Partagez
 

 [An XII] Une « Gardienne » improvisée.

Aller en bas 
AuteurMessage
T'sisra Do'ath
Drow
T'sisra Do'ath

Nombre de messages : 907
Âge : 119
Date d'inscription : 13/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  124 ans - Taille : 171 cm
Niveau Magique : Arcaniste.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeMar 8 Jan 2019 - 16:17


Hiver, Tariho, troisième ennéade de Karfias, an douze, onzième cycle.


Il était bien jeune et insouciant. Du moins, il en avait l’air, en vérité, il était malin comme un renard. Et très taquin. Peut-être un peu trop d’ailleurs. Mais dans le fond, c’était un type bien. Il se fichait des règles et des lois, bien qu’il lui faille tout de même en respecter quelques-unes, cependant, Orso était un homme bon.
Le « boute-en-train », c’est ainsi que tout le monde l’appelait « Au Marin Boiteux », l’auberge tenue par Tom, et qui voyait toujours plus d’aventuriers en devenir passer ses portes depuis les dernières ennéades. Orso, lui, était un de ceux qui avaient rejoint très tôt le giron des aventuriers, et sa petite réputation parmi ceux qui gravitaient en Apreplaine était déjà faite.
C’est donc lui qui, lorsque T’sisra rendit visite à Tom en quête d’une aide, répondit à l’appel. Et le bougre avait tendance à beaucoup trop s’amuser de sa situation à son goût. Il ne manquait jamais une occasion de lui rappeler qu’il ne l’entendait pas lorsqu’elle tentait de se plaindre de son comportement en journée. D’un autre côté, il était originaire de Soltariel et le phrasé des gens Sud n’avait aucun secret pour lui. C'était le prix de sa compagnie, que la drow appréciait grandement, bien qu'elle se gardât de le dire, même lorsque la lune était haute dans les cieux.

Missive en main, le jeune homme se rendit tout guilleret qu’il était, au Haut Temple de Tyra. Des curetons, il en avait croisé un paquet, et il connaissait bien les dogmes. Né d’un père marin et d’une mère poissonnière, Orso avait grandi avec la déférence et le respect qu’on devait à la déesse, car ceux qui vivent de la mer savent adorer et craindre la maîtresse des eaux et de la mort. Du moins, avant que le peuple ne s’en détourne progressivement au profit d’une autre plus clémente. Comme le répétait souvent Orso « C’est de la faute de ces foutus néérites qui viennent de Diantra ! ».
Pour l’occasion, il avait pris grand soin de nettoyer ses effets personnels et le temps de se raser entièrement la barbe, et s’était ainsi présenté sous son meilleur jour aux portes du temple. Cependant, le plus ardu restait à faire : Convaincre un cureton d’aller déranger le Haut-Prêtre sur les allégations d’un inconnu.


◈ ◈ ◈


- Mais puisque je vous dis que je l’jure…

- Mon jeune ami, je pense que vous ne vous rendez pas bien compte de ce que vous êtes en train de dire. Souffla le prêtre en tirant Orso dans une des alcôves du temple. C’est à la limite du blasphème !

Le jeune homme se laissait bringuebaler et sermonner depuis un bon quart d’heure, et encore, il roula des yeux. Combien de fois allait-il devoir répéter son histoire pour qu’enfin ce fichu prêtre y prête une oreille au moins curieuse ? Une, sûrement. Son interlocuteur semblait mûr. Il était temps de lâcher quelques informations supplémentaires qu'il savait capable de faire mouche.

- Je n’vous demande pas de me croire sur parole, simplement de transmettre une missive. Expliquait le jeune aventurier une nouvelle fois. Et effectivement, cette lettre provient d’une personne qui possède un… Artefact remis par la déesse elle-même.

- Une fiole de larmes… Vous me l’avez déjà dit. Quatre fois. En revanche, toujours rien concernant l’identité de votre mystérieuse… Gardienne ?

- Et bien… C’est un peu compliqué. Comme j’vous l’ai dit, elle peut pas vraiment s’balader comme elle veut. J’veux dire… Elle peut même pas causer en journée, seulement la nuit. C’est Tyra qui la met à l’épreuve, voyez ?

- Mais qu’est-ce que vous me chantez là ? Demanda le vieux religieux en tapant du pied, les bras croisés et les sourcils de plus en plus froncés.

- Et si j’vous disais… Que cette voyageuse revient directement d’un truc qui s’appelle les Portes de la Mort, en plein milieu des Terres Stériles ? Et que si elle partie là-bas, c’est parce que l’Royaume de Tyra était fermé ces derniers temps. Mh, qu’est-ce que vous dites alors ?

Le prêtre resta interdit quelques instants. Il y avait, en effet, des choses qui se racontaient dans les hautes sphères. Mais personne n’était censé vraiment être au courant de ces choses-là, alors comment expliquer qu’un nabot sorti de la cambrousse puisse tenir de tels propos ?
Sa décision prise, le religieux réceptionna la missive et tourna les talons pour rejoindre qui de droit. Orso, quant à lui, alla simplement s’installer sur l’un des bancs du Haut Temple, car si tout se passait comme prévu, bientôt il lui faudrait guider un haut-prêtre hors des murs de la ville sous le soleil déclinant.


◈ ◈ ◈


- Je crois qu’il se trame quelque chose d’important. Affirma le prêtre à son supérieur hiérarchique en lui tendant la missive scellée. Ce jeune homme sait des choses. Des sujets sur lesquels on évite de s'étendre. Même moi.

[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Cnus

Pour toute réponse, le vieil homme referma le bouquin qu’il était en train de parcourir et referma les doigts sur le vélin qui n’attendait que sa lecture. Ses gestes étaient lents, rien ne semblait le presser et tandis qu'il ouvrait l'enveloppe, son regard n'avait quitté le prêtre qui lui aussi le fixait sans dire mot.
Le haut-prêtre se contenta de baisser les yeux sur le vélin qu'il déplia avec précaution.


Je ne sais qui recevra cette missive, mis à part qu’il sera un membre du clergé de Tyra. N’y voyez aucune offense, seulement mon ignorance.

Ce qui suit peut vous paraîtra miraculeux, et vous aurez raison de le penser, et même de le croire. J’ai en ma possession ce qui s'apparente, à ce jour, aux clefs du Royaume des Souffles. Vous devriez savoir, aussi bien que moi, que ces derniers temps de choses habituellement très rares se sont produites plus fréquemment. Il s’est murmuré que le Royaume des Morts avait fermé ses portes, et c’était vrai jusqu’à qu’une troupe, dont je faisais partie, rallie un lieu aussi craint que sacralisé : Les Portes de La Mort.

Je ne compte pas vous convaincre avec quelques lignes rédigées dans une langue que je ne maîtrise pas aussi bien que je le souhaiterai. Aussi, je ne m'étendrais pas outre mesure. En revanche, je vous invite à suivre le messager qui vous aura apporté cette missive. Il vous mènera hors des murs de la ville, à quelques lieues de là.
Je peux comprendre votre suspicion et votre inquiétude quant à suivre un inconnu hors de la ville, qui plus est alors que la nuit tombe. Cependant, je ne peux me rendre jusqu’à vous, et Tyra m’interdit d’émettre le moindre son dès que le Soleil se montre.

Dans l'espérance de votre venue,
T'sisra Do'ath.

Revenir en haut Aller en bas
Mémoire
Admin
Admin
Mémoire

Nombre de messages : 4002
Âge : 29
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeDim 13 Jan 2019 - 10:55

Anselme le Vieux

« T’sisra Do’ath, » lut Anselme le Vieux en faisant rouler le nom de la mystérieuse gardienne sous sa langue, comme il l’eut fait avec une datte. Son regard passait de la missive au prêtre qui le lui avait porté. « Do’ath ? Et T’sisra ? répéta-t-il en fronçant les sourcils. Est-ce un homme ou une femme, à ton avis ?

Une femme, si l’on en croit son messager.

Cette femme ne manque pas d’audace, fit-il remarquer en tendant le vélin à son interlocuteur. Détruis-moi ça, veux-tu ? Et va donc renvoyer son messager chez lui. Dis-lui de revenir demain. »

Le clerc s’inclina légèrement pour signifier son assentiment, salua respectueusement le haut prêtre selon l’usage, puis le laissa seul. Anselme le regarda partir le temps que ses yeux le lui permissent, puis se pissa l’arête du nez en soufflant son agacement. Est-ce là l’unique moyen que Tu aies trouvé pour me rappeler à Toi ? interrogea-t-il sa déesse tutélaire. Tant et tant de soucis. Son sobriquet n’était pas volé ; du haut de ses quatre-vingt-onze ans, il était le plus vieux haut prêtre que le culte eut jamais eu. Son âge avancé en 999:X, après la destitution chaotique de celui qu’on surnommait depuis Licsis le Nécromant, avait d’ailleurs été la principale raison de son élévation. Les pontes du clergé avaient parié sur un décès rapide, mais qui leur laisseraient tout de même assez de temps pour organiser sa succession. Une décennie plus tard, Anselme était toujours vivant. Sa prière muette demeura lettre morte et il haussa les épaules avec fatalisme. « Reste donc silencieuse. J’irai trouver ton Vaisseau, qui me fait au moins la grâce de me répondre, elle. » Et d’ajouter, pour lui seul cette fois : « Bien sûr, la pauvresse ne fait jamais le moindre sens, donc le résultat est le même. »

Il tendit le bras sur le côté, jusqu’à ce que sa paume touchât le mur à sa droite, puis commença à marcher. Il connaissait si bien le temple qu’il aurait pu en arpenter les couloirs les yeux fermés ; c’était d’ailleurs régulièrement ce à quoi il en était réduit, car sa vue baissait et les novices s’abstenaient trop souvent d’entretenir les flambeaux. Son entretien avec la gardienne — celle dont ils n’avaient plus le moindre doute sur le statut — se déroula ainsi qu’il l’avait imaginé : plein de mots, mais trop peu de sens. La seule information qu’il retint de leur conversation fut que le jour choisi par la Do’ath pour l’inviter à la rejoindre ne l’était sans doute pas par hasard : le Tariho appartenait de fait à la Voilée. Quel piètre oracle Katalina Noblegriffon faisait, pour se contenter de souligner ce qu’il aurait tout aussi bien pu réaliser par lui-même ! Et en même temps, y aurais-tu vraiment pensé ? se défia-t-il en esquissant un sourire las.

« Votre Excellence ! » s’entendit-il alpaguer tandis qu’il se dirigeait avec la lenteur qui le caractérisait ses propres appartements.

Le Vieux accueillit le prêtre qui lui avait porté le vélin de la Do’ath avec un froncement de sourcils. « Eh bien ? l’interrogea-t-il avec patience. J’allais justement te faire chercher. Qu’as-tu fait de ton dérangeant messager ?

C’est justement lui qui m’amène — une seconde fois — votre Excellence, expliqua le jeune clerc en remettant de l’ordre dans sa bure. Le mauvais bougre refuse de partir. Il… insiste sur l’importance de la date choisie.

Le Tariho, oui, » abonda le Vieux comme s’il s’agissait là de la plus élémentaire des évidences. Il garda par-devers lui les — trop maigres — résultats de son entretien avec le Vaisseau et commença plutôt à lisser sa barbe. « Fais préparer ma calèche et trouve quatre paladins pour me servir d’escorte. » Si ma vie devait être menacée, elle m’aurait prévenu, voulait-il croire. « Tu m’accompagneras aussi, » conclut-il avant de laisser retomber sa dextre le long de son corps.

La nuit tombée, là où Orso voulait bien l’emmener.

Le cortège qui amena le Vieux jusqu’au lieu de rendez-vous choisi par T’sisra Do’ath fut ainsi que le haut prêtre l’avait voulu. Anselme avait demandé au jeune Orso de monter à côté de lui dans le véhicule dont il se servait pour voyager depuis plus années maintenant et profita de leur temps ensemble pour tenter de lui soutirer le plus d’informations possibles au sujet de cette intrigante gardienne qu’il lui avait dénichée.


_________________
« Qui est-elle ?
— Elle est la main qui me porte et me pousse et me broie. »
— Aislinn et Mémoire

[An XII] Une « Gardienne » improvisée. 1538088223-association-elle

Autre personnage : Azza
Crédit avatar : exellero

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
T'sisra Do'ath
Drow
T'sisra Do'ath

Nombre de messages : 907
Âge : 119
Date d'inscription : 13/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  124 ans - Taille : 171 cm
Niveau Magique : Arcaniste.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeLun 14 Jan 2019 - 22:20

Hiver, Tariho, troisième ennéade de Karfias, an douze, onzième cycle.


Le cortège progressait sous le soleil déclinant. Ils avançaient lentement, escortés par les hommes d’armes. Orso se laissait aller à raconter sa vie, aussi misérable soit elle pour un intellectuel ou un riche, étant donné sa basse extraction, cependant elle était tout de même assez intéressante et pleine de rebondissements. Ou peut-être était-ce sa manière de raconter ? C’était à se demander s’il n’en rajoutait pas un peu d’ailleurs, mais après tout, la vie d’aventurier se devait très certainement d’être emplie d’imprévus en tous genres.
Mais le vieil homme ne l’écoutait pas simplement pour passer le temps. Non, il voulait en savoir plus sur l’auteure de la missive. La discussion glissa ainsi naturellement sur la comparse d’Orso. Le jeune homme se laissa aller à quelques racontars. Par exemple le fait qu’elle aurait rencontré le Baron d'Altenberg en personne lors d’un séjour en l’an neuf, un séjour qui fut motivé par une chasse au nécromancien, et couronnée de succès par ailleurs. Ou encore, qu’elle avait croisé le célèbre Nakor, archimage de l’Aurore bien connu des péninsulaires. Mais ce sur quoi il s’épanchait et insistait le plus était sans nul doute l’immense créature que T’sisra et ses compagnons avaient vu dans les Terres Stériles. Orso dépeignait la bête plus grande encore que la Cathédrale de Sainte-Deina, plus dangereuse qu’une armée de kerkands et plus agressive que toutes les créatures existantes.
Mis à part ces histoires et anecdotes, Orso avait daigné dresser un portrait assez succin de sa camarade en ces termes : « Sympathique », « droite dans ses bottes », et « intraitable avec les vilains ». Évidemment, il avait volontairement omis de dire quoique ce soit à propos de ses origines, préférant éviter que le cortège ne fasse demi-tour avant d’être arrivé à destination.

La fin du voyage fut un peu moins agréable que le début, car il eut fallu quitter la route pour un sentier moins praticable. Mais après une petite demi-heure passée à être malmené, et grâce à la nuit tombée, l’on pouvait d’ores et déjà distinguer les lueurs d’un feu de camp en bordure de la forêt s’étalant le long du Garnaad, dont on pouvait presque entendre le courant s’écouler.

Orso s’empressa de descendre et désigner le camp de l’index, bien heureux d’être enfin de retour, quoiqu’un peu tendu puisque le moment le plus compliqué approchait à grand pas.
Il invita les deux prêtres et leur escorte à approcher. Au fur et à mesure de leur progression, ils purent distinguer de plus en plus nettement l’auteure de la missive. La silhouette informe, se révélait être une personne encapuchonnée combattant le froid de l’hiver de par sa proximité avec le feu, au-dessus duquel doraient trois lapins empalés sur une broche.
Elle s’était dressée à l’approche de ses invités pour ne pas être prise au dépourvue par le nombre, et ceux-ci purent l’observer de pied en cap. Elle portait une armure de cuir et son plastron était renforcé d'écailles d'acier, sa cape descendait jusqu’à hauteur de genou, et sur ses épaules tombaient une fourrure noire parsemée de quelques plumes de la même couleur. Le plus intriguant pour ces hommes serait sans nul doute l’arme qu’elle portait à la ceinture, bien plus grande que la moyenne et dont le fourreau semblait aussi grand que la poignée.

- Ça risque de vous faire un choc, confessa Orso en se laissant aller à un léger rire, mais faut pas vous inquiéter.

Sur ces mots, T’sisra tira sur sa capuche. Son teint était trop gris pour être celui d’une humaine, mais loin d’être assez foncé pour être celui d’une drow. Sans compter sa petite taille pour une eldéenne et ses yeux non pas rouges, mais bleus, ainsi que sa chevelure noire de jais. C’était pour cela, en général, qu’on la prenait pour un demi-sang.

- Bonsoir, vous tombez à pic, les lapins sont cuits. Je suis très heureuse que vous soyez venus, bien que je ne m’attendais pas autant de monde.

La daedhel parlait en oliyan, espérant que les hommes d’Eglise étaient assez instruits pour le pratiquer aussi. Son regard allait en revanche de chevalier en chevalier, et si elle avait une main levée en guise de salut, l’autre n’était pas loin de son fourreau.

- Ça tombe bien, j’avais une de ces fringales ! Pas vous ? Lança le jeune suderon, qui vit sa demande tomber dans un silence gênant.
Revenir en haut Aller en bas
Mémoire
Admin
Admin
Mémoire

Nombre de messages : 4002
Âge : 29
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeJeu 17 Jan 2019 - 14:03

Anselme le Vieux

« Alvaro, marmonna Anselme en fronçant les sourcils Tu pourras parler pour moi ? » Il avait su parler l’oliyan — et plutôt bien, même —, mais de l’eau avait coulé sous les ponts depuis la dernière fois où il avait eu à tenir une vraie conversation. Il pensait être capable de suivre ce que la Do’ath, mais il n’avait aucune envie de lui répondre avec des bafouilles dignes d’un novice.

Aux yeux fatigués du Vieux, T’sisra Do’ath n’était qu’une tâche brune et grise ; à ceux de ses suivants, elle apparaissait dans toute sa prétendue bâtardise. Anselme, qui tout juste avait eu le temps de descendre de la calèche, sentit une main s’abattre sur son épaule pour le retenir, tandis que quatre épées étaient dégainées dans un même mouvement. « La femme, votre Excellence, expliqua le prêtre avec empressement. Elle est une bâtarde du Puy. » Et le clerc de se tourner vers Orso. « Toi ! l’alpagua-t-il en le foudroyant du regard. Quelle est cette traîtrise ? »

La confusion ne dura guère plus longtemps ; les paladins eurent tout juste le temps de se masser autour du haut prêtre en jetant tour à tour des regards vers Do’ath et dans les alentours — à la recherche de signes d’une embuscade —, avant que ne tonnât la voix forte et tranchante du Vieux. Anselme n’avait plus fait montre d’une autorité particulière depuis quelques années maintenant et son ton cinglant les laissa tous pantois. « Suffit ! ordonna-t-il en se libérant de la poigne angoissée du prêtre. Suffit, sots que vous êtes ! Alvaro, ne t’ai-je pas dit que je me suis entretenue avec elle avant de venir ? Crois-tu vraiment qu’elle m’aurait laissé venir à la rencontre de quiconque sans me mettre en garde si je courais le moindre danger ?

Votre Excellence, protesta le prêtre, nous ne pouvons pas…

Suffit, j’ai dit ! le coupa le Vieux tout en agitant ses bras de haut en bas pour faire rengainer leurs épées aux paladins. Puisque je te dis que nous ne craignons rien. »

Il fallut encore quelques longues secondes à ses suivants pour se résigner à obéir ; secondes que mit à profit le haut prêtre pour tenter de discerner au mieux la forme de la Do’ath. Quand il fut certain que le calme était revenu, il commença à s’approcher d’elle et ses yeux lui firent la grâce de la voir de mieux en mieux. Alvaro voulut protester, mais il savait que la colère de son aîné ne lui permettrait pas d’entendre raison. Il se tourna en direction du vétéran des paladins qui les accompagnaient et lui fit signe de le suivre.

« Ton messager est stupide, » asséna le haut prêtre à celle qui se prétendait une gardienne. Son ton était toujours dur, mais il ne manquait pas plus de respect à T’sisra qu’à Alvaro quelques instants auparavant. Il la jaugea du regard, détaillant formes et couleurs avec force de froncement de sourcils. « Mes hommes le sont tout autant. Ton lapin sent fort bon, par contre, continua-t-elle en infléchissant sa voix. Mangeons. Le ventre plein, nous réfléchirons tous un peu mieux. »

Et il suspectait qu’il leur faudrait réfléchir beaucoup.


_________________
« Qui est-elle ?
— Elle est la main qui me porte et me pousse et me broie. »
— Aislinn et Mémoire

[An XII] Une « Gardienne » improvisée. 1538088223-association-elle

Autre personnage : Azza
Crédit avatar : exellero

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
T'sisra Do'ath
Drow
T'sisra Do'ath

Nombre de messages : 907
Âge : 119
Date d'inscription : 13/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  124 ans - Taille : 171 cm
Niveau Magique : Arcaniste.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeJeu 17 Jan 2019 - 17:15

Hiver, Tariho, troisième ennéade de Karfias, an douze, onzième cycle.


Par habitude, la daedhel n’avait pas daigné trop s’approcher, car comme souvent, la méfiance des Hommes était de mise. Et ils avaient raison de l’être, elle-même n’aurait guère eu confiance en un ressortissant du Puy. Elle ne manqua pas de se féliciter intérieurement d’avoir gardé une distance raisonnable entre eux lorsque les épées furent tirées de leurs fourreaux. Ce genre de situation dérapant souvent trop rapidement, elle s’était contentée de lever légèrement les mains en signe de paix.
Quant à Orso, il se frottait l’arrière du crâne en souriant bêtement, se contentant d’un simple « Je vous avais dit qu’vous alliez être surpris… ».

Mais la tension laissa rapidement place à un soupir de soulagement. Le vieil homme semblait sûr de lui et n’avait pas de craintes particulières, aussi, il s’approcha pour mieux l’observer. T’sisra se fendit d’un sourire discret, mais bel et bien là, l’invitant de la main à prendre place près du feu.

- Stupide ? Mais qu’a-t-il donc fait encore ? Demanda la nécromancienne en jetant un œil à Orso, l’air perplexe.

- Pour une fois, rien ! Argua-t-il fièrement, le menton levé.

- Permettez-moi d’en douter, Orso.

T’sisra, en prenant garde de ne pas tourner le dos aux hommes d’armes encore sceptiques, s’approcha à nouveau du feu crépitant. Les flammes irradiaient une douce et agréable chaleur tranchant nettement avec l’air sec et froid de cette nuit d’hiver. Si la tension était palpable, le vent glacial transperçait les corps de part en part, et se rassembler au coin du feu restait malgré tout la meilleure des idées.

- En comptant votre escorte, nous sommes neuf. Commenta-t-elle en sortant très lentement sa dague de sa botte, sans lâcher du regard les paladins. Vous m’excuserez, mais nous aurons droit à des portions un peu plus petites que je ne l’avais prévu.

Le jeune soltarii contourna le prêtre pour venir s’installer près du feu de camp à son tour. Non pas qu’il s’intéressait particulièrement à la discussion qui allait se tenir d’ici peu, c’était plutôt son ventre qui réclamait de quoi subsister.
La noiraude s’affairait à découper une cuisse d’un des lapins à l’aide de sa dague, tout en jetant de discrets coups d’œil à l’autre prêtre. Puis, d’un signe de tête, elle désigna la broche en interrogeant du regard l’assemblée, tout en s’approchant d’Anselme pour lui tendre le cuissot du lapin.

- Tenez. Et faites attention, c’est encore bien chaud. La noirelfe marqua un temps d'arrêt. J’imagine que vous avez des questions. Tous autant que vous êtes d’ailleurs. Ajouta T’sisra en regardant le prêtre qui s’était rapidement rendu compte de ses origines.

- Si on avait un peu de sel… Déclara Orso en découpant l’autre cuisse du lapin à l’aide de son couteau. Ce serait parf…

- Pardon ?

- Mh ? Non rien.

- C’est une bonne initiative que de vous affairer à servir nos invités.

- Je… Oui. Accorda-t-il en se forçant un sourire. Bien sûr !

T’sisra opina du chef pour revenir aux hommes et prit une profonde inspiration avant de se lancer. Comme à chaque fois, les débuts étaient toujours ce moment à la fois cocasse et gênant.

- Tout d’abord, et pour être parfaitement honnête, je ne suis pas réellement une bâtarde. Fit-elle en désignant son faciès de la main. Cela porte souvent à confusion, mais je suis bel et bien originaire du Puy d’Elda, pure souche. Disons que j’ai… Un défaut de conception aussi bien physique que culturel. Je ne partage ni les traditions puysardes ni celles des doeben, je ne cherche aucune vengeance ou autres idioties belliqueuses. Bien au contraire. Je ne suis qu’une simple aventurière qui cherche à faire de son mieux pour rendre ce monde un peu meilleur, à son petit niveau. Et vous pouvez m’appeler T’sisra.

La noiraude alla s’asseoir près du feu de camp, tendant les mains vers sa chaleur réconfortante, tandis qu’Orso servait en viande de lapin qui le souhaitait.

- Et ce qui m’amène ici aujourd’hui, dans ce territoire qui peut s’avérer m’être très hostile, est aussi la raison qui m’a poussée à traverser le monde jusqu’aux Portes de la Mort. Ce sont vos Souffles, car il y a peu, le Royaume qui les accueille était encore clos. Expliquait la drow, bien qu’elle doutait apprendre quoique ce soit de plus aux dévots. Cependant, votre déesse m’a promis un miracle. Si je parviens à relever son défi, les portes de son Royaume resteront ouvertes pour vos Souffles. Elle se montrera, et je la cite, dit-elle en mimant les guillemets avec les doigts, « dans toute son éternité » et elle « galvanisera la foi des Hommes ». C'est en quelque sorte... Une chance pour votre peuple tout entier que je ne peux décemment pas laisser passer. D'une part, car je considère les Souffles, Braises, peu importe comment vous les appeler, comme sacrés, et d'autres part, plus d'âmes errantes signifient plus de facilités pour les nécromants de s'adonner à de sombres desseins.
Revenir en haut Aller en bas
Mémoire
Admin
Admin
Mémoire

Nombre de messages : 4002
Âge : 29
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeLun 28 Jan 2019 - 17:37

Anselme le Vieux

Pendant plusieurs longues secondes, le haut prêtre ne répondit rien et se contenta de darder un regard mi-figue mi-raisin sur la daedhelle. Derrière lui, les paladins qui les accompagnaient s’étaient à nouveau tendus et une bonne moitié avait déjà la main posée sur la pommeau de son arme.

« Pour ma gouverne, finit par demander Anselme quand T’sisra eut terminé de leur conter son improbable histoire, est-ce que la nature exacte de tes… origines a un quelconque intérêt qui sert ton récit ? » Il esquissa un sourire légèrement torve, mordit dans la cuisse de lapin qu’on avait bien voulu lui donner, remercia Tyra d’avoir encore assez de dents pour mâcher sa bouchée convenablement, puis détailla sa pensée. « À part inquiéter un peu plus mes braves compagnons, je ne vois vraiment pas. »

Il avait cru comprendre que les noirelfes étaient des créatures fières et attachées à la pureté de leur sang ; T’sisra avait beau se dissocier du Puy, les corriger avait pourtant été son premier réflexe. La pomme ne tombe jamais si loin du pommier, songea le Vieux en se grattant le menton sous sa barbe. Une autre hypothèse était que la Do’ath avait craint un retour de bâton s’ils découvraient d’eux-même la vérité. C’était possible aussi, mais il ne voyait pas vraiment comment il — ou n’importe qui, en réalité — aurait pu le deviner. À moins, bien sûr, qu’elle sache que nous avons la Griffon. Ce n’était un secret pour personne, d’autant que la drôlesse avait méchamment fait parler d’elle à Diantra, deux mois plus tôt.

Il avait, c’était évident, envie d’en apprendre plus sur cette épreuve qu’elle avait pensé devoir relever. La prudence lui commandait pourtant d’essayer d’un peu mieux comprendre la daedhelle avait de continuer à la questionner. Alvaro ne partageait a priori pas son opinion et, oubliant un instant son rang, prit l’initiative de presser lui-même l’étrangère à ce sujet.

« Comment ça, Son défi ? Et pourquoi les portes resteraient-elles ouvertes ? Tu penses qu’Elle envisage de les refermer, dusses-tu échouer ? »


_________________
« Qui est-elle ?
— Elle est la main qui me porte et me pousse et me broie. »
— Aislinn et Mémoire

[An XII] Une « Gardienne » improvisée. 1538088223-association-elle

Autre personnage : Azza
Crédit avatar : exellero

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
T'sisra Do'ath
Drow
T'sisra Do'ath

Nombre de messages : 907
Âge : 119
Date d'inscription : 13/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  124 ans - Taille : 171 cm
Niveau Magique : Arcaniste.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeMar 29 Jan 2019 - 13:43

Hiver, Tariho, troisième ennéade de Karfias, an douze, onzième cycle.


La daedhel se fendit d’un sourire à la remarque du vieil homme. Les présentations avaient toujours eu pour effet de crisper la situation, à chaque fois. Les réactions de l’échevin, de la bourgmestre, de Nakor ou même celle de Cécilie lui revinrent en tête. Toute cette bande présente autour du feu ce soir ne faisait pas exception, et elle ne pouvait pas réellement leur en vouloir.

- Auriez-vous préféré me croire un sang-mêlé, et qui sait ? Quelques jours plus tard vous rendre compte que je ne le suis pas. Imaginez la surprise, pour tout le monde. Et les réactions qui en découleraient. Répondit la noiraude à Anselme en gardant dans un coin de sa tête la question que venait de lui poser l’autre prêtre. Par principe, je préfère mettre les choses au clair dès le début. Tout ce que je peux vous dire, c’est que je me définis par mes actes et non par mes origines, si bien qu’aux yeux de puysards, je serai très certainement considérée comme une hérétique et une traîtresse pour avoir évolué au milieu de nains, d’elfes et d’hommes, dont ils considèrent les peuplades comme des sous-races, toutes sans exception.

Elle tourna la tête vers le prêtre qui attendait sa réponse, avant de jeter un œil à l’assemblée.

- Ce qui n’est pas mon cas, je vous l’assure. Je suis une aventurière, j’évolue dans un groupe qui rassemble des gens de tous horizons et de bonne volonté par-delà le monde, à l’esprit ouvert et aux intentions bonnes. Je ne cherche ni querelle ni altercation, les guerres ne m’intéressent pas, au même titre que les idéologies. La frontière entre le bien et le mal est ténue, et les gens de bien, quelque soit leurs origines, méritent qu'on se batte pour eux, c'est la seule chose qui m'importe.

Orso, quant à lui, s’il se montrait nonchalant face à la situation, ne faisait que cacher son malaise. Les épées sont souvent trop vite tirées de leurs fourreaux, et il espérait ne pas avoir à se retrouver au milieu d’une rixe sanglante. Alors, il se contentait de proposer du lapin aux uns et aux autres, quand bien même on ne lui répondait même pas, espérant que l'appel du dîner calmeraient les esprits.

- Et pour vous répondre, continuait la daedhel en revenant au prêtre encore une fois, je ne saurais vous le dire sans une certaine réserve, je peux me tromper. Une chose est certaine en revanche, c’est que le voyage que nous avons entrepris pour les Terres Stériles était motivé par d’étranges phénomènes de hantises, voir d’apparitions. Comme j’ai pu en être témoin, par ailleurs. Expliqua-t-elle en regardant le haut-prêtre et son subalterne à tour de rôle. Et, comme nous avons cru le comprendre, lors de son apparition, ce qui sépare vos Souffles d’une errance éternelle et de son Royaume, c’est l’initiative que nous avons prise. C’est la raison qui me pousse à prendre tous ces risques aujourd’hui, j’ai une tâche à accomplir. Et si j’y parviens, alors elle acceptera de se révéler et galvaniser la foi perdue ou écornée des hommes. C’est l’unique moyen de changer la donne et d’éviter aux souffles une perdition tragique et sans fin.

Elle marqua un temps d'arrêt, avant de reprendre pour un simple ajout.

- Je comprends vos réticences. Moi-même, je ne ferai pas confiance à un drow. Tout ce que je vous demande, c'est de mettre cet a priori de côté, au moins pour un temps. Après quoi, je quitterai vos terres si tel est votre souhait.
Revenir en haut Aller en bas
Mémoire
Admin
Admin
Mémoire

Nombre de messages : 4002
Âge : 29
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeDim 3 Fév 2019 - 22:04

Anselme le Vieux

Elle parle beaucoup, ne put s’empêcher de songer le haut prêtre quand T’sisra mentionna le périple de son étrange compagnie jusqu’au cœur des Terres Stériles. Il prit bien garde de ne pas l’interrompre, cependant. C’était qu’il devait faire montre de concentration pour comprendre tout ce qu’elle disait ; l’oliyan n’était définitivement plus sa tasse de thé. Il avait pu échanger directement avec elle pour insulter les uns et les autres ou commenter le repas, mais la discussion prenait désormais un tour beaucoup plus sérieux et il n’avait aucune envie de se retrouver limité dans ce qu’il avait à exprimer. Il coula donc un regard en coin à Alvaro, qui pour sa part ne quittait pas des yeux la noirelfe.

« Ce que vous dites ne fait pas sens, protesta-t-il d’ailleurs quand le flot de paroles de la Do’ath se tarit. Pour la Voilée vous aurait-elle confié — à vous, une drow — les clefs de notre repos dans Son Royaume ? Alors qu’elle a maudit, si j’en crois votre lettre !

Cette conversation n’avancera jamais si tu passes ton temps à remettre en cause en permanence ce qu’elle raconte, » l’interrompit Anselme avec agacement. Il avait parlé dans sa langue natale, ce qui surprit Alvaro peut-être plus encore que le fait de se faire réprimander de la sorte face à un auditoire. Le haut prêtre eut un claquement de langue agacé, avant de lancer — en oliyan cette fois — à T’sisra ; pour ce qu’il en savait, elle n’avait pas compris un traître mot de ce qu’il venait de déclarer : « Dis ce que tu as à dire, plutôt que d’attendre des questions, lui conseilla-t-il.

Hem… réagit le prêtre de Tyra en regardant tour à tour le Soltari et la Puysarde. Très bien, partons du principe que vous avez effectivement reçu de Tyra le moyen de nous sauver et expliquez-nous ce qu’Elle attend de vous. »

Anselme roula les yeux, mais ne rajouta rien. Lui aussi était impatient que T’sisra entrât dans le vif du sujet. De fait, depuis le début de leur entrevue, elle avait surtout paraphrasé ce qu’elle lui avait écrit. « J’imagine que vos — Ses ? — projets ont un rapport avec notre présence ici ? » se contenta-t-il d’avancer pour l’encourager.


_________________
« Qui est-elle ?
— Elle est la main qui me porte et me pousse et me broie. »
— Aislinn et Mémoire

[An XII] Une « Gardienne » improvisée. 1538088223-association-elle

Autre personnage : Azza
Crédit avatar : exellero

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
T'sisra Do'ath
Drow
T'sisra Do'ath

Nombre de messages : 907
Âge : 119
Date d'inscription : 13/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  124 ans - Taille : 171 cm
Niveau Magique : Arcaniste.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeMar 5 Fév 2019 - 17:59

Hiver, Tariho, troisième ennéade de Karfias, an douze, onzième cycle.


T’sisra se pinça l’arrête nasale en écoutant le prêtre. Orso, qui venait de s'asseoir à ses côtés, allait intervenir, mais elle leva la main pour l'interrompre, avant même qu'une seule ânerie ne sorte de sa bouche. Elle retint un soupir, et commença donc par répondre au Haut-Prête, tout en tentant de satisfaire son subalterne dès le début.

- Je lui ai proposé une autre façon de voir les choses, pour vos Souffles à vous, oui. Insista-t-elle en regardant le prêtre. J’ai peut-être la peau un peu grise, mais je ne suis pas dénuée de cœur ni de sentiments. C’est ce qui m’a valu cette mise à l’épreuve. La daedhel fit silence un court instant pour appuyer la suite. Si je réussis à lui prouver que les hommes peuvent croire à nouveau à condition qu’elle fasse un pas vers eux… Alors tout le monde en sortira vainqueur. Elle, les Hommes, vous le clergé, moi... Tout le monde. Ainsi, je dois rassembler des ressortissants de votre peuple, les amener à penser à leurs défunts et briser la fiole qu’elle m’a remise. Et à ce moment-là, le miracle qu’elle m’a promis se produira et elle se révélera à nous. On parle d’une réelle preuve venant de sa part, pas d’une foi aveugle en des dogmes promus par des mortels. C’est une chose qui pèsera lourd dans le cœur des Hommes, et sera le fondement leur croyance retrouvée.

Son attention revint à Anselme, qu’elle avait l’impression d’emmerder plus qu’autre chose pour le moment, elle en était désolée, et cela pouvait se lire sur son visage.

- C’est là que j’ai besoin votre concours. Commença la drow en désignant le vieil homme. Vous avez vu ma tête, vous avez vu les réactions que cela engendre, je peux difficilement faire cela seule. Aussi, j’aimerais que vous m’aidiez à organiser une veillée, dans un village de campagne par exemple. Nous pourrions rassembler en nombre ces hommes et ces femmes dont la foi est écornée. C’est l’occasion inespérée de montrer aux gens qu’ils ne doivent pas se détourner de la gardienne de leur dernière demeure. Ça sera aussi l’occasion pour Tyra de tendre la main aux Hommes et de garder son Royaume ouvert. Conclut-elle en regardant les uns et les autres. Qu’en dites-vous ? Le moment est venu de donner un second souffle aux hommes, si je puis dire.
Revenir en haut Aller en bas
Mémoire
Admin
Admin
Mémoire

Nombre de messages : 4002
Âge : 29
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeMer 13 Fév 2019 - 14:00

Anselme le Vieux

Le Vieux ne répondit pas tout de suite à la dernière diatribe de T’sisra Do’ath et empêcha d’un geste son acolyte de le faire à sa place. Il avait besoin de réfléchir et ne le faisait jamais mieux que dans le silence. Abandonnant sa cuisse de lapin à moitié mangée à même le sol, il se releva, suça ses doigts graisseux avant de les essuyer contre sa soutane, puis s’éloigna de quelques pas du feu de camp.

Je suis trop vieux pour ces pitreries, ne pouvait-il s’empêcher de penser en fermant les yeux.

Il regrettait de ne pas avoir amené avec lui la Noblegriffon, qui assurément aurait su quoi dire en pareilles circonstances ; et quoi faire, aussi. « Ce qui me dérange le plus, dans toute cette histoire, finit-il par énoncer dans sa langue à lui, c’est tout le flou qui entoure cette mystérieuse manifestation dont elle parle. Je me demande si elle ne nous cache pas quelque chose. »

Alvaro darda des prunelles surprises vers le haut prêtre, indécis quant à la marche à suivre. Il coula un regard vers T’sisra pour essayer d’estimer si la daedhelle comprenait ce qu’Anselme venait de dire, avant d’oser le reprendre sur ce point. « Le plus simple serait de lui poser directement la question, argua-t-il en oliyan.

Je réfléchis, Alvaro, s’agaça le soltarii avant de se tourner vers T’sisra et d’expliquer dans le parler estréventin cette fois : Je réfléchis à voix haute. » Puis, au prêtre à nouveau : « Elle n’a jamais rien dit à ce sujet.

Vous vous fiez trop à ses oracles, protesta Alvaro. Depuis que la gardienne vit au Temple, c’est comme si vous ne pouviez plus prendre la moindre décision sans en référer d’abord à elle. » Et à T’sisra : « Pouvez-vous au moins nous montrer la fameuse relique qu’Elle vous aurait confiée ?

Ah, baste ! maugréa Anselme en se rapprochant d’eux. Ne peux-tu pas me laisser dix secondes pour penser ? » Et le Vieux de reprendre sa place initiale et d’enchaîner, comme si son interlude ne s’était jamais produit, à la noirelfe : « Je suis moi-même curieux, je dois l’avoue. J’aimerais même que tu nous la confies. Il y a quelqu’un, au temple, qui voudra sans doute l’avoir entre ses mains… » Il marqua une pause, avant d’ajouter : « Et te rencontrer. »


_________________
« Qui est-elle ?
— Elle est la main qui me porte et me pousse et me broie. »
— Aislinn et Mémoire

[An XII] Une « Gardienne » improvisée. 1538088223-association-elle

Autre personnage : Azza
Crédit avatar : exellero

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
T'sisra Do'ath
Drow
T'sisra Do'ath

Nombre de messages : 907
Âge : 119
Date d'inscription : 13/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  124 ans - Taille : 171 cm
Niveau Magique : Arcaniste.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeMer 13 Fév 2019 - 16:48

Hiver, Tariho, troisième ennéade de Karfias, an douze, onzième cycle.


La daedhel devint méfiante, son regard passait du vieil homme à son subordonné, puis aux paladins. Venait-on réellement de lui demander de se séparer de la fiole que Tyra lui avait remise ? Et qui d’autre qu’un Haut-Prêtre pouvait être plus concerné par cette histoire que lui ? Pour quelles raisons devrait-elle aller rencontrer elle ne savait qui dans un temple en pleine ville ?
Elle passa la main dans son sac, tirant une petite sacoche de cuir dont elle fit rouler le contenu au creux de son poing.

- Regardez. Avait-elle tranché en ouvrant le poing, révélant une fiole de la taille d’un pouce, dépourvue d’ouverture, aux formes irrégulières et dont le liquide à l’intérieur flottait comme s’il était hors du temps et de l’espace, insensible à toute gravité.

Elle laissa s’écouler une seconde, le temps que la stupeur les gagne. En revanche, elle referma le poing avant qu’ils aient pu l’exprimer, rangeant la fiole dans la sacoche et la sacoche dans son sac qu’elle portait en bandoulière.

- Cette fiole n’ira dans nulles autres mains que les miennes. Votre déesse m’a très clairement expliqué quel est son usage. J’en ai besoin pour accomplir la tâche qu’elle m’a mise au défi de réussir. Si les conditions sont réunies, c’est la clef d’un miracle autant que celle de son Royaume pour tous les Souffles. Révéla la noirelfe qui se concentrait à présent sur l’ensemble de la situation actuelle. Peu importe la prétendue personne qui aimerait l’avoir entre ses mains, elle devra les garder dans ses poches et se contenter d’observer avec ses yeux, si elle y tient absolument. Quant au Temple, croyez bien que si je l'avais pu, je m’y serai rendue en personne. Cependant, vous avez vu la réaction de vos hommes ce soir, je crains fort que beaucoup d’autres aient la même à Soltariel.

T’sisra marqua une pause et se pencha légèrement vers le Haut-Prêtre. La balance des risques menaçait de peser de plus en plus lourd pour elle, et ça ne l’enchantait guère.

- J’ai l’impression que vous essayez de me coincer. C’est tout du moins la sensation que j’ai. Déclara-t-elle tout net et sans détour. Je vous le redemande donc, souhaitez-vous aider à sauver les Souffles des Hommes ou dois-je m’en occuper seule ? Autant la première solution faciliterait la tâche et c’eut été avec plaisir que j’aurais travaillé dans ce but avec vous, autant si je dois faire sans votre concours, je trouverai un autre moyen.
Revenir en haut Aller en bas
Mémoire
Admin
Admin
Mémoire

Nombre de messages : 4002
Âge : 29
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeMer 13 Fév 2019 - 17:45

Anselme le Vieux

La Do’ath se révélait sous un jour nouveau, plus soupçonneuse et moins amène peut-être. Cela surprit Anselme, dont les sourcils se joignirent au-dessus de son nez comme pour souligner ce fait. Allons bon, elle lui demandait de mobiliser ses ouailles, mais refusait ses propres requêtes ; elles n’étaient pourtant pas farfelues. Ce fut bien entendu Alvaro qui réagit le premier.

« Votre question est malhonnête, protesta-t-il. Bien sûr, que c’est ce que nous voulons ; et contrairement à vous, oserai-je même ajouter, nous n’avons pas attendu d’avoir le couteau sous la gorge pour vouer notre vie à cette tâche. »

Cette remarque arracha un ricanement moqueur au haut prêtre, qui se retint d’agrémenter la belle déclaration de son acolyte d’un des sarcasmes épicés dont il avait le secret. Tu t’es juste assuré que la bure te garderait de toute misère avant de prononcer tes vœux, s’autorisa-t-il seulement à commenter mentalement.

« Je comprends ta méfiance, intervint le Vieux pour couper court à une éventuelle escalade de noms d’oiseaux entre ses deux interlocuteurs, mais pour que nous coopérions, il va falloir que tu nous accordes la même confiance que tu nous demandes. » Il se gratta l’oreille, avant de préciser son idée : « Nous avons plusieurs moyens de te faire rentrer et sortir sans encombre de la ville et il ne t’arrivera rien dans le Temple si tu es sous ma protection. Bien sûr, tu peux penser que je ne veux t’y inviter que pour mieux t’y enfermer ; tout comme je pourrais penser que tu cherches à ressembler des bons et honnêtes Pentiens pour mieux les massacrer. »

Il savait pourtant qu’il existait une différence fondamentale entre elle et eux. La fiole ! ne pouvait-il s’empêcher de ressasser. Il l’avait à peine aperçue, desservie par sa mauvaise vue… mais il n’avait pas besoin de ses yeux pour croire. Il avait pu sentir que T’sisra avait parlé vrai, au-delà pensait-il de tout doute possible. Cela ne lui laissait donc guère de choix en réalité, car il n’était pas homme à se mettre au travers des desseins de la Voilée.

« Je dis : baste que tout cela ! Bien sûr, nous t’aiderons. » C’était dans la logique des choses et la Voilée le voulait certainement ainsi ; il aurait certes beaucoup de questions pour Katalina avant de décider exactement sa façon de procéder, mais la Do’ath prêchait désormais à un convaincu. « Si je restais avec ton… ami, proposa-t-il en dardant un regard circonspect vers Orso, est-ce que tu serais plus encline à faire le voyage jusqu’au Temple ? »

Alvaro ouvrit de grands yeux pour témoigner tant sa surprise que son désaccord, mais quelque chose le retint de les exprimer à voix haute. Sans doute lui aussi avait-il été impressionné par l’artefact de la noirelfe.


_________________
« Qui est-elle ?
— Elle est la main qui me porte et me pousse et me broie. »
— Aislinn et Mémoire

[An XII] Une « Gardienne » improvisée. 1538088223-association-elle

Autre personnage : Azza
Crédit avatar : exellero

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
T'sisra Do'ath
Drow
T'sisra Do'ath

Nombre de messages : 907
Âge : 119
Date d'inscription : 13/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  124 ans - Taille : 171 cm
Niveau Magique : Arcaniste.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeMer 13 Fév 2019 - 19:48

Hiver, Tariho, troisième ennéade de Karfias, an douze, onzième cycle.


La daedhel se laissa aller à un long soupir, ses longues oreilles s’étaient affaissées et elle regardait le subordonné en secouant la tête. Elle ne suivait aucun dogme, et n'avait developpé de foi particulière aucun des dieux que les peuples priaient, c’était bien vrai.

- Je n’ai pas attendu d’avoir le couteau sous la gorge pour traverser le monde et rejoindre les Portes de la Mort, pour vos Souffles. Le but de ce voyage a toujours été de convaincre une déesse de rouvrir les portes de son Royaumes aux âmes de vos morts. Assura-t-elle au prêtre en opinant du chef.Elle ne se sentait pas blessée par son propos, elle comprenait le point de vue. Quant à la confiance…

La daedhel se redressa et écarta légèrement les bras, désignant les paladins armés aux alentours, qui n’attendaient qu’un mot pour tirer leurs épées.

- Voyez où je me trouve, en plein territoire des Hommes, entourée de vos hommes d’armes qui sont encore sur le qui-vive. Et en plus de ça, vous voulez que je m’enfonce dans l’une des villes les mieux gardées et protégées de la région ?

La noirelfe se fendit d’un sourire amusé, laissant ensuite échapper un léger rire. Elle avait donc bien compris la requête.

- Et très honnêtement, je ne vois pas en quoi rester avec Orso devrait me convaincre de rejoindre le Temple. Vous voulez jouer les monnaies d’échange ? Demanda-t-elle en doutant des capacités à négocier du vieil homme. Et puis qu’est-ce que ça changerait de vous laisser ici en réalité ? Vous pensez qu’Orso vous coupera la gorge si je ne reviens pas en seul morceau ? Vous rigolez j’espère. Je ne vous veux aucun mal et lui non plus. Qui plus est, je préférais vous savoir au chaud et en sécurité plutôt qu'ici dans le froid.

Elle jeta un œil au jeune homme qui, réalisant qu’on parlait de lui, s’était arrêté dans sa dégustation du lapin. Visiblement, il avait tout l’air d’être un jeu sot plus qu'un preneur d’otage sanguinaire.

- Soyons sérieux, je vous en prie. Et si quelqu’un me voit ? Si les choses dérapent ? Que pensez-vous qu’il se passera ? Quand les gardes et les soldats de la ville débarqueront et prendront les choses en mains, que feront vos hommes ? Et que devrais-je faire ? Les laisser me pendre ? Vous vous doutez bien que la situation risque de dégénérer et que vous n’aurez contrôle là-dessus. Parce que la réalité, c’est que les Hommes sont plus occupés à s’entretuer et envoyer leurs gens à la guerre pour gagner deux ou trois bouts de terrain, plutôt que d’écouter les gardiens de leur dogme pentien. Affirma la drow avec un grand sérieux. Alors pardonnez-moi, mais si les choses dérapent, tout en sachant ce que je suis, je doute que les capitaines, les seigneurs ou autres dirigeants, soient enclins à vous écouter. Et vous vous doutez bien que je ne me laisserai pas conduire à la potence bien gentiment. Je ne veux de mal à personne, et ce que vous me demandez, c’est prendre le risque de créer une situation catastrophique. Tout ça pour rencontrer qui ? Et pourquoi ? Mystère.

La noirelfe jeta un œil à Orso qui sentait les choses partir en vrille au goût de sa comparse. Elle craignait d'avoir à gérer une situation désastreuse, et tout semblait vouloir l'y pousser. S'enfoncer au cœur de la cité des Hommes lui paraissait être une très mauvaises idée, aussi bien pour elle que pour eux. Cependant T'sisra ne voulait pas avoir le sang d'innocents sur les mains, et elle voulait éviter d'avoir à se balancer au bout d'une corde.

- Je vous ai contacté uniquement par respect. J'ai pensé que les religieux seraient heureux de pouvoir consolider les fondements de leur dogme en participant à cette tâche. Expliqua-t-elle sans se rasseoir. Le fait que je ne sois pas humaine pose un problème. Je peux le comprendre. Je ne vous blâme pas, à votre place, je ne ferai pas confiance à un drow non plus. Ainsi, la barrière des races aura eu raison de notre entraide, et l'aura même tuée dans l'oeuf. Conclut-elle dans un sourire triste. J'ai tout de même été heureuse de vous rencontrer. Sans votre concours, les choses me prendront plus de temps à mettre en place. Ce n'est pas grave. Je m'en accomoderai. Avoua-t-elle platement et simplement. Vous serez néanmoins les bienvenus lorsque ça se produira. Je ne vous demande qu'une chose desormais... Que vos hommes nous laissent partir sans encombre, qu'ils ne tentent pas non plus de nous suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Mémoire
Admin
Admin
Mémoire

Nombre de messages : 4002
Âge : 29
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeMer 13 Fév 2019 - 22:14

Anselme le Vieux

Par le con de Tyra, je hais les femelles, rouspeta silencieusement le haut prêtre dans un langage plus fleuri encore qu’à son habitude. Et dans le même temps, force lui était de reconnaître que les arguments de T’sisra ne manquaient pas de force. Que savait-il de ce que c’était, lui, de s’aventurer si profondément dans un territoire hostile ? Il ne pipa mot pendant tout le discours de la Do’ath, agacé par ses manières, mais bien forcé d’en constater l’origine. Sa piètre vue n’était pas une excuse pour avoir ignoré les grimaces agressives de ses hommes. Sa fatigue et sa mauvaise humeur n’était pas des raisons suffisantes pour expliquer son manque de discernement non plus.

« Alvaro, prends nos amis paladins avec toi et allez marcher quelques temps, veux-tu ? » Les protestations ne tardèrent pas à venir, ainsi qu’il se devait, mais il n’en tint pas compte et se contenta d’insister. « Foutredieux, par les Cinq, je t’en conjure Alvaro, va-t-en… et prends Orso avec toi. »

Il attendit patiemment d’avoir été obéi, puis se tourna à nouveau vers T’sisra et poussa un soupir las. La fiole, se répétait-il. Elle était la preuve dont il n’avait pas besoin, mais qui changeait tout.

« Me ferez-vous l’honneur de vous rassoier, T’sisra ? » demanda-t-il avec lenteur. La fiole… ! valait bien un peu de contrition. « J’ai dit que nous vous aiderions, expliqua-t-il d’un ton aussi neutre que possible, et je ne mentionnerai plus une quelconque venue à Soltariel. »

Si elle ne veut pas venir à la Noblegriffon, il me faudra faire venir la Noblegriffon à elle.


_________________
« Qui est-elle ?
— Elle est la main qui me porte et me pousse et me broie. »
— Aislinn et Mémoire

[An XII] Une « Gardienne » improvisée. 1538088223-association-elle

Autre personnage : Azza
Crédit avatar : exellero

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
T'sisra Do'ath
Drow
T'sisra Do'ath

Nombre de messages : 907
Âge : 119
Date d'inscription : 13/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  124 ans - Taille : 171 cm
Niveau Magique : Arcaniste.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeJeu 14 Fév 2019 - 3:39

Hiver, Tariho, troisième ennéade de Karfias, an douze, onzième cycle.


T’sisra observa les hommes s’éloigner, son regard croisa celui d’Orso, qui prenait les choses comme elles venaient. Il tentait de faire un peu d’humour et de détendre l’atmosphère à sa manière, mais cela avait plus tendance à énerver qu’autre chose. Puis, elle ne distingua plus les sons des voix et à peine les formes dans la nuit.
Et les voilà en tête-à-tête, un vieillard croyant et une jeune hérétique pourtant plus âgée que lui. La daedhel entendait bien la demande du religieux. Elle fit quelque pas, décrochant sa cape pour la déposer sur les épaules de l’homme d’Église et se rassit à ses côtés, les yeux rivés sur les braises.

La daedhel resta silencieuse quelques instants, écoutant seulement les crépitements du feu. D’un côté, elle était rassérénée de ne pas avoir à mettre les pieds dans Soltariel, d’un autre elle était bien embêtée par la conclusion résignée du vieil homme, qui, de fait, semblait être prêt à lâcher le morceau trop facilement, signe que tout ceci avait de l’importance à ses yeux.

- Je suis très emmerdée. Finit-elle par lâcher sans prévenir. J’avais l’impression d’avoir le couteau sous la gorge il y a à peine quelques minutes, et votre façon de conclure me donne l’impression de le mettre sous la vôtre. Ça n’a pas de logique, mais… C’est comme ça, et ça m'emmerde.

La drow se laissa aller à un léger rire, plus détendue depuis le départ des hommes d’armes dont elle avait craint l’agressivité.

- Dites m’en plus sur cette personne qui voudrait « sans doute me rencontrer », pour reprendre vos mots. Je ne peux pas prendre le risque d’entrer dans Soltariel, mais il y a peut-être d’autres endroits plus… Calmes et moins peuplés de farouches combattants.

T’sisra se rapprocha un peu plus du vieil homme pour le regarder dans les yeux, en espérant que lui aussi pourrait la voir à la lueur des flammes.

- Je comptais, durant quelques ennéades, faire courir le bruit concernant une Veillée dans un petit village, plus au Nord d’ici, tout proche de l’orée du Betis. C’est à quelques lieux de Soltariel et de la Tour Bleue. Il s’appelle Bellegno. C’est bucolique et pittoresque. Commenta la drow avec un sourire en coin. Si les prêtres de la région pouvaient y faire venir des gens, là-bas, ce serait vraiment bien. Je voulais présenter cette veillée comme une… Commémoration. Les guerres successives et le long hiver que la Péninsule a connu l’année dernière ont fait beaucoup de victimes, ce serait l’occasion de leur rendre hommage et de leur permettre de passer dans le Royaumes des Souffles, tout en contentant la déesse, qu'elle se révèle enfin et rouvre définitivement les portes de son royaume. Et… Commença-t-elle pour ajouter avec un air plus sérieux. Nous pourrions nous retrouver là-bas, le jour de la Veillée, vous, moi et cette mystérieuse personne. Qu’en pensez-vous ? Parlez sans détour, je suis ouverte aux propositions, même les plus farfelues, nous pouvons certainement trouver un consensus.
Revenir en haut Aller en bas
Mémoire
Admin
Admin
Mémoire

Nombre de messages : 4002
Âge : 29
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeJeu 7 Mar 2019 - 13:28

Anselme le Vieux

La réaction de T’sisra conforta le haut prêtre dans son impression : la pauvrette était tendue comme la corde d’un arc. Il ne pouvait pas lui en vouloir, car ainsi qu’il s’en fit la réflexion : La constipation me guetterait moi aussi si même mon meilleur ami me demandait de m’aventurer dans les boyaux de Sol’Dorn. Il se résolut à ne pas le dire tout à fait en ces termes à la daedhelle, mais choisit plutôt ses mots avec un peu plus de soin : « Les affaires des mortels sont rarement rationnelles. »

Force était de constater qu’il en avait eu la preuve plus d’une fois, pendant son presque siècle d’existence.

La Do’ath ne fut pas la seule à considérer la suite de la conversation sous un jour différent ; si elle était désormais plus détendue, Anselme, lui, était décidé à ne plus se laisser emporter comme il avait pu le faire. Avoir vu la fiole avait tout changé, sans qu’il ne comprît véritablement pourquoi. L’idée qu’elle lui échappât complètement et s’envolât dans la nature lui était particulièrement inconfortable et s’il devait réfléchir un peu avant de parler pour s’éviter ces tracas, il n’allait pas s’en priver.

Il eut la preuve que sa stratégie était sans doute la bonne quand T’sisra ramena la conversation d’elle-même sur cette fameuse rencontre qui avait été la raison de son quasi-départ. Le vieux clerc se gratta l’arrière de la tête.

« Nous avons l’honneur d’héberger en ce moment dans le grand temple de Soltariel le Vaisseau de la Voilée, répondit-il après avoir réfléchi à la meilleure façon d’amener le sujet. Quand Tyra décide d’intervenir hors des frontières de son Royaume, elle le fait par son truchement. Je ne peux pas croire que votre présence à toutes les deux ici, dans ces circonstances si particulières, soit une coïncidence. » Le vieux prêtre haussa les épaules. « Avant de venir à ta rencontre, j’ai cherché à lui poser des questions sur les intentions de la Déesse, mais elle n’a rien voulu me dire. » Il marqua une légère pause, avant d’ajouter avec honnêteté. « C’est parce que j’espérais qu’elle réagisse différemment en votre présence que j’ai tant… hum, trop insisté à organiser une rencontre, tout à l’heure. »

Avec le recul que la rebuffade de T’sisra l’avait forcé à prendre, l’idée ne lui paraissait plus si pertinente. Il haussa les épaules, comme pour signifier que le sujet était clos pour le moment, puis l’invita à lui expliquer plus précisément ce qu’elle avait en tête pour satisfaire à l’étrange épreuve à laquelle elle avait été soumise.

« Bellegno, » acquiesça pensivement Anselme en se grattant la barde.

Il ne pouvait pas dire qu’il connaissait la bourgade, mais au moins son nom ne lui était pas étranger. Il aurait sans doute pu le placer sur une carte sans trop se tromper.

« Je ne vois pas pourquoi nous y ferions quoique ce soit, en vérité. » Il leva sa dextre pour lui signifier de patienter un peu, tandis qu’il réfléchissait à la question. « Par contre, nous pouvons organiser une sorte de pèlerinage, une procession, qui passerait dans des petits villages pour — officiellement — remonter jusqu’à Soltariel. Je peux arranger cela. En gardant Bellegno comme l’une des dernières étapes de ce voyage, je pourrai ramener une foule honorable et sans doute quelques membres de la noblesse aussi. »


_________________
« Qui est-elle ?
— Elle est la main qui me porte et me pousse et me broie. »
— Aislinn et Mémoire

[An XII] Une « Gardienne » improvisée. 1538088223-association-elle

Autre personnage : Azza
Crédit avatar : exellero

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
T'sisra Do'ath
Drow
T'sisra Do'ath

Nombre de messages : 907
Âge : 119
Date d'inscription : 13/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  124 ans - Taille : 171 cm
Niveau Magique : Arcaniste.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeLun 11 Mar 2019 - 11:03

Hiver, Tariho, troisième ennéade de Karfias, an douze, onzième cycle.


Le vieil homme avait soulevé une idée assez intéressante pour que la daedhel ouvre la bouche et la referme sans qu’aucun son ne franchisse ses lèvres. Plus qu’un simple rassemblement, un pèlerinage avait le mérite de renvoyer un message symbolique important.

- J’aime beaucoup ce que vous proposez, confia la noiraude dans un sourire, car en un sens, c’est un message que les Hommes enverront à leur déesse. Elle a le sentiment qu’ils lui ont tourné le dos, et elle s’était décidée à faire de même. Ce serait véritablement l’occasion pour tous de faire un pas vers l’autre.

T’sisra opinait lentement, les yeux rivés sur le feu de camp. Les choses ne se présentaient pas si mal, elle avait été très incertaine de sa capacité à convaincre qui que ce soit, mais dans ce cadre là, c'était possible.

- Quant aux… Intentions de la déesse… Je ne suis pas sûre qu’il est capital de les connaître. Lorsque nous sommes arrivés au Portes de la Mort, nous avons appris que sa volonté était de punir en fermant les portes de son Royaume. Peut-être qu’aujourd’hui ses intentions ne sont plus les mêmes, ou simplement espère-t-elle pouvoir en changer ? Demandait la daedhel de manière plus rhétorique qu’autre chose. Dans le fond, je suis convaincue que cela ne doit pas rentrer en ligne de compte. Que ce soit pour votre déesse comme pour les Hommes d’ailleurs.

La noiraude marqua un temps d’arrêt, elle avait tourné et retourné cette vision des choses encore et encore dans un coin de sa tête.

- Je ne suis pas un exemple de… Ferveur religieuse. Au contraire. Cependant, je pense que la véritable foi est un aveu de confiance aveugle et sincère. Et c’est le genre de relation qui ne peut fonctionner que si cette foi est mutuelle. Si les Hommes l’ont perdue et que leur déesse aussi, je ne peux pas la blâmer de vouloir les punir, ni eux de s’en détourner. C’est un peu comme… L’amour. En cas de conflit, chacun veut quelque chose et c’est rarement compatible de prime abord. Alors quelles que soient les intentions des Hommes ou de leur déesse, ce qui compte désormais n’est pas de les satisfaire. Mais bien leur donner ce dont ils ont besoin, à tous. Ce pèlerinage, la promesse de Tyra de se révéler, c’est l’occasion nécessaire pour tirer un trait sur le passé. De raviver ce qui s'est éteint. Conclut-elle avec sérieux. Alors faisons comme cela. Lors de cette dernière étape du pèlerinage, les hommes rendront hommage à leurs défunts. Et lorsque'il le feront, j’accomplirai ma tache. Et la déesse tiendra sa promesse.
Revenir en haut Aller en bas
Mémoire
Admin
Admin
Mémoire

Nombre de messages : 4002
Âge : 29
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitimeMar 12 Mar 2019 - 22:56

Anselme le Vieux

« Je ne sais pas, confessa Anselme en recommençant à se gratter la barbe. La seule chose dont je suis certain, c’est que depuis votre voyage dans les Terres Stériles, quelque chose a changé. » Il repensa aux événements qui avaient précipité le départ de Katalina Noblegriffon de Diantra et se demanda ce que T’sisra avait pu en apprendre. Malgré les efforts du conseil royal, les rumeurs de la mise à mort d’un haut noble ydriliote — même félon — de la main de la gardienne de Tyra avaient commencé à se répandre quelques jours à peine après qu’ils eussent quitté la capitale. « La Voilée ne m’a jamais semblé prêter beaucoup d’attention à nos prières, avoua-t-il avant de hausser les épaules. Par contre, Elle a toujours veillé à ce qu’on respecte l’ordre des choses qui veut que nos Souffles lui reviennent lorsque vient notre heure. »

Il émit un claquement de langue pensif, avant de se lever péniblement et de commencer à épousseter sa bure. Après avoir dardé un regard vague dans la direction où ses compagnons s’en étaient allés, il reporta son attention vers la noirelfe.

« Il est tard déjà et vous m’avez donné à réfléchir pour plusieurs années, énonça-t-il sans parvenir à esquisser un léger sourire, jusqu’à ce que sonne mon propre glas, je crois. » Et la fiole ! Il résista à l’envie de lui demander d’y jeter un nouveau coup d’œil et préféra s’incliner avec raideur. « Dès demain, je lancerai les préparatifs de mon côté. Il me faut un moyen de vous tenir au courant… et de pouvoir vous solliciter, si j’en ai besoin. Un qui soit à votre convenance, bien sûr, et qui respecte le secret de votre emplacement, pour votre propre tranquillité. »


_________________
« Qui est-elle ?
— Elle est la main qui me porte et me pousse et me broie. »
— Aislinn et Mémoire

[An XII] Une « Gardienne » improvisée. 1538088223-association-elle

Autre personnage : Azza
Crédit avatar : exellero

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé




[An XII] Une « Gardienne » improvisée. Empty
MessageSujet: Re: [An XII] Une « Gardienne » improvisée.   [An XII] Une « Gardienne » improvisée. I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[An XII] Une « Gardienne » improvisée.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie
» Annya [Gardienne de Néera ]
» Hestia, gardienne du Foyer
» Petite sortie improvisée
» baignade improvisée (blake et velvet).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Duché de Soltariel :: Duché de Soltariel-
Sauter vers: