé Kaëlis, mais c’est urgent, il faut que je te parle en privé quelques instants.

Tes doigts s’ourlent autour des siens, afin de la mener vers des lieux plus propices au secret. En votre absence, les étudiants auront vite fait de commencer à jaser, et au vu de ton attitude, beaucoup auront compris sans avoir eu besoin de participer à l’Arcamenade le lien qui t’unit à la Main Droite. L’Etoile du Matin, elle, simplement à te regarder aura su voir dans quel empressement tu es venu la quérir, et à ton regard, elle aura vite deviné que ce pourquoi tu es là ne vous concerne elle et toi qu’indirectement.

- Tu en auras sûrement entendu parler en quittant le Palais, des elfes de Lam’Nir sont venus ce matin. Tu soupires, conscient de l’anxiété que la mention des Noss, et de celle-ci en particulier causait chez Kaëlis Malheureusement, ils n’avaient pas de bonnes nouvelles. Selon eux, et je veux bien les croire, il y a près d’un an, le sang aurait été versé au sein du Grand-Chêne,  et sa Symphonie s’en serait par conséquent troublée. Leurs frères y sont plus sensibles que nous, et ils s’en trouvent pris d’un grand mal. Tu souffles une mèche passée devant tes yeux L’Arbre peut être guéri, mais pour que le rituel puisse avoir lieu, il nous faut trouver et le coupable et un descendant des premiers Ardamiri.Tes yeux plongent dans les siens, lui communiquant les inquiétudes de tous ceux s’étant impliqué avant et avec toi Dis-moi Tigilidënya, en tant que guérisseuse, en tant que membre du Conseil, ou simplement en tant qu’habitante du Palais, as-tu le souvenir d'événements étranges au sein du Palais durant le dernier Verimios et les ennéades qui l’ont précédé ?

 
FYI:
 

_________________


Dernière édition par Artiön Sinyàra le Mar 30 Mai 2017 - 18:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kaëlistravaë Yasairava
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 73
Âge : 28
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  598
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Grand Chêne] Les débuts de l'enquête   Mar 30 Mai 2017 - 2:44




Quelles étaient les chances pour qu’elle s’absente, le jour même du conflit avec la Noss, alors qu’elle passait au chêne le plus clair de son temps ? Nulles ou à peu près. Elle s’était éloigné de ses besognes quotidiennes pour faire une apparition éclair à l’endroit qui fût le tremplin de sa carrière ; le dispensaire d’Ardamir. L’endroit était en quelque sorte la petite école ou plutôt, un endroit où parfaire ses compétences médicales –tout autant que celles relatives à la magie de la vie- était tout à fait possible sans que d’interminables séjours à l’académie soit nécessaire. Divisé en deux parties distinctes, l’établissement accueillaient élèves, chercheurs mais aussi, patients et souffrants qui méritaient les soins. Logés en bordure extérieure, les patients avaient de quoi apaiser leurs maux, autant physiquement que mentalement. À leur disposition, les plus aguerris des soigneurs veillaient au grain afin qu’aucuns ne soient délaissés à leur triste sort. Potions, baumes et sortilèges étaient utilisés selon le besoin et, à voir l’efficacité générale des traitements, on en déduisait aisément la qualité des enseignements. Quant aux apaisements mentaux, la foret et les paysages utopique de la grandiose Ardamir étaient exploités à leur plein potentiel ; il s’écoulait au centre de l’endroit une chute d’eau au débit apaisant et réconfortant, tandis qu’au nord de la salle, le mur était grand ouvert et, étrangement, nuls feuillages n’obstruaient la vue. C’est que l’horizon était dénudé et exposé aux yeux fatigués des patients. Hautement perchés, on pouvait s’imaginer la vue incroyable que pouvaient admirer les oiseaux en tous genres.

Maintenant venait l’autre moitié, celle qui faisait non seulement la fierté de Kaëlis, mais aussi l’endroit qui lui avait offert l’opportunité de passer maître dans l’art de la médecine. Quand certaines pièces étaient dédiés à l’enseignement, d’autres l’étaient à la recherche. Ces antichambres étaient pour la majorité truffée de livres sur l’anatomie, de même que sur l’art de la magie de la vie. À l’instar de ce qu’ils étudiaient, l’endroit était fort bien vivant, car d’un coin à l’autre fourmillaient les étudiants comme les professeurs, tous d’une manière ou d’une autre présents pour parfaire leurs connaissances. C’est pourtant dans une seule salle, plus imposante et prompte à la réception d’un nombre significatif de personnes, qu’exposait la directrice de l’établissement, une théorie concernant les diverses pathologies que pouvaient transmettre une personne mal intentionnée et pourtant, aux connaissances similaires à celui qui aurait été formé aux soins. S’exprimant comme elle avait fait de l’enseignement son métier à temps plein, son attention était toute réservée à l’un des elfes présent qui avait exprimé une intérrogation forte intéressante ; si la personne avait plus ou moins la même formation, serait-ce alors chose aisé que de guérir une affliction causée par cette personne aux intentions malveillantes ? Ainsi, Kaëlis tâcha de répondre au mieux de ses connaissances et c’est ce pourquoi, il fallut qu’une trentaine de paires de yeux quitte les siens pour qu’elle remarque l’arrivée impromptue de son fiancé.
« Oh … C’est toi. » Trouva-t-elle simplement à dire, perdant ainsi le fil de ses idées. Elle voulut lui sourire, naturellement, mais l’air qu’avait son visage ne se portait pas à la chose ; aussi ses doigts, une fois unis aux siens, se crispèrent d’angoisse à l’idée que quelque chose d’urgent se soit passé.

« Je … Non, du tout! Je n’ai rien su de tel! » S’insurgea-t-elle sans trop hausser le ton, pour ne pas indisposer les gens en quête de silence. « Que fait-elle au palais ? Et ne me dit pas qu’elle s’est pris le bec avec les nôtres! » Jappa-t-elle en petit caniche enragé qu’elle était, les sourcils bien froncés d’agacement. C’est que son côté raciste faisait surface aisément, lorsqu’on lui annonçait ce genre de nouvelle sans la préparer. « Je ne sais trop quoi te répondre, je n’ai jamais entendue la symphonie et ne sait quel sorte sacrilège doit-il être fait pour qu’elle s’en voit meurtrie. » Un peu dédaigneuse, non pas envers la symphonie, mais plutôt envers ceux qui l’entendaient et qui y étaient sensible. Une pointe de jalousie, peut-être ? Sans doute. Elle prit tout de même un temps pour y réfléchir, tandis que ses bras se croisaient un peu en enfant agacé, roulant légèrement les épaules d’inconfort. Elle quitta même le regard de son aimé, pour voguer vers les fenestrations desquels, au loin, on apercevait là, dressé comme un roc, le chêne sacré.

« La faute doit avoir été sévère pour qu’ils aient remarqué un changement aussi notable dans la symphonie … De souvenir, l’on ne m’a informé d’aucun incident ni même d’accident au sein du palais, du moins, rien qui soit de l’ordre de la catastrophe. » Mais elle mentit, inconsciemment. C’est qu’elle gardait au profond d’elle un secret et que depuis, à force de le dissimuler, elle en était presque venue à l’oublier carrément. Puis, tout à coup, elle fit un lien –quoi qu’un peu tiré par les cheveux- qui pourrait peut-être devenir bel indice. « Il me faut te dire, mais tu dois me promettre de ne rien dire. » On voyait rarement cet expression se placarder sur son visage d’ange, cet air de remord qui trahissait quelqu’un. « J’ai déjà dû porter des soins à Heri Halyalindë car elle a été lâchement attaquée par un Noss. Elle m’a fait jurer de ne rien dire car elle ne voulait pas que nos relations avec les Noss se détériorent d’avantage … De plus, si cela peut t’être utile, je sais que d’anciennes familles Ardamiroises sont théoriquement –je dis bien, en théorie- les principaux descendants de la Noss fondatrice d’Ardamir. Parmi elles on peut compter les Tiril, les Metharian et aussi, les Yasairava, ma famille, dont ma cousine fait évidemment partie. À savoir si cela a pu déranger quelque chose d’aussi intangible et ancestral que la symphonie, va savoir, mais sinon je n’ai pas souvenance que quelque chose s’y soit passé. »

Elle venait de tout lui dire, sans même savoir qu’il était probable qu’elle ait mis le doigt dans le mille. « Ma mémoire me fait défaut par contre, en ce qui attrait du nom du fautif ainsi que de sa Noss ... Mais c’est une Noss reconnue pour être très agressive. Killen, dans le pire des cas, pourrait sans doute nous informer d’avantage. Mais … comme je t’ai dit, je doute que cet incident soit celui que tu recherches, mon tendre aimé. »

Revenir en haut Aller en bas
Artiön Sinyàra
Hôte
Hôte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 194
Âge : 20
Date d'inscription : 23/01/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  706 ans - Taille : 2m21
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Grand Chêne] Les débuts de l'enquête   Mer 31 Mai 2017 - 2:47

Tu aurais préféré ne pas la mêler à cette histoire, qu’elle puisse continuer d’arpenter le Palais de Chêne comme si de rien n’était, sans avoir à porter sur elle le poids du secret ; mais c’était tout bonnement hors de ton pouvoir. Même lorsque tu devais le faire par la voie des airs, tu confiais tout à Kaëlis. Tes petits bonheurs, tes chagrins passagers, les débâcles liées à ton poste… jusqu’à ce que le silence ne vienne vous séparer elle savait tout. Comment alors aurais-tu pu lui taire ce qui se passe dans sa propre demeure ?
Tu confiais tout à Kaëlis, et dans le cas présent, tu comptais aussi sur elle pour te présenter au moins l’ersatz d’une solution. La méfiance qu’elle a pour les Noss a beau être réelle, tu ne sais que trop bien à quel point même eux la touchent lorsqu’ils se retrouvent en proie au mal. Elle ne le ferait peut-être pas entièrement de gaieté de cœur, mais elle aiderait, d’autant plus que tu le lui demandais. Une ride d’agacement, puis un sourcil concerné, une moue dédaigneuse et les bras refermant son expression. Elles étaient là les différentes phases que tu lui connaissais, mais dans son regard porté sur son foyer tu voyais aussi la réflexion qu’elle prenait la peine de former.

Si la patience des elfes est légendaire, le suspens installé par le silence de ta fiancée n’en était pas moins insoutenable. Kaëlistravaë avait bonne mémoire et l’esprit vif, qu’elle prenne autant de temps voulait dire que la pensée ne lui était pas étrangère. C’est pour cette raison que tu accueillis sa première réponse avec les sourcils froncés, un brin de déception dans le regard, non pas que tu sois déçu qu’elle ne sache pas, mais parce que tu te verrais blessé qu’elle ne t’accorde pas assez de confiance pour te dire ce qu’elle semblait savoir. Et parce qu’elle te connaissait aussi bien que tu la connaissais, tu n’eus pas à entrouvrir les lèvres pour qu’elle comprenne ton malaise, et en vienne à le partager. Il ne fallut que peu de temps pour que finalement la culpabilité prenne le meilleur sur elle, et que la vérité éclate au grand jour. Si seulement elle savait, si seulement elle réalisait l’importance que pourrait prendre son témoignage… sûrement en avait-elle une quelconque idée, puisqu’il te fut expressément demandé de garder le secret.
Tes mains lui prirent les joues, et ta mine soulagée vint la rassurer, avant que ce ne soit ses mains jointes dans les tiennes que tu ne reprennes la parole.

- Ton témoignage pourrait bien être plus précieux que tu ne l’imagines Tigilidënya. Tu poses ton front contre vos mains jointes Trop précieux pour que je me permette de le taire. C’est vrai qu’au vu de l’hypothétique bain de sang décrit par les Lam’Nir, à moins que l’état d’Halyalindë n’ait été plus grave que je ne l’entends, il y a peu de chances que ce soit l’incident en cause, mais chaque goutte compte. À défaut d’être la solution, c’est au moins une première piste. Tes yeux reviennent plonger dans les siens J’ai besoin que tu m’accordes de mentionner cette anecdote, au moins au peu d’elfes impliqués dans l’enquête. Je tairai ton nom si tu le souhaites, je te tiendrai aussi loin que possible de tout cela si c’est ta volonté, mais pour le bien du Grand Chêne et celui des Lam’Nir, il me faut partager tout ce que je peux apprendre avec eux.

Que la nouvelle soit gardée entre vous enquêteurs et rien n’y paraîtrait, mais qu’elle commence à s’épancher, qu’elle se transforme en rumeur, et tu sais très bien ce qui pourrait se passer. La vérité se déformerait vite, des craintes pourraient en naître, et de ces craintes des tensions pourraient émerger. Ardamir, malgré ce que tu as vu de l’incursion matinale des Lam’Nir, reste une Cité où Noss et elfes des Pierres se croisent sans grands heurts. L’on pourrait même dire que le Protectorat voit les rapports entre les deux populations pencher vers l’interaction positive. Tu ne veux pas détruire cela, cependant quand vous êtes mis face à un véritable problème, vous n’avez pas de temps à conjecturer ceux qui pourraient découler d’une avancée vers sa solution.

- Ne t’inquiètes pas Nìn Meleth, tout ira bien. Tu serres ses mains un peu plus fort Et quoi qu’il arrive, fais-moi confiance, je te protégerai. Maintenant je ne m’octroie pas le droit de briser ton secret, c’est pourquoi j’ai besoin que tu m’autorises à parler. S’il te plaît.

Dans tous les cas, il y a une personne dont le nom devenait maintenant trop récurrent pour être ignoré, et devant qui tu pourrais apparemment te permettre de mentionner l’anecdote, puisqu’il était de la confidence. Vous suspectiez Killen d’en savoir bien plus qu’il n’acceptait de dire. Tu en as maintenant la confirmation.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1359
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Grand Chêne] Les débuts de l'enquête   Jeu 8 Juin 2017 - 10:37


Les pas du Seigneur Limier résonnaient avec empressement dans les corridors sans fins du palais. Habitué au dédale, c'est sans montrer le moindre signe de fatigue qu'il montait quatre à quatre les escaliers menant aux derniers étages. Son œil sombre et son maintien décidé évitait le plus souvent qu'il soit interrompu, mais pour les rares fou à tenter de l’interpeller, la conversation tournait abruptement court avec le tout professionnalisme froid pour lequel il était connu au sein de la Cité.

Bien peu d'elfes pouvaient se targuer de figurer parmi les amis de l'officier. Ceux avec qui lui travaillait moins que tout autre. Autant il pouvait montrer un grand respect envers ceux qu'il estimait, autant il tenait encore sa garde, même des décennies après une rencontre. Aussi, dans le palais, seuls deux personnes approchaient difficilement de cette affection dénué d'intérêt appelé amitié : Sedhen, bien sûr, mais ils se connaissaient depuis des siècles, et Halyalindë même si la dame se demandait sûrement encore si ce n'était pas simplement l'extraordinaire conscience professionnelle du Limier qui jouait en sa faveur en tant que Protectrice. Mais avec les derniers événements, et même s'il la connaissait encore mal, l'homme éprouvait un certain respect pour pour la Main. Une femme de bien au service de la vie et de la santé d'autrui. Un esprit vif et concerné au plus au point malgré son manque d'expérience... et même si dans un premier temps il était totalement défavorable au choix de la Protectrice en titre, il pouvait comprendre son agissement.

Aussi, c'est sans une hésitation qu'il avait coupé court à la conversation qu'il avait avec cette petite diplomate Lëandrine pour avoir l'avis de Kaëlistravae sur un sujet qui les concernait tous les deux plus que tout autre.

En frappant à coups secs sur le battant de son bureau, une chape de plomb lui pesait sur les épaules. Cette histoire le travaillait au corps... Leur silence à tout deux avait-il réellement condamner une Noss entière à l'agonie ? Et plus important encore... Que se passerait-il si le Conseil et leurs concitoyens apprenaient ce qui se passait avec le Grand Chêne... Et qui en était responsable...

Par Kÿria... Il préférait ne pas y penser... En tout cas pas seul.

Alors qu'il pensait toucher au but, personne n'était présent dans le bureau de la dame. Après quelques menues hésitations, il obliqua donc sur la route du dispensaire, il n'était pas devenu Seigneur Limier en se bouchant les yeux et les oreilles... Sur le chemin, ses appréhensions ne le quittèrent pas. Et pourtant, lorsqu'il toucha au but, son visage, son maintien, son regard, tout son être était sérieux et froid,  égal à lui-même. Il s'avança en se pliant légèrement en un salut des plus officiels.

- Pardonnez-moi, Main, mais nous avons à par... ler...?


La présence de l'envoyé de Daranovar le cloua un instant sur place. Il souffla doucement, reprenant parfaitement contenance.

- Puis-je vous parler en privé, Heri ? Cela ne sera pas long mais cela concerne notre sécurité. Laissa-t-il tombé comme s'il venait s'occuper d'une quelconque affaire interne qui ne pouvait souffrir aucun retard, le simple fait qu'il se soit déplacer jusque là laissant sous entendre l'urgence de la chose.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kaëlistravaë Yasairava
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 73
Âge : 28
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  598
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Grand Chêne] Les débuts de l'enquête   Ven 9 Juin 2017 - 17:21





Quel négociateur faisait-il, tout de même! Elle avait gardé avec elle ce secret depuis un moment déjà et, en aucun cas, elle ne fût tentée d’en fragiliser l’intégrité. Pourtant, son beau parleur de fiancé l’avait bien hameçonné, tant et si bien qu’elle avait envie de lui donner libre arbitre sur la diffusion de cette sanglante histoire. Pourtant, elle n’en fit rien, pas même lorsqu’elle désira se blottir contre lui, alors qu’il couvait ses mains des siennes. Ce n’était pas tant qu’elle était charmée par lui, ou conquise, mais qu’une aura de confiance régnait en maître entre eux deux. Au diable les conséquences et les répercussions que pourraient provoquer un tel massacre!

Évidemment, elle n’en fit rien : plus que femme passionnée et encline à se laisser porter par les sentiments, sa raison reprit le dessus. C’était évidemment primordial, pour toutes les personnes dont elle avait la responsabilité, qu’elle n’en fasse rien, le secret devait être préservé, quel qu’en soit le prix. Ses lèvres se pincèrent d’hésitation, elle allait craquer et lui donne l’autorisation qu’il souhaitait tant. La bonne fortune la délivra de ce choix déchirant, car aussi étonnant que cela pouvait-il être, Killen fit son apparition au dispensaire. Ses mains se délivrèrent de l’emprise de son fiancé, tandis qu’elle se tourna avec lenteur vers son conseiller. Le voir là, arriver à l’improviste sans prévenir, n’allait pas aider la boule d’angoisse qui avait misère à passer dans la gorge de Kaëlis. À ses salutations protocolaires, elle en donna la suite en abaissant elle-même la tête avec diligence, comme elle l’avait toujours fait depuis ses premières rencontres avec l’individu.

Vraisemblablement, Killen n’avait pas habitude de voir la régente être si bien accompagnée. Il est vrai qu’en temps d’absence de son fiancé, elle avait tendance à se montrer distante avec les autres. Comme elle s’y attendait, son professionnalisme resurgit de plus belle lorsqu’il reprit toute sa contenance, de même de son timbre de voix grave et posé. Lorsqu’il lui demanda conférence en privé –c’est-à-dire loin des oreilles du général-, la boule d’angoisse qui s’était empêtrée dans sa gorge resta nette coincée. C’était la goutte ; l’heure des confidences avec Killen n’annonçaient jamais rien de joyeux …
« Je … Oui, bien sûr, comme toujours. » Tâcha-t-elle de répondre, feignant un sourire bienveillant. Elle se retourna, puis posa la pointe de ses doigts contre l’épaule de son aimé, lui délivrant une caresse en même temps qu’elle s’exprima envers lui : « Pardonnes-moi, je te reviens toute suite. »

Sans autres cérémonies, bien qu’elle s’excusa à l’aide d’un triste sourire envers l’élu de son cœur, elle quitta vers une autre salle, plus sobre et menue que les autres ; sûrement un endroit où l’écriture et la rédaction rencontraient le silence et l’inspiration. Alors, seulement rendus là, après avoir fermé la porte à demi, elle croisa les mains sagement devant elle et lui disait : « Quelque chose cloche ? »



Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1359
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Grand Chêne] Les débuts de l'enquête   Sam 10 Juin 2017 - 15:02


" Et c'est encore peu dire, Heri. " expliqua le militaire sans montrer un signe de lassitude.

Il fit cependant quelques pas, cherchant visiblement ses mots, avant de revenir s'arrêter devant l'Etoile du matin. Il avait beau avoir trouver mille et une formulation durant la route qui l'avait conduit jusqu'ici, il se demandait si l'ensemble du problème serait réellement compréhensible... Et puis il y avait ce qu'avait du lui dire le Daranovan. Mais comme il fallait bien crever l’abcès, il finit par se lancer, tentant d'être aussi précis et logique que lorsqu'il devait faire un rapport.

" Ce matin, deux membres des Lam'Nir sont arrivés devant le Palais pour voir le Conseil et ce n'était pas à propos d'Ostirion mais pour nous prévenir d'une sorte de danger. Visiblement, la Voix du Grand-Chêne au sein de la Symphonie est lentement corrompue par un mal ancien que leur nature leur permet de percevoir et en tant qu'Arbre Maître, toute la Symphonie environnante en pâtirait sur le long terme. Vous savez que je n'ai aucune confiance en ces gens, mais je les connais assez pour être sûr qu'ils ne plaisanteraient pas avec quelque chose d'aussi sacré à leurs yeux.

Je ne suis pas venu vous prévenir tout de suite car je pensais que la guérison consisterait en un rituel magique étranges comme ils peuvent en avoir le secret. Mais la jeune diplomate d'Alëandir m'a appris il y a quelques minutes que l'origine de cette corruption serait, comme le sous entend nos anciennes coutumes, l'exposition du Palais du Chêne au chaos, à la violence et à la mort. Plus précisément, ils ont localisés l'origine dans les derniers étages du Palais."


Au milieux de son visage balafré, ses yeux pâles se vrillèrent avec intensité dans ceux de la magicienne. Ils savaient tout deux quel était le dernier combat réel a avoir eu lieu dans les combles. Et cela ne présageait rien de bon.

" Ils demandent le concours d'un descendant d'Anadris en promettant qu'il ne lui sera fait aucun mal... Mais ils ont aussi besoin du coupable de l'acte qui a entrainé la réaction en chaine... du ou des coupables je présume... "

Il s'approcha d'un pas, bien plus proche de la dame que son attitude froide et son habitude ne le portaient jamais, pour pouvoir baisser la voix au maximum.

" Ils semblent penser qu'il s'agit d'un meurtre, mais nous savons tous les deux que ce n'est pas le cas. Cependant, nous ne pouvons nier que le combat a été d'une grande violence et que le sang à coulé à flot. Si vous n'aviez pas été là pour soigner la Protectrice et arrêter les hémorragies de son agresseur, il aurait eu tôt fait de se vider de son sang. Pendant l'enquête que j'ai discrètement menée pour trouver comment cet homme avait put réussir à s’infiltrer jusque là, mes gardes ont trouvé, en parlant aux membres du Cercle, toute une série de traces de lame dans le tronc du Chêne. Il l'a escaladé en l'entaillant profondément a chaque mouvement pour pouvoir s'appuyer sur des sortes de piques ou de lames. Puis il y a eu ce problème avec le druide où elle a été retrouvée inconsciente à peine quelques minutes après l'agression et le lendemain, le Cri Symphonique qui a retenti dans la Cité. Cela ne peut être une coïncidence, Heri... "

Son souffle hésita un instant, comme s'il redoutait de rendre réel ce qu'il devait dire. Et lorsqu'il réussit enfin à articuler ses derniers mots, sa voix était si parfaitement contrôlée qu'elle en paraissait artificielle.

" Et si c'est bien là la cause de tout ceci, alors je prie Kÿria pour que le chef des Baar'Ane soit le coupable qu'ils cherchent et qu'un seul nom suffise pour la réalisation du rituel... Car même si elle revenait à temps, je refuserai de voir votre cousine assumer les conséquences d'une tentative d'assassinat dont elle était la cible. "


Il recula, croisant les bras, reprenant sur un ton plus habituel quoi que d'une gravite non feinte.

" Dans tous les cas, ils ne renonceront pas. Heri Cinnaeth m'a appris que l'intégralité de leur Noss était touché par ce mal... et je voudrais sincèrement les aider.
Cependant, je suis tout a fait opposé à ce que nous révélions l'implication de notre Protectrice dans cette affaire, que ce soit face au Conseil ou face à ces Noss. Nous ne pouvons pas risquer de déclencher de nouvelles tensions que ce soit dans ou à l'extérieur de la Cité. Un combat entre le druide et le ce... Gardien, devrait suffire à les convaincre et nous ne mentirons pas sur l'identité du vrai coupable. Le reste se passera entre deux Noss. Je peux me porter garant des gardes impliqués, le guérisseur Heraldilël est d'une discrétion totale.

Mais la décision finale vous revient... Je ne peux que vous demander humblement de laisser disparaitre une part de la vérité... "


_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Artiön Sinyàra
Hôte
Hôte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 194
Âge : 20
Date d'inscription : 23/01/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  706 ans - Taille : 2m21
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Grand Chêne] Les débuts de l'enquête   Sam 10 Juin 2017 - 16:44

À ta demande ne suivit qu’un silence gêné, déchiré entre serment, confiance et hypothèses opposées. Partager ce témoignage pourrait faire autant de bien que de mal à Ardamir, et sans savoir sur quelle face la pièce retomberait, il devenait difficile pour ton aimée de faire un choix. Tu es personne influente dans sa vie, et à défaut de pouvoir totalement s’en remettre à tes choix, elle avait l’assurance de te voir tout mettre en œuvre pour en épargner les conséquences aux innocents. Elle finirait par dire oui. À la manière dont se pinçaient ses lèvres tu savais qu’une part d’elle mourrait d’envie de dire oui… mais Killen fut, et ton espoir se défit.

À la surprise du Seigneur Limier tu répondis d’un regard défiant ; à ton regard défiant il opposa la totale suppression de ta personne. Seule fut testament de ta présence le fait qu’il ait demandé à la Main de s’éloigner avant d’entamer une discussion que tu aurais pu, pour peu que tu en aies entendu la moindre syllabe, entièrement reconstruire. Cinnaeth, Mederith, Eörim, Killen ou toi, le sujet du jour restait le même, seules changeait les points de vues et les informations possédées de chacun. Killen était de ceux qui en possédaient le plus. Kaëlistravaë ne suivait pas de bien loin, à la différence près qu’elle n’en était pour l’instant pas visiblement consciente.
Maintenant seul en attente de la fin de leur entrevue, tu tournes en rond comme un animal en cage, à te demander ce qu’il pourrait ressortir de leur rencontre, avec qui Killen avait bien pu interagir durant son temps à l’écart, quelles informations pourrais-tu tirer de ce qu’ils te cachent… découvrirais-tu finalement que leur discussion n’est aucunement en lien avec l’affaire sur laquelle tu as été impliqué ? Une chose est sûre, et tu t’en veux presque d’en arriver à penser ainsi, tu n’aurais qu’à lire ce que tu n’as pas entendu sur le visage de ta fiancée. Profiter de votre proximité et de votre complicité pour en apprendre sur ce qu’elle avait choisi de taire devant toi était un abus de confiance et un abus de pouvoir de bien des manières, mais tout ça tu le faisais pour Ardamir. Pour elle. N’y a-t-il pas des occasions pour lesquelles la fin justifie les moyens ?

Tu pestes intérieurement. Si seulement Killen t’accordait assez de confiance pour que tu puisses lui en rendre, certainement ne te retrouverais-tu pas dans un tel pétrin. Si des doutes quant à la manière dont il comptait gérer la situation n’avaient pas été nourris dans ton esprit, alors tu ne te serais pas senti le besoin de le surveiller, de lui emboîter le pas… ou même de lui faire la moindre remarque. Si tu étais absolument sûr que Killen mette tout ce qu’il pouvait en œuvre pour aider les Lam’Nir, tu lui aurais simplement laissé champ libre, pour te contenter des tâches que t’ont confiées le Conseil.

Tu… tu demanderais à Kaëlis. Lorsqu’elle te reviendrait tu demanderais à Kaëlis si tu peux faire confiance à Killen pour gérer la situation. Qu’elle te dise oui et tu reculerais. Tout simplement. Et tu n’aurais pas à abuser de sa confiance, et tu n’aurais pas à te torturer pour des broutilles, et vous pourriez régler ce qu’il y a à régler au plus vite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kaëlistravaë Yasairava
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 73
Âge : 28
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  598
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Grand Chêne] Les débuts de l'enquête   Dim 11 Juin 2017 - 2:13





Deux fois la même histoire à propos d’un peuple qu’elle s’efforçait de ne pas haïr à outrance … Ne pouvait-elle pas rester tranquille, à éduquer de jeunes élèves en quête de savoir ? Non, il fallait que de vieux fantômes ressurgissent pour la hanter et l’acculer au pied du mur. « Non, vous n’avez pas tords, bien que je ne leur accorde la moindre partielle de ma confiance, il faut reconnaître qu’ils ont une longueur d’avance sur nous en ce qui concerne la symphonie … » Confirma-t-elle, toujours sous le ton de la confidence.

La suite ne lui plut guère, car elle confirmait que le secret qu’elle avait livré à Artion était la clé de cette énigmatique problématique. Lorsqu’elle s’était confiée à son fiancé, elle avait désiré, sincèrement, qu’elle se soit fourvoyée et que cette sanglante échauffourée n’aie aucun rapport avec la venue de la Noss … Hélas pour l’étoile du matin, elle avait vu juste. Ses lèvres se pincèrent cette fois d’angoisse à mesure qu’il poursuivait son récit, comme si elle appréhendait d’ores et déjà le pire. Du bout des doigts, elle se mit à triturer un pan de sa robe silencieusement, alors que ses yeux dérivèrent ailleurs, là où elle se mit à penser silencieusement. Ils cherchaient les coupables, pourquoi ? Qu’allaient-ils leur faire ? Après tout, se pourraient-ils qu’ils se soient fourvoyés ? Ils cherchent le coupable d’un meurtre qui n’a pas eu lieux, mais la rixe à belle et bien été par contre …
« Nous savons tous qui est le coupable, Killen. Il n’y en a qu’un, c’est évident. » Trancha-t-elle, bien que toujours de sa voix susurrée en messe basse. « Je veux bien croire que cet événement pourrait être la cause de leurs maux, mais la protectrice d’Ardamir n’y a joué aucun rôle ; elle fût la victime du début jusqu’à la fin. Comment pourrait-elle être accusée alors qu’on a attentée à sa vie ? Cela n’a ni queue ni tête! » Cette fois le ton un peu plus haut, comme bouleversée par l’idiotie de la chose.

Killen lui exposa finalement une alternative possible, un moyen de préserver l’intégrité de la protectrice, en cas de dérapage. Il valait mieux être prévoyant que d’être pris au dépourvu, se disait-il sûrement …
« Je ne suis pas très adroite menteuse, Killen, vous le savez … » Avoué presque comme si ce fût un défaut … « Peut-être pourrions-nous tricoter une manière de leur faire avouer quel sera le déroulement dudit rituel ? Selon, nous pourrons aviser si oui ou non nous devons garder l’identité d’Halyalindë intacte … Où peut-être leur monter la même scène, la vérité, mais en inventant le nom d’un autre afin de mesurer leurs réactions … » La régente poussa un soupire, trouvant ses alternatives à elle assez pitoyable, visiblement peu entraînée aux supercheries. « Une chose est certaine, non parce qu’elle est ma cousine –vous savez que nous ne sommes guère en si bons termes- mais parce qu’Ardamir a besoin de sa protectrice, il nous faut à tous prix assurer sa sécurité. S’ils venaient à découvrir qu’elle est concernée, ils pourraient tous partir en cavale pour la retrouver, alors nous serons bien mal positionner pour la couvrir. » Là-dessus, elle avait été formelle, jusqu’à l’instant où il serait certain des intentions de la Noss, le nom de la protectrice ne devait pas être énoncé. « Je préférais qu’on dise mon nom, plutôt que le sien. Je suis la régente, à moi la responsabilité d’assurer la protection d’Ardamir. Et s’il me faut prendre le risque, je le ferai. » Sa voix n’avait cette fois rien de courageuse, mais l’assurance qu’il en dégageait faisait gage de sa sincérité.


Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1359
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Grand Chêne] Les débuts de l'enquête   Dim 11 Juin 2017 - 16:03


" Heri... Non... "

Killen était resté coi devant la proposition de la Main. Dire son nom à elle...

" C'est hors de propos. " trancha-t-il avec un regard noir. " Vous ne pouvez pas vous mêler à ça. Et s'ils vous demande de combattre pour prouver votre valeur, de participer à je ne sais quelle débauche traditionnelle ou que sais-je encore ? "

Concernant les coutumes Noss, il avait beau ne pas vouloir mêler Halyalidë à cette histoire, il savait qu'elle résisterait bien mieux à n'importe quelle tentative plutôt que sa douce cousine. Même si ce n'était que pour partager un repas avec le clan, il imaginait mal à blanche dame s'asseoir en tailleur dans l'humus pour mastiquer de la viande saignante...

" Si vous voulez que nous sachions en quoi consiste le rituel avant de vous décider, je peux le comprendre et il y a un autre moyen. Nous devons amener au sanctuaire un descendant d'Anadris. Je mettrais ma main au feu que le conseil est déjà sur l'affaire. Mais je vous en conjure, ne remplacez pas le nom d'une figure de l'autorité de notre cité par une autre, surtout sans savoir ce qui vous attend. "

Il prit une inspiration pour continuer sa diatribe mais se ravisa finalement.

" Écoutez. Si nous sommes d'accord sur le fait que cette information ne dois pas circuler pour le moment, je vais retourner auprès du conseil pour savoir ou en est la recherche du descendant et en apprendre plus sur ce fameux rituel. Pendant ce temps, vous devez me promettre de ne pas prendre de décisions inconsidérées pour votre sécurité et de ne parler de cet accident à personne... Cela vous convient-il ? "

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Artiön Sinyàra
Hôte
Hôte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 194
Âge : 20
Date d'inscription : 23/01/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  706 ans - Taille : 2m21
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Grand Chêne] Les débuts de l'enquête   Mer 14 Juin 2017 - 14:03


Elle te revint bouleversée, les yeux obscurcis et les doigt refusant de se séparer des tissus froissées de sa robe. Son silence te laissait comprendre bien plus que ne pourraient en dire des mots. Killen avait donné raison à Kaëlistravaë. Kaëlistravaë avait cherché à prendre d’une quelconque téméraire manière l’affaire en main. Killen lui avait refusé l’implication. Kaëlistravaë maintenant s’en voulait de ne pouvoir faire plus pour protéger son foyer.

Tu la pris dans tes bras, pour empêcher que la colère et la frustration ne finissent par la prendre. L’Etoile du Matin se doit de continuer de briller, surtout lorsqu’à quelques couloirs d’ici l’attendent patiemment ses élèves. À défaut d’un sourire tu lui offris œillade résolue. Si c’est ce qu’elle considérait bon, tu n’ébruiterais pas son secret. Tes mains prenant les siennes comme promesse silencieuse suffirent à le lui assurer. Restait maintenant la question des comportements obscurs du Seigneur-Limier… qui à la lumière de l’Etoile te semblaient déjà plus clairs.

- Donc il sait tout ?

Le front penchant vers le sol, elle acquiesça.

- Tu lui fais confiance ?
- Le Seigneur-Limier a fait vœu de protéger le Grand-Chêne et ses habitants. Il fera ce qu’il faut, n’aie crainte.
- Soit. Tu poses une bise contre les lèvres de la Taledhelle avant d’entamer de prendre congé Fais attention à toi.

Et tu partis sans plus ajouter mot, en direction du temple où Cinnaeth devait probablement déjà t’attendre. Tu pus constater d’ailleurs à la sortie du bâtiment que Killen n’était pas arrivé bien loin. Assez proche du moins pour de son œil perçant finalement à nouveau reconnaître ta présence, l’expression de résignation qu’enfin tu lui adressais lui étant acceptable.

<< Présomption d'innocenceVisite de courtoisie >>

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Grand Chêne] Les débuts de l'enquête   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Grand Chêne] Les débuts de l'enquête
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» Nouveau lac formé par le séisme en Haïti menace d'inonder Grand-Goâve
» comment un nain se retrouva lié à une elfe, à son grand dam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Ardamir :: Ardamir (Cité)-
Sauter vers: